Archives par étiquette : Macron

L’intox Macron : les Français commencent à comprendre

Ces courriers des lecteurs au Courrier de l'Ouest du 23 juillet valent la lecture :

Courrier de l'Ouest Dimanche 23 juillet 2017 Macron Bonne  chance la France

Courrier de l'Ouest Dimanche 23 juillet 2017 Macron c'est  notre Tintin

Courrier de l'Ouest Dimanche 23 juillet 2017 Macron et les retraités

La cote de popularité du président français Emmanuel Macron est en forte baisse en juillet, avec 54% de satisfaits, soit dix points de moins qu’en juin, selon un sondage publié par l’hebdomadaire Le Journal du Dimanche. En juillet 2012, la cote de popularité de François Hollande s'établissait à 56%… Faire moins bien que Hollande, c'est un record. Et cela a refroidi 

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron confond Napoléon 1er et Napoléon III

On sait déjà que pour Macron Villeurbanne est dans la banlieue de Lille et que la Guyane est une île…

Donald Trump racontant sa visite des Invalides, devant le tombeau de Napoléon :

« Napoléon a plutôt mal fini. Alors j'ai demandé au président, qu'en est-il de Napoléon ? Il a dit: "Non, non, non. Ce qu'il a fait était incroyable. Il a redessiné Paris. Le quadrillage des rues, la manière dont elles sont agencées, vous voyez, en rayons. Il a fait tant de choses et bien plus encore. »

Evidemment pour nos médias, c'est Trump l'ignare.

Lire la suite de l'article

Macron ou Maverick? Le tout-communication de l’Elysée qui bafoue l’uniforme

L'uniforme militaire est porté par les seuls militaires. Or non seulement Macron n'a jamais été militaire, mais il est aujourd'hui civil même s'il est chef des armées.

Commentaires (1)

quel cirque!!!!
quel amateurisme!!!
et les militaires semblent épatés, ou est-ce du théâtre?

Rédigé par : ohlala | 20 juil 2017 21:21:17
____________________________________

Lire la suite de l'article

Les soldats de Macron doivent être des mercenaires sans cervelle. Ce n’est pas vraiment le profil du général Lecointre

Extraits du portrait du général Lecointre, issu des troupes de marine, par Samuel Pruvot dans Famille chrétienne :

Unknown-17"La nomination de François Lecointre en tant que nouveau chef d’État-major des armées fut une surprise. Mais pas un accident. Elle intervient au terme d’une crise inédite entre le Président de la République et son prédécesseur, le général de Villiers. Sans doute que le général Lecointre, catholique pratiquant, y voit aussi la main de la Providence… Celui qui prend aujourd’hui ses fonctions, à l’âge de 55 ans, ne faisait certes pas partie du réservoir traditionnel des chefs d’État-major. Mais sa présence, le 20 juillet, aux côtés d’Emmanuel Macron et de la ministre des Armées, Florence Parly, sur la base aérienne 125 d’Istres (Bouches-du-Rhône) ne doit vraiment rien au hasard. Chef de cabinet du Premier ministre (sous Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et Édouard Philippe), on avait pu déjà apprécier ses talents dans les plus hautes sphères de l’Etat.

Cela dit, François Lecointre n’est pas du genre arriviste. Il est plus proche des « héros » – pour reprendre l’expression du porte-parole du gouvernement – que du carriériste. Un « héros » vraiment ? Pour une fois, le vocabulaire des communicants n’est pas exagéré. Il fait notamment référence à un fait d’armes du jeune capitaine du 3e régiment d’infanterie de marine, en 1995, à Sarajevo. Ce dernier arrive à reprendre aux Serbes le pont de Verbania, après plusieurs heures de combats. Il permet la libération d’une dizaine d’otages, dont de nombreux casques bleus. « Pour faire de grandes

Lire la suite de l'article

Sur le tour de France, Macron réduit le chef d’état-major des armées à un simple petit exécutant

Dans cette affaire qui restera sa première faute politique majeure, Macron a déjà perdu le contact avec les armées. Aujourd'hui, il démontre encore son autoritarisme : 


Emmanuel Macron sur la demission de Pierre de Villiers

Les militaires savent faire la différence entre autorité et autoritarisme, professionnalisme et amateurisme. Comme beaucoup de Français, ils ont désormais choisi leur camp :

Les 5 lettres de ce tweet officiel en disent long :

Lire la suite de l'article

M. Macron : la démographie n’est pas un problème pour l’Afrique

IndexSuite à aux propos surprenants de M. Macron sur la fécondité des femmes africaines (7 ou 8 enfants par femme…), Ilyes Zouari, spécialiste du Monde francophone, auteur du "Petit dictionnaire du Monde francophone" (L'Harmattan, avril 2015), x-Administrateur de l'association Paris-Québec, nous a envoyé les trois premiers paragraphes d’un article – bien plus long – rédigé en 2016 pour la revue Géopolitique africaine.

Ces quelques lignes démontrent bien que les propos de M. Macron n’ont pas lieu d’être. Intéressons-nous plutôt à la catastrophe démographique et écologique du sous-continent indien (où l’Inde continue encore à gagner près 20 millions d’habitants par an), et laissons les Africains tranquilles, au nom de nos intérêts communs sur le long terme. Les irrationnelles idées malthusiennes ont déjà coûté terriblement cher à la France, qui en fut, de loin, la première victime. Quant aux questions migratoires, c'est à nous d'avoir le courage de prendre les mesures qui s'imposent, en s'inspirant, par exemple, du Japon, du Brésil, des pays du Golfe ou encore des pays du Maghreb…

Les grands défis de l’Afrique francophone (revue Géopolitique africaine, n°58/59, novembre 2016) 

Tirée par une double mutation démographique et économique, l’Afrique francophone s’affiche désormais comme l’un de principaux relais de croissance dans le monde. Certaines menaces fragilisent toutefois ce vaste ensemble, qui souffre, par ailleurs, d’une perception encore injustement négative et handicapante.

Une mutation démographique considérable

Depuis le milieu du 20e siècle, les 25 pays d’Afrique francophone ont connu un formidable essor démographique, passant d’un total de 73 millions d’habitants en

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron versus Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA) : recadrage ? Non, une affaire d’Etat !

Selon Jacques Myard :

Images-3"On connaît le scénario : le général de Villiers, CEMA, apprenant que le budget des armées sera amputé de 850 Millions d’euros, déclare en Commission de la défense devant l’Assemblée nationale que cette nouvelle baisse de crédits met en péril l’outil militaire : « le grand écart entre les objectifs assignés à nos forces  et les moyens alloués n’est plus tenable. »

Le CEMA est parfaitement dans son rôle en alertant la Représentation nationale sur les conséquences d’une telle diminution, en sa qualité de «  responsable de l’emploi opérationnel des forces » et du « commandement des opérations militaires » conformément au code de la Défense ( R 3121-1). Aurait-il gardé le silence qu’il aurait trahi sa mission, celle pour laquelle il a été nommé, et telle que le Président  et le Gouvernement de la République lui assignent.

A la réception du ministère de la défense, le 13 juillet dernier, de manière ostentatoire et publique, le Président de la République, chef des armées, fait part à l’ensemble des militaires de sa colère sur les propos du général de Villiers  et déclare notamment : «  je suis votre chef ».

Ce recadrage a étonné l’ensemble des observateurs avertis de la sensibilité de l’institution militaire et des conséquences qu’une telle manifestation d’autoritarisme introduit dans les relations entre le pouvoir politique et l’institution militaire.

Mais s’agit-il d’un simple recadrage ? C’est en réalité une affaire d’Etat, qui concerne au premier chef le Président de la République lui-même.

A l’évidence, on ne demande pas au Président de la

Lire la suite de l'article

Budget des Armées : les petits mensonges d’Emmanuel Macron

Lettre ouverte d'un officier en retraite :

Unknown-8"Objet : la franchise du Général, Chef d’État-major des Armées.

Suite à la déclaration du Général Chef d’État-major des Armées devant la Commission de la Défense Nationale le 12 juillet 2017, vous avez fait savoir qu'il était indigne qu'un militaire fasse pression sur le Président de la République pour influer ses décisions. Vous avez ensuite ajouté que l'attitude du Général de Villiers était injustifiée puisque dès 2018 le budget des armées serait augmenté de 1,6 milliards d'euros.

Je commencerai par ce second point, car c'est un leurre. Sur ces 1,6 milliards, huit cents millions serviront à éponger les arriérés de 2017.  C'est le montant dont vous avez amputé ce budget. Les huit cents millions restant seront utilisés à financer le Service National Universel dont vous avez décidé la création pour des raisons étrangères à la défense opérationnelle de notre pays. Il y a huit cents mille Françaises et Français par tranche d'âge. En prévoyant mille euros par individu, pour un seul mois, pour les loger, les habiller, les équiper, les instruire, les administrer et les solder, je suis, à coup sûr, en dessous des vrais chiffres.

Le budget des forces pour 2018, au mieux, sera égal à ce qu'il aurait dû être en 2017 si vous ne vous en étiez pas occupé. Même des militaires peuvent comprendre cela.

Le premier point concerne « l'indécence » dont vous accusez le Général CEMA. Est-ce de l'indécence que de rendre compte à son chef et à la

Lire la suite de l'article