Archives par étiquette : Madame

Le cortège de Madame Veil lors de sa panthéonisation sera constitué des millions d’enfants sacrifiés sur l’autel du plaisir et du confort

Le Président général du Souvenir Français a récemment rédigé un article à la gloire de Mme Veil, qui va bientôt être panthéonisée. L'abbé Girod, membre du Comité de Marlieux du Souvenir Français, lui a écrit :

Capture d’écran 2018-06-09 à 11.21.10"Monsieur le Président, 

La Lettre n° 29 du Souvenir Français contient un texte que vous avez rédigé sur la panthéonisation prévue de Simone Veil.

Vous reprenez à ce sujet les paroles qu’André Malraux avaient prononcées lors de la même cérémonie organisée pour Jean Moulin, en les appliquant à Simone Veil : « Entre ici ». Vous imaginez le cortège qui l’accompagne, qui comprend notamment « des millions de femmes à qui elle a rendu la maîtrise de la maternité ».

Je suis loin de partager votre enthousiasme pour ce progrès que constituerait l’avortement, véritable meurtre des enfants à naître dans le sein de leur mère. Le cortège de Madame Veil lors de cette mascarade de canonisation qui se déroulera dans une église spoliée aux fidèles sera plutôt constitué des millions d’enfants sacrifiés sur l’autel du plaisir et du confort par notre société égoïste. Il s’agit d’un véritable génocide des enfants à naître, qui a déjà fait en France plus de huit millions de victimes, tuées par les moyens les plus répugnants, allant du pesticide anti-humain (RU 486) au démembrement par aspiration.

Je ne vois pas de plus en quoi votre fonction à la tête du Souvenir Français vous permet de faire un tel éloge d’une personnalité quelque peu controversée. Le Souvenir Françaisa pour mission de faire connaître la geste

Lire la suite de l'article

Les médiateurs SNCF : «Madame, ces gens ne servent à rien du tout »

Lu sur La Gazette en Yvelines :

2048x1536-fit_illustration-mediateur-rer"[…] Ce jeudi-là, une adolescente habitant le quartier du Val Fourré se rend aux Mureaux pour aller au lycée. Mais, en descendant du bus pour prendre le train, elle se fait harceler par deux hommes bien plus âgés. Elle refuse sèchement leurs avances, mais l’un d’eux, âgé de 29 ans, lui assène alors une balayette, la faisant lourdement chuter au sol et brisant son téléphone portable qui lui échappe des mains.

L’agresseur sera rattrapé quelques heures plus tard sur la dalle commerciale du Val Fourré, et est aujourd’hui incarcéré à la prison de Bois-d’Arcy (déjà connu des services de police, il était sorti de prison récemment, Ndlr). Si les deux femmes qui ont contacté La Gazette louent le travail efficace des policiers, il n’en est pas de même de celui des médiateurs de la gare, présents en journée avec leurs manteaux bleus.

« Il lui a fait une balayette et son téléphone a volé !, se souvient Binta Dabo, qui s’en allait prendre le même train que l’adolescente. Pendant ce temps-là, des personnes de la médiation étaient là, qui rigolaient ! Ils disaient à la petite  »calcule pas, fais pas attention », ils se moquaient d’elle en fait. J’ai vu qu’ils disaient à la petite fille de partir, elle était en train de pleurer, elle était choquée, je l’ai prise avec moi. » Par ailleurs, elle s’inscrit en faux face au responsable SNCF venu les voir ensuite pour affirmer qu’il avait été demandé à

Lire la suite de l'article

Ouverture de la cause de Madame Elisabeth de France

Arton20753-0f2d8L’ouverture de la cause en vue d’une éventuelle béatification de Madame Elisabeth de France (1764-1794) a été approuvée par l’Assemblée plénière des évêques de France qui s’est achevée à Lourdes ce 7 novembre.

Si l’enquête diocésaine était concluante le dossier serait communiqué à Rome.

Madame Élisabeth de France, sœur célibataire du roi Louis XVI, a été guillotinée, à l’âge de 30 ans, le 10 mai 1794.

Dominique Sabourdin-Perrin raconte :

“La vie de cour lui permet de soulager les détresses cachées, placer des orphelins selon leur rang, doter des jeunes filles nobles, intervenir indirectement pour les besoins de malades proches, sans compter les aides pécuniaires ou les obtentions d’offices ou promotions de carrière. Dans son domaine de Montreuil, elle visite pauvres et malades, écoute les gens du peuple. La renommée de la «  Bonne Madame Élisabeth  » se répand, comme en témoigne la romance du Pauvre Jacques, son vacher”.

“Dès le 14 juillet [1789], elle comprend les dangers qui menacent sa famille et prend la ferme décision de rester près de son frère et des siens. Les 5 et 6 octobre 1789, elle partage les dangers, s’installe aux Tuileries, où elle soutient le moral du roi et de la reine. Lorsque le 10 février 1790, Louis XVI renouvelle le vœu de Louis XIII à Notre-Dame de Paris, Madame Élisabeth conçoit l’idée de fonder une association de prières et de sacrifices pour obtenir la protection de la France et la réalise.”

“Puis, c’est le départ pour Varennes, l’arrestation, la

Lire la suite de l'article

25 août 2017 : Pèlerinage annuel à l’île Madame sur la plus grande nécropole de prêtres

DSC05390En la fête de St Louis, s'est tenu le pèlerinage annuel vers la plus grande nécropole de prêtres : à l'ïle Madame.

Ce pèlerinage était présidé par Mgr Gérard Colomb, évêque du lieu (diocèse de la Rochelle) et co-présidé par Mgr Gérald-Cyprien Lacroix, Archevêque de Québec, Primat du Canada.

Mgr Lacroix a rappelé les liens généalogiques entre le Québec et les populations de l'Aunis et de la Saintonge (dont Samuel de Champlain, fondateur de Québec) mais aussi les liens spirituels avec la transmission par des missionnaires français qui ont par la suite été canonisés (tels que Saint François de Montmorency-Laval).

Mgr Colomb a également cité la présence parmi ses invités d'une délégation (une cinquantaine de membres) de l'Institut de la Maison de Bourbon.

DSC05394Après la messe et un pique-nique, une procession de plusieurs centaines de pèlerins ont récité le chapelet médité sur le martyr de ces prêtres entre la côte et l'Ile Madame par un chemin de galets (1,2 km), à sec à marias basse. Chaque pèlerin ramasse un galet en chemin pour constituer une immense croix sur le cimetière des prêtres.

829 prêtres de toute la France furent emprisonnés dans des bateaux négriers d’abord à Rochefort, puis au large de l’île d’Aix enfin sur l’île Madame. 547 d’entre eux n’y ont pas survécu, 254 sont enterrés sur l’île Madame, 226 sur l’île d’Aix, et 67 à Rochefort. 64 dont Jean Baptiste Souzy, nommé par l’évêque de La Rochelle, vicaire-général, pour soutenir ses compagnons, ont été béatifiés par le Pape

Lire la suite de l'article

Jean-Marie Le Pen : “Madame Le Pen n’a pas compris les raisons de son échec”

Drôle d'anniversaire pour Jean-Marie Le Pen qui a fêté son 89ème anniversaire devant les grilles cadenassés du siège du FN l'empêchant ainsi d'assister au bureau politique du parti qu'il a fondé et dont il est toujours président d'honneur mais exclu :

Le-pen"Jean-Marie Le Pen, exclu du FN en août 2015 mais rétabli comme président d’honneur du parti par décision de justice, s’est vu mardi matin refuser l’accès au siège du parti à Nanterre où se déroule une réunion du bureau politique frontiste, une «voie de fait» selon lui. La grille du «Carré», le siège du parti d’extrême droite, était bloquée par une chaîne pour empêcher l’accès au cofondateur du Front national en 1972, a constaté une journaliste de l’AFP. Les dirigeants du parti (Marine Le Pen, Florian Philippot, Nicolas Bay, Wallerand de Saint-Just) avaient prévenu ces derniers jours M. Le Pen qu’ils ne le laisseraient pas rentrer, alors même qu’il en a légalement le droit. M. Le Pen, 89 ans ce mardi, était accompagné d’un huissier.

«Je vous demande de prendre acte du fait que les entrées du local où doit se tenir le bureau politique sont condamnées par des chaînes. Comme j’ai passé l’âge de sauter les barrières…», lui a-t-il dit.

Devant la presse, ensuite, M. Le Pen a rappelé sa situation: «Je n’étais pas convoqué mais j’en suis membre de droit pour des raisons statutaires et qui ont été confirmées solennellement par différentes instances judiciaires». «Par conséquent, le bureau du FN, en prenant cette décision, brave à la

Lire la suite de l'article

Education : Macron entérine et prolonge toutes les dispositions de madame Vallaud Belkacem

Extrait de l'analyse de l'association Enseignants pour l'Enfance :

Najat__slid_vf_2457.jpeg_north_1160x630_white"Du point de vue de l’école, le quinquennat qui s’achève fut un désastre. A titre d’exemple, rappelons qu’au début de ce dernier des milliers de familles retirèrent une fois par mois leurs enfants des classes pour protester contre l’expérimentation des ABCD de l’égalité. Souvenons-nous aussi que la Ministre de l’Éducation nationale termina son mandat avec ce chiffre terrible : depuis 2012, le nombre d’enseignants stagiaires démissionnant de leur poste a été multiplié par trois. L’école est devenue un lieu d’inquiétude, que l’on fuit ou dont on se méfie.

Conscient de cette dégradation, Emmanuel Macron entend, dans la partie éducative de son programme, présenter des solutions neuves. Souhaitant « une école qui garantisse la réussite de tous », son projet est dédié à l’« accompagnement comme à l’orientation de chaque élève ».

Dans les faits cependant, cette noble intention se traduit par la perpétuation de mesures mises en œuvre sous le quinquennat Hollande. Réformes du collège et des rythmes scolaires, qui suscitèrent tant de crispations, ne seront aménagées qu’à la marge. « Pour les écoles primaires », assure le texte qui fait office de programme, on laissera le « soin aux communes d’organiser le temps périscolaire sans contrainte ». Quant aux collèges, on ne rendra possible que le « rétablissement de parcours bilangues en 6ème et de parcours européens ». La dérégulation du temps scolaire, l’atrophie des savoirs, la consécration d’un arbitraire ministériel qui bouleversa sans concertation des pans entiers du système scolaire français sont donc entérinées par le

Lire la suite de l'article

Madame Elisabeth, princesse et martyre

La cause de béatification de la princesse, dernière soeur de Louis XVI vient d'être relancée. Selon le père Snoëk, postulateur :

« Madame Élisabeth a choisi d’assumer son célibat en le vivant comme un don de soi fait aux autres. Or ce qui guette parfois les célibataires non consacrés, c’est le repli sur soi. C’est en cela qu’elle est un beau modèle aujourd’hui. »

A l'occasion de l'anniversaire de son martyre, plusieurs messes seront célébrées. Pour en savoir plus à son sujet, venez à la conférence présentée ci-dessous.

20170510_elisabeth

Lire la suite de l'article

Les mémoires de Madame Campan, témoignage sur l’histoire de la manipulation politique

De Thomas Flichy de La Neuville

Memoires-de-madame-campan-9782715221819_0Femme de chambre de la Reine Marie-Antoinette, Madame Campan, se trouve plongée tout à la fois dans le théâtre des événements publics et dans ses coulisses. C’est au détour de ses Mémoires que s’ouvre de temps à autre une fenêtre donnant sur ce que l’on pourrait appeler la géopolitique de l’invisible. Henriette Campan a bien conscience que le spectacle de la politique est d’autant plus trompeur que l’on ignore ses ressorts secrets. Aussi perçoit elle la révolution comme une entreprise parfaitement organisée s’appuyant sur la manipulation des foules et la corruption des élites douteuses afin d’opérer le renversement qui profitera à ses organisateurs.  

La révolution, perçue comme une entreprise organisée

Il ne fait aucun doute à l’auteur des Mémoires que le camp opposé au Roi soit puissamment organisé. L’on sait que le duc d’Orléans figure au premier rang de ses opposants, aussi n’est elle pas surprise de le la rumeur affirmant qu’il a guidé les émeutiers jusqu’aux appartements de la Reine : « Beaucoup de gens ont affirmé qu’ils avaient reconnu le duc d’Orléans à quatre heures et demie du matin, en redingote et avec un chapeau rabattu, au haut de l’escalier de marbre, indiquant de la main la salle des gardes qui précédait l’appartement de la Reine. Cette déposition a été faite au Châtelet par plusieurs individus, lors du procès commencé sur les journées des 5 et 6 octobre ». Il semble d’ailleurs que la légèreté du camp monarchiste soit inversement proportionnelle

Lire la suite de l'article

“Chère madame, les Français n’ont plus aucune confiance dans les médias. Vous en êtes consciente ou pas ?”

Lire la suite de l'article