Archives par étiquette : majorité

Dans 40 ans, la majorité de la population française deviendra inéluctablement « d’origine musulmane »

De Charles Gave sur Causeur :

"Pour une fois, je ne vais pas parler d’économie mais de démographie, la beauté avec cette science humaine étant que l’on n’a pas besoin de faire des prévisions : ceux qui sont nés aujourd’hui seront là dans trente ans et ceux qui ne sont pas nés ne seront pas là. Cela est certain. Je ferai abstraction de l’immigration nouvelle qui va continuer sans doute dans les 30 ans qui viennent, et je ne prendrai donc en compte que les réalités connues aujourd’hui c’est-à-dire les naissances. […]

Ma première remarque est que je ne peux pas m’empêcher de penser que celui qui n’a pas d’enfant n’a pas la même notion du futur que celui qui en a eu. Pour celui qui n’a pas d’enfant, le futur s’arrête sans doute à la prochaine élection ou à sa mort. Après moi, le déluge… En Allemagne, 30 % des femmes de plus de 45 ans et 40 % de celles qui ont eu des diplômes universitaires sont sans enfant et le taux de fécondité (nombre d’enfants par femme) des populations locales hors immigrants est d’environ 1,4. La situation est la même en Italie, en Espagne, en Grèce au Benelux… Ainsi, en Italie ou en Grèce, 100 grands-parents ont en moyenne 42 petits-enfants, offrant ainsi l’exemple même d’une pyramide démographique inversée reposant non pas sur la base mais sur la pointe. Et tout le monde sait que si l’on met une pyramide sur la pointe, elle a une fâcheuse tendance

Lire la suite de l'article

“La grande majorité des terroristes n’ont aucun rapport avec la psychiatrie”

Gérard Collomb, invité de RTL le 18 août, souhaite "mobiliser les hôpitaux psychiatriques" pour identifier les individus radicalisés en expliquant qu'il allait travailler en collaboration avec la ministre de la Santé.

"Nous sommes en train de travailler avec ma collègue pour essayer de repérer l'ensemble de ces profils qui demain peuvent passer à l'acte". "Un certain nombre d'esprits faibles qui voient ce qui se passe, vont passer à l'acte par mimétisme et c'est ce contre quoi il faut se prémunir et il faut travailler". "Sur les fichiers des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, nous considérons qu'à peu près un tiers présente des troubles d'ordre psychologique"

Romain Caillet, spécialiste de la question terroriste à RTL, dénonce :

"Chercher à expliquer la radicalisation par la psychiatrie, c'est être à côté de la plaque, c'est ridicule d'en être encore là". "Leur engagement est idéologique et ne relève pas de la psychiatrie". "Voir la question jihadiste à travers un seul prisme, c'est très séduisant car ça évite de se poser les questions dérangeantes".

Jacques Raillane, ajoute :

"Deux ans après le Bataclan, on pensait avoir dépassé ce stade du n'importe quoi". "On a dit qu'ils étaient drogués, qu'ils étaient chômeurs, qu'ils étaient malades", "ça fait peur de penser que des gens pas fous puissent faire ça". "On va bientôt demander à Pôle Emploi de discerner des signes de radicalisation !"

Le professeur en psychiatrie à Sainte-Anne et expert à la cour d'appel de Paris, Raphaël Gaillard, explique :

Lire la suite de l'article

Une grande majorité de Français contre l’immigration

Selon un sondage récent, 61% des Français sont contre l'arrivée des immigrés en Europe, avec un fort clivage gauche/droite :

DG77fLrXgAAhvNO

DG78SU9XcAAGrkeNéanmoins le grand remplacement n'est pas un mythe, avec près de 400 000 Algériens devenus Français entre 1998 et 2016 selon le dernier rapport de la direction des étrangers du ministère français de l’Intérieur.

Lire la suite de l'article

La crise de l’Eglise comparable à celle du IVe siècle, lorsque l’arianisme avait contaminé l’immense majorité de l’épiscopat

Jeanne Smits a traduit un texte de Mgr Athanasius Schneider sur la crise de l'Eglise et la nécessaire réflexion doctrinale à propos de Vatican II. Mgr Schneider a revu le texte français pour qu'il reflète exactement sa pensée :

"La situation de crise sans précédent où se trouve actuellement l’Eglise est comparable à la crise générale au IVe siècle, lorsque l’arianisme, ayant contaminé l’immense majorité de l’épiscopat, occupait une position dominante dans la vie de l’Eglise. Nous devons chercher à aborder cette situation avec réalisme, d’une part, et de l’autre, avec un esprit surnaturel – avec un profond amour de l’Eglise, notre mère, qui souffre la Passion du Christ en raison de cette confusion doctrinale, liturgique et pastorale formidable et généralisée.

Nous devons renouveler cette foi par laquelle nous croyons que l’Eglise est entre les mains très sûres du Christ, sachant qu'Il intervient toujours pour renouveler l’Eglise au moment où le navire de l’Eglise semble devoir couler, comme c’est évidemment le cas de nos jours.

En ce qui concerne l’attitude à l’égard du concile Vatican II, nous devons éviter deux extrêmes : le rejet complet (tel celui des sédévacantistes et d’une partie de la Fraternité Saint-Pie X, ou l’« infaillibilisation » de tout ce qui a été exprimé par le concile.

Vatican II était une assemblée légitime présidée par les papes et nous devons garder envers ce concile une attitude respectueuse. Néanmoins, cela ne signifie pas qu'il nous soit interdit d’exprimer des doutes bien fondés ou des suggestions respectueuses d’amélioration

Lire la suite de l'article

Le concept de citoyenneté dans les pays à majorité musulmane

Samedi 1er juillet a eu lieu en l’Université Notre-Dame de Louaïzé au Liban, un colloque qui approfondit la question cruciale de la compatibilité entre les principes de citoyenneté et de pluralisme et l’organisation sociale et politique des pays à majorité musulmane reconnaissant la loi islamique comme source de leurs propres ordonnancements constitutionnels.

L’initiative accueillie par cette Université catholique libanaise et réalisée avec le patronage du Patriarcat d’Antioche des Maronites, reprend les questions clefs affrontées dans le cadre du grand colloque dédié aux thèmes de la citoyenneté et du pluralisme organisé en février dernier par l’Université a-Azhar du Caire, plus important des centres universitaires de l’islam sunnite. A la conférence de ce jour, prennent part des représentants des communautés islamiques et chrétiennes libanaises, ainsi que le cheick Abbas Shuman, adjoint du grand imam d’al-Azhar.

Dans une volonté explicite de donner le plus grand impact politique à la déclaration d'al-Azhar des 28 févier-1er mars derniers sur la citoyenneté, la déclaration finale dite « déclaration de Louaïzé » a apporté sa pleine adhésion au document d'al-Azhar.

« Le congrès de Notre Dame de Louaïzé salue et appuie la déclaration d'al-Azhar comme un appel sincère de la part de la plus haute institution religieuse arabe et islamique à un partenariat complet dans tous les pays arabes, au sein d'un État national constitutionnel civil distinguant entre la religion et l'État, et reposant sur l'égalité entre tous les membres d'un même pays ; un pays qui valorise la diversité et la pluralité culturelle et religieuse, et remplace

Lire la suite de l'article

Pour s’assurer une majorité, Theresa May va signer un accord avec le DUP (pro-vie et pro-famille)

En Grande-Bretagne, la droite ne s'embarrasse pas du politiquement correct édicté par la gauche. Pour avoir la majorité absolue, le Premier ministre fait jouer l'union des droites. La droite française prendra-t-elle exemple sur l'Outre-Manche ?

DCN6muLXUAE91yM"Après les élections législatives du 8 juin, les conservateurs n’ont que 318 députés à la Chambre des communes, alors que la majorité absolue est de 326 sièges. Le DUP, qui a 10 sièges, peut apporter les voix manquantes à MmeMay et lui permettre de sauver, au moins temporairement, son poste.

La politique d’Irlande du Nord n’a rien à voir avec celle du reste du Royaume-Uni. Conservateurs et travaillistes y sont absents. A la place, les lignes de fracture sont identitaires. D’un côté se trouvent les unionistes, protestants, qui veulent rester dans le Royaume-Uni. Deux grands partis les représentent, dont le plus important est le DUP. De l’autre se trouvent les républicains, catholiques, qui veulent rejoindre la République d’Irlande. Là encore, deux grands partis les représentent, le plus important étant le Sinn Fein.

Depuis 2007, le DUP est devenu le grand parti de gouvernement d’Irlande du Nord. Son fondateur, Ian Paisley, a été le premier ministre de la province de 2007 à 2008, avant d’être remplacé par Peter Robinson jusqu’en 2016, et ensuite par Mme Foster. Ils partageaient le pouvoir avec le vice-premier ministre Martin McGuinness, du Sinn Fein. Mais depuis janvier, Sinn Fein et DUP ne s’entendent plus et les récentes élections en Irlande du Nord n’ont pas aidé à surmonter

Lire la suite de l'article

Avec une abstention massive, la majorité parlementaire issue des urnes vides reflète plus un succès par défaut

Communiqué du Parti de la France :

"Le Parti de la France constate qu’avec une abstention massive et historique de l’électorat, la majorité parlementaire issue des urnes vides reflète plus un succès par défaut et une grande illusion électorale qu’une réelle victoire politique pour le parti du président.

L’absence d’un groupe parlementaire pour le Front National et le fossé entre les espoirs affichés et le résultat sont le fruit d’une campagne qui a transformé un boulevard électoral en chemin de traverse… Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre la voix d’une véritable droite nationale, économiquement crédible et fière de ses valeurs. C’est la mission politique du Parti de la France.

Dès l'automne, le PdF publiera un manifeste détaillant nos mesures pour le redressement de la France. Un livre d'entretiens avec Carl Lang sera édité afin d'indiquer quelles sont nos grandes orientations et ce que seront notre stratégie d’action et nos objectifs. Une nouvelle politique de communication sera mise en œuvre (refonte du site internet, page Facebook officielle, multiplication des vidéos thématiques, présence accrue sur les réseaux sociaux). Une grande campagne de recrutement sera lancée parallèlement à la mise en place d’un institut de formation des cadres et des militants. Nous allons construire une force politique et militante de résistance nationale. Face à la submersion migratoire, à l'islamisation de notre société, au déclin économique et social, à l’insécurité et à l’abandon de nos valeurs de civilisation, le Parti de la France a, plus que jamais, vocation à être la

Lire la suite de l'article

Manuel Valls : “Je serai candidat de la majorité présidentielle”

Unknown-26L'ancien premier ministre a annoncé ce matin sur RTL qu'il serait candidat aux législatives dans l'Essonne sous l'étiquette "République en marche", le mouvement d'Emmanuel Macron :

"Je serai candidat de la majorité présidentielle et je souhaite m'inscrire dans ce mouvement". "Ce Parti socialiste est mort, pas ses valeurs".

Il explique qu'il restera membre du Parti socialiste :

"Le PS va exclure un ancien premier ministre qui a toujours été loyal ? Sans jamais exclure ou se poser la question de ceux qui votaient contre des lois de finances ou préparaient des motions de défiance ?"

Lire la suite de l'article

Macron : “Si Manuel Valls est prêt à quitter le PS et participer à la majorité présidentielle, il le pourra”

Manuel Valls est prêt à enterrer le PS et à travailler avec Emmanuel Macron. Et Emmanuel Macron est visiblement prêt à recycler l'ancien premier ministre de Manuel Valls. La boucle est presque bouclée, c'est une question de jour :

09e5913169382945574d0da07aaec"(…) Manuel Valls avait appelé sans ambiguïté à voter pour Emmanuel Macron dès le premier tour, et ce malgré la candidature du socialiste Benoît Hamon, qui l'avait battu lors de la primaire organisée par le Parti socialiste et ses alliés. L'ancien Premier ministre Manuel Valls s'est encore déclaré en la faveur du leader d'En Marche, ce mardi matin sur Europe 1. Il s'est même projeté sur la future campagne des législatives, expliquant que la future majorité présidentielle, si Emmanuel Macron est élu, dépassera le clivage droite-gauche. «Je pense que nous pouvons nous retrouver sur la relance de l'Europe et la coopération que nous devons construire avec l’Allemagne», a-t-il expliqué, avant d'ajouter quelques réponses plus tard : «Je fais partie de ceux qui considèrent que les socio-démocrates doivent en faire partie», sans donner plus de précision (…)

Invité de Jean-Jacques Bourdin, le candidat d'En Marche n'a pas hésité à tendre la main à l'ancien Premier ministre. «Si Manuel Valls est prêt à quitter le PS et participer à la majorité présidentielle, il le pourra», a-t-il expliqué.

Lire la suite de l'article

«L’immense majorité au FN est d’accord avec Marion Maréchal Le Pen»

Geoffroy Lejeune (Rédacteur en chef politique de Valeurs Actuelles) réagissait aux tensions entre Marion Maréchal Le Pen et Florian Philippot sur la question de l’IVG et plus globalement aux 2 lignes au sein du Front National.

« Florian Philippot a accusé Marion Maréchal le Pen sur BFMTV d’être «Seule et isolée» au sein du Front National. La vérité, quand on connaît un peu le Front National, l’organisation territoriale, c’est que l’immense majorité des gens sur le terrain sont d’accord avec Marion Maréchal Le Pen plutôt qu’avec Florian Philippot. Et le fond du problème, c’est que Marine Le Pen est d’accord avec Florian Philippot. Donc aujourd’hui, on a une candidate à la Présidentielle soutenue par un parti, qui finalement n’est plus tellement en adéquation avec sa base. Ca pose une autre question, celle du choix stratégique que le Front National fait dans cette Présidentielle : Va-t-on très à droite en continuant à marteler les fondamentaux ou essaie-t-on de faire une espèce de «Grande Alliance» des souverainistes à la Chevènement, qui, à mon sens, est le meilleur moyen de perdre ? Marine Le Pen a fait le choix de faire une alliance vers la gauche et aujourd’hui, c’est ce que lui reproche sa nièce. »

Lire la suite de l'article

Trumpiser le débat politique, c’est parler franchement à la majorité silencieuse sans se soumettre à la bien-pensance

13913809_824259041006964_567736559935620946_oAussi incroyable que cela puisse paraître, il existait un comité de soutien à Donald Trump en France. Méprisé et considéré comme anecdotique par les médias jusqu'à présent, le Parisien a interrogé son animateur Vivian Hoch. Extraits :

Après sa victoire, Donald Trump devient-il un modèle pour votre mouvement en France?

Notre but aujourd’hui, c’est de «trumpiser» le débat politique français. On a inventé ce concept pour que les responsables politiques puissent s’en inspirer.

En quoi consiste «la trumpisation» ?

Il s’agit de parler franchement, de parler à la majorité silencieuse. Cette nuit, c’est la victoire de cette majorité qui était tellement silencieuse que même nous, on ne s’y attendait pas. Clinton était tellement donnée gagnante.

Qui peut incarner ce mouvement de «trumpisation» en France ? Marine Le Pen?

Aucun candidat ou candidate ne peut arriver à la cheville de Trump. Il leur manque ce qui a fait le succès de Trump, c’est-à-dire de pouvoir se placer au-dessus de la mêlée. On présente Marine Le Pen comme la soeur de Donald Trump et vice-versa… C’est tout à fait faux. Elle est engagée dans une stratégie de dédiabolisation, alors que Trump a toujours maintenu la tête haute. Il n’a jamais reculé et ne s’est jamais.

Et puis Marine Le Pen, ce n’est pas nouveau, c’est un parti. Elle s’est déjà présentée à des élections, contrairement à Trump qui ne vient pas du monde politique. C’est aussi cet aspect qui manque en France. On a besoin de renouvellement dans

Lire la suite de l'article