Archives par étiquette : l’Union

Lettre ouverte à propos de l’union des patriotes républicains

A Saint-André-de-Cubzac (Gironde), un collectif d’élus et d’adhérents issus des rangs FN, de Debout la France et des Républicains tente localement l'union des droites. Si le RN regarde cela d'un oeil favorable, il n'en est pas de même côté LR, qui a exclu du parti le maire de Cavignac. Aussi, il publie une longue lettre, de près de trois pages, adressée « à nos amis LR » :

Lire la suite de l'article

Jean-Pax : L’union des droites, certains y travaillent. D’autres la réalisent en chantant.

L'Express revient sur les concerts de Jean-Pax Méfret à Versailles le WE dernier :

Unknown-16"C'est rare, un concert qui commence à l'heure. Celui que donne ce dimanche 27 mai Jean-Pax Méfret est d'une ponctualité militaire. Les 500 personnes, qui se pressent sous les dorures du théâtre Montansier de Versailles, s'entendent demander de "ne pas gratter la frise du 18e siècle" qui orne les balcons. Puis les premières notes de musique s'élèvent. […]

Sur les bancs du public, toutes les générations communient. […] "Un militaire qui ne connaît pas Jean-Pax Méfret, ça n'existe pas", s'enthousiasme Marc, un adjudant-chef de 54 ans basé à Versailles. Avec son survêtement Adidas, il détonne parmi les spectateurs BCBG, venus applaudir leur Johnny à eux. Mais la popularité du chanteur est aussi vivace que sa notoriété est faible en dehors des cercles d'initiés. "Il y a 36 ans, un copain m'a refilé une cassette. C'est comme cela que je l'ai découvert", raconte Marc. […] Aujourd'hui, il est toujours impossible d'acheter ses albums sur le site de la Fnac. Mais Facebook ou YouTube ont permis au chanteur d'acquérir une meilleure visibilité. Et de remplir les salles. A Versailles, comme au Casino de Paris en janvier 2018 ou à l'Olympia en 2012, l'ancien journaliste de Minute, de L'Aurore et du Figaro Magazine joue à guichets fermés. "Ça me surprend que ce soit complet, confie-t-il à L'Express. On ne peut pas dire que je fasse la Une des médias et que mes chansons soient matraquées à la

Lire la suite de l'article

L’union des droites est déjà là, dans le réel

L'Opinion revient sur l’appel d’Angers et la réaction des appareils partisans. Extraits :

Capture d’écran 2018-05-28 à 07.07.10"[…] Loin de l’œil des « états-majors parisiens », comme le glissent des élus du Front national et des acteurs de la droite souverainiste dans l’Ouest, ils bouillonnent. Officiellement, l’appel à l’unité des droites lancé le 27 mars à Angers (Maine-et-Loire) par le maire de Béziers, Robert Ménard, n’a pas donné grand-chose. Et ce, malgré la présence de l’ex-ministre Thierry Mariani, de la députée Emmanuelle Ménard (FN), du patron du Parti chrétien-démocrate Jean-Frédéric Poisson et de personnalités proches de Marion Maréchal. Résultat, les bonnes volontés — dont certaines restaient timorées il y a quelques mois — se mettent en branle un peu partout en France.

Rendez-vous discrets.Dans le Rhône, samedi, une trentaine de membres des Républicains, du Front national, des Patriotes, de Sens commun ou du mouvement de Philippe de Villiers se sont donné rendez-vous dans une brasserie de Lyon. « L’union des droites est déjà là, dans le réel : on se parle, on se serre la main, on s’appelle, on se retweete, affirme Guillaume de Longeville, délégué du mouvement Souveraineté, Identité et Libertés (SIEL) en Auvergne Rhône-Alpes. Si les partis persistent à faire barrage, ils se feront déborder par leurs bases. » Après Angers, Lyon et Marseille, d’autres rencontres informelles se préparent à Toulouse et à Cannes. La plupart du temps, en toute discrétion.

[…] En Anjou, le leader régional du FN, Pascal Gannat, signataire de l’appel d’Angers, arrange des rencontres d’élus ou

Lire la suite de l'article

Le congé parental n’est pas du ressort de l’Union européenne

Chronique de La Manif Pour Tous :

Unknown-28"Le congé parental est un puissant outil que la société met en œuvre pour soutenir les parents qui ont des enfants en bas âge. Alors que le bilan de la réforme votée par les socialistes en 2014 est catastrophique, une directive européenne est actuellement débattue au parlement européen qui pourrait aggraver encore la situation.

En France, la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes a réformé le congé parental afin de forcer à un partage plus équitable entre la mère et le père. Deux ans après son entrée en vigueur, le bilan de la nouvelle prestation (la PreParE) est catastrophique : on constate une baisse massive – moins 16% – du recours au congé parental. En effet, le nombre de pères prenant un congé parental n’ayant pas augmenté – il est au contraire en baisse depuis 2014 –, ce congé est plus court puisque le dispositif de Najat Vallaud-Belkacem sanctionne l’absence de répartition entre les deux parents d’une année en moins sur les trois.

L’objectif d’égalité est donc un échec, sans parler de la liberté réduite des couples dans leur choix de vie. Et ce n’est pas fini : l’Union nationale des associations familiales (UNAF) estime que cette tendance va persister. A se demander si le premier objectif n’était pas l’économie de 800 millions d’euros annuel pour l’Etat, sur le dos des familles, une caractéristique du quinquennat Hollande.

Du côté de l’Europe, un projet de directive européenne

Lire la suite de l'article

Les premiers signataires de l’appel d’Angers pour l’union à droite

Suite à la réunion organisée le 27 mars à Angers pour évoquer l'avenir de la droite (revoir l'intégralité en vidéo), Valeurs actuelles publie le texte et la liste des premiers signataires :

Capture d’écran 2018-04-12 à 15.55.29"Il est temps. Il est temps de tracer un nouveau chemin, d’en finir avec des années de terreur intellectuelle qui interdisait toute pensée non conforme au catéchisme de la gauche « morale ». Il est temps de fonder une grande alliance de droite, parce qu’il est temps de donner enfin la victoire au peuple, à notre peuple. Il est temps d’être lucide : en 2018, les droites françaises ne peuvent plus continuer à jouer leur partition en solo et à refuser toute alliance. Ni les Républicains, délestés de leurs alliés centristes, ni le Front national toujours cornerisé, ni non plus les partis euro-critiques ne pourront l’emporter seuls. Et pourtant, ils restent désunis alors que beaucoup de choses les rapprochent sur l’essentiel. Il est temps de faire passer le pays avant les partis. 

Travailler et se rassembler autour de l’essentiel

Il est temps de dire les choses sans détours : notre pays ne peut plus se payer le luxe d’affrontements politiciens stériles. Ceux-ci ne peuvent que nourrir l’indifférence voire l’hostilité des Français à l’endroit des « politiciens » quels qu’ils soient. Si les hommes et les femmes de droite n’en prennent pas conscience, la France sera condamnée à être dirigée par Emmanuel Macron ou un de ses semblables pour de longues années encore…

Il est temps de

Lire la suite de l'article