Archives par étiquette : Liban

Nouvelle crise politique au Liban

Analyse d'Antoine de Lacoste pour les lecteurs du Salon Beige :

HLe premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé sa démission le 4 novembre dernier à la télévision…saoudienne. Certes, Hariri a la double nationalité libanaise et saoudienne, mais le fait reste tout de même surréaliste. De là à penser que l'homme d'affaires sunnite a été contraint à ce geste par le régime saoudien, il n'y a évidemment qu'un pas, d'autant qu'Hariri est toujours à Ryad. Il ne s'est donc pas rendu au Liban pour remettre sa démission au Président Aoun comme l'exige la Constitution.

Est-il libre de ses mouvements ? On peut penser que non. Voulait-il vraiment démissionner ? C'est peu probable mais Hariri est totalement dépendant de Ryad. Son groupe de BTP, Saudi Oger, dont il a hérité de son père Rafic, est en faillite. La corruption généralisée qui entourait l'activité de l'entreprise rend facile une intervention de l'Etat saoudien pour faire pression sur Hariri qui pourrait encourir une longue peine de prison pour toutes ses activités frauduleuses.

Que veut Ryad en organisant ce scénario improbable ?

Toutes les clés ne sont pas encore connues mais il est toutefois évident que cette démission s'inscrit dans la prise de pouvoir progressive du prince héritier du royaume wahhabite, Mohamed Ben Salman (MBS pour les intimes) qui succédera à son père Salmane, âgé de 82 ans. Il est décidé à moderniser le royaume et à affronter la puissance iranienne afin que l'Arabie Saoudite demeure la principale puissance de la région.

C'est pourquoi

Lire la suite de l'article

Le Liban, de nouveau au centre du conflit entre l’Iran et l’Arabie

Unknown-37La démission surprise du Premier ministre libanais Saad Hariri, proche de l'Arabie saoudite et critique du Hezbollah pro-iranien, fait craindre que le Liban ne plonge dans de nouvelles violences. C'est depuis l'Arabie Saoudite, pays dont il a la nationalité, que l'annonce a été faite. En ligne de mire : l'omnipotence du Hezbollah. En démissionnant, Saad Hariri a dénoncé la "mainmise" et "l'ingérence" de l'Iran dans les affaires libanaises à travers son allié le Hezbollah. Ce parti politique armé est membre du gouvernement de Saad Hariri formé il y a moins d'un an.

Le Liban est depuis plus d'une décennie profondément divisé entre le camp emmené par M. Hariri, un sunnite soutenu par l'Arabie saoudite, et celui dirigée par le Hezbollah chiite, appuyé par le régime syrien et l'Iran. Son départ intervient dans un contexte de fortes tensions sur plusieurs dossiers entre Ryad et Téhéran.

Les analystes n'écartent pas la possibilité d'une offensive contre le Hezbollah, que ce soit de la part de l'Arabie saoudite ou, plus probable, d'Israël.

Le patriarche d’Antioche des maronites, le cardinal Boutros Bechara Raï, va se rendre ces prochains jours en Arabie saoudite et y rencontrer le roi Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane. Sa visite à Riyad suit celles de Samir Geagea (Forces libanaises) et de Sami Gemayel (Kataeb) en septembre, et du Premier ministre Saad Hariri fin octobre. L’Arabie saoudite est en train de s’assurer de ses alliés libanais chrétiens et sunnites contre les chiites du Hezbollah.

D’autre part il y a le contexte interne à

Lire la suite de l'article

Liban : la statue de saint Charbel a été érigée

La statue monumentale de saint Charbel a été érigée à Faraya. Elle est prête pour sa bénédiction par le patriarche maronite le 14 septembre. Un fragment d’os du saint ermite d’Annaya sera inséré dans la statue au cours de la cérémonie.

  • Hauteur : 23 mètres
  • Largeur : 9.3 mètres
  • Poids : 40 tonnes
  • Matériau : Fibre de verre
  • Localisation : Faraya, Mont Liban
  • Sculpteur : Nayef Alwan.

0

1

Lire la suite de l'article

Une statue monumentale de saint Charbel au Liban

Au Liban, une statue géante de saint Charbel (23 mètres de haut sur un socle de 4 mètres, 40 tonnes) a traversé dimanche les rues de Jounieh et a été acheminée à Faraya, sur les hauteurs du Kesrouan. Elle sera bénie le 14 septembre en la fête de la Sainte Croix.

547138490

1732039018

Lire la suite de l'article

Les islamistes d’Al Nosra chassés du Liban

Nouvelle contribution d'Antoine de Lacoste qui porte un regard sur la situation au Liban.

Depuis plusieurs années, une poche islamiste s'était constituée dans la montagne libanaise appelée Antiliban, à cheval sur la frontière syrienne, à quelques kilomètres du beau site antique de Baalbek. De là, le Front al Nosra (rebaptisé depuis Fatah al Cham) se sentait suffisamment sûr de lui pour faire des incursions dans la Plaine de la Bekaa. Il y avait affronté l'armée libanaise, tuant et faisant prisonnier plusieurs de ses soldats. Il faut noter que des éléments de Daesh étaient venus lui prêter main forte; il décapitera deux soldats libanais…

Al Nosra avait ainsi pris le contrôle en août 2014 de la petite ville d'Ersal, à majorité sunnite, la mettant en coupe réglée : exécutions de récalcitrants, application de la charia, trafics d'armes et de drogue. La panoplie habituelle des islamistes sunnites.

Trop faible, l'armée libanaise n'était pas en capacité d'intervenir et l'armée syrienne avait autre chose à faire. Elle n'aurait de toutes façons pas été la bienvenue. Après de longues négociations, Al Nosra avait finalement accepté de se retirer dans les montagnes sur la promesse que l'armée libanaise ne l'attaquerait pas.

Tout a changé il y a quelques jours avec l'intervention du Hezbollah. Libéré de plusieurs fronts en Syrie, en particulier à Alep et à l'Ouest de Damas, il a décidé de reconquérir Ersal afin de garder la main mise sur la Plaine de la Bekaa à majorité chiite.

La prise de la ville fut aisée

Lire la suite de l'article

Le gouvernement hongrois donne 1,7 million de $ pour la restauration des églises au Liban

Lu sur Orthodoxie :

"Cette donation ira au fond de restauration de 31 églises et constitue une partie des efforts du gouvernement hongrois pour soutenir la communauté chrétienne du Liban, afin qu’elle puisse continuer à vivre dans son propre pays et aide à préserver l’identité et la présence chrétiennes au Moyen Orient. Outre son apport au projet, la Hongrie sera également engagée dans la coordination de la restauration des églises. Selon le site Hungarian Free Press, le projet sera supervisé par l’ambassade de Hongrie à Beyrouth, ainsi que par des membres de l’Université catholique Pázmány Péter et des spécialistes de l’Université du Saint-Esprit de Kaslikot.

Le gouvernement hongrois donne également des fonds pour la restauration des lieux de culte en Hongrie. Un total de 100 millions de florints (environ 381.000 dollars US) ont été alloués à la restauration d’une église orthodoxe à Budapest et 2,4 milliards de florints (environ 9 millions de dollars US) ont été engagés pour le soutien aux édifices du Patriarcat de Moscou en Hongrie. Le journal conservateur « Magyar Nemzet » a suggéré que le soutien gouvernemental à l’Église orthodoxe russe provient de l’alliance politique avec le président russe Vladimir Poutine, lequel suit de près le sort des communautés orthodoxes hors de Russie.

La Hongrie a manifesté son désir de soutenir les chrétiens du Moyen Orient, et elle est le premier pays du monde à avoir créé un bureau gouvernemental destiné à soutenir les chrétiens persécutés de la région. En janvier, le gouvernement hongrois a

Lire la suite de l'article

Le Liban sera un point d’équilibre vital pour l’apaisement des tensions au Moyen-Orient

Intéressante analyse de Thibaut de La Tocnaye, Vice-Président de Chrétienté-Solidarité, ancien volontaire français parti combattre au Liban au début des années 1980, Membre du Bureau politique du FN, sur le voyage de Marine Le Pen au Liban :

C5GhXN2WAAEEmT2"[…] Les enjeux de ce voyage sont beaucoup plus importants. […] Or, l’ex-général Aoun a justement lutté inlassablement, pendant quarante ans, pour la défense d’un Liban indépendant et souverain face aux multiples tentatives d’hégémonie extérieure. De plus, son élection quasi miraculeuse — après pratiquement deux ans de vacance du pouvoir présidentiel — consacre magistralement la formule libanaise de cohabitation islamo-chrétienne et de partage du pouvoir qui exclut et rejette par définition tout islamisme.

Cette rencontre est la préfiguration de ce qui devrait à nouveau exister entre la France et le Liban, et plus encore entre l’Occident et l’Orient pour rejeter efficacement tout terrorisme révolutionnaire islamique.

La deuxième grande thématique du voyage de Marine Le Pen au pays des Cèdres, c’est évidemment le problème des migrants. Là encore, la convergence de la France et du Liban par rapport au problème des réfugiés est claire : « leur retour obligatoire et dans la dignité dans leur pays d’origine » (pour reprendre les propos du patriarche maronite du Liban Bechara Al-Raï) est la seule possibilité envisageable. Nul doute que le nouveau président libanais va prendre à bras-le-corps le dossier explosif des 1,2 à 1,4 million de réfugiés syriens au Liban en anticipant et préparant leur retour en Syrie. Ce sera un des points capitaux de la négociation avec le nouveau pouvoir en Syrie — le

Lire la suite de l'article

Conférence exceptionnelle sur le Liban le 31 janvier

Charles de Meyer, président de SOS Chrétiens d’Orient et Fouad Abou Nader président d’Al Nawraj donneront une conférence le mardi 31 janvier 2017 à 19h45 au Centre Bernanos – 4 rue du Havre – 75009 Paris.

Fouad Abou Nader a cofondé l’association Al Nawraj en 2014. Cette association assure la sécurité des chrétiens aux frontières du Liban, en collaborant avec l’armée et en veillant à l’amélioration des services locaux d'éducation et de santé, en partenariat avec l’association SOS chrétiens d’Orient.

ENTREE LIBRE

Renseignements au 01 83 92 16 53

FLYER SOS LIBAN - 31 01 2017 - Conference Fouad Abou Nader et  Charles de Meyer

Lire la suite de l'article

Chronique des chrétiens d’Orient : Les vœux de la mission SOS Chrétiens d’Orient au Liban

IMG_3790Les volontaires de la mission, basée à Beyrouth, sont heureux de vous souhaiter un joyeux Noël !

Pendant tous le mois de Décembre les activités furent nombreuses. Chacun a préparé la naissance du Christ auprès des familles et des enfants. Grâce aux dons, les volontaires ont organisé une fête de Noël rassemblant des enfants de familles libanaises mais aussi irakiennes et syriennes, une crèche vivante avec les enfants de l’école Notre-Dame des Anges , des activités de décorations de Noël partout dans le pays et , bien sûr, des distributions de cadeaux !

IMG_4223Ils souhaitent de bonnes fêtes à tous les chrétiens du Proche-Orient mais aussi à la France. Ils espèrent que ce temps sera un temps de joie pour tous et l’occasion pour chacun de renouveler et de garder sa foi malgré les difficultés. 

Joignez-vous à leurs prières, spécialement pour toutes les familles isolées rencontrées, afin qu’elles gardent l’espérance et que le Seigneur les protège. 

Lire la suite de l'article

La délégation SOS Chrétiens d’Orient/Al Nawraj à la rencontre des villages chrétiens frontaliers du Liban

Du 10 au 14 Décembre 2016, Charles de Meyer, président et fondateur de SOS Chrétiens d’Orient, ainsi que d’autres membres  de l’association, sont allés visiter les villages chrétiens de la frontière du Liban.

Quatre jours pour quatre régions. Le but était de rencontrer les chefs de municipalité, les habitants pour écouter leurs doléances et mettre en valeur la présence chrétienne aux extrêmes du pays. L’insécurité face aux frontières et l’afflux massif de réfugiés provenant de Syrie, provoquent un exode des populations vers le centre du pays, Beyrouth et même l’étranger. Chacun a remis à la délégation un dossier comprenant des projets pour aider les chrétiens à rester chez eux : infrastructures, matériel, présence humaine… Ceux-ci seront étudiés par la mission SOS Chrétiens d’Orient au Liban et par l’équipe de Paris. Charles de Meyer s’est engagé à commencer la réalisation de quatre projets, un dans chaque région, d’ici Janvier 2017.

L’association libanaise Al Nawraj s’est chargée, avec ses contacts locaux et sa connaissance du pays d’organiser logistiquement ce voyage. Elle est présidée par Dr Fouad Abou Nader, ancien chef des Forces Libanaises et fervent défenseur des chrétiens du Liban. Ses actions ? Ancrer les chrétiens du pays dans leur village et région d’origine et perpétuer leur présence millénaire.

La délégation a voulu vous placer au cœur de ce projet en publiant, par le biais des réseaux sociaux, les compte-rendus des visites ainsi que des vidéos résumant les journées. Pendant 4 jours, elle s’est efforcée de tenir la France informée de la situation critique

Lire la suite de l'article

Chroniques des chrétiens d’Orient : Les frontières chrétiennes du Liban

Photo_2016-11-30_14-37-55[1]Dans un Liban sortant péniblement d’une crise gouvernementale de plus de deux ans, soucieux de conserver son intégrité face à la guerre civile syrienne et de garder sa frontière sud en paix, les villages des frontières se sentent délaissés par l’intérieur et oubliés de l’extérieur. Ils attendent du gouvernement français qu’il honore une promesse millénaire. Dans ces régions à dominante musulmane, d’importants villages chrétiens subissent l’exode massif des jeunes générations fuyant des conditions de vie difficiles et un avenir peu engageant.

Du Nord, dans l’Akkar, au Sud, en passant par l’Est de la Bekka, le conflit syrien semble s’exporter au Liban. Des heurts réguliers ont lieu entre factions djihadistes rivales. Les multiples attaques terroristes sèment la terreur dans les villages. En  Juin 2016 à Al Qaa, 8 kamikazes se font exploser tuant 5 civils. Depuis le début du mois, pas moins de trois attaques ont eu lieux pour la seule zone frontalière du Nord Est libanais. Certains villages de la plaine de la Bekaa, annexés jusqu’en 2005 par l’armée syrienne, peinent à retrouver leur identité libanaise et chrétienne. L’arrivée massive de réfugiés en provenance de Syrie crée une véritable crise économique et sociale dans un Liban exsangue. Des camps sauvages de réfugiés ont été installés dans cette région mais il est difficile de palier un manque cruel d’électricité, d’eau, de nourriture et d’éducation. On estime à 2 millions le nombre de réfugiés (principalement Syriens) venu s’ajouter aux 4 millions de libanais nationaux. L’intégration est plus que délicate : pas de

Lire la suite de l'article