Archives par étiquette : m’a

Il pardonne le meurtre de sa famille à son fils : “Dieu m’a aidé à parvenir à ce pardon intégral”

Lu ici :

"Il avait planifié le meurtre de toute sa famille. Condamné à mort, Bart Whitaker a échappé à la mort trente minutes avant l'heure fatidique de son exécution. Il a vu sa peine commuer en prison à perpétuité peu avant son exécution programmée.

Son père, un fervent chrétien, militait pour un sursis de dernière minute. Il a été entendu. C'est même une première pour le gouverneur du Texas, Gregg Abbott. «Bart Whitaker doit passer le reste de sa vie derrière des barreaux, en punition pour son crime atroce», a-t-il indiqué dans un communiqué pour justifier sa décision. Le détenu de 38 ans ne bénéficiera d'aucune possibilité de libération conditionnelle. La commission des grâces et libérations conditionnelles du Texas avait recommandé mardi la clémence.

Ce drame familial rencontre un écho notable aux États-Unis en raison de son intensité. D'un côté se trouve un fils qui n'a pas hésité à commanditer le meurtre en 2003 de ses parents et de son frère, et de l'autre un père grièvement blessé, rescapé de l'attaque, qui a choisi le pardon et croit en la rédemption. Bart avait engagé un tireur, lui donnant pour instruction de le débarrasser de ses parents et de son frère, contre lesquels il avait accumulé sa haine. Il avait mis en scène un faux cambriolage, prétendant avoir été lui-même victime d'un tir lors de l'attaque sanglante. Sa mère Tricia, 51 ans, et son frère Kevin, 19 ans, avaient été fatalement touchés (…)

Sur son lit d’hôpital,

Lire la suite de l'article

Syrie : « Être chrétienne m’a donné des forces pour résister »

Une jeune Syrienne chrétienne, Myriam, présente son livre (Le Journal de Myriam) au micro de Charlotte d’Ornellas. Pour raconter sa vie pendant la guerre en Syrie. Sans rien cacher des peurs et des traumatismes, elle adresse un formidable message d’espérance chrétienne. Un témoignage exceptionnel qui s’adresse autant aux adultes qu’aux enfants.


Myriam Rawick : "Être chrétienne m'a donné des… par bvoltaire

Lire la suite de l'article

Cal Barbarin : depuis que je suis évêque, chaque fois qu’on m’a signalé un abus, j’ai réagi dans la seconde

Voici l'entretien du cardinal Philippe Barbarin paru le 11 février 2016, dans le journal La Croix, au sujet des plaintes déposées contre un prêtre de Lyon pour des agressions sexuelles sur mineurs.

Quand avez-vous été au courant du passé du P. Preynat  ?

Une personne qui avait grandi à Sainte-Foy-lès-Lyon m’a parlé des comportements du P. Preynat (antérieurs à 1991, NDLR), vers 2007-2008. J’ai alors pris rendez-vous avec lui pour lui demander si, depuis 1991, il s’était passé la moindre chose. Lui m’a alors assuré  : « Absolument rien, j’ai été complètement ébouillanté par cette affaire. » Certains me reprochent de l’avoir cru… Oui, je l’ai cru  : il n’était pas dans le déni, au contraire, il avait reconnu tout et tout de suite, dès 1991.

J’ai consulté un spécialiste qui m’a expliqué que, dans ce genre de cas, les auteurs de tels faits restent dans le déni. J’avais vérifié que, depuis, on n’avait reçu ni plainte ni soupçon. J’observe d’ailleurs que plusieurs mois d’enquête de police n’ont conclu à aucun acte délictueux récent, ni même depuis 1991.

Pourquoi n’avoir pas saisi la justice  ?

Quand je suis arrivé à Lyon, je ne savais rien. Quand j’ai appris les faits, nous ne disposions alors d’aucune plainte. J’attends désormais la fin de la procédure civile. Si le procès se clôt en raison de la prescription, j’ouvrirai alors un procès canonique, car un jugement doit être rendu  : pour cela, je demanderai à Rome que soit levée la prescription prévue par le droit

Lire la suite de l'article

“On m’a répondu qu’il ne fallait pas critiquer les autorités françaises”

De passage à Paris à l’occasion de la Nuit des Témoins organisée par l’Aide à l’Église en Détresse, Mgr Jeanbart, archevêque d’Alep, a parlé aux journalistes de la situa­tion en Syrie, mais également du silence coupable en Occident. Extraits par Christianophobie hebdo :

Unknown-10"Trouvez-vous que cette guerre est mal traitée par la presse occidentale ?

C’est peu de le dire ! Les médias occidentaux n’ont cessé d’étouffer le quotidien des Syriens qui souffrent. Vous reprenez des informa- tions sans jamais les vérifier ; vous vous êtes contentés d’une source unique et partiale, l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme.

Partiale ?

Cet observatoire est détenu par l’opposition armée; ce n’est un secret pour personne. Nous sommes sur le terrain et je peux vous affirmer que les informations sont parfois fausses et, en tout cas, triées attentivement.

Vous soutenez le régime de Bachar el Assad ?

C’est bien trop dire! La question ne se pose pas en ces termes. Il est évident que certaines choses n’allaient pas en Syrie, il est normal aussi que les citoyens réclament moins de corruption, plus de sécurité etc. Mais il y avait aussi de très bonnes choses en Syrie, que vous ne relevez jamais; c’est juste malhonnête. C’est parce que nous ne voulons pas de la loi islamique, que nous refusons une loi anti-blasphème, que nous soutenons aujourd’hui ceux qui luttent contre l’État islamique. Ce n’est pas un choix politique, c’est une question de survie.

Avez-vous tenté de dire cela aux autorités françaises ?

Oui, j’ai

Lire la suite de l'article

Pierce Brosnan : “La prière m’a aidé lorsque j’ai perdu ma femme”

Lu sur Aleteia :

"Pierce Brosnan a la foi, il est irlandais, et il est catholique. Des éléments « inscrits dans [son] code génétique ». C’est très précisément ce que l’intéressé explique à ceux qui s’interrogent sur sa force de caractère peu commune, et sur son aptitude à ne jamais se laisser aspirer par les affres de la célébrité.

Pourtant, les épreuves furent nombreuses sur la route de l’acteur. Abandonné par son père dès l’âge de 2 ans, celui-ci n’a pas eu une enfance des plus dorées. En 1991, il a perdu sa première épouse – l’actrice australienne Cassandra Harris – d’un cancer de l’ovaire. Plus récemment, en 2013, c’est sa fille Charlotte qui a disparu, emportée par la même maladie. Charlotte était la fille de Cassandra Harris, Brosnan l'avait adoptée ainsi que son frère après la mort de leur père en 1986. Mais l’ex-James Bond, qui se dit profondément reconnaissant pour l’éducation qu’il a reçue chez les Frères Chrétiens (Christian Brothers en anglais) de Waterford en Irlande, exalte les vertus de la prière pour ne pas perdre pied face aux cruels aléas de la vie.

« La prière m’a aidé lorsque j’ai perdu ma femme à cause d’un cancer, et lorsque mon enfant a sombré dans une période très rude », avait-il confié au journal irlandais Irish Central en 2011. « À présent, la prière m’aide à être un père, à être un acteur, et à être un homme. Cela aide toujours d’avoir un peu de prière dans votre poche

Lire la suite de l'article

Pierce Brosnan : “La prière m’a aidé lorsque j’ai perdu ma femme”

Lu sur Aleteia :

"Pierce Brosnan a la foi, il est irlandais, et il est catholique. Des éléments « inscrits dans [son] code génétique ». C’est très précisément ce que l’intéressé explique à ceux qui s’interrogent sur sa force de caractère peu commune, et sur son aptitude à ne jamais se laisser aspirer par les affres de la célébrité.

Pourtant, les épreuves furent nombreuses sur la route de l’acteur. Abandonné par son père dès l’âge de 2 ans, celui-ci n’a pas eu une enfance des plus dorées. En 1991, il a perdu sa première épouse – l’actrice australienne Cassandra Harris – d’un cancer de l’ovaire. Plus récemment, en 2013, c’est sa fille Charlotte qui a disparu, emportée par la même maladie. Charlotte était la fille de Cassandra Harris, Brosnan l'avait adoptée ainsi que son frère après la mort de leur père en 1986. Mais l’ex-James Bond, qui se dit profondément reconnaissant pour l’éducation qu’il a reçue chez les Frères Chrétiens (Christian Brothers en anglais) de Waterford en Irlande, exalte les vertus de la prière pour ne pas perdre pied face aux cruels aléas de la vie.

« La prière m’a aidé lorsque j’ai perdu ma femme à cause d’un cancer, et lorsque mon enfant a sombré dans une période très rude », avait-il confié au journal irlandais Irish Central en 2011. « À présent, la prière m’aide à être un père, à être un acteur, et à être un homme. Cela aide toujours d’avoir un peu de prière dans votre poche

Lire la suite de l'article