Archives par étiquette : médias

Si les opposants à Poutine subissaient ce que vit Fillon, nos médias s’indigneraient

Concernant les affaires judiciaires subies actuellement par Marine Le Pen et François Fillon, Jean-Yves Le Gallou déclare dans Minute :

Capture d’écran 2017-03-07 à 18.14.01"Pour apprécier la situation, il faut faire un effort d’imagination et se télétransporter. Imaginons qu’il y ait une élection présidentielle en Russie et que, tous les deux jours, l’un des deux principaux candidats d’opposition, ou les deux, soit perquisitionné, convoqué chez les juges, mis en examen ou que ses proches se trouvent dans cette situation. Evidemment, l’ensemble des médias mondiaux, les médias français au premier chef, crierait à l’atteinte à la démocratie. Sauf que ce que je viens de décrire ne se passe pas – et ne s’est pas passé – dans la Russie de Vladimir Poutine mais se déroule actuellement dans la France de François Hollande…

La séparation des pouvoirs exige que le pouvoir judiciaire reste dans son lit et qu’en tout cas, en période électorale, il fasse preuve d’un minium de retenue. Or ce n’est pas du tout à cela qu’on assiste mais, au contraire, à un véritable séquençage des opérations judiciaires en fonction du calendrier électoral et de l’intérêt de la presse pour une « feuilletonnisation » des supposées « affaires » Fillon et Le Pen. En polluant délibérément la campagne électorale, les juges commettent une forfaiture. […]

Lire la suite de l'article

Les fake news financières des médias industriels

De Ludovic Greiling dans Politique Magazine :

"« Les marchés rassurés par le discours de François Fillon » titrait Le Figaro du 1er mars, après l’annonce par l’ancien premier ministre de son maintien dans la course à la présidentielle.

« Sur les marchés, on appelle cela le « spread » Le Pen. Ou la « prime de risque » Le Pen en bon français » écrivait le rédacteur en chef des Echos le 27 janvier dernier, lançant cette thématique dans les médias industriels.

Les « marchés » ont-ils été rassurés par le discours de François Fillon ? Les taux d’intérêts de l’Etat français augmentent-ils à cause de la possibilité de voir Marine Le Pen arriver au pouvoir, comme le répètent désormais les grandes chaines ? Un simple coup d’œil sur l’analyse technique dément ces allégations.

Le 1er mars, l’indice des plus grandes entreprises cotées en France a grimpé continuellement dès l’ouverture de la séance, à 9 heures, totalement indifférent aux affres de l’affaire Fillon (annulation surprise de sa visite au salon de l’agriculture, puis conférence de presse annonçant qu’il poursuivait sa campagne).

Quant aux rendements des obligations d’Etat, ils suivent une hausse généralisée dans la zone occidentale, en raison d’une petite pique d’inflation.

CAC-40-1er-mars-2017-300x225Graph 1 : CAC 40 le 1er mars 2017. Les spéculateurs sont indifférents à l’affaire Fillon.

L’introuvable « spread Le Pen »

Depuis le mois de septembre, les gérants obligataires prennent leurs bénéfices sur ces titres, alors que ceux-ci ont connu une bulle financière historique ces trois dernières années. Le rendement de l’obligation

Lire la suite de l'article

Les médias veulent contrôler exactement ce que les gens pensent

MC'est l'aveu de la journaliste américaine Mika Brzezinski sur MSNBC, lors d'une discussion sur le président Donald Trump, qui a demandé aux Américains d'être sceptiques face aux déclarations de la presse.

"Joe Scarborough : Exactement, c'est exactement ce que j'entends, ce que Yamiche a dit est ce que j'entends de tous les partisans de Trump avec lesquels je parle, qui sont les électeurs de Trump et qui sont encore des partisans de Trump. Pourquoi êtes-vous si surpris? Il fait exactement ce qu'il a dit qu'il ferait.'"

Mika Brzezinski : Eh bien, je pense que le danger, vous savez, c'est qu'il essaie de saper les médias et de relater lui-même ses propres faits. Et il se pourrait que si le chômage et l'économie se détériorent, il minerait les messages afin de pouvoir contrôler exactement ce que les gens pensent. Et c'est notre travail."

Ce commentaire n'a pas heurté les participants.

Lire la suite de l'article

Méfiez-vous des “fakes news” propagées par les médias subventionnés

Breizh-info publie 2 articles pour éviter la désinformation, ici et . Extrait :

"[…] Contrairement à ce qu’affirment certains médias estimant être les grands éclaireurs du peuple, il n y a pas de source qui offrirait « plus de crédibilité » qu’une autre.

Il y’a simplement des blogueurs amateurs, des professionnels, des bons journalistes mais aussi des idéologues, des monomaniaques, des menteurs, des pervers, des escrocs…comme c’est déjà le cas dans la vraie vie tout simplement.

On voit d’ailleurs les limites de cette « crédibilité » – que seraient censés avoir les médias subventionnés dans l’affaire Mehdi Meklat, qui posait tout détendu en ce mois de février en photo avec Christine Taubira, ancienne garde des Sceaux, tout en ayant infesté ses réseaux sociaux il y a quelques mois ou années de propos anti-blancs, homophobes, antisémites…

Ils ne sont ni plus, ni moins crédibles que d’autres médias, que d’autres sources, qui, elles aussi, informent, alertent, commettent des erreurs, les rectifient, ou pas …

Par ailleurs, face à une information qui circule sur les réseaux sociaux, mais également à la télévision ou reprise en boucle par tous les grands médias subventionnés, il faut toujours se demander tout d’abord qui la propage et quels sont ses enjeux. Pourquoi est-ce que je retrouve souvent le même message sur Ouest-France et sur Le Monde ainsi que sur Le Figaro, la Croix, Le Telegramme, Libération ? Pourquoi est-ce que Théo est devenue une icône médiatique – alors que les caméras de surveillance semblent confirmer la

Lire la suite de l'article

Affaire Théo : la patronne de l’IGPN pointe les imprécisions des médias

Unknown-2A la tête de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), Marie-France Monéger-Guyomarc'h dirige les enquêteurs chargés de faire la lumière sur l'interpellation du jeune Théo. Dans un entretien accordé à L'Express, elle critique les "imprécisions" relayées par certains médias. Extrait :

"[…] Ce qui est gênant, ce sont toutes ces imprécisions proférées à longueur de journée dans les médias ou lors de certaines interventions. Elles donnent l'impression que l'IGPN ne fait pas son travail, se montre partiale et enquête à l'avantage de ses collègues. Quand j'entends dire, à tort, que notre rapport mentionne "un accident" ou un "viol involontaire", les bras m'en tombent. Cela n'existe pas en droit. Nous n'avons évidemment pas utilisé ces termes inadéquats, mais une qualification du code pénal qui s'appuie sur ce que nous avons constaté, vu et entendu. Je signale à ce propos que le code de procédure pénale impose au service de police enquêteur de qualifier juridiquement les faits, ce que l'on nous a injustement reproché et qui a pourtant été largement diffusé. […]"

Lire la suite de l'article

Nicolas Dhuicq sur Alep : “Les médias traditionnels ont menti”

Député « Les Républicains » de l’Aube depuis juin 2007, Nicolas Dhuicq s’est rendu à Alep le mois dernier. Il a été interrogé par Réinformation.tv :

Le député Nicolas Dhuicq revient de la ville d’Alep, en Syrie. Les médias traditionnels ont menti from Reinformation.tv on Vimeo.

Lire la suite de l'article

Horreur : la vérité circule hors de tout contrôle sur les nouveaux médias

Dans Minute, Jeanne Smits revient sur la création des Décodex, symptôme de la manipulation des médias dominants pour garder le contrôle de l’information. Extrait :

Capture d’écran 2017-02-07 à 18.42.32"[…] Un mauvais paternalisme veut que les internautes aient besoin qu’on leur tienne la souris pour guider leurs pas sur Internet. L’information y circule comme jamais dans l’histoire. La désinformation est certainement vieille comme l’information ; elle est dans la Genèse quand Adam tente de rejeter sur Eve la responsabilité de sa propre chute, elle est dans les rumeurs qui montent et font renverser les rois, elle est chez Beaumarchais – « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose » – ; elle est chez Goebbels et dans la « Pravda ». Machiavel n’a-t-il pas mis au jour une nouvelle vertu politique : le mensonge ? Mais aujourd’hui, c’est le mensonge à la vitesse de la lumière, ou, pire, pour les grands de ce monde tremblant dans leurs bottes, la vérité qui circule hors de tout contrôle. Ce n’est pas une mince ironie que de voir la section « histoire » du « Courrier international », membre du groupe « Le Monde », consacrer un article aux « fausses informations » en… 1789 ! « Les “fake news” déjà à l’origine de la Révolution française » ! Le siècle des Lumières aurait ainsi « servi d’incubateur au monde de la postvérité » et sans ces mensonges, gageons que Louis XVI aurait gardé sa tête…

Contre le pouvoir ou avec lui, la fausse information est

Lire la suite de l'article

A quand l’investigation des médias sur les finances d’Emmanuel Macron ?

Extrait du discours de clôture de la cérémonie des Bobards d'or, hier, par Jean-Yves Le Gallou, en présence de Marion Maréchal Le Pen :

Capture d’écran 2017-02-07 à 08.38.26"[…] En 2016, la réinfosphère et les médias alternatifs ont accumulé les victoires : le Brexit, l’élection de Trump, l’élimination d’Alain (« Ali ») Juppé.

Mais les médias de propagande n’ont rien perdu de leur superbe : ils ont leur candidat à l’élection présidentielle : le sémillant Macron. Ils espèrent prendre leur revanche en le faisant élire. Tout est fait pour promouvoir Macron.

Tout est fait pour le protéger : il n’y aura pas d’investigation sur les conditions du bradage à des intérêts étrangers d’Alsthom et de Technip, deux fleurons de la technologie française ; il n’ y aura pas plus d’investigation sur les liens de Macron avec le groupe Drahi à qui il a permis d’acquérir SFR lorsqu’il était secrétaire général adjoint de l’Elysée ; pas d’investigation non plus sur la levée de fonds que Macron est allé effectuer à Londres sans respect des règles du financement politique ; pas davantage d’investigation sur le financement de la société de stratégie électorale PROXEM qui fournit à Macron ses éléments de langage à coups d’algorithmes ; et pourtant ce serait intéressant de savoir qui a réglé les factures de cette société et sur quel compte politique cela figure ; pas d’investigation non plus sur ce banquier d’affaires qui a accumulé les millions tout en ayant… des coquetteries avec l’impôt sur la fortune.

Ah ! Comme nos médias de propagande savent ne pas être curieux quand il

Lire la suite de l'article

Les Français de plus en plus sceptiques face aux médias

Les médias multiplient les instruments pour débusquer l'intox, le désintox, le décodex, sans s'apercevoir que cela ne renforce pas leur crédibilité. L'AFP vient de s'associer au réseau First Draft qui lance le projet CrossCheck et à Facebook avec son outil de fact-checking, intégré au réseau social. CrossCheck, lancé par le réseau First Draft et Google News Lab, est un outil collaboratif qui rassemble des partenaires médias, technologiques et académiques pour lutter contre la propagation de la désinformation en ligne et faciliter l’accès du grand public à une information vérifiée. Le réseau First Draft rassemble… toujours les mêmes désinformateurs professionnels, jaloux de leur pré-carré et qui craignent pour leur suprématie intellectuelle.

Samedi, Louis Aliot attaquait en direct sur BFM TV:

"les médias parlent, mentent et manipulent".

A droite, de nombreux militants de François Fillon accusent les mêmes médias d’avoir orchestré l’affaire Penelope.

Le discrédit croissant du secteur éclate dans la dernière livraison de l’enquête sur "La confiance des Français dans les médias", publiée chaque année par le quotidien La Croix et la société Kantar. L’enquête réalisée début janvier montre que le divorce entre les Français et leurs médias s’aggrave :

"Cette méfiance se manifeste d’abord par un certain désintérêt pour l’information, qui surprend en pleine campagne électorale. Plus d’un Français sur trois suit les nouvelles avec peu d’intérêt. Il faut remonter 30 ans en arrière, en 1987, pour retrouver une telle indifférence. Ensuite, la perte de confiance n’épargne aucun média. La radio reste le média le plus sûr, mais avec un taux de

Lire la suite de l'article

Pour annoncer l’Emmanuel, les médias ne crient pas dans le désert

De l'abbé Michel Viot :

Unknown-15"Ils tournent et tournent encore depuis des jours et des jours comme les aiguilles des pendules qui mesurent le temps que consacrent des journalistes bien disciplinés à nous persuader qu’il existe une affaire Fillon, aussi épouvantable pour la France qu’est extraordinaire la chance offerte aux français par la candidature de l’Emmanuel, qui veut dire, je le rappelle « Dieu avec nous » (en hébreu).

La chaîne BFMTV se place en première ligne de ce prophétisme incantatoire. Sans doute parce que son patron connaît bien le prophète Isaïe et est sensible à son message ! J’en rappelle un court extrait : « Voici que La jeune fille est enceinte et enfante un fils et elle lui donnera le nom d’Emmanuel. De crème et de miel il se nourrira, sachant rejeter le mal et choisir le Bien. » (Isaïe 7, v 14-15). La crème et le miel ne sont point des spécialités lyonnaises, le Jésus de Lyon – qui est un saucisson – oui ! Et peut-être que pour le propriétaire de BFM TV, le signe de l’Emmanuel éveille quelque reconnaissance, consécutive à un bon choix. Dans la prophétie, Emmanuel choisit le bien ! Aussi la « foi » du bénéficiaire du bon choix est-elle communicative ! Songez-y, les journalistes de ce groupe « charismatique » lisent même dans les pensées des hommes politiques, tout comme Jésus le faisait en son temps ! Eux, et d’autres aussi, soyons justes, ont par exemple affirmé que le président du Sénat avait été mandaté pour dire au

Lire la suite de l'article