Archives par étiquette : maman

Trisomie 21 : la galère d’une maman pour inscrire sa fille en maternelle

En France, 96% des enfants porteurs de la trisomie 21 sont éliminés avant leur naissance. Pour ceux qui survivent à l'eugénisme, c'est le parcours du combattant. Caroline Boudet, journaliste et maman d'une petite Louise, porteuse de la trisomie 21, a signé une tribune sur sa page Facebook "Louise and co" pour dénoncer les conditions d'accueil de sa fille à l'école. 

36338093_1841864582502453_3849547782603931648_n"Ce soir 29 juin, cela va faire plus de 7 mois que nous, parents de Louise, qui a trois ans et demi et un chromosome en plus, bossons pour qu’elle fasse sa rentrée dans les meilleures conditions en septembre prochain. Vous voulez savoir, ce que c’est, bosser pour que son enfant handicapé fasse sa rentrée en petite section, en 2018 en France ? En novembre 2017 nous avons commencé à rassembler tous les papiers nécessaires pour faire une demande d’AVS (Auxiliaire de vie scolaire). Pourquoi tellement à l’avance ? parce que la MDPH, l’administration qui décide des attributions d’aide humaine pour les personnes handicapées, met en moyenne 5 mois dans notre département à traiter des dossiers de demande – c’est une moyenne basse pour la France.

Tellement à l’avance, parce que nous voulions arriver au mois de mai ou juin et avoir ce sesame officiel qui permet à l’éducation nationale d’embaucher quelqu’un, et que nous voulions que cette personne soit là dès la rentrée. Parce que nous voulions FAIRE LES CHOSES AU MIEUX. Donc, dès novembre, nous avons : rempli un dossier de demande de 20 pages, recueilli des

Lire la suite de l'article

Attention : un avortement peut tuer. Le bébé comme la maman

Dans un document l'avortement médicamenteux, la Haute Autorité de santé (HAS) insiste sur les protocoles à respecter, notamment concernant le misoprostol. L'arrêt de commercialisation du Cytotec s'est accompagné d'une mise à plat de l'utilisation du misoprostol en gynécologie-obstétrique :

Unknown-5"Si le misoprostol est administré en pratique par voie orale ou vaginale selon les pays et les équipes, la HAS insiste sur le fait de « ne pas recourir au misoprostol par voie vaginale » et de ne pas dépasser des doses > 400 μg. Des événements rares et graves ont été rapportés pour les utilisations hors AMM du misoprostol, rappelle la HAS : chocs toxiques et chocs septiques après administration par voie vaginale de comprimés destinés à la voie orale, infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux pour des doses supérieures. Une autre prostaglandine que le misoprostol a l'AMM dans l'IVG par voie vaginale uniquement, le géméprost (Cervageme ovule à 1 mg).

La femme doit être informée du « risque d'échec de l'IVG médicamenteuse et qu'il sera nécessaire dans ce cas de recourir à une iVG chirurgicale », est-il précisé. La femme décidant de poursuivre une grossesse qui n'aurait pas été interrompue doit être informée qu'il existe un risque tératogène."

Et oui : une pilule destinée à tuer l'enfant dans le sein de la mère n'est certainement pas anodin pour la mère elle-même.

Lire la suite de l'article

La maman de Christophe Castaner était-elle religieuse ?

Christophe Castaner,  délégué général de la République en Marche (LREM), invité ce matin sur RTL, est revenu sur l'entretien d'Emmanuel Macron dimanche soir, et notamment celui sur le voile islamique, au sujet duquel le président de la République a déclaré que « dans la République, nous devons le tolérer », tout en critiquant :

« Ce n’est pas conforme à la civilité dans notre pays, c'est-à-dire au rapport qu'il y a entre les hommes et les femmes ».

Christophe Castaner justifie stupidement :

« On s’est posé la question, il y a quelques années, quand toutes les femmes catholiques portaient un voile ? Je ne crois pas. » « Il y a quelques années, quand en France, y compris nos mamans portaient un voile, portaient le voile catholique, on ne se posait pas la question ».

Les historiens sont perplexes… Seules les religieuses catholiques portent le voile. Les femmes, conformément au code de droit canonique de 1917, portaient une mantille à l'église. Le code de 1983 n'en parle plus.

Méfiez-vous des intégristes catholiques… :

Da6GnNjX4AANMUN

Lire la suite de l'article

Le mot « maman » n’est pas une insulte

Ils sont cinglés :

DZnP5vhX4AI37GS"Polémique contre Thierry Ardisson qui avait invité dans son émission Salut les Terriens! un « couple » transgenre composé de deux « hommes » dont l’un est biologiquement une femme, qui a mis au monde un enfant (le pauvre). Et la production a cru bon de préciser par un bandeau : « La maman est à gauche de l’écran ».

Cela n’a pas plu du tout au soi-disant père qui a accouché, qui demande des excuses à Thierry Ardisson pour l’avoir confondu avec une femme alors qu’il est un homme…

Revendication reprise par le site AJ+ français (sic), « média inclusif qui s’adresse aux générations connectées et ouvertes sur le monde. Éveillé·e·s. Impliqué·e·s. Créatif·ve·s. »

Contacté par Jean-Marc Morandini, Thierry Ardisson a répondu qu’il ne savait pas que le mot « maman » était une insulte, et qu’il ne s’excuserait pas."

Lire la suite de l'article

“Il serait déstabilisant que la petite fille soit privée de tout contact avec sa deuxième maman”…

On ne remercie pas la loi Taubira :

"« Que se passe-t-il pour un enfant né d’une procréation médicalement assistée (PMA) en Espagne quand il y a divorce au sein d’un couple lesbien ? » Il s’agit d’ « un cas non prévu » par la loi Taubira en 2013, que le tribunal de Bordeaux a dû trancher. Se basant sur un article de loi « qui permet à un tiers ‘sans lien de parenté’ mais qui a noué ‘des liens affectifs durables avec un enfant’ de bénéficier d’un droit de visite ou d’hébergement», les juges ont reconnu à « la deuxième maman » un droit de visite de l’enfant de son « ex-épouse ».

L’enfant est né en 2014 par insémination en Espagne d’une des deux femmes, « la mère biologique ». Sa compagne ne l’a pas adopté. Les deux femmes se séparent en 2015 et la mère biologique refuse que la procédure d’adoption aille à son terme.

Le tribunal de Bordeaux a estimé qu’il serait « déstabilisant que la petite fille âgée de 3 ans soit aujourd’hui privée de tout contact avec sa deuxième maman, avec laquelle elle a partagé sa vie jusqu’ici ». La plaignante explique quant à elle qu’il s’agissait d’un « projet commun ».

La mère biologique a fait savoir qu’elle ferait appel de ce jugement."

Lire la suite de l'article

Manuel Valls est révolté qu’une maman puisse perdre l’enfant qu’elle porte dans son ventre

L'ex-Premier ministre Manuel Valls a dénoncé sur sa page Facebook le cas «révoltant» de la caissière de Tourcoing qui a récemment fait une fausse couche à son poste :

«Le cas de cette caissière de l'enseigne Auchan qui a fait une fausse couche sur son lieu de travail est révoltant». «S'il faut, bien sûr, attendre que toute la lumière soit faite, les premiers éléments de témoignage – cette femme à qui l'on a refusé de faire une pause, qui a dû se faire évacuer par les secours, et qui de surcroît, après cet événement douloureux, s'est fait déduire une semaine de salaire – indiquent un manque total de décence, d'humanité, de l'empathie la plus basique».

«C'est la marque d'une société déshumanisée, où l'humain est devenu une variable d'ajustement (…) La modernité, ce n'est pas demander toujours plus à ceux qui donnent déjà tant, ce n'est pas la négation de l'humain au profit de l'économie. C'est au contraire l'intégration de l'humain, du bien-être dans les conditions de travail (…) Je considère qu'il n'y a pas de projet d'avenir qui n'intègre pas, en plus du progrès technologique, de l'innovation, cette question de la dignité, du respect au travail».

«Le progrès, c'est aussi la qualité de vie, l'articulation entre vie personnelle et professionnelle, notamment pour les femmes. C'est leur permettre de ne pas programmer leur grossesse en fonction de leur poste. C'est leur permettre aussi de continuer à travailler dans les meilleures conditions les premiers mois, quitte s'il le

Lire la suite de l'article

Abandonnée par la CAF, une maman se suicide

Lu sur Novopress :

Une maman française est morte. Morte après que la CAF l’a abandonnée. Le 3 juillet, à cinq jours de son 32eanniversaire, Emilie a mis fin à ses jours. Elle sera inhumée demain à Armentières, dans le Nord, sa ville natale. Le mois dernier, sur un réseau social, elle avait posté ce message : « Je veux juste être tranquille ». Emile avait deux enfants en bas âge, dont une petite fille de six ans, atteinte de trisomie.

Début mai, elle avait contacté La Voix du Nord qui lui avait consacré un article : « Privée de RSA parce qu’elle touche une allocation belge pour sa fille handicapée. » A la naissance de sa fille, Emilie avait dû arrêter de travailler et avait pu percevoir le RSA. « Je suis disponible entre 9 h et 16 h, pas plus. Elle est scolarisée en Belgique. Elle va bien mais il faut constamment la booster. C’est difficile avec la prise en charge qu’elle demande d’avoir une activité. »

Un jour, la CAF, la Caisse d’allocation familiale, l’a contactée. Pour lui dire que c’est la Belgique qui devait lui verser l’allocation d’enfant handicapé. Ça a été fait. Mais ce que la CAF ne lui avait pas dit, c’est que le versement de cette prestation entraînerait l’arrêt de toutes les aides versées par la France. Début mai, elle a raconté à La Voix du Nord ce qui lui est arrivé : « On m’a coupé le RSA. Je suis passée de 1 125 euros d’allocations à 690. Je

Lire la suite de l'article

Manuel Valls : “Dans une famille, il y a papa, il y a maman, il y a les enfants”

En Ardèche, le premier ministre revient enfin à la raison

Images

Commentaires (6)

Valls valse

Rédigé par : bébert | 22 mai 2016 17:30:08
____________________________________

Maniaque halluciné.

Rédigé par : San Juan | 22 mai 2016 17:30:55
____________________________________

Sauf qu'il le dit avec un sarcasme grossier…
Il ne mérite que de dégager au plus vite. Un ministre comme ça, c'est la honte.

Rédigé par : Boris | 22 mai 2016 17:38:55
____________________________________

Pourquoi ce changement?
Il attend un petit Valls?

Rédigé par : katia lanneau | 22 mai 2016 17:44:33
____________________________________

C'est une évidence. "Ils" peuvent toujours enlever sur Wiki et autres le nom de la mère et du père, cela n'empêche pas tout le monde de savoir qu'il faut un père et une mère pour faire un enfant. Amour ou pas un homme et une femme donnent la vie. Sexe femelle et mâle dans le monde animal, végétal etc….

Rédigé par : Sensé | 22 mai 2016 18:07:19
____________________________________

Comme quoi, même chez ceux qui légifèrent pour chasser le Naturel, il revient au galop à leur insu!

Rédigé par : Annette | 22 mai 2016 18:45:26
____________________________________

Lire la suite de l'article

Un juge destitué pour avoir dit qu’il valait mieux un papa et une maman à un enfant adopté

Lu ici :

"(…) Le juge anglais, Richard Page (…) vient d’être licencié pour avoir, à nouveau, soutenu qu’il vaut mieux confier un enfant « à un papa et une maman » plutôt qu’à deux personnes du même sexe.

L’acte de renvoi de ce magistrat de 69 ans, depuis plus de 15 ans membre du Tribunal des familles du Kent, a été autorisé la semaine dernière par le ministre de la Justice, Michael Gove, et par le président de la Cour Suprême, Lord Thomas of Cwmgiedd.

L’histoire de ce juge courageux, père de trois enfants, débute en 2014 quand il émet une sentence de placement d’enfant qui déclenche immédiatement  une enquête disciplinaire. Qui se conclue avec l’obligation pour Page de suivre des cours de rééducation ! En effet, selon les enquêteurs, lors du procès « le juge s’est laissé influencer par son credo religieux plutôt que par l’évidence. » Quelle évidence ?

Dans une interview à la BBC, au printemps 2015, Richard Page expliqua sa position : « Ma responsabilité comme magistrat est de faire ce que je considère le mieux pour les enfants et mon appréciation était que le mieux pour lui fut que ces parents adoptif soient un homme et une femme. »

Cet entretien a coûté au juge une nouvelle enquête qui a débouché sur son licenciement définitif avec l’accusation de « partialité et sectarisme » envers les couples homosexuels. Le ministre de la justice et le président de la cour Suprême ont estimé que « cette sérieuse inconduite entraîne une déconsidération envers

Lire la suite de l'article

1er prix Un de nous remis à la maman d’un bébé atteint de trisomie 21, conçu dans le cadre d’un contrat de GPA et sauvé de l’avortement

Ce samedi 12 mars, la nouvelle Fédération UN DE NOUS organise un 1er Forum pour son lancement officiel à Paris (salle Gaveau).

1 200 participants, 31 associations représentant 16 pays, des personnalités de premier plan, vont marquer cet évènement fondateur. Eugénisme, recherche sur l’embryon, GPA, avortement, euthanasie, transhumanisme : les défis sont nombreux pour cette jeune Fédération, nouvelle force pour la vie en Europe.

Pour Jaime Mayor Oreja, président de la Fédération UN DE NOUS, et Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune (membre de la Fédération et organisatrice du Forum) :

« La Fédération s’appuie sur l’élan généré par le grand succès populaire de l’Initiative citoyenne européenne UN DE NOUS pour protéger l’embryon, soutenue par 2 millions de citoyens européens. Trop de pressions partisanes et mercantiles pèsent sur les législateurs pour encourager les fantasmes de l’homme augmenté, de la maternité sous-traitée, de l’enfant parfait et de la mort de la mort, qui petit à petit tuent notre civilisation judéo chrétienne. Ce Forum est l’acte fondateur d’une nouvelle Europe pour la vie, retrouvant la force de ses racines, rompant avec l’ultralibéralisme libertaire et un long silence coupable. »

Unknown-3Au cours de ce Forum, le premier Prix UN DE NOUS sera remis à un « héros ordinaire de la vie ». La lauréate est une jeune femme thaïlandaise, Pattaramon Chanbua, maman d’un bébé atteint de trisomie 21, qui a suscité à l’été 2014 une émotion internationale suite à la révélation de son histoire : conçu dans le cadre d’un contrat de

Lire la suite de l'article

Le Parlement portugais prive les enfants d’un papa et d’une maman

Passant outre le veto du président, le Parlement portugais a voté aujourd'hui, à la majorité absolue des députés, une loi autorisant l’adoption par les homosexuels.

L’ensemble des partis de gauche, majoritaires depuis les élections législatives du 4 octobre, ont voté pour, ainsi qu’une vingtaine de députés de l’opposition de droite.

Lire la suite de l'article