Archives par étiquette : Magistrature

Bordeaux, 3 avril : contre la répression judiciaire, tous devant l’Ecole Nationale de Magistrature

B_1_q_0_p_0

De Résistance républicaine et Riposte laïque :

"Alors que de plus de plus d'internautes, de patriotes, d'hommes politiques, d'écrivains, de cinéastes, se retrouvent devant les tribunaux, et parfois menacés de prison, ce gouvernement vient d'annoncer, par la voix du Premier ministre Edouard Philippe, la mise en place d'une nouvelle loi, encore plus répressive que la précédente, qui faisait pourtant partie des plus sévères du monde.

Le prétexte annoncé est de lutter contre le racisme. Celui du Coran, de Merah, des imams officiant dans des mosquées sous haute surveillance ( ou pas ) ? Vous n'y êtes pas. Il n'en est même pas question. Il s'agit de respecter à la lettre l'esprit du politiquement correct, des associations dites antiracistes et de ce régime. Quiconque osera s'attaquer à l'invasion migratoire sera accusé de racisme. Quiconque osera protester contre l'islamisation de notre pays, et dira la vérité sur la réalité de l'islam, se verra accusé d'inciter à la hain.

L'objectif de ce gouvernement est clair : faire pression sur les hébergeurs pour qu'ils éliminent d'eux-mêmes tous les textes qui seront signalés par de véritables cafards du net, recrutés par la Dilcrah, et payés avec l'argent de nos impôts. Les juges, dont certains se sont illustrés dans le scandale "Murs des cons" auront toute latitude de faire supprimer un article dans les 48 heures, voire de fermer un site.

Cerise sur le gâteau, 400 personnes vont être recrutées pour aller dans les écoles (qui n'ont sans doute pas d'autres priorités) et laver le cerveau

Lire la suite de l'article

L’hypocrisie du Syndicat de la Magistrature

Le Syndicat de la Magistrature a dénoncé hier :

Capture d’écran 2017-02-28 à 08.30.21"Les manœuvres de déstabilisation de la justice, elles, ne connaissent pas de trêve ! La version polie parle de « retenue » ou de « pause » tandis que la version outrancière recycle, dans un discours plaqué, le « gouvernement des juges », les « cabales d’Etat » et fantasme les atteintes à la séparation des pouvoirs. Ceux qui les invoquent se croient autorisés à détourner à leur profit les principes démocratiques, non sans les dégrader sévèrement.

Rétifs à l’égalité devant la loi, certains membres de la classe politique prétendent se construire une immunité pénale et c’est par l’intimidation qu’ils veulent l’imposer. Que l’autorité judiciaire ose faire son travail, enquêter sur les infractions à la loi pénale qui lui ont été dénoncées, constitue pour eux un crime de lèse-candidat.

Au mépris affiché pour la justice viennent de s’ajouter des menaces édifiantes : après avoir refusé de se rendre à sa convocation, Marine Le Pen promet, si elle accédait au pouvoir, de demander des comptes aux policiers et aux juges en guise de représailles.

En démocratie, la loi est la même pour tous et l’autorité judiciaire est chargée de son application, en toute indépendance, dans le respect des règles procédurales et des droits de la défense. N’en déplaise à certains, la séparation des pouvoirs n’est pas l’impunité organisée au profit des élus et de ceux qui aspirent à l’être.

Ces attaques délétères contre la justice et la démocratie doivent cesser : il est grand temps que la retenue change de camp."

Sic.

Lire la suite de l'article

Le Syndicat de la magistrature invente le tribunal d’opinion

Et organise le procès symbolique de l'Etat, coupable de violation des droits des enfants Roms, avec la complicité de l'université de Paris 8.

Commentaires (4)

Syndicat de la Magistrature?
Combien d'adhérents?
Quel budget?
Quel montant de subventions publiques?

Rédigé par : C.B. | 29 juin 2015 14:07:32
____________________________________

Les magistrats n'ont-ils pas une obligation de neutralité ?

Rédigé par : SD-vintage | 29 juin 2015 14:25:41
____________________________________

Il n'y a pas besoin d'inventer ce qui existe déjà.

Rédigé par : mt | 29 juin 2015 15:59:31
____________________________________

Et la violation des droits de l'enfant à vivre entre son père et sa mère dans le cadre de la recente decision de Nantes ?
Et la violation des droits de l'enfant à VIVRE tout simplement ?
C'est pour quand le procès ?

Rédigé par : Gautier | 29 juin 2015 20:38:51
____________________________________

Lire la suite de l'article

«Mur des cons» : non-lieu requis pour la présidente du syndicat de la magistrature

4470047_images_545x460_autocropLu ici :

"Le parquet de Paris a requis un non-lieu pour la présidente du Syndicat de la magistrature (orienté à gauche), Françoise Martres, dans l'affaire du «Mur des cons», en estimant les faits prescrits."

En effet, le "Mur des cons" avait été initié sous l'ère Sarkozy. Le parquet estime qu'on ne peut retenir la responsabilité de Françoise Martres comme éditeur du panneau. Elle s'était pourtant bien gardée de le faire retirer…

Pas responsable, pas coupable.

Commentaires (14)

Décidément la caste bourgeoise et libertaire au pouvoir se fiche de nous.Après la "liberté d'expression", voici "l'indépendance de la justice".
C'était comme ça en URSS du temps de Brejnev.
A quand les goulags ?
Quand on voit qui est "charlie", on n'a vraiment pas envioe d'en faire partie…

Rédigé par : Karv | 23 jan 2015 08:40:28
____________________________________

Il ne fallait rien attendre de plus. Car la justice dominée par le syndicats auquel appartient cette présidente n'allait pas condamner sa présidente! C'est ce qu'on appelle une justice indépendante, si quelqu'un avait des doutes il n'en a plus avec ce jugement!
Mais nous sommes dans un pays démocrate où la justice est soi disant indépendante et impartiale, on croit rêver, c'est digne des pays totalitaires!

Rédigé par : lapaladine | 23 jan 2015 08:59:20
____________________________________

C'est du vécu.
Est-il normal que dans un grand palais de justice en France sur des très nombreuses portes de bureaux ,la pancarte "je suis Charlie" soit épinglée en grand ,bien en évidence ?

Rédigé par : Alpin

Lire la suite de l'article

Le syndicat de la magistrature favorables aux bébés éprouvettes pour homosexuelles

A la suite de la légalisation, de fait, des PMA pour les lesbiennes par la Cour de cassation, le syndicat de la magistrature s’est permis de faire part de son approbation publique, et de son souhait de voir la loi aller plus loin, sur son compte Twitter

Commentaires (5)

"Tout fout le camp" comme on dit dans la série:"Les Soprano".

Rédigé par : L’anarcho | 21 oct 2014 09:56:19
____________________________________

Le syndicat de la magistrature est un enfant de mai 1968 http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/04/25/01016-20130425ARTFIG00724-l-ideologie-seventies-du-syndicat-de-la-magistrature.php

Rédigé par : Isabelle | 21 oct 2014 10:13:40
____________________________________

Autrefois c'était "chacun pour soi et Dieu pour tous".
Mais ils ont décrété que Dieu est mort.
Conséquence:
"Chacun pour soi et personne pour tous".

Rédigé par : C.B. | 21 oct 2014 10:21:07
____________________________________

Le Mur des Cons, c'était bien eux ? Qui les trouve encore crédibles, ces gens-là ?

Rédigé par : Elle | 21 oct 2014 10:54:57
____________________________________

De la boue plein la vue avec le syndicat de la magistrature. C'est une coutume qui s'installe en nos heures très sombres de république stalinienne.

Rédigé par : depassage | 21 oct 2014 11:19:14
____________________________________

Lire la suite de l'article

Le Syndicat de la magistrature oublie La Manif Pour Tous

Dans un récent communiqué, le syndicat se plaint de la répression à l'égard des mouvements sociaux :

"Faucheurs d’OGM, militants anti-pub, étudiants anti-CPE, « Contis » d’hier, syndicalistes de Roanne, militants de la confédération paysanne en lutte contre la ferme-usine des 1000 vaches, paysans et militants de la ZAD en résistance contre l’aéroport de Notre Dame des Landes d’aujourd’hui : triste continuité que celle de la répression du mouvement social !

Qu’ont en commun ces hommes et femmes ? Ce sont tous des acteurs mobilisés au nom de l’intérêt général pour créer les conditions d’un débat public, des précurseurs dans le combat contre la destruction de l’environnement, la diffusion des OGM ou contre des choix politico-industriels dictés par la recherche illimitée du profit, au mépris des droits des travailleurs, paysans et habitants.

Et surtout, aujourd’hui comme hier, leurs actions collectives, faites de colère spontanée et inspirées par la détresse pour certains, de démonstrations aussi pacifiques que symboliques pour d’autres, leur valent un traitement pénal hors norme, soumis à des objectifs chiffrés que devront valider des condamnations sévères.

Tandis que les moyens manquent à la justice et à la police pour lutter contre la délinquance économique et financière, on déroule là une mobilisation policière sans précédent et, trop souvent, un traitement judiciaire en temps réel : garde-à-vue, fichage génétique, déferrement et comparution immédiate, cette justice expéditive génératrice d’emprisonnement. […]"

Pourquoi avoir délibérément omis La Manif Pour Tous ?

Lire la suite de l'article

Magistrature : la chasse aux sorcières de Christiane Taubira

Le ministre de la justice, Christiane Taubira, a demandé à François Falletti, procureur général de Paris – le parquet le plus important de France – de quitter son poste, ce que le ministère de la justice dément. Selon les informations du Canard enchaîné, le magistrat a été convoqué, lundi 27 janvier, au ministère de la justice, où la directrice de cabinet de la garde des sceaux lui aurait demandé de démissionner de son plein gré, en échange d'un reclassement comme premier avocat général à la Cour de cassation. François Falletti a confirmé au Monde :

« On m'a effectivement demandé de partir à la Cour de cassation, je n'y suis absolument pas candidat. J'ignore pour quelle raison on me demande de partir, je fais mon travail, et la charge est lourde, avec toute l'intégrité voulue et toute la déontologie, je n'ai pas compris. »

Le magistrat a signifié son refus au ministre de la justice.

Par ailleurs, Christiane Taubira a rédigé un décret (en attente de publication) modifiant le seuil de représentativité des syndicats de magistrats, afin de sanctionner FO Justice, qui ouvre un peu trop sa bouche (notamment contre la circulaire sur la GPA). Ce qui fait réagir le député Moreau :

"M. Yannick Moreau appelle l'attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur la question d'un décret modifiant a posteriori la représentativité des organisations syndicales de la magistrature. Il a annoncé lors du dernier congrès de l'Union syndicale de la magistrature une

Lire la suite de l'article