Archives par étiquette : l’Europe

L’Europe n’a plus d’âme. L’européisme macronien va l’achever

Analyse d'Hilaire de Crémiers dans Politique Magazine :

Unknown-13"Le sommet européen du vendredi 29 juin qui s’est achevé sur un faux accord, n’a fait que révéler encore plus les antagonismes sous-jacents qui fragilisent désormais de manière continue l’Union européenne.

Angela Merkel ne peut plus parler avec autorité en Europe ; elle ne conduit même plus son gouvernement ; elle doit passer son temps à signer des compromis, tantôt avec son ministre de l’Intérieur, le bavarois Horst Seehofer, l’ex-homme fort de la CSU, tantôt avec le SPD, l’autre parti de la prétendue grande coalition. […] Le gouvernement de coalition ne durera peut-être pas et nul ne sait ce que sera l’Allemagne dans les semaines qui viennent et par qui elle sera gouvernée. L’équilibre du jour n’est dû paradoxalement qu’à l’AfD, chacun redoutant qu’en cas de nouvelles élections le parti nationaliste ne récolte encore davantage de voix ; la CSU bavaroise ne veut pas se voir supplanter dans son propre land et le SPD sait qu’il sera, cette fois-ci, rétamé. Comment dans de telles circonstances Angela Merkel pourrait-elle définir une politique européenne alors que les pays de l’Est, l’Italie maintenant, lui reprochent ouvertement la série des décisions qui, depuis 2015, a ouvert l’Europe aux vagues migratoires ? Dans l’impossibilité de jouer un rôle, elle a laissé agir Emmanuel Macron qui en a profité pour ramener les choses à lui. Dans sa déclaration finale, le président français s’est félicité d’avoir réussi à imposer un accord aux 27.

« Le repli national » ne l’a pas emporté, a-t-il dit, « c’est pour

Lire la suite de l'article

Les Croisades furent une action de défense de l’Europe contre l’invasion musulmane

TerrasseDans La Mémoire assiégée, Robin Terrasse, rappelle aux Européens qu'ils sont des survivants, en racontant leur Histoire. Les générations d'après mai 68, jusqu'aux années 2010, ont vécu ce qu'on peut appeler une révolution mémorielle : c'est-à-dire un bouleversement massif des connaissances historiques transmises aux citoyens. Ces connaissances, terriblement partielles, favorisent un récit de l'Histoire axé prioritairement sur les exactions commises par les Européens à l'encontre des autres peuples. Ce choix, semi-délibéré par consensus, semi-inconscient puisqu'il prend sa source dans un contexte de fin de Seconde guerre mondiale et de décolonisations, est un rude coup donné à l'identité des jeunes Européens, sommés d'intégrer un récit qui présente leurs ancêtres, leurs peuples, leurs civilisations, comme les grands bourreaux de l'Histoire. Ce faisant, l'éducation nationale forge de futures consciences politiques bercées dans la honte de soi, la repentance et la valorisation sans borne de l'Autre. Processus qui favorise, notamment, l'acceptation de l'immigration massive de peuplement extra-européen que connait notre pays depuis plusieurs décennies. Contre toute idée reçue, l'enseignement de l'Histoire est donc bien un enjeu d'avenir, et c'est pourquoi une contre-histoire reste nécessaire si jamais l'on souhaite voir émerger, un jour, une contre-politique. C'est là tout l'objet de ce livre, qui se veut aussi une analyse de l'idéologie dominante contemporaine.

Ce livre évoque l'Empire perse, les invasions barbares, l'empire arabe-musulman, les empires africains, les invasions turco-mongoles, l'esclavagisme tatars-musulman, autant de menaces qui ont failli faire disparaître l'Europe. Ce faisant, il rappelle ce qu'étaient réellement les Croisades : la libération des terres romano-chrétiennes.

"Il

Lire la suite de l'article

Conseil de l’Europe : confrontation entre les Droits de l’Homme et la Charia

De Nicolas Bauer suir l'ECLJ :

Images"Depuis janvier 2016, la discussion à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) d’un rapport sur l'incompatibilité de la charia islamique avec les droits de l'homme se fait attendre. L'ECLJ a pu consulter sa version la plus récente, datée du 19 avril 2018, qui montre avec lucidité l'échec et l’impossibilité de l'intégration de l'islam dans le système de protection des droits de l'homme. Des stratégies dilatoires sont utilisées afin d'éviter le débat autour de ce rapport, qui déplaît à la fois aux pays musulmans et aux idéologues progressistes. Le député hollandais Pieter OMTZIGT (PPE/DC), initiateur de la proposition de résolution demandant la réalisation du rapport, expliquait déjà à l’ECLJ en février 2017 : « Les choses n'avancent pas très vite mais cela devrait être fait cette année ». L’examen de ce rapport sur la charia était à l'ordre du jour de la Commission des questions juridiques et des droits de l’homme de l'APCE le 25 avril 2018, mais a été annulé le matin même.

Cette procrastination semble liée aux pressions de la Turquie et de son affidé l’Azerbaïdjan sur le rapporteur Antonio GUTIERREZ (PSOE). Ces deux pays avaient contribué à écarter de la rédaction de ce rapport les députés connus pour être critiques sur l’islam, en particulier Pieter OMTZIGT, qui avait rassemblé 27 députés pour demander ce rapport et était donc pressenti pour être rapporteur. Contrairement à l’usage, un autre député a cependant été désigné, Meritxell MATEU (ADLE), qui a quitté l’APCE et

Lire la suite de l'article

L’Europe de l’Est se souvient de sa “libération” par l’Armée Rouge…

Encore une insanité d'Alexis Corbière :

Lire la suite de l'article

Un nouveau provincial de l’Europe occidentale et centrale pour les Légionnaires du Christ

2018-03-19  P. Valentin Gögele LC 02Le 19 mars, le supérieur général des Légionnaires du Christ et de Regnum Christi a nommé le P. Valentin Gögele, LC, nouveau provincial de la congrégation et du Mouvement en Europe occidentale et centrale.

La nomination a été effectuée après consultation des membres de la province et avec l’approbation du conseil général.

Le P. Valentin assurera la succession du P. Andreas Schöggl, LC, qui dirige la province depuis le 15 avril 2012 après les six années prévues dans les constitutions de la congrégation. La passation de pouvoirs sera effective au 1er août 2018.​

Lire la suite de l'article

Le grand remplacement n’existe pas… mais l’Europe va s’africaniser.

Stephen Smith, auteur de La ruée vers l'Europe, est interrogé dans Ouest France. Extrait :

51JGagU4zSL._AC_US218_"Pendant longtemps, chaque famille européenne a ainsi eu un oncle d'Amérique. Tout ce que je dis c'est que, d'ici deux générations, chaque famille européenne va avoir un neveu ou une nièce africaine. L'Europe va s'africaniser.

[…] Il est essentiel de comprendre que ce ne sont pas les plus pauvres qui migrent mais ceux qui peuvent réunir un pactole de départ et jouissent de réseaux de soutien. Des millions d'Africains sont en train de franchir ce cap. […] Les médias véhiculent facilement des clichés misérabilistes – de « désespérés » qui fuient « l'enfer » que serait l'Afrique – alors que la plupart des migrants viennent aujourd'hui des pays porteurs d'espoir, comme le Sénégal, le Ghana, la Côte d'Ivoire ou le Nigeria. Puis nous avons tendance à ne considérer que la phase héroïque de la migration, quand l'individu surmonte mille obstacles pour atteindre sa terre promise. Mais la migration débute par un acte défaitiste, le départ d'un Africain qui ne croit pas en l'avenir de son pays. Enfin, nous supposons que les migrants sont « sauvés » dès qu'ils touchent la terre européenne. La réalité est bien plus complexe. L'intégration est un long travail et son succès ne se révèle souvent qu'à la deuxième, voire troisième génération. […]

Votre livre s'intitule La ruée vers l'Europe : n'est-ce pas un titre choc ?

Non, absolument pas. Comment annoncer plus sobrement la migration imminente de dizaines de

Lire la suite de l'article

La Convention du Conseil de l’Europe sur le genre est nul et non avenu

Convention-Istanbul-violence-femmes-Slovaquie-Bulgarie-e1519848451510La Bulgarie et la Slovaquie ont annoncé qu’elles ne ratifieront pas la Convention du Conseil de l’Europe « sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique », qui fait un dogme de l’idéologie du genre et de son enseignement à l'école. La Bulgarie assure en ce moment la présidence tournante de l’UE.

La résolution du Parlement européen qui approuvait la décision du Conseil européen de ratifier ce texte au nom de l’UE (qui l’a signé en juin 2017) est donc nulle et non avenue, comme la décision du Conseil, puisqu’il aurait fallu l’unanimité des Etats membres. La Grèce, la Tchéquie, la Lituanie, la Lettonie, la Hongrie, la Croatie, la Grèce, l’Irlande et le Luxembourg (et le Royaume-Uni), n’ont pas ratifié ce texte de 2011 qu’on peut donc désormais jeter à la poubelle.

La socialiste française Christine Revault d’Allonnes Bonnefoy, rapporteur du texte, s’était félicitée du fait que

« maintenant, on peut considérer que l’avortement est un droit au niveau européen ».

Elle l'a dans l'os. 

Lire la suite de l'article

Le Conseil de l’Europe veut imposer le “droit” à l’avortement

CLe Conseil de l’Europe publie un rapport, accompagné d’une série de recommandations aux 47 Etats membres. Le document épingle pêle-mêle l’Arménie, la Géorgie, la Macédoine, la Russie et la Slovaquie, qui ont adopté récemment « des mesures renforçant les critères à remplir pour les femmes afin d’avoir accès à l’avortement ». Il rappelle aussi qu’en Pologne « une loi a réintroduit l’obligation d’obtenir une prescription médicale pour accéder à un moyen de contraception d’urgence ».

Outre la Pologne, le rapport pointe également des juridictions en Irlande du Nord, Irlande, Andorre, au Liechtenstein, à Malte, Monaco, et San Marin pour leur législation « hautement restrictive » en matière d’accès à l’avortement, qui n’est souvent autorisée qu’en cas de risque pour la vie ou de viol. En Italie, sept professionnels de santé sur dix refusent d’autoriser un avortement, invoquant une clause de conscience. En Turquie, une femme mariée doit obtenir le consentement de son époux pour mettre un terme à sa grossesse. Il est de

« la responsabilité de l’Etat de s’assurer qu’un autre moyen d’accès à l’avortement est possible ». « L’avortement doit être légal à la demande d’une femme en début de grossesse et jusqu’à son terme si cela peut protéger sa vie ou si elle risque d’être maltraitée ».

"Si cela peut protéger sa vie"… Et celui de l'enfant à naître ?

Le Commissaire énonce 54 recommandations :

  • de renouveler l’engagement politique en faveur des droits des femmes et de se prémunir contre les mesures rétrogrades qui

Lire la suite de l'article

Colloque du 6 décembre : l’héritage et l’identité chrétiens de l’Europe

La Fondation pour la perspective historique,

le Conseil pour la Culture du Patriarcat de Moscou,

et le Ministère de la Culture de la Fédération de Russie

 vous invitent à un colloque sur

L’héritage et l’identité chrétiens de l’Europe.

 Interviendront:

  • Monseigneur Tikhon Chevkounov, évêque d’Egorievsk, président du Conseil pour la Culture du Patriarcat de Moscou;
  • Natalia Narotchnitskaïa, présidente de la Fondation pour la perspective historique (Moscou) et de l’IDC (Paris);
  • Alexandre Tchoubarian, président du Conseil national des historiens de Russie; 
  • Ivan Blot, ancien député et ancien député européen;
  • Mikhaïl Rémizov, président de l’Institut de stratégie nationale; 
  • Grégor Puppinck, directeur de l’European Centre for Law and Justice, Strasbourg.

mercredi 6 décembre 2017, de 10h à 13h, au Centre spirituel et culturel russe, 1 quai Branly, Paris 7e.

Inscriptions:  idc@idc-europe.org / 01 40 62 91 00

Lire la suite de l'article