Archives par étiquette : l’homme

L’écologie, c’est bien… sauf pour l’homme ?

Blanche Streb est docteur en pharmacie. Après avoir travaillé douze ans en recherche et développement dans l'industrie pharmaceutique, elle est aujourd'hui directrice de la formation et de la recherche pour Alliance VITA. Elle vient de publier Bébés sur mesure, le monde des meilleurs (Artège, 2018). Extrait d'un entretien au Figarovox :

XVMecf4efd6-44b0-11e8-a18d-c12fdf4e8e03-140x200En fait, Blanche Streb, vous êtes à la mode: vous prônez en quelque sorte un retour au bio, sans colorants ni conservateurs, contre la tentation des OGM que sont les «bébés sur mesure»…

Je prône surtout un retour au bon sens humain, qui heureusement n'est jamais très loin lorsque les enjeux sont clairement et globalement exposés. Mais votre comparaison est intéressante. Vous évoquez l'écologie, or de nos jours il y a une prise de conscience incontestable des dégâts que la fascination de l'homme pour certaines technologies ou l'absence de respect de la nature ont pu engendrer. La même prise de conscience sur l'état d'urgence éthique dans lequel nous sommes devient incontournable, vitale! Aujourd'hui, l'homme s'octroie le droit de manipuler la vie, dès son commencement. Des bébés génétiquement modifiés sont nés, en Ukraine, au Mexique, en dépit de tout principe de précaution. Préoccupant!

Vous écrivez que «la France est devenue un pays eugéniste». Quoi, déjà?

En effet, osons regarder cette vérité en face: en France, malheureusement, est né et se répand un nouvel eugénisme, technique, consensuel, démocratique et bientôt… chronique, si notre société continue de s'y acclimater. La FIV a rendu l'embryon «disponible», sous l'œil du biologiste, et inévitablement «un

Lire la suite de l'article

« Les droits de l’homme sont devenus une religion d’État avec ses clercs, ses inquisiteurs et ses grenouilles de bénitier. »

Samedi 7 avril à la Maison de la Chimie à Paris, plus d’un millier de personnes ont participé au Ve colloque annuel de l’Institut Iliade, une réunion culturelle et politique, complètement occultée par les médias, sur le thème  « Fiers d’être Européens ! ». Une quinzaine d’interventions ont ponctué cette journée, avec Philippe Conrad, Bernard Lugan, François Bousquet, Olivier Dard, Gérard Dussouy, Rémi Soulié, Javier Portella, Paul-Marie Couteaux, Thibault Mercier, Jean-François Gautier, Ferenc Almssy et Jean-Yves Le Gallou. Voici quelques verbatims :

Thumb.phpJavier Portella : « Contrairement à tous les morts-vivants, affirmons haut et fort la vie ! Remplissons le grand néant dans lequel nous sommes à présent engouffrés de choses belles, grandes, vraies, nobles. »

Jean-François Gautier : « Nous autres Européens sommes encore et toujours des êtres en devenir de nous-même, nous devons nous montrer dignes de ce que nos prédécesseurs nous ont laissé et, alors, nous pourrons en être fiers. »

« Machiavel prônait l’entretien avec les auteurs anciens, les grands antiques, qu’il interrogeait et qui lui répondaient avec bonté, au nombre desquels Tite-Live : c’est l’histoire antique qui lui permettait de comprendre son présent. »

Olivier Dard : « En 1992, Daniel Rivet pensait que le débat sur la colonisation était suffisamment lointain pour l’aborder historiquement, sans arrogance ni repentance. Vingt-cinq ans plus tard, il n’en est rien. »

Gérard Dussouy : « L’identité s’éprouve comme conscience et s’affirme comme volonté. Ce sont les hommes eux-mêmes, qui conscients de ce qu’ils sont, forgent leurs identités à travers les épreuves du temps, et en fonction de leur naissance et de leurs

Lire la suite de l'article

L’homme est un être de transcendance

Emmanuel Falque, Philosophe, est interrogé dans La Croix. Extrait :

Dans les débats actuels sur l’animal, comment les chrétiens peuvent-ils se positionner ?

Unknown-12C’est une question difficile, du point de vue philosophique et du point de vue éthique. Le danger serait de vouloir toujours s’en tenir à d’anciennes catégories. En philosophie, on a cessé de penser la distinction entre l’homme et l’animal comme une différence de « nature », ou une différence de « degré », ou une simple question d’infériorité ou de supériorité. Longtemps, la philosophie a cherché des critères permettant de distinguer définitivement l’homme de l’animal : la raison (Aristote), la pensée (Descartes), la liberté (Rousseau), le travail (Marx), le rire (Bergson)… On a ainsi multiplié à l’infini les critères de distinction sans vraiment y parvenir. On a ensuite cherché à établir une différence de degré entre l’homme et l’animal, avec l’idée que l’homme serait capable d’opérations que l’animal ne pourrait réaliser que partiellement.

Mais aujourd’hui, au moins en philosophie, on se pose différemment la question de l’animal. On s’interroge moins sur la différence entre l’homme et l’animal que sur leur différence d’accès au monde. On se demande comment l’animal voit le monde, comment il l’éprouve, comment il le sent, etc. C’est à partir de là que nous deviendrons peut-être capables de penser une communauté entre l’homme et l’animal. […]

Le mot « bête » ou « bestial » ne cesse pourtant d’apparaître dans la Bible. On le trouve au début de la Bible, par exemple avec la

Lire la suite de l'article

Bioéthique : les AFC veulent inscrire la dignité de l’Homme au cœur des Etats Généraux

Communiqué des Associations Familiales Catholiques :

Logo"Fortes de la densité et du maillage de leur réseau, les AFC y seront actives tant au niveau national qu'au niveau local, notamment en prenant part aux débats organisés dans le cadre des consultations préalables à la révision des lois de bioéthique. Elles ont d'ores et déjà rencontré le 11 janvier dernier le Sénateur Gérard Longuet, président de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques.

Les AFC appellent leurs 30 000 familles adhérentes à s'engager dans les débats locaux, notamment au sein des espaces de réflexion éthique régionaux, et à prendre part à la consultation en ligne. Les AFC ont toujours été très impliquées dans les questions de bioéthique, très liées à la famille, et auprès des acteurs du monde de la santé.

En vertu de l'agrément santé de la Confédération Nationale des AFC, elles s'investissent sur le terrain auprès des patients en missionnant de nombreux représentants des usagers. Au niveau régional ou local, ces derniers participent activement au suivi de la politique de santé, font entendre la voix des usagers, veillent au respect de leurs droits et à la qualité des soins et, plus généralement, à la bonne organisation du système de santé.

Au-delà des nombreux thèmes retenus pour les États généraux de bioéthique en 2018 (procréatique – PMA et GPA, robotique, intelligence artificielle, génétique et génomique, dons et transplantations d'organes, fin de vie…), les AFC rappelleront la dignité inconditionnelle de l'Homme, de sa conception jusqu'à sa mort naturelle. Cela implique de

Lire la suite de l'article

Jean-Louis Harouel : “Les Droits de l’Homme contre le peuple”

Conférence de Jean-Louis Harouel, professeur d'histoire du droit et des institutions, sur son livre "Les Droits de l'Homme contre le peuple", à la fête du livre organisée par Renaissance Catholique, à Villepreux le dimanche 10 décembre :

Lire la suite de l'article

Hors-série de L’Homme Nouveau sur le transhumanisme

Quand l’Intelligence Artificielle nous dépassera-t-elle ? Serons-nous contraints de faire fabriquer nos enfants dans des utérus artificiels ? Nos maisons seront-elles envahies de robots ? Pourrons-nous un jour télécharger notre esprit sur un ordinateur ? Le transhumanisme est l’enjeu de ce siècle. Ces questions ne manquent ni d’intérêt ni de pertinence, mais elles n’interrogent pas cette idéologie dans ses fondements mêmes et, si nous n’y prenons pas garde, nous détournent de la question fondamentale qui marque le point de rupture entre l’anthropologie chrétienne et la pensée transhumaniste : qu’est-ce que l’homme ?

Ce hors-série veut proposer un ensemble de réflexions sur les fondements philosophiques du transhumanisme.

L'Homme Nouveau met actuellement en pré-vente un numéro hors série sur le transhumanisme qui sort ce samedi. Il y a de belles signatures. Les frais de port sont offerts jusqu'au 10 novembre. Ne tardez pas.

A commander ici

Préventes-HS-TransH

Lire la suite de l'article