Archives par étiquette : meilleures

Documentaire : « GPA, avec les meilleures intentions »

G

Le thème 2017 de la Journée internationale est « Ne laisser personne de côté : mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles ».

« Ne laisser personne de côté » est en effet essentiel dans un contexte où de nouvelles formes de violences à l'égard des femmes sont en plein essor. Il en est ainsi de la pratique des mères porteuses, ou gestation pour autrui (GPA), qui est une aliénation de la femme et de l'enfant. Les générations à venir pourraient bien condamner vivement notre absence d'actions de lutte contre cette pratique, voire notre hypocrisie et, dans les faits, notre tolérance. Certes, grâce au travail pédagogique en cours depuis quelques années partout dans le monde, la tendance actuelle est à la limitation de la pratique des mères porteuses, ou gestation pour autrui (GPA). Face à la répétition des scandales – découverte d'usines à bébés, femmes maltraitées, enfants refusés par les « parents » d'intention… -, des pays qui furent des eldorados de la GPA ont fait le choix de poser des limites. C'est le cas par exemple de l'Inde, du Népal, du Cambodge, de la Thaïlande. D'autres, comme le Laos, prennent aujourd'hui le même chemin. En Europe occidentale, et notamment en France, la revendication d'une légalisation de la GPA est désormais rarissime.

La GPA est vue à juste titre par la grande majorité comme une aliénation de la femme et une pratique qui fait de l'enfant l'objet d'un contrat. Cependant, certains proposent d'encadrer la GPA

Lire la suite de l'article

Trois des cinq meilleures prépas littéraires sont des prépas privées

D'un lecteur :

C'est une première dans l'histoire des classes préparatoires littéraires. Parmi les cinq meilleures prépas lettres de France, trois viennent du privé. Ce score est d'autant plus remarquable que les établissements privés sous contrat préparant à l'ENS sont rares. Qui a dit alors que les jeunes catholiques n'aspiraient pas à l'excellence intellectuelle ? Qui a dit que la reconquête n'était pas en marche ?

(capture d'écran, cliquer pour agrandir)

Capture d’écran (1)

Lire la suite de l'article

Amoris Laetitia : une des meilleures études sur ce sujet

La revue Sedes Sapientiæ a publié dans son dernier numéro (n° 137) une étude sur « l’imputabilité du péché mortel dans l’exhortation apostolique Amoris lætitia ». Le blog de l'Homme Nouveau en reproduit une partie. Extrait :

A"Bien qu’elle soit dépourvue de valeur normative au plan doctrinal, l’exhortation apostolique ne peut manquer d’attirer l’attention du théologien. En effet, l’affirmation centrale du chapitre 8 d’AL sur l’imputabilité du péché mortel apparaît comme inédite dans un document magistériel. D’où la question de sa compatibilité avec l’enseignement formel de l’Église sur le sujet.

  1. Un enseignement nouveau

Le Catéchisme de l’Église catholique (CEC) distingue deux catégories de péchés en fonction de leur gravité: le péché mortel, infraction grave à la loi divine, qui détruit la grâce sanctifiante et la charité (CEC, n° 1855 : « Lepéché mortel détruit la charité dans le cœur de l’homme par une infraction grave à la loi de Dieu ; il détourne l’homme de Dieu, qui est sa fin ultime et sa béatitude en Lui préférant un bien inférieur. »), et le péché véniel, qui laisse subsister la grâce sanctifiante, mais s’oppose à la tendance actuelle de l’homme vers Dieu (CEC, n° 1855). D’après le CEC, «pour qu’un péché soit mortel, trois conditions sont ensemble requises : “Est péché mortel tout péché qui a pour objet une matière grave, et qui est commis en pleine conscience et de propos délibéré.” » La matière grave, condition objective du péché,

Lire la suite de l'article