Archives par étiquette : libéré

Le père Tom libéré

Le Père Tom Uzhunnali, prêtre syro-malabar qui avait été enlevé en 2016 à Aden (Yémen), a été libéré. Il était imberbe, on le retrouve avec une grande barbe blanche…

758dc7ab63677117467388c3b99fce90_XL

21728188_1979835395585589_7245005742076118747_n

Le Père Tom, salésien, était aumônier d’un orphelinat de la congrégation de Mère Teresa, qui avait été attaqué le 4 mars 2006. Quatre religieuses et douze autres personnes avaient été tuées. Selon les déclarations de Mgr Paul Hinder, vicaire apostolique d’Arabie du Sud, cette libération a été principalement obtenue par le sultan d’Oman, qui a déjà réussi à faire libérer d’autres otages d’al-Qaida.

Lire la suite de l'article

Bruno Mégret : Cette situation nouvelle libère un espace important pour l’organisation d’une nouvelle force de droite

Désormais retiré de la vie politique, l'ancien patron du MNR (Mouvement national républicain) et numéro 2 du FN Bruno Mégret répond au Figaro :

"Si vous aviez pu participer au bureau politique du FN ce mardi, quelles remarques auriez-vous formulé au sortir de cette séquence électorale?

Il faut d'abord prendre la mesure du changement: l'élection d'Emmanuel Macron est une opération de sauvetage d'un système discrédité par les partis traditionnels. Mais si ceux-ci ont été laminés, la gauche n'a pas disparu. Car, avec la République en marche, c'est celle-ci qui est aujourd'hui au pouvoir et c'est la ligne Hollande-Valls qui l'a emporté! Ce succès simplifie le champ politique car la majorité actuelle rassemble tous les partisans de la gauche de gouvernement, y compris ceux qui adhéraient à LR. Cette situation nouvelle libère un espace important pour l'organisation d'une nouvelle force de droite. Et si le FN était à la hauteur des enjeux, il prendrait l'initiative d'une recomposition en proposant la création d'un grand pôle de droite regroupant ses propres troupes et celles de la partie droitière des Républicains.

Comment expliquer le coup d'arrêt à la dynamique frontiste

Si l'on regarde de près les résultats des derniers scrutins, ce n'est pas la stratégie prêtée à Florian Philippot, orientée sur le souverainisme et le social, qui a fait progresser le parti, mais l'importance que les Français accordent aux préoccupations qui sont traditionnellement celles du FN: le rejet du système, la crise migratoire, la menace terroriste, les questions identitaires. Aussi, les Français exaspérés

Lire la suite de l'article

Le terroriste Karim Cheurfi, libéré avant la fin de sa peine (allégée), de nouveau condamné en 2014 mais laissé libre

Unknown-7Karim Cheurfi est très défavorablement connu de la justice. Il avait tiré en 2001 sur des policiers alors qu’il était en garde à vue à Melun. Condamné à 20 ans en 2003, il avait vu sa peine allégée à 15 ans en 2005.

Sa dernière condamnation remonte au 9 juillet 2014. Le délinquant avait alors écopé d’une peine de sursis avec mise à l’épreuve pour vol et usurpation de plaque d’immatriculation. Il était suivi par un juge d’application des peines de Meaux mais ne respectait pas ses obligations…

Karim Cheurfi était suivi par un juge d’application des peines. Il ne se soumettait plus à ses obligations auprès du juge et ne se rendait plus aux rendez-vous. Karim Cheurfi s'est rendu plusieurs fois à l'étranger pendant sa période probatoire (2015-17) alors qu'il n'en avait pas le droit.

Faudra-t-il inculper les juges ?

Lire la suite de l'article

Les livres de Jean Sévillia ont libéré la parole

Jean Sévillia est le rédacteur en chef adjoint du Figaro Magazine. L’écrivain et journaliste est surtout connu pour ses “Ecrits historiques de combat” parmi lesquels figurent 3 ouvrages indispensables : Historiquement correct, Moralement correct et Le terrorisme intellectuel.

Depuis des années, contre la bien-pensance, Jean Sévillia s’efforce de rétablir un certain nombre de vérités que l’histoire officielle se refusait de diffuser. Grâce à un travail inlassable, l’auteur a permis de contrebalancer un passé réécrit où règne le manichéisme et l’anachronisme. Aujourd’hui, les Français peuvent porter un regard différent sur certains événements historiques comme la Révolution française et les guerres de Vendée.

Pour Jean Sévillia, qui a été le premier intellectuel à dénoncer le politiquement correct, une véritable “révolution conservatrice” avance à visage découvert en France, malgré des maux qui ont pour nom le relativisme (le “tout à l’égo” raillé par Régis Debray) ou le multiculturalisme. Les Editions Perrin ont eu l’excellente idée de réunir les principaux essais historiques de Jean Sévillia en un seul ouvrage enrichi et réactualisé. Cela donne une somme indispensable pour comprendre que le rôle de Sévillia, pour reprendre une belle formule d’Albert Camus, est “d’empêcher que le monde se défasse”. 

Lire la suite de l'article

Ils agressent des policiers, la justice les libère

Lu dans Le Parisien :

"Il est 14 heures ce mardi 31 mai quand les policiers de la Brigade anti-criminalité d’Ivry se rendent cité Hoche sur un point de vente de drogue. Une intervention classique qui se solde par la saisie d’un couteau servant à couper le cannabis et de quelques sachets. Les cinq dealeurs, qui n’ont rien sur eux, assistent en habitués à la saisie. Ils remettent même à sa place un petit du quartier venu insulter les policiers. Mais alors que ces derniers regagnent leur voiture, le même petit y va de son « cassez-vous bande de baltringues ». L’insulte de trop pour la Bac qui décide de l’interpeller.

C’est là que tout dégénère. Une quinzaine de jeunes tombent sur les trois policiers qui tentent de se dégager avec la gazeuse et même une grenade de désencerclement. Il faudra l’arrivée des renforts pour que la situation soit sous contrôle. Mais alors que la pression est retombée, un jeune décoche un violent coup de poing à un policier et prend la fuite. Le fonctionnaire s’effondre, pris de convulsions.

Deux hommes sont interpellés. L’auteur du coup de poing se rendra plus tard. Le jeudi, à la surprise générale, le parquet lève les trois gardes à vue. « Nous avons eu une panne informatique due aux inondations, explique une source judiciaire. Nous n’avions plus aucune visibilité sur les antécédents des mis en cause. Faute de savoir dans quel délai nous allions être dépannés, on a levé la garde à vue. »

Lire la suite de l'article

“Que le Seigneur nous libère de ce terrible piège d’être des chrétiens sans espérance”

Homélie du Saint-Père lors de la Vigile pascale :

Cq5dam.web.800.800-3"« Pierre courut au tombeau » (Lc 24, 12). Quelles pensées pouvaient donc agiter l’esprit et le cœur de Pierre pendant cette course ? L’Evangile nous dit que les Onze, parmi lesquels Pierre, n’avaient pas cru au témoignage des femmes, à leur annonce pascale. Plus encore, « ces propos leur semblèrent délirants » (v. 11). Il y avait donc le doute dans le cœur de Pierre, accompagné de nombreuses pensées négatives : la tristesse pour la mort du Maître aimé, et la déception de l’avoir trahi trois fois pendant la Passion. 

Mais il y a un détail qui marque un tournant : Pierre, après avoir écouté les femmes et ne pas les avoir cru, cependant « se leva » (v. 12). Il n’est pas resté assis à réfléchir, il n’est pas resté enfermé à la maison comme les autres. Il ne s’est pas laissé prendre par l’atmosphère morose de ces journées, ni emporter par ses doutes ; il ne s’est pas laissé accaparer par les remords, par la peur ni par les bavardages permanents qui ne mènent à rien. Il a cherché Jésus, pas lui-même. Il a préféré la voie de la rencontre et de la confiance et, tel qu’il était, il s’est levé et a couru au tombeau, d’où il revint « tout étonné » (v. 12 ). Cela a été le début de la « résurrection » de Pierre, la résurrection de son cœur. Sans céder à la

Lire la suite de l'article

Le père Dhiya Azziz, enlevé le 23 décembre, a été libéré

29711Le Père franciscain Dhiya Azziz avait déjà été enlevé par des djihadistes le 4 juillet dernier en Syrie. Le prêtre avait été libéré le 11 juillet suivant. Le Père Azziz avait de nouveau été enlevé le 23 décembre, sans doute par un groupe djihadiste, alors qu’il regagnait sa paroisse de Yacoubieh en vue des célébrations de Noël.

La Custodie vient de signaler qu'il a été libéré. Deo Gratias.

Lire la suite de l'article

Le présumé complice de l’Hyper Casher libéré

Les autorités françaises n'ont pas encore saisi que nous sommes en guerre :

"Tonino Gonthier, âgé de 23 ans, est soupçonné d’avoir aidé Amedy Coulibaly dans la préparation de l’attaque de l’Hyper Cacher. Poursuivi pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, il a néanmoins été discrètement libéré de prison et placé sous contrôle judiciaire en juin, rapporte le Parisien. Les investigations réalisées ont permis de savoir qu’il était présent au moment de l’achat chez un particulier de la voiture dont s’est servi Amedy Coulibaly pour perpétrer son attentat. Tonino Gonthier a également fourni sa carte d’identité à un ami de Coulibaly pour l’achat de deux bombes lacrymogènes, retrouvées par la suite au domicile du terroriste."

Lire la suite de l'article

Le franciscain enlevé en Syrie a été libéré

La Custodie de Terre Sainte annonce la libération du Père Dhiya Azziz, le religieux irakien enlevé en Syrie le 4 juillet. Il avait été emmené par une brigade de miliciens en vue d’une brève rencontre avec l’émir qui exerce l’autorité dans la région, actuellement sous le contrôle du Front al-Nusra, affilié à Al-Qaïda. Le Front en question dément toute implication dans l'enlèvement, qui aurait été perpétré par un autre groupe djihadiste.

Lire la suite de l'article

CEF : la parole se libère à Lourdes

Selon Mgr Marc Aillet :

« Il y a une libération de la parole, ce n'est pas un scoop et c'est même plutôt une bonne nouvelle ». « Cette libération de la parole prouve que les évêques peuvent se dire les choses, dans un climat d'écoute et d'attention fraternelle, sans perdre l'estime mutuelle que nous avons les uns pour les autres ». « Les évêques ne sont pas monolithiques ». « La CEF n'est pas un parti politique avec ses consignes de vote. Certains ont souhaité manifester l'an dernier, d'autres non. Les évêques sont unanimes sur les fondements anthropologiques concernant la famille et la vie humaine, mais sur les moyens d'action, ils sont libres ».

Lire la suite de l'article