Archives par étiquette : lutter

Pour lutter contre la maladie du “Pater Privationisme”

Dominique Boily, dont la célébrité dépasse les frontières du Canada, a donné une conférence sur le rôle du père dans l'éducation. Il tient des propos à donner une syncope à Marlène Schiappa et à toutes les féministes. Rafraichissant :

Lire la suite de l'article

Il était urgent de lutter contre la “transphobie”

Le Décret n° 2017-1230 du 3 août 2017 relatif aux provocations, diffamations et injures non publiques présentant un caractère raciste ou discriminatoire, est éloquent dans sa volonté liberticide :

  • le décret améliore la lutte contre les manifestations de racisme, de sexisme et d'homophobie pouvant se produire dans des lieux non publics, comme au sein des entreprises ou des établissements scolaires
  • Il prévoit que ces diffamations et injures non publiques constitueront, comme les provocations, des contraventions de la cinquième classe, punies d'une amende maximale de 1 500 euros ou 3 000 euros en cas de récidive, et non plus des contraventions de la quatrième classe punies d'amendes inférieures de moitié.
  • Il élargit ces infractions aux cas où elles sont commises en raison de l'identité de genre de la victime, afin de mieux lutter contre la transphobie.

Lire la suite de l'article

Il est interdit de critiquer les institutions chargées de lutter contre la discrimination

Le CSA vient de mettre en demeure RTL suite à la diffusion sur son antenne de propos tenus par Eric Zemmour le 2 février 2017 dans le cadre de sa chronique « On n’est pas forcément d’accord ». 

"Le CSA a été saisi au sujet de la diffusion de propos tenus par M. Eric Zemmour au cours de l’émission RTL Matin du 2 février 2017, dans sa chronique intitulée On n’est pas forcément d’accord.

Après examen de la séquence, le CSA a considéré que la gravité et le caractère provocateur des propos tenus par le chroniqueur, qui constituent un éloge de la discrimination et la critique de toutes les institutions judiciaires qui contribuent à lutter contre celles-ci, alors que ces propos n’ont fait l’objet d’aucune contradiction ni mise en perspective à l’antenne, constituaient un manquement caractérisé aux stipulations de la convention de RTL. Celles-ci précisent en effet que l’éditeur doit en effet veiller à promouvoir les valeurs d’intégration et de solidarité qui sont celles de la République et contribuer aux actions en faveur de la cohésion sociale et à la lutte contre les discriminations.

Le CSA a donc mis en demeure la société CLT-UFA, éditrice du service RTL, de respecter les stipulations de l’article 2-4 de la convention du 2 octobre 2012."

Effet Streisand oblige, voici cette chronique du 2 février :

Lire la suite de l'article

Législatives – Fabienne de La Chapelle (SIEL) : “j’ai le sentiment de lutter activement contre les clivages intestins”

Fabienne de La Chapelle, candidate du SIEL dans la 1ère circonscription de la Sarthe, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature dans la 1ère circonscription de la Sarthe. Pourquoi avez-vous décidé de vous engager en politique ?

Id-16392Deux raisons majeures à mon engagement ; Juriste de formation, mais épouse et mère de métier, je suis plus que jamais disponible aujourd'hui à servir la première circonscription de la Sarthe et mon pays. Il est en grande souffrance, à l'instar de notre économie inféodée à l'Europe, à l'instar de notre culture, de nos traditions lesquelles tombent en désuétude ou se trouvent heurtées par des coutumes étrangères. Je suis déterminée à prendre part au combat face à une oligarchie politique grandissante, qui monopolise sans concession le pouvoir depuis des années, dénature comme lèse la civilisation Française, tout en l'appauvrissant à tous les sens du terme !

La seconde est que, comme tout combat, je ne le fais pas seule, j'ai été investie par le SIEL, seul parti représentatif d'une droite alternative, bravant les vérités dérangeantes et s'engageant dans les vrais combats pour la France. Un député est élu dans une circonscription, il bénéficie d'une enveloppe et défend ses intérêts. Mais il dispose d'un mandat national. Ainsi à l'assemblée du même nom, je pourrai participer d'une part à l'élaboration du travail législatif, mais d'autre part au travail de contrôle de l'action du gouvernement. J'estime que l'état souffre de mauvaises gestions et je souhaite prendre une part active à y remédier, en

Lire la suite de l'article

Texas : une loi pour lutter contre l’eugénisme

Unknown-4Le Texas a voté à l'unanimité fin février un texte permettant aux médecins de ne plus informer leurs patientes de l'état de santé de leur foetus.

Ces derniers se justifient par crainte d'un procès :les médecins texans seraient tentés de pousser les mères à avorter dès que le foetus présente un soupçon de handicap. Dans cet état du Sud des États-Unis, les parents d'un nouveau-né peuvent actuellement porter pleine contre les praticiens si la naissance est «non-conforme». C'est sur ce point que les législateurs tentent de revenir.

Le texte doit encore être adopté par le Sénat et la Chambre des représentants de l'État.

Lire la suite de l'article

Quand il s’agit de lutter contre le tabac, tout à coup la femme porte un enfant

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Le 9 février dernier, le Parlement fédéral belge a voté une proposition de loi visant à « permettre la reconnaissance de la filiation paternelle hors mariage dès le début de la grossesse ». Ainsi, « la reconnaissance d’un enfant conçu peut avoir lieu à tout moment de la grossesse sur la base d’une attestation de grossesse réalisée par un médecin ou par une sage-femme ».

Evidemment, ce que l’on remarque tout de suite est l’emploi du mot « enfant », quand il s’agit d’un fœtus, et même d’un embryon, puisque le texte s’applique « dès le début de la grossesse ». Quant au ministre de la Justice, il prévoit de supprimer le délai légal de « reconnaissance d’un enfant mort-né », actuellement fixé à six mois de grossesse… Donc on pourrait reconnaître des « enfants morts-nés » au stade de l’embryon…

La chose n’est pas passée inaperçue des lobbies de la culture de mort, et le Conseil des Femmes Francophones de Belgique (CCFB) hurle que ces « tentatives de donner un statut à l’embryon et au fœtus » sont des « attaques de plus en plus directes » à l’avortement. D’autant plus directes qu’elles sont semble-t-il involontaires, dans ce pays où l’avortement est aussi tabou que chez nous.

Cela révèle surtout l’immense hypocrisie de celles qui prétendent faire ce qu’elles veulent de leur corps, et de ceux qui ne voient dans l’embryon qu’un amas de cellules.

Car quand il s’agit, par exemple, de lutter contre le tabac, tout à coup la femme porte un

Lire la suite de l'article

Allemagne : “Pour lutter contre la radicalisation des musulmans, il faut leur offrir une ville !”

Cette prise de position très surprenante vient de Kurt Edler, membre actif du Parti des Verts en Allemagne. Disponible sur plusieurs sites en langue anglaise (ici et ici) ou allemande (ici) et même sur youtube (ici), seul ce site français l'a reprise pour l'instant. Voici une traduction d'une partie de l'article : 

"Un expert en salafisme d'extrême gauche a suggéré que, l'Allemagne n'ayant pas de réelle culture, les Syriens devraient être autorisés à avoir leur propre ville dans une région comme Vorpommen, par exemple, plutôt que d'être forcés à s'intégrer dans la société allemande (…) 

Monsieur Edler admet qu’après la tentative à l’explosif à Leipzig et autres attaques terroristes à Wurzburg et ailleurs en Allemagne, l’islamisme est officiellement installé en Allemagne, et que le peuple indigène s’est complètement désintégré. Il n’y a plus de culture dominante, mais différents mode de vie."

Il faut noter que cette prise de position rejoint parfaitement les révélations de Philippe de Villiers qui annonce que les politiques français préparent en secret la partition du territoire français au bénéfice de communautés musulmanes. Il s'appuie pour cela sur la lecture d'un rapport du renseignement français et sur les propos de François Hollande rapportés par deux journalistes :

"La classe politique française, en tous cas une partie d'entre elle, se prépare à signer, le jour venu, un nouvel édit de Nantes, au terme duquel il y aura une grande concession territoriale, avec une partition du territoire français, où il y aura des bouts de France qui seront soumis à la charia."

Lire la suite de l'article

Il faut lutter avec la dernière énergie pour que la loi funeste soit abrogée

De François Billot de Lochner :

Unknown-25"Qui ne veut pas de la loi Taubira ? Qui ne veut vraiment pas de la loi Taubira ? Qui combat frontalement cette loi de destructuration de la société, la pire des lois dites « sociétales » depuis la loi sur l’avortement ? Qui affiche sa détermination publiquement, sans crainte, sans faux-semblant, sans calcul ? Qui résiste vraiment à cette loi ? 

Tout laisse à craindre que le scénario de 1974 pour l’avortement se rejoue actuellement pour le « mariage » homosexuel. Car enfin, que s’est-il passé en 1974 ? Un gouvernement de droite, contre l’avis majoritaire de son électorat, a fait passer une loi légalisant la mort des plus petits. Majoritairement, la société civile en général, et les autorités morales et religieuses de l’époque en particulier, se sont murées dans un silence assourdissant. Il ne fallait pas blesser ou ostraciser, il fallait être généreux et compréhensif, il fallait aider et non condamner, il fallait, il fallait, il fallait…

Le résultat de cette stratégie est effrayant : plus de 8 000 000 d’avortements en quarante ans environ, une loi entrée par effraction des consciences dans les mœurs, une loi désormais intouchable.

Que se passe-t-il en 2013 ? Le projet Taubira engendre des manifestations monstres de protestations : la loi est votée, le combat est provisoirement perdu. Non, disent certains, puisqu’il a fait émerger une France résistante !  Cet argument est évidemment vain : le combat contre le projet de loi Taubira a bel et bien été perdu, puisque la loi a été votée ! Le combat doit donc continuer, puisque seule la

Lire la suite de l'article

Hongrie : un secrétariat d’État pour lutter contre la christianophobie

Lu sur Christianophobie Hebdo :

Tn231c0"Cette semaine, la Hongrie – qui fut sous pression l’an passé en raison de sa gestion de la crise créée par l’afflux massif de mi­grants en Europe – est devenue le premier pays à créer [un dépar­tement ministériel] pour traiter officiellement de la persécution contre les chrétiens au Moyen­ Orient et en Europe.

« Aujourd’hui, le christianisme est devenu la religion la plus persécutée. Quand cinq person­nes sont tuées pour des raisons religieuses, quatre sont des chrétiens » [a déclaré] Zoltan Balog, ministre hongrois des Ressources humaines. « De par le monde, les chrétiens sont persécutés dans 81 pays et 200 millions de chrétiens vivent dans des régions où ils sont discriminés. La vie de mil­lions de chrétiens est menacée par des idéologies religieuses extrémistes. » […] La création d’un [département ministériel] directement consacré aux souf­ frances des chrétiens survient en un moment où l’Europe, selon [Victor] Orban, est divisée en­tre ceux qu’il appelle les « élites de l’UE », et ceux qui, comme lui, entendent maintenir les raci­ nes chrétiennes de l’Europe. « La guerre politique fondée sur la question de la migration offre une grande occasion aux deux camps. Pour les [élites de l’UE], c’est une chance considérable de détruire l’Europe fondée sur les conceptions du christianisme et de la nationalité […]. Mais cette guerre est aussi une formidable occasion offerte aux défenseurs des nations États ayant des raci­nes chrétiennes. »

Ce nouveau [département mi­ nistériel] hongrois dispose­ra d’un budget de départ

Lire la suite de l'article

Lutter contre la GPA sans abroger la loi Taubira est un leurre

Interrogé hier dans l'Emission Politique, Nicolas Sarkozy a répété avoir « évolué » sur la question du mariage et que s’il était élu, il n’abrogerait pas la loi Taubira.

Néanmoins, il déclare s'opposer à la GPA, mais nous savons bien que c'est la loi Taubira qui a ouvert la porte à la légalisation de la GPA. Lutter contre la GPA sans revenir sur la loi Taubira est là aussi un leurre.

Lire la suite de l'article

La CEDH interdit à la France de lutter contre la GPA

Communiqué de La Manif Pour Tous :

"La Cour Européenne des Droits de l'Homme faillit à sa mission en empêchant la France de faire respecter les droits de la femme et de l'enfant

La CEDH vient une nouvelle fois de condamner la France pour avoir refusé de retranscrire à l'état civil français les actes de naissance d'enfants nés de mères porteuses à Bombay (Inde) en 2009 et 2010.

Alors que la mission de la CEDH est de défendre les droits de l'homme, cet arrêt confirme que la Cour accepte le principe de la GPA alors même qu'elle consiste à louer des femmes et à opérer un trafic international d'enfants. Les filières économiques de la GPA sont évidemment à but lucratif pour les nombreux intermédiaires : agences, personnel médical, avocats…

Le 3 octobre 2014, Manuel Valls déclarait au quotidien La Croix que « La GPA est, il faut le dire, une pratique intolérable de commercialisation des êtres humains et de marchandisation du corps des femmes ». Et il assurait que « En tout état de cause, le gouvernement exclut totalement d'autoriser la transcription automatique des actes étrangers, car cela équivaudrait à accepter et normaliser la GPA. »

Constatant que les décisions de retranscriptions commencent à se succéder, La Manif Pour Tous appelle le Premier ministre à mettre enfin en acte ses paroles en faisant appel de cette décision de la CEDH.

Par ses propos, Manuel Valls dénonçait à juste titre l'imposture des "fantômes de

Lire la suite de l'article