Archives par étiquette : mais

Automobilistes : « Tout le monde a envie de se révolter mais personne n’ose»

Extrait d'un entretien avec un « tagueur de radars », qui revendique sa liberté et part en guerre contre l'Etat-taxeur :

Unknown-26« J’ai tagué dix radars à la peinture orange entre octobre et décembre 2017. Ceux situés dans les environs de Dole et en direction de Champagnole, ainsi que celui de Fraisans. Et j’ai tout fait pour me faire prendre. Je l’ai fait en plein jour et j’ai été vu. Je m’en suis vanté auprès de personnes qui ne m’aimaient pas afin qu’elles me dénoncent et j’en ai même signé un de mes initiales. Il leur aura quand même fallu trois mois pour me retrouver. Mais quand ils ont perquisitionné mon domicile, ils ont trouvé les bombes de peinture que j’avais intentionnellement conservées. »

Pourquoi taguer ces radars ?

« J’en avais marre de me faire flasher pour de petits excès de vitesse de quelques kilomètres par heure, de perdre 90 € à chaque fois et de perdre des points. » […] « Je l’ai fait aussi pour l’ensemble des automobilistes qui paient un million d’euros par an à l’État et ont besoin de leur voiture pour aller au boulot. Moi, encore, je peux y aller à vélo mais ce n’est pas le cas de tout le monde. C’est pour cela aussi que j’ai tout fait pour me faire prendre, sinon je restais dans l’anonymat et je n’avais pas d’action politique possible. Je ne cherche pas à me faire une petite pub locale mais à ce que ce soit repris au niveau national. »

Quand vous nous avez téléphoné,

Lire la suite de l'article

The Voice : Mennel n’est pas une victime mais une provocatrice

Qui cherche à tester la résistance de la société face à l'islam :

Lire la suite de l'article

Mais où sont les féministes ?

Cette publicité dans une devanture de magasin à Grenoble ne choque visiblement personne. La violence faite aux femmes, est-ce exclusivement lorsque le coupable est un cinéaste ? Yves Daoudal y voit un signe de l'islamisation de la société française, nous y voyons en tous cas la soumission progressive si bien décrite par Houellebecq.

949867

Lire la suite de l'article

Il peut y avoir une légitime diversité d’opinion parmi les catholiques sur certains sujets mais pas sur l’avortement

Alors que l'on apprend qu'un nombre important de dirigeants du MRJC avait soutenu la loi Taubira, et que son président actuel a visiblement soutenu Jean-Luc Mélenchon à la dernière présidentielle, Vivien Hoch rappelle sur Riposte catholique ce qu'est un principe non-négociable, c'est-à-dire non soumis aux circonstances ni à l'époque ni au lieu (l'avortement est toujours un meurtre / l'accueil de l'immigré doit être évalué en fonction du bien commun) :

Index"[…] Ces principes non négociables ont vertu d’utilité. Ils servent comme critères sûrs et indiscutables qui facilitent un choix politique en conformité avec les enseignements de l’Église. Le chrétien peut très bien refaire le parcours intellectuel ascendant (philosophie) et descendant (théologie) qui aboutit à ces principes. Deuxièmement, force est de constater que ni en 2006 ni après, les principes non négociables de la doctrine de l’Église catholique n’incluent l’ « accueil des migrants ».

Dans l’Église, certains critiquent le principe même de « principes non négociables ». Bruno Saintôt, Directeur du département de bioéthique du Centre Sèvres (faculté jésuite de Paris), remet en doute la clôture de la liste, et souhaite qu’elle s’étende, par exemple, à la « justice sociale » ou à la « libération des formes modernes d’esclavage ». Il conditionne le respect des principes non négociables de Benoit XVI, au respect d’autres critères, économiques et sociaux.

Selon Benoit XVI, le sens de la non négociabilité des principes est tout autre. La défense de la vie, de la famille et de l’éducation des enfants sont des fondamentaux de la vie en communauté. De leur respect découlent

Lire la suite de l'article

Là où la vie vaut non pas pour sa dignité mais pour son efficacité et pour sa productivité, tout devient possible

Le pape François a reçu en audience les participants à l’assemblée plénière de la Congrégation pour la Doctrine de la foi vendredi 26 janvier. Extrait :

20180126120850_0297-740x493"[…] Au cours de cette session plénière, vous avez approfondi aussi quelques questions délicates sur l’accompagnement des malades en phase terminale. À cet égard, le processus de sécularisation, en absolutisant les concepts d’autodétermination et d’autonomie, a comporté dans de nombreux pays une croissance de la demande d’euthanasie comme affirmation idéologique de la volonté de puissance de l’homme sur la vie. Cela a conduit aussi à considérer l’interruption volontaire de l’existence humaine comme un choix de « civilisation ». Il est clair que là où la vie vaut non pas pour sa dignité mais pour son efficacité et pour sa productivité, tout cela devient possible. Dans ce scénario, il faut redire que la vie humaine, de sa conception jusqu’à sa fin naturelle, possède une dignité qui la rend intangible.

La douleur, la souffrance, le sens de la vie et de la mort sont des réalités que la mentalité contemporaine peine à affronter avec un regard plein d’espérance. Et pourtant, sans une espérance fiable qui l’aide à affronter aussi la douleur et la mort, l’homme ne parvient pas à bien vivre et à conserver une perspective confiante devant son avenir. C’est là un des services que l’Église est appelée à rendre à l’homme contemporain. […]"

Lire la suite de l'article

La volonté du patient respectée s’il demande l’arrêt des soins, mais déniée s’il demande leur poursuite

Communiqué de l'Acpervie-sos-maternité (Protestants pro vie) :

Page1image400"La loi Claeys sur la fin de vie à peine votée, une nouvelle transgression a été entérinée. Alors que cette loi instaure l’euthanasie passive sous couvert de sédation jusqu’au décès, elle était garante de la volonté du patient. C’est lui qui, de vive voix ou par des directives anticipées, décidait s’il fallait arrêter les soins dans une situation sans issue. Dans le cas d’Ines, c’est  la patiente, mineure représentée par ses parents, qui demande au contraire la poursuite des soins. Les Chrétiens Protestants et Évangéliques s’inquiètent de voir la volonté du patient respectée s’il demande l’arrêt des soins, mais déniée s’il demande leur poursuite. Ce pouvoir de vie et de mort donné aux médecins, redoutable tant pour eux mêmes que pour tout mortel, est un nouveau glissement vers l’euthanasie active.

Les Chrétiens Protestants et Évangéliques prient pour Ines et ses parents, ainsi que pour le personnel soignant dont la tâche est difficile, mais qui est heureusement sécurisée par un garde-fou: le serment d’Hippocrate.

Ce serment n’est pas sans relation avec un garde fou plus ancien, gravé dans les Tables de la Loi écrites du doigt de Dieu."

Lire la suite de l'article

La vie n’a pas de prix mais la défendre a un coût

La Marche Pour La Vie du 21 janvier prochain se prépare et les 1 000 bénévoles sont déjà au travail depuis plusieurs mois pour tout organiser. Comme vous le savez, ce type de manifestation à un coût très important : sécurité, podium, sonorisation, affiches, tracts, etc ….

C’est pourquoi, nous faisons appel à vous aujourd’hui pour nous aider financièrement par un don qui nous permettra de faire face à toutes ces dépenses :

Je fais un don

Capture d’écran 2018-01-16 à 19.55.16

Lire la suite de l'article

L’Epiphanie : la source saine du dialogue interreligieux, non pas un tiède dialogue de salon, mais du dialogue qui mène à l’unique Sauveur

Extrait de l'homélie de Dom Hervé Courau, abbé de Triors, en la fête de l'Épiphanie :

Adoration-des-Mages-1"Les Mages viennent de l’Orient, nous apprend S. Mathieu (Mt. 2,1) : la tradition a amplifié le sens de ces trois mots. Elle voit en eux des rois venus des trois continents qui jouxtent la Terre Sainte, celle-ci étant ainsi au carrefour des civilisations les plus anciennes, antérieures même à la culture gréco-latine. Cette tradition qui paraît passablement naïve, relève pourtant d’une intuition très juste : nous pouvons voir en effet dans l’adoration des Mages toutes les cultures et religions se soumettre à Jésus. Par eux, l’humanité entière se courbe ici avec déférence selon ce que prévoyait le psalmiste : le Seigneur règne, les peuples tremblent, le Seigneur règne, toute la terre exulte (Ps. 98 & 96).

Nous tenons là la source saine du dialogue interreligieux. Il ne s’agit pas là d’une attitude facile, d’un tiède dialogue de salon entre opinions qui ne compromet personne, mais au contraire, selon la formule ambitieuse du Bx Paul VI, il s’agit du dialogue du salut, c’est-à-dire le dialogue qui mène à l’unique Sauveur et nous compromet en lui ; voilà l’enjeu que se fixait à ce sujet le Concile, lumen gentium. Il faut préciser cela. Les sagesses venues d’Afrique, d’Asie et du monde indo-européen résument la recherche de toute l’humanité, cahin-caha bien souvent, mais aussi avec des splendeurs de désirs et de grande attente. Toutes, elles ont ici ou là leur noblesse à respecter et même à admirer, surtout en

Lire la suite de l'article

La vie n’a pas de prix mais la défendre a un coût

La vie n’a pas de prix mais la défendre a un coût… aidez-nous ! Encore quelques heures pour faire un don à la Marche Pour La Vie et obtenir un reçu fiscal sur vos revenus de l’année 2017 !

2RT0bINu

La Marche Pour La Vie du 21 janvier prochain se prépare et nos bénévoles sont déjà au travail depuis plusieurs mois pour tout organiser. Comme vous le savez, ce type de manifestation à un coût très important : sécurité, podium, sonorisation, affiches, tracts, etc ….  C'est pourquoi, nous faisons appel à vous aujourd’hui pour nous aider financièrement par un don qui nous permettra de faire face à toutes ces dépenses :

Je fais un don :   

Pour devenir bénévole, organiser ou rejoindre un car, commander des tracts, affiches et autocollants, RDV sur notre site :

Lire la suite de l'article

La crèche non, mais dîner avec les islamistes de l’UOIF, oui

Au Conseil régional de Bourgogne, Julien Odoul (élu FN) dénonce l'attitude de la présidente Marie-Guite Dufay (PS) qui refuse les crèches de Noël au Conseil régional mais dîne publiquement avec les islamistes de l’UOIF.

Lire la suite de l'article