Archives par étiquette : mensonges

Le lobby LGBT, par ses mensonges, a contribué à propager le SIDA : il doit être traduit devant la justice

Selon l'étude de l’équipe de chercheurs de Santé publique France, de l'Inserm et de l'équipe nationale d'intervention en prévention et santé pour les entreprises (ENIPSE), publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire, la situation de l'épidémie de VIH chez les jeunes hommes homosexuels français serait « extrêmement préoccupante ». L'homophobie insupportable de la science doit-elle être portée devant la justice ?

Extrait du commentaire de Dominique Morin, sous le post d'Yves Daoudal :

"le lobby homosexuel, surtout AIDES et ACT-UP la branche activiste, en mettant la main sur la "lutte contre le SIDA, ont interdit de distinguer les types de rapports particulièrement à risque de transmission, donc à proscrire car trop risqué, au prétexte de "ne pas discriminer." Résultat, la prévention a été imprécise et la propagande homosexuelle, en se victimisant comme victimes du SIDA comme une discrimination, ont fait de la "lutte contre le SIDA" une propagande active pour propager auprès des jeunes, parfois très jeunes, les moeurs homosexuels comme normatifs et interdire toute remise en cause de ces pratiques comme discriminatoire. Ils ont objectivement contribué à propager le SIDA, il suffit de regarder des images de la Gay Pride."

La ville de Paris est aussi responsable. Le 13 juin, Jean-Luc Romero–Michel remettait au Maire de Paris un rapport intitulé « Paris, ville phare de l’inclusion et de la diversité ». 52 recommandations y figurent pour faire de Paris la capitale mondiale des droits LGBT et du tourisme LGBT. La 10e édition des Gay Games se déroulera à Paris du 4 au 12 août

Lire la suite de l'article

Budget des Armées : les petits mensonges d’Emmanuel Macron

Lettre ouverte d'un officier en retraite :

Unknown-8"Objet : la franchise du Général, Chef d’État-major des Armées.

Suite à la déclaration du Général Chef d’État-major des Armées devant la Commission de la Défense Nationale le 12 juillet 2017, vous avez fait savoir qu'il était indigne qu'un militaire fasse pression sur le Président de la République pour influer ses décisions. Vous avez ensuite ajouté que l'attitude du Général de Villiers était injustifiée puisque dès 2018 le budget des armées serait augmenté de 1,6 milliards d'euros.

Je commencerai par ce second point, car c'est un leurre. Sur ces 1,6 milliards, huit cents millions serviront à éponger les arriérés de 2017.  C'est le montant dont vous avez amputé ce budget. Les huit cents millions restant seront utilisés à financer le Service National Universel dont vous avez décidé la création pour des raisons étrangères à la défense opérationnelle de notre pays. Il y a huit cents mille Françaises et Français par tranche d'âge. En prévoyant mille euros par individu, pour un seul mois, pour les loger, les habiller, les équiper, les instruire, les administrer et les solder, je suis, à coup sûr, en dessous des vrais chiffres.

Le budget des forces pour 2018, au mieux, sera égal à ce qu'il aurait dû être en 2017 si vous ne vous en étiez pas occupé. Même des militaires peuvent comprendre cela.

Le premier point concerne « l'indécence » dont vous accusez le Général CEMA. Est-ce de l'indécence que de rendre compte à son chef et à la

Lire la suite de l'article

Décès suite aux avortements clandestins : les mensonges du lobby de l’avortement

Savez vous quel a été le ratio de femmes mortes suite à un avortement clandestin / avortements totaux, retenu pour estimer le nombre d'IVG pré 1975 ? Sachant que les féministes nous sortent l'argument toutes les 30 secondes : mais les femmes mourraient à cause des aiguilles à tricoter ! Admettons. Quel est le nombre de femmes mortes en 1974 à cause de blessures typiques d'IVG clandestins ?

Le chiffre total de femmes mortes est de 200. Auquel on a appliqué un multiplicateur de 1000 (sic!) pour imposer le chiffre de 200/250 000 avortements. Les femmes n'arrêtaient pas de gueuler pour un truc qui concernait 0,1% d'entre elles ? Sérieusement ? Même en élargissant aux blessures, en multipliant tout par 10, on arrive à 40 000 avortements maximum en 1974. Bref, on s'est fait largement enfumer dans les grandes largeurs.

Le chiffre de femmes décédées de complications obstétricales en 1963 est de 397, dont 53, identifiés comme d'avortements clandestins. Se disant que 397 000, ça faisait un peu trop, l'INED coupe la poire en deux à 200 000, au jugé, allez…

« Nous avons alors retenu l'hypothèse que pour un décès ainsi identifié, il fallait compter mille avortements. C'est là que se situe le risque d'incertitude majeur. »

Qu'en termes choisis ces choses-là sont dites !

Une étude sur l'hôpital en 1971 montrait que les avortements ou tentatives représentaient en région parisienne 10% des naissances. L'échantillon était trop faible pour être élargi au pays, mais ça donne une autre image des chiffres de l'Ined. Si on

Lire la suite de l'article

Mensonges sur l’immigration : les méthodes de la mafia universitaire et des réseaux du Monde

Témoignage de Christophe Guilluy :

« Dans le domaine qui est le mien, celui de la démographie et du territoire, c’est archi-caricatural. Ma discipline est verrouillée par quelques personnages qui ne sont plus là que pour ostraciser. Je reçois désormais des courriels de doctorants qui m’assurent suivre mes travaux, mais m’expliquent qu’il leur est interdit de les citer. Voilà où nous en sommes. C’est le totalitarisme soft dans sa version universitaire. Dit autrement, le système est mafieux : il l’est en ce sens qu’il s’agit de tuer, professionnellement parlant, les pensées dissidentes. C’est la mésaventure qui est arrivée à Michèle Tribalat. Cela fait plus de quarante ans qu’elle accumule les études, statistiques à l’appui. C’est quelqu’un qui produit, contrairement à des gens comme Hervé Le Bras et Emmanuel Todd. Sa carrière a été un long calvaire, elle ne pouvait même plus aller physiquement à l’Institut national d’études démographiques (Ined), elle devait travailler chez elle, tans Le Bras et ses acolytes l’ont harcelée. Pour mémoire, elle avait attaqué, dans les années 1970, Le Bras sur sa méthode, pointant ses erreurs statistiques et le coinçant sur un point de méthode loin d’être négligeable puisqu’il conditionne l’ensemble de ses travaux. Le Bras n’a rien eu à lui répondre, sinon qu’elle prenait la suite des statistiques ethniques sous Vichy. Mal lui en prit, Michèle Tribalat n’a pas eu de mal à prouver qu’il n’y a pas eu de statistiques ethniques sous Vichy ! Qu’importe, le scud était lancé. Interdit de donner les vrais

Lire la suite de l'article

IVG.net dénonce les 8 mensonges de Laurence Rossignol

Sur leur site :

Capture d’écran 2017-02-21 à 19.33.40"Pour monter combien la désinformation est en fait du coté du gouvernement, nous avons relevés Les 8 mensonges sur l'IVG dans le site « officiel »  www.ivg.gouv.fr :

1/ Il n'y a pas de conséquences psychologiques après une IVG. 

Réponse du gynécologue Philippe Faucher sur le site du gouvernemet : « La majorité des études scientifiques sérieuses qui ont été publiées sur le sujet montrent qu’il n’y a pas de séquelle à long terme psychologique de l’avortement. Il n’y a pas de syndrome post-traumatique qui persisterait à distance, plusieurs années après un avortement. » 

Faux !  Des centaines de d’études scientifiques qui ont été publiées dans les revues internationales depuis plus de 30 ans attestent l'existence de ces souffrances à court et long terme. Le Professeur René Ecochard du CHU de Lyon vient de compiler une partie de ces études dont la méta-analyse réalisée par Priscilla K. Coleman publiée en 2011 dans le British Journal of Psychiatry  qui de son coté fait une synthèse  portant sur 22 études, 36 critères et 877.181 femmes (dont 163.831 ayant fait une IVG). Des études controversées existent certes bien dans un sens ou un autre mais ne peuvent pas changer serieusement  le large consesus sur cette question.

2/ Nos témoignages seraient « trompeurs », « faux » « culpabilisants », etc… 

Faux :   Notre site dispose de plus de 1.000 témoignages authentiques de souffrance. Notre page facebook (ivg, vous hesitez ?) regorge de posts anonymes ou signés.

Lire la suite de l'article

Bobards d’or : « Le gouvernement protège ses propres mensonges »

Vivien Hoch est rédacteur sur le site Nouvelles de France ; il sera présent le 6 février à la Cérémonie des Bobards d’Or [1]. Il y présentera l’un des six menteurs retenus [2] par les internautes parmi les dix candidats sélectionnés au meilleur bobard de l’année ! Il a accepté de répondre au Salon Beige :

Rédacteur sur le site de Nouvelles de France, vous semblez particulièrement guetter les questions attenantes à la bioéthique. Récemment, vous vous êtes élevé contre la loi qui vient de passer au parlement, relative à l’extension du délit d’entrave à l’avortement. Pensez-vous que cette législation porte atteinte à l’information relative à l’avortement ?

Ce projet de loi est la preuve que la fine limite qui sépare une société contrôlée par un Etat moralisateur d’une société soumise à un Etat totalitaire est allègrement franchie. L’Etat ne se contente plus de manipuler les intelligences au moyen de l’Education nationale, de la culture subventionnée et des médias, mais condamne désormais tout ce qui ne va pas dans son sens. On a le droit de n’avoir qu’une opinion : celle de l’Etat.

Contrairement à ce que rapporte la vulgate médiatique, ce n’est pas qu’un délit d’entrave numérique, qui ne s’appliquerait qu’aux sites internet, mais il s’appliquerait à tous les supports d’information.  Cette loi compte pénaliser ce qu’elle nomme les « informations dissuasives » à l’avortement. Le problème, c’est qu’une information objective sur l’avortement est par nature dissuasive !

Non content de vouloir censurer la vérité, le gouvernement protège en même temps ses propres

Lire la suite de l'article

Hellfest : les mensonges politico-médiatiques

Sur son blog, le collectif rappelle l’hypocrisie politico-médiatico-culturelle concernant ce festival metal. Dans quelques mois est programmé la 11ième édition de la fête de l’enfer avec son lot habituel de groupes satanistes antichrétiens.

Hypocrisie politique avec le discours des autorités publiques finançant le Hellfest et ne trouvant rien à redire à l’insulte, la haine et le blasphème déversés à cette occasion, évoquant le « bien vivre ensemble » & la « liberté d’expression » mais poussant des cris d’orfraie à l’idée que ces notions puissent être appliqués quand d’autres Foi et/ou communautés que le christianisme & les chrétiens sont la cible.

Hypocrisie médiatique de la quasi-totalité des médias qui répercutent sans état d’âme les annonces du Hellfest en prenant bien soin quand même de ne donner à voir aucun logo, aucun visuel ni lire aucune parole susceptibles d’attirer l’attention sur la nature des groupes de la nature évoquée plus haut.

Hypocrisie culturelle cherchant à « élever » le metal au rang de culture et même de religion en « récupérant  » les mots « Pèlerinage », « Communion », « Liturgie » « Messe »… pour en renverser le sens et verser dans l’ésotérisme, l’occultisme & le satanisme.

Cette hypocrisie politico-mediatico-culturelle, mise en exergue & développée par le Collectif « Provocs Hellfest Ca suffit » a trouvé récemment le soutien d’un ancien metalleux converti qui a spontanément adressé son témoignage au Collectif et accepté de répondre aux commentateurs , suite à la mise en ligne de son témoignage.

Extraits du témoignage :

« J’ai passé une vingtaine d’années de mon existence à écouter des musiques extrêmes…

Lire la suite de l'article

Avortement : mensonges d’Etat

C'est sans doute pour pouvoir continuer à mentir aux français en toute impunité que le gouvernement veut entraver la liberté d'expression des défenseurs de la vie. Ce totalitarisme désormais ouvertement assumé, expression d'une radicalisation idéologique, peut pourtant être démasqué assez facilement pour ceux qui ce donnent la peine de se renseigner objectivement. Ainsi, sur le site gouvernemental dédié à l'IVG (sic), on peut voir cette vidéo hallucinante où un "médecin obstétricien" ment ouvertement en déclarant que le syndrome post-avortement n'existe pas.


QUESTION 27 – Y a-t-il des conséquences… by affairessociales-et-sante

41zAZMaRM-LOr, tout le monde sait désormais que le syndrome post-avortement est parfaitement réel et les millions de femmes qui ont malheureusement avorté pourraient en témoigner. Le Salon beige a plusieurs fois relayé des études scientifiques évoquant ce terrible syndrome mais il en existe beaucoup d'autres :

"Un article du très sérieux Lancet insiste sur la nécessité de l’accompagnement psychologique post-avortement. Monique Lecoufle, membre de la plateforme santé du FRS, propose une modification du livret du ministère, qui est en France à peu près la seule information donnée aux personnes qui vont dans les centres d’orthogénie. Elle propose d’y informer les femmes du risque de syndrome post-avortement." [Source]

"Une étude menée par des scientifiques espagnols révèle que 80% des femmes ayant avorté souffrent de dépression, parmi lesquelles 40% ont songé au suicide. Et ce n'est pas le seul symptome post-avortement : 40% souffrent de disfonctionnement sexuel, 30% de toxicomanie (notamment les adolescentes), 60%

Lire la suite de l'article

L’argumentaire de Mark Regnerus face aux mensonges LGBT

Un lecteur, que je remercie, nous a traduit l'article de Mark Regnerus évoqué ici pour les lecteurs du Salon Beige :

Les médias s’extasient sur une nouvelle étude, qui montre seulement que les parents de même sexe sont plus irrités avec leurs enfants.

Par Mark Regnerus, le 15 avril 2016

Unknown-67La science sociale sur les ménages de même sexe n’est pas tranchée (réglée). Elle est tout simplement en suspens.

Une nouvelle étude sur les enfants de 6 à 17 ans des ménages de même sexe féminin a été publiée et fait actuellement la une des magazines spécialisés, qui proclament que les études sociales [sur le sujet] sont désormais totalement, entièrement, véritablement et définitivement fixées. Le problème est que cette étude n’a pas vraiment accomplit ce que ses admirateurs en disent. En réalité, cette étude porte même atteinte à leur désir d’un consensus reconnu. 

Voici ce que la nouvelle étude proclame : Aucune différence n’a été observée entre les différentes formes de familles sur les relations familiales ou les résultats des enfants.

Et voici ce que cette même étude signale vraiment (et il n’est pas besoin d’un doctorat (PhD) pour le voir) : les parents de même sexe féminins font état de plus grandes colère, irritation et de plus de frustration vis-à-vis de leurs enfants (lorsque ceux-ci semblent mal se comporter) en comparaison avec les parents de sexe opposé.

L’étude en question a été publiée récemment dans le Journal of Developmental and Behavioral Pediatrics, et est basée sur des données du National

Lire la suite de l'article

La patience de Mark Regnerus face aux mensonges LGBT

Mark Regnerus, professeur de sociologie à l'Université d'Austin au Texas, est l'auteur d'une excellente étude sociologique, très sérieuse, qui montre qu'élevés par des homosexuels, les enfants font moins d'études, se droguent plus, vivent plus de l'assistanat, ont plus de chances d'être homosexuels, etc.

Depuis, il est régulièrement la cible de tous les sociologues bien-pensants des Etats-Unis et, patiemment, il répond en disant: certes, mais, dans votre étude, vous oubliez ceci, vous ne prenez pas les bons échantillons, etc. Voir notamment ici, ici.

Il vient de publier un nouvel argumentaire (en anglais) pour montrer l'inanité d'une étude LGBT.

 

Lire la suite de l'article

Pays-de-Loire : Cécile Bayle de Jessé (DLF) dénonce les mensonges de Bruno Retailleau (LR)

Dans un communiqué :

"Le journal Ouest-France daté d’aujourd’hui rapporte que Bruno Retailleau a contacté à « deux ou trois reprises » Cécile Bayle de Jessé, candidate tête de liste de Debout la France pour les élections régionales dans la région Pays de Loire. Cette dernière a rassemblé 4,1 % des suffrages exprimés.

Bruno Retailleau précise également qu’un « communiqué », dans les prochaines heures, devrait appeler les électeurs de Debout la France à voter pour la « droite classique ».

Cécile Bayle de Jessé dément catégoriquement ces propos et dénonce les mensonges de Bruno Retailleau et cette tentative de manipulation politique des électeurs. Bruno Retailleau et Cécile Bayle de Jessé ne se sont jamais entretenus au téléphone.

Par ailleurs, le Bureau national de Debout la France, dont Cécile Bayle de Jessé est membre en tant que Déléguée nationale à la Famille, s’est réuni lundi et a défini la position du mouvement en vue du 2nd tour des élections régionales (…) considérant que chaque Français est propriétaire de sa voix et fera son choix selon les valeurs, la qualité et l’intégrité des candidats en lice, Debout la France a décidé de ne donner aucune consigne de vote pour ce 2nd tour entre le candidat des Républicains Bruno Retailleau, le candidat du Parti socialiste Christophe Clergeau et le candidat du Front national Pascal Gannat (…)"

Lire la suite de l'article

L’UDI colporte ses mensonges sur l’avortement en Irlande

NevinDelegationLe 28 octobre, des membres de l'UDI, dont les sénatrices Chantal Jouanno et Annick Billon et le sénateur Olivier Cadic, sont allés en Irlande faire la propagande de l'avortement. Olivier Cadic raconte :

"Au pays du trèfle, les femmes n’ont pas le droit de disposer de leur propre corps. C’est évidemment l’affaire des Irlandais, mais la nôtre est d’informer les Françaises des divers dangers d’une grossesse en Irlande."

Sic. Et il rapporte ce propos de Laurence Hélaili, Conseillère consulaire à Dublin :

« On est en danger du seul fait d’être enceinte ».

Or, l'un des pays qui peut se vanter des meilleurs chiffres dans le domaine de la santé maternelle est précisément l'Irlande. Une étude de 2011 contredit les idées reçues. Elle porte sur 42 ans de statistiques relevées en Irlande et Irlande du Nord d'une part, en Grande-Bretagne de l'autre. Voici les faits positifs relevés pour l'Irlande et l'Irlande du Nord :

  • Un bien meilleur taux de natalité que dans l'ensemble de l'Europe, près d'assurer le remplacement des générations.
  • Sur la durée, l'Irlande présente un profil démographique plus jeune qui lui permet d'être moins dépendante de l'immigration que les autres nations européennes.
  • Moins de fausses couches, de petits poids de naissance, de naissances prématurées, de paralysies cérébrales, de morts maternelles, toutes choses dont le risque est aggravé chez les femmes ayant subi un avortement.
  • Moins de cancers du sein.
  • Une santé mentale relativement meilleure, à juger d'après les prescriptions d'antidépresseurs.
  • Certaines maladies du système immunitaire sont nettement moins fréquentes.

Lire la suite de l'article