Archives par étiquette : maternité

Mayotte : “Avec une maternité qui enregistre près de 10.000 naissances par an, on en fabrique des petits Français !”

Tribune instructive alors même que peu de médias osent évoquer l'immigration comme cause principale de la crise mahoraise, préférant parler d'une une insécurité sans en évoquer ses causes profondes :

"Je séjournais à La Réunion, notre île de l’océan Indien, lorsque Mayotte est devenue département français. C’était en 2011.

Nicolas Sarkozy songeait déjà à sa réélection et nos territoires d’outre-mer ont toujours été considérés comme d’utiles réservoirs de voix. Un petit cadeau aux ultramarins et ça permet de faire la soudure dans les urnes… Je me souviens des discussions animées d’alors, les motifs de satisfaction et les espérances de certains me laissant pour le moins dubitative : « C’est formidable, me disait-on, au moins, comme ça, ils vont rester chez eux ! » Pauvres naïfs…

Il faut les comprendre, les Réunionnais. Ils n’en peuvent plus, de la déferlante des « Comores », comme ils les appellent ; de ces familles qui, à les en croire, raflent tous les logements sociaux et les aides qui vont avec, qui alimentent les bidonvilles autour du port et la délinquance qui, là aussi, en est le corollaire. Dans un département où le chômage dépasse les 25 %, c’est une bombe à retardement.

Il faut l’hypocrisie d’un Wauquiez pour en accuser l’actuel gouvernement, comme il l’a fait voilà dix jours, alors qu’il allait racoler, lui aussi, en vue de la législative partielle de dimanche prochain : « Mayotte est submergée par une immigration illégale qui n’est pas gérée, a-t-il dit. On ne peut plus continuer à accueillir à Mayotte autant de personnes qui

Lire la suite de l'article

Le recours à l’avortement, plus facile que le choix de la maternité

Capture d’écran 2018-01-12 à 17.31.16Une étude publiée dans le Journal of American Physicians and Surgeons s’intéresse aux « conséquences personnelles vécues par les femmes suites à un avortement ». Les réponses de près de 1000 femmes à deux « simples » questions ont été collectées et analysées. Les auteurs constatent que « les réponses (…) ne reflètent pas les théories féministes actuelles » :

Interrogées sur le « changement positif principal » intervenu suite à l’avortement,

  • près d’un tiers (243) expriment « n’avoir pu retirer aucun bénéfice personnel ».
  • Un second tiers (245) estime pouvoir désormais « apporter une aide concrète aux femmes en situation de détresse avant ou après un avortement ».
  • pour 49 autres femmes, il s’agit de leur implication dans des mouvements de défense de la vie. Mais pour « la plupart », « ces implications positives n’ont émergé qu’après des années voir des décennies de détresse psychologique ».

La seconde question portait sur l’ « effet négatif principal de l’avortement » :

  • « 187 femmes ressentent surtout la perte d’un enfant
  • 114 sont tombées en dépression sévère
  • 110 femmes ont principalement éprouvé une grosse culpabilité, 98 de la haine ou de la colère vis-à-vis d’elles-mêmes, 86 de la honte  et 73 surtout du regret
  • 71 femmes ont succombé à une addiction à la drogue ou l’alcool
  • 61 ont adopté des comportements autodestructeurs
  • 60 femmes ont souffert d’un manque d’estime de soi, 56 d’anxiété et 49 de pensées suicidaires ».

Ces femmes décrivent leur avortement comme « un moment pivot, un basculement dans leur estime d’elle-même, leur personnalité et leurs relations ». Si

Lire la suite de l'article

Le député Rixain, scandalisé par un colloque pro-vie, chargé d’une mission sur… la maternité

Unknown-17Marie-Pierre Rixain, député LREM et présidente de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes, s'était scandalisée à propos de la journée pour la vie, organisée par le député Lorho, le 17 janvier à l'assemblée (au passage, nous la remercions pour la pub, le colloque affiche complet).

Elle vient d'être chargée d'une mission sur le congé maternité :

Capture d’écran 2018-01-11 à 20.37.41

Commentaires (3)

Dommage qu'une si jolie figure ne soit faite que de courants d'airs… Comment peut-on être scandalisée d'une "Marche pour la Vie" ? Va t-elle organiser une marche pour la mort ?

Rédigé par : Irishman | 12 jan 2018 09:14:23
____________________________________

Que vaut donc cette litanie de diplômes, dont certains ne s'acquiert qu'en versant un droit d'entrée extrêmement onéreux, pour obtenir au final une personne pro-mort? Quelle éducation à t'elle reçue pour en arriver là? Bourgeoisie libertaire très certainement, et en matière d'obscurantisme régressif elle se pose là en soutenant le droit à tuer.

Rédigé par : Stephe | 12 jan 2018 10:27:24
____________________________________

quand on s'appelle Marie Pierre l'on aurait pu penser que cette personne véhicule une pensée autrement plus précieuse pour la vie que leur culture de mort.

Rédigé par : estebe | 12 jan 2018 10:44:44
____________________________________

Lire la suite de l'article

Noël : prières en faveur de tant de vies menacées et de tant de femmes blessées dans leur maternité

Du Dr François Volff, Président de l'Acpervie (Association des Chrétiens Protestants & Evangéliques pour le Respect de la VIE):

J"En ce temps de Noêl, qui rappelle la venue « dans son Temple » du Sauveur du monde, nous nous souvenons qu’un autre « roi » a voulu le supprimer, en massacrant les enfants de Bethléem.  Combien de ceux qui sont appelés par lui à être enfants de Dieu sont supprimés, avant même d’être nés, en ce moment, dans nos pays dits « des Droits de l’Homme »? L’Acpervie exhorte les chrétiens a élever leurs prières en  faveur de tant de vies menacées et de tant de femmes blessées dans leur maternité."

Lire la suite de l'article

La “maternité partagée” devant la CEDH

Andreea Popescu, ancien juriste à la CEDH, analyse une affaire présentée à la CEDH, concernant le refus d’une demande de reconnaissance d’une double maternité issue d’une « maternité partagée » dans le cadre d’un partenariat civil entre personnes de même sexe. Extrait :

"[…] Il faut aussi être conscient que cette affaire, qui touche à la culture nationale et aux valeurs traditionnelles des pays, fait partie d’une « strategic litigation » qui vise le démantèlement de la morale et de la culture chrétienne traduites et encore existantes dans le système juridique allemand. Attribuer légalement à un enfant deux « mères », le priver délibérément d’un père, n’est pas autre chose que de « l’ingénierie sociale » appliquée directement sur les enfants, les personnes concernées et la société. Ce phénomène de redéfinition des notions et des institutions juridiques les plus fondamentales de la société est une forme de subversion culturelle qui vise à remodeler les mœurs de la société. Elle est une offensive idéologique du marxisme culturel orientée contre les valeurs de la civilisation occidentale d’inspiration judéo-chrétienne. Céder à ce genre de revendication contribue à la « surveillance de l’accomplissement par l’État de ses obligations idéologiques »"

Lire la suite de l'article

Une nouvelle maternité à Paris

Fed58d8d-3d1f-4758-a2db-f85243d1d12cAfin d’accueillir un plus grand nombre de familles en maintenant la qualité des soins qui a fait sa réputation, la Maternité Catholique Sainte Félicité s’est lancée, il y a presque trois ans dans un projet immobilier d’envergure en plein cœur de Paris : la construction d’une nouvelle maternité. Le chantier touche à sa fin. La maternité quittera la rue Saint Lambert en janvier 2017, pour se nicher au bout de la rue de Casablanca à 400 mètres de son emplacement actuel, dans le quinzième arrondissement.

La communauté des Petites Sœurs qui anime cette institution, logera aux deux derniers niveaux du bâtiment. La Maternité Catholique Sainte Félicité est une maternité de niveau 2A disposant d’un service de néonatologie (avec des chambres mères-enfants). Elle assure une prise en charge globale du début de la grossesse jusqu’à l’accouchement, ainsi que la prise en charge des grossesses pathologiques et de la prématurité dans son service de néonatologie.

Lire la suite de l'article

Maternité de substitution: audition au Parlement roumain de Grégor Puppinck

Unknown-27Ce mercredi 23 mars, la Commission des lois et la Commission de la santé de la Chambre des députés de Roumanie se sont réunies pour interroger Grégor Puppinck, directeur du Centre Européen pour le Droit et la Justice (ECLJ), dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la procréation médicalement assistée. L’audition a duré plus d’une heure trente et réunissait les principaux députés en charge de ce dossier. Elle a pris la forme d’un échange de vues.

En Roumanie, la procréation médicalement assistée (PMA) est pratiquée en dehors de tout cadre légal. Un projet législatif est à l’étude depuis plusieurs années et pourrait aboutir dans les prochains mois. L’une des questions soulevées par ce projet concerne la maternité de substitution (GPA) qui est également pratiquée en Roumanie en dehors de tout cadre légal, ce qui favorise son développement et son poids économique.

Les députés semblent convaincus de la nécessité d’une règlementation et doivent au préalable choisir entre l’option de la légalisation et celle de la prohibition de cette pratique.

Gregor Puppinck a présenté aux députés ces deux options, à la lumière de l’expérience des pays ayant choisi l’une ou l’autre voie. Il a noté une tendance actuelle en faveur d’une limitation, voire d’une prohibition totale de la maternité de substitution. En Europe, le Parlement Européen s’est prononcé en décembre 2015 en faveur de l’interdiction de la GPA, et la Commission des Affaires Sociales

Lire la suite de l'article

Selon Christine Boutin, la première et vraie identité de la femme, c’est la maternité !

A l'occasion de la journée de la femme, Christine Boutin s'exprime sur les 60 ans du planning familial et sur l'accueil de la Vie sur Boulevard Voltaire.

Commentaires (1)

C'est à peu près ce qu'à dit le président turc Erdogan et c'est bien la 1ère fois que je partage son avis.
Cf. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/03/08/97001-20160308FILWWW00167-la-femme-est-avant-tout-une-mere-erdogan.php

Rédigé par : Pierre Lecomte | 8 mar 2016 18:03:26
____________________________________

Lire la suite de l'article

Dolce & Gabbana rend hommage à la maternité

Un joli clin d'œil du créateur de mode à la femme éternelle, celle qui a été créée pour donner la vie, n'en déplaise aux fausses féministes :  

"pour finir la Fashion Week milanaise automne-hiver 2015-2016 en beauté, la marque Dolce & Gabbana a choisi de rendre hommage à la maternité en faisant appel aux top-modèles et à leurs bébés pour leur show « Mamma »"

Show-Mamma_parental_diapoibb_ctnt

Cette image qui perpétue et sacralise l'idée de la Femme-Mère est très mal vue par certains sites "branchés", qui y voient une provocation et une régression. Evidemment, à l'heure de l'achat des enfants à la carte, ce défilé est un peu … décalé !

Lire la suite de l'article

La « présomption de maternité », nouvelle invention homosexualiste

Lu sur le blog de Jeanne Smits :

N"En Belgique, on a décidé d'en finir avec l'adoption par les couples homosexuels. A partir du 1er janvier entrera en vigueur une loi adoptée en juillet dernier, qui invente le statut de « comaternité » automatique pour les couples de lesbiennes « mariées » et prévoit une simple démarche administrative pour celles qui ne le sont pas. Dans le cadre du « mariage », cela s'appelle (il fallait l'inventer) la « présomption de maternité » pour celle qui n'est pas la mère biologique de l'enfant.

Et, non, ce n'est pas une histoire belge. C'est au nom de la totale égalité de droits que les couples de lesbiennes se voient reconnaître cette facilité. L'enfant qui naît dans le cadre du mariage est supposée être l'enfant des deux partenaires ; nul besoin de suivre la longue enquête en vue de l'adoption, pas de complication.

Pour les couples de même sexe qui cohabitent sans être « mariées », la procédure sera calquée sur celle de la reconnaissance d'enfant dans le cadre d'une union de fait : il suffira à la partenaire de la mère biologique qui aura donné son consentement de se rendre auprès de la commune, et de faire enregistrer la chose, étant entendu qu'elle pourra aussi donner son nom à l'enfant.

Le côté surréaliste de l'affaire, c'est que la présomption de paternité est une mesure de protection de la famille et de sa stabilité : dès lors qu'un enfant naît d'une

Lire la suite de l'article