Archives par étiquette : médiatique

Un sportif dénonce la diabolisation médiatique : c’est au Christ que je réponds et à Lui seul

Uns fois n'est pas coutume sur le Salon beige, parlons sport : actuellement, au cours de l'open d'Australie, un jeune et talentueux joueur de tennis américain est victime de l'épuration journalistique.

Capture

Le sportif, qui n'a pas peur de son ombre, a répondu sans complexe, lors d'une conférence de presse :

«Vous cherchez à placer les gens dans des petites cases afin que vous puissiez ordonner le monde selon des idées préconçues. Vous déshabillez l'individu pour le diaboliser collectivement. Après quelques "follows" et quelques "likes" sur Twitter, mon destin a été scellé dans vos esprits. Afin d'écrire une histoire sensationnaliste, vous avez pris des raccourcis pour me désigner comme l'homme que vous voulez désespérément que je sois. Vous préférez entretenir la machine à propagande plutôt que vérifier des informations (…).

Vous déshumanisez avec un stylo et du papier, vous dressez un voisin contre son voisin. Ce faisant, vous pouvez précipiter l'enfer que nous souhaitons tous éviter. Je crois fermement que la plus grande valeur doit être accordée à la vertu de chaque individu, indépendamment du sexe, de la race, de la religion ou de l'orientation sexuelle. Mon job est de poursuivre mon chemin en essayant de devenir le meilleur de moi-même et d'incarner l'amour que le Christ a pour moi, car c'est à lui que je réponds et à Lui seul

Jeu, set et match !

Lire la suite de l'article

Les antifas ont fait la publicité de la conférence de Le Gallou sur la tyrannique médiatique

Thumbnail-12

Barbara Mazières, vous êtes présidente du cercle Anjou Conférences, qui organise régulièrement des conférences à ANGERS sur des sujets historiques, culturels, sociaux. Vous êtes menacée par un groupe d’ANTIFA dont la demande d’interdiction de votre prochaine conférence a été curieusement relayée par la presse locale. Cela vous inquiète t il ?

Non, nous n’avons pas l’habitude de céder  aux provocations des groupuscules d’ultra gauche. La force doit rester au droit. Nous allons d’ailleurs probablement déposer plainte pour diffamation publique, mais ce n’est pas ma priorité. Ces groupuscules ne sont que les supplétifs d’un système qui semble prendre peur. En effet, je ne crois pas que les relais complaisants dont ont pu profiter ces groupes extrémistes dans la presse subventionnée soit le fruit du hasard. Je pense que nos actions dérangent certains politiques locaux. Il n’y a pas de hasard quand deux journalistes, de deux journaux différents, vous posent des questions similaires le même jour et produisent des articles quasi copié collé. Il n’y a pas de hasard, quand la presse crée elle-même un évènement qui s’apparente à une tentative d’intimidation. Cela sent la commande à plein nez ! Rien d’étonnant avec une presse servile qui ne survie que par les subventions. Nos impôts la financent. Il faudrait d’ailleurs que cela cesse. Il faut une presse libre et indépendante financièrement.

Ceci dit, ils ont réussi à nous faire de la publicité tout en illustrant à merveille le thème de notre prochaine conférence « La tyrannie médiatique » qui sera donnée le 24 novembre par Jean Yves Le

Lire la suite de l'article

Affaire Barbarin : le but n’est pas d’obtenir une vérité judiciaire ou une condamnation, mais d’organiser un cirque médiatique

De Régis de Castelnau à propos de l'affaire Barbarin, sur Causeur :

Capture d’écran 2017-09-21 à 06.58.54"Le lugubre cardinal Barbarin a fait l’objet en son temps d’un lynchage médiatico-politiqueen grand que certains ont voulu transformer en lynchage médiatico-politique et judiciaire. Tous les médias à la manœuvre, le Premier ministre de l’époque lui-même sommant l’ecclésiastique « de prendre ses responsabilités » ! Et le ministère de l’Intérieur a joué un rôle assez trouble là-dedans. Le problème, c’est que la France est normalement un État de droit, et que toutes les plaintes déposées, parfois trente ans plus tard, se sont heurtées à la probité du parquet de Lyon qui a appliqué les principes impératifs régissant le procès pénal, et font la différence entre un pays civilisé et la république bananière dont semblent rêver certains.

En prison les abbés !

Le classement sans suite avait beau être inévitable et parfaitement motivé, il a été immédiatement suivi par la clameur et une levée de boucliers. Quand il s’agit de taper sur les curés on ne va quand même pas s’embarrasser des règles de droit, sinon on ne va pas s’en sortir. En prison les abbés !

Alors, on va lancer une procédure à l’initiative des plaignants par le biais de la « citation directe en correctionnelle » pour qu’il y ait une audience pénale à grand spectacle. L’utilisation de cette procédure permet de contourner l’évidence de l’impossibilité des poursuites, et de saisir la juridiction pénale, contrainte d’audiencer l’affaire. Mais en application du droit de

Lire la suite de l'article

Scandale du silence médiatique :un professeur agressé en plein cours dans une école catholique

Cette info ne circule pas dans les médias aux ordres : 

"Une enseignante a été agressée en plein cours par un homme au visage dissimulé, hier, au lycée catholique Saint-Michel d'Annecy, rapporte France Bleu Pays de Savoie. La professeure de mathématique est sortie de l'hôpital, mais elle doit passer des examens complémentaires. L'établissement a porté plainte pour intrusion. L'agresseur n'a pas été identifié".

Lire la suite de l'article

Sarah Halimi, de confession juive, tuée aux cris d’“Allah akbar” : le scandale d’une dissimulation médiatique durant la campagne

Les faits se sont déroulés le 4 avril, en pleine campagne présidentielle. Sarah Halimi, Française de confession juive, âgée de 65 ans, mère de trois enfants et retraitée, a été torturée à son domicile aux cris d'“Allah akbar” puis défenestrée.

Selon les 17 signataires d'une tribune publiée dans Le Figaro jeudi 1er juin, le suspect de cet assassinat, Kobili Traoré, un homme de 27 ans d'origine malienne,

“a le profil de beaucoup d'islamistes radicaux violents : un passé de délinquant, un casier judiciaire très lourd avec des condamnations multiples dans des affaires de drogues, plusieurs séjours en prison”.

Dans cette tribune, les signataires, parmi lesquels figurent Alain Finkielkraut, Michel Onfray et Éric Ciotti, veulent dénoncer une “politique de l'autruche” des autorités et des médias qui sont accusés d'avoir fait l'impasse sur le caractère “antisémite” du meurtre de cette juive orthodoxe. Ils souhaitent “que toute la vérité soit dite sur la profondeur des fractures françaises”. Le procureur de Paris, François Molins “considéré qu'il fallait attendre le résultat de l'enquête avant de se prononcer sur la nature du crime”.

Capture d’écran 2017-06-02 à 21.45.15

Capture d’écran 2017-06-02 à 21.45.28

Lire la suite de l'article

Ingérance d’une puissance étrangère dans l’élection présidentielle = tollé médiatique

Sauf quand il s'agit de Barack Obama qui soutien Emmanuel Macron. Là, aucun journaliste n'y voit rien à redire. Imaginez Poutine soutenant Marine Le Pen, ne serait-ce que du bout des lèvres…

Dans-une-video-Barack-Obama-apporte-son-soutien-a-Emmanuel-Macron

Lire la suite de l'article

Nouveau “Fake news” médiatique : « Trump a refusé de serrer la main d’Angela Merkel »

Démonté par Dreuz :

Capture d’écran 2017-03-20 à 07.07.44

Capture d’écran 2017-03-20 à 07.08.14Ces médias ont du louper quelques séances de la rencontre :

Capture d’écran 2017-03-20 à 07.09.19 Capture d’écran 2017-03-20 à 07.09.36

Le porte-parole du président américain, Sean Spicer, a rejeté l'idée que Donald Trump aurait volontairement ignoré la chancelière allemande :

"Je ne pense pas qu'il ait entendu la question".

Sur la vidéo, on peut entendre un photographe demander un "handshake" (poignée de main), et voir Angela Merkel se tourner vers le président américain, lui demander s'il est d'accord puis se raviser, Trump restant de marbre.

Donald Trump a également nié cette version des faits, dénonçant des "fake news" : "En dépit de ce que vous avez entendu de la part des FAUSSES NOUVELLES. J'ai eu une EXCELLENTE rencontre avec la Chanclière Angela Merkel":

Lire la suite de l'article

La chute de l’icône médiatique Mehdi Meklat

Mehdi Meklat, journaliste pour le site d’information Bondy Blog, s’est fait prendre la main dans le tweet. L’individu a été rattrapé par son passé : Tweets anti-français, attaque contre les homosexuels et les juifs, le trublion banlieusard était finalement bien loin de l’image qu’on lui prêtait. Des soutiens sont venus à son secours : Pascale Clark, Christiane Taubira, Claude Askolovitch…. Quand une icône des banlieues tombe, c’est la machine médiatico-bobo qui s’enraye.

Lire la suite de l'article

A Mossoul comme à Alep, la guerre fait des dégâts. Mais là, pas de bruit médiatique

Alors que les forces de la Coalition internationale s'attaque à l'Ouest de la ville de Mossoul, Frédéric Pichon note dans Le Figaro que le discours humanitaire en vigueur pour Alep se fait plus discret en Irak :

"[…]  La dissimulation des centres opérationnels ou de commandement dans le tissu urbain ne peut que donner les «dommages collatéraux» inévitables à ce type d'opération, mais qui sont devenus le principal problème des guerres modernes à l'heure de la société de l'information. Ajoutons que l'usage massif et très poussé de la communication informationnelle, à base d'intoxication ou d'images chocs, est une partition dont sait jouer à merveille l'organisation terroriste.

Mais bizarrement, personne n'a l'air de s'étonner ni de s'émouvoir que les frappes de la Coalition (essentiellement américaines) aient pu viser un hôpital dans la partie ouest de Mossoul le 18 février dernier: les djihadistes font état d'un bilan de 18 morts, principalement femmes et des enfants tandis que le Pentagone (et les médias occidentaux) parlent d'une «cible militaire importante», cet hôpital étant camouflé en centre de commandement. La dépêche Reuters précise même: «Les djihadistes se sont retranchés parmi les civils dans la partie occidentale de la ville, stockant des armes dans des hôpitaux, des écoles, des mosquées et des églises pour se protéger». Jamais personne n'avait osé admettre cela quand il s'est agi de la reprise des quartiers Est d'Alep en décembre dernier, où la même stratégie était pourtant à l'oeuvre.

Lire la suite de l'article

La bulle médiatique Macron, c’est du matraquage publicitaire massif

Thomas Guénolé, politologue, enseignant à Sciences Po Paris et à Paris II, explique que Emmanuel Macron a bénéficié d'une "bulle" médiatique :

Macron-candidat-des-médias"Nous avons pu mesurer la bulle grâce à un indicateur fiable : nous avons comparé des données analysées via Talkwalker par Véronique Reille Soult, directrice générale de Dentsu Consulting. Durant le printemps et l'été 2016, Emmanuel Macron a recueilli 43% de part de voix dans les parutions des médias, contre 17% sur les réseaux sociaux, c'est-à-dire les contenus émis par les gens au sujet du candidat.

L'écart est si considérable qu'on peut raisonnablement qualifier cette situation de gigantesque bulle médiatique. Ceci, pour "vendre" la marque Macron par un effet bien connu des publicitaires : "l'effet de simple exposition". En résumé, cet effet veut qu'en répétant encore, encore et encore le même item à une population, toute une partie de cette population va développer artificiellement un sentiment positif envers cet item. Bref, cette bulle médiatique Macron, c'est du matraquage publicitaire massif. Je n'ai pas le souvenir de cas aussi puissants récemment. Il faut remonter à plus de 10 ans, à l'époque de Nicolas Sarkozy ministre de l'Intérieur, pour retrouver un tsunami comparable. Emmanuel Macron est une bulle de savon gonflée à l'hélium. […]"

Au choix : on appelle cela de la propagande ou de la désinformation.

Lire la suite de l'article