Archives par étiquette : LICRA

“Les pédés au bûcher” : grosse intox du président de la LICRA

Alain Jakubowicz, président de la LICRA, nage en plein délire. Suite à l'affaire Théo, il écrit :

"[…] Chacun, enfin, garde en mémoire ces panneaux qui promettaient d’envoyer « les pédés au bûcher » lors des manifestations contre le mariage pour tous. […]

N'ayant jamais aperçu ces panneaux, il serait utile qu'Alain Jakubowicz donne précisément les éléments de cette accusation. Sinon, il sera loisible à La Manif Pour Tous de le traîner en justice. Ce sont les millions de Français, qui ont défilé contre la loi Taubira, qui sont ici insultés.

Lire la suite de l'article

Selon Henry de Lesquen, Bernard Antony est un suppôt de la Licra…

CrC4uAJWIAAf2DoAlors que Bernard Antony tiendra jeudi une conférence de presse, suite à son éviction de Radio courtoisie, nous découvrons ce texte délirant d'Henry de Lesquen à son encontre, dans lequel il écrit sans honte :

"Bernard Antony, frénétique d’extrême droite, s’est déconsidéré par ses pitreries. […] Bernard Antony est théocrate et violent. Il refuse la liberté, la république et la démocratie. […] Bernard Antony s’aplatit devant la LICRA dans le vain espoir de passer pour un modéré. […] Bernard Antony a fait de l’AGRIF, association antiraciste, un supplétif de la LICRA dans son action antifrançaise. […] J’ai péché par naïveté au sujet de Bernard Antony. C’est un suppôt de la LICRA, donc un ennemi de la France."

Nous pourrions penser que le site d'Henry de Lesquen a été piraté par des farceurs. Il n'en est rien (voir par exemple cette justification de l'esclavage ou cette "analyse" sur… le coefficient de blancheur des joueurs de football). Sur Facebook, Henry de Lesquen explique :

"Quelques jours après l’université d’été de son association, qui s’est achevée le 9 août, j’ai écrit à Bernard Antony, en tant que président de Radio Courtoisie, pour lui demander de mettre un terme à son comportement déloyal, qui portait préjudice à la radio, et je l’ai invité à publier le communiqué suivant"

Sic. S'ensuit un communiqué de repentance que, bien évidemment, Bernard Antony, qui n'est pas un adepte de l'autocritique des procès staliniens, n'a pas publié, mais dans lequel on peut lire :

"Je regrette

Lire la suite de l'article

Après la police de la pensée, voici la gendarmerie formée par la LICRA

Depuis 3 ans, les gendarmes du Gard sont associés à la Ligue internationale dans sa lutte contre le racisme (Licra). 600 gendarmes ont ainsi été "formés" comme le souligne un officier dans un langage très convenu :

Vous êtes l’officier référent de la Licra au groupement de gendarmerie du Gard, comment avez-vous abordé ce partenariat ?

Dans un premier temps, il fallait d’abord mieux se connaître et, pour cela, se rencontrer au plus près du terrain. Ainsi, nous avons souhaité qu’à l’occasion de leurs réunions d’instruction et de formation, les gendarmes rencontrent des membres de la Licra pour qu’ils les informent sur leur action.

Quel objectif vous étiez-vous donné à l’issue de cette sensibilisation ?

L’objectif principal visait à améliorer l’accueil des victimes de façon à ce qu’on soit plus performant. Et, clairement, à partir du moment où les chargés d’accueil ont été formés à cette thématique, ils ont reçu avec un peu plus de facilité les victimes de ce type d’infractions.

Qu’ont-elles de particulier ces infractions ?

Ce sont des infractions plus difficiles à caractériser. Les infractions que l’on rencontre le plus souvent, ce sont les injures non publiques et pour pouvoir les caractériser, il faut pouvoir les prouver. Ça demande un long travail de recherche et d’enquête.

Combien de gendarmes la Licra a-t-elle sensibilisé ?

Six cents gendarmes du département – soit les trois quarts de nos effectifs – ont été formés, dont ceux de la brigade de prévention de la délinquance juvénile qui ont, sur ce

Lire la suite de l'article

Radicalisation sur Internet : “Que fait-on des cathos intégristes ?” demande la LICRA

Lu ici :

"Réunis dans les locaux parisiens de Google, ici associé à ses compères Facebook et Twitter, associations, acteurs gouvernementaux et observateurs du numérique et de la radicalisation ont tenté ce 27 mai d’esquisser une parade aux messages de haine. (…)

En France, la radicalisation est aujourd’hui majoritairement associée aux mouvements djihadistes. (…) Sans surprise, cette dominante s’est également retrouvée dans les discussions du jour. Ce qui a ému un représentant de la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) présent dans l’assistance, Malik Lounès : « Tout se concentre sur le djihadisme ! Je bous depuis tout à l’heure, que fait-on des cathos intégristes, de l’extrême droite ? »"

Lire la suite de l'article