Archives par étiquette : l’Etat

Une église dédiée aux 21 martyrs coptes assassinés par l’Etat islamique

CaptureLe 15 février, une église en l’honneur des 21 chrétiens exécutés en Libye en janvier 2015 par Daech a été inaugurée en Moyenne-Égypte, dans la province de Minya. L’église dédiée aux 21 martyrs coptes « de la foi et de la Patrie » décapités en Libye en 2015 par les djihadistes affiliés au prétendu « État islamique » a été inaugurée le 15 février, jour fixé pour leur mémoire liturgique. Le lieu de culte, construit à al Our, le village proche de la ville de Samalut, en province de Minya, d’où provenaient 13 des 21 martyrs, a été achevée ces mois derniers.

Une semaine après le massacre, le Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II, décida d’inscrire les 21 martyrs égorgés au Synaxarium, le livre des martyrs de l’Église copte orthodoxe, fixant leur mémoire liturgique au 15 février. 

Lire la suite de l'article

Après la chasse aux fausses nouvelles, l’Etat fait la chasse aux vraies nouvelles

Lu dans Le Point :

Unknown-23"Début janvier, le magazine économique Challenges publie un court article révélant que Conforama a été placé sous « mandat ad hoc », une procédure selon laquelle une entreprise en difficulté est accompagnée, les mandataires étant soumis à une stricte confidentialité. Saisi par l'enseigne, le tribunal de commerce de Paris a condamné la rédaction de Challenges à retirer l'information de son site sous peine d'une amende de 10 000 euros par jour. Ce jugement a provoqué l'émoi des journalistes, des juristes, des lecteurs, des avocats et même de certains responsables politiques."

Lire la suite de l'article

Et si l’État de droit n’était pas une magnifique absurdité ?

De Philippe Bilger sur Boulevard Voltaire :

Images"En suivant les débuts du procès correctionnel de Salah Abdeslam à Bruxelles, je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir une pensée malsaine et de formuler une indécente interrogation. Et si l’État de droit dans sa pureté, et à l’égard de certains, n’était pas une magnifique absurdité ?

Salah Abdeslam comparaît pour une tentative de meurtre dans un contexte terroriste et possession d’armes à feu le 15 mars 2016 à Forest. Il sera arrêté le 18 mars à Molenbeek après une fuite de quatre mois (Le Figaro). Aussi bien à Paris qu’en Belgique, depuis, il se tait et refuse de répondre aux questions. C’est son droit. L’énorme appareil aussi bien pénitentiaire que pour ses transferts et sa comparution qui a dû être mis en place, par crainte qu’il échappe à la Justice et prive tous ceux qui attendaient, espéraient son procès bruxellois avant celui, bientôt, de Paris pour les attentats du mois de novembre 2015, fait de lui paradoxalement le détenu le plus surveillé de France mais aussi le plus protégé.

On a déjà le sentiment d’un trop-plein, d’une surabondance de moyens et de précautions. Quelle importance cela lui donne ! On est haletant après ses premiers mots, ses déclarations alors qu’à l’évidence, sauf à souligner que son silence ne le rend pas coupable, il va continuer son mutisme qui le place en position de force et ceux qu’il déteste, ceux qui le jugent, en situation de totale infériorité. Persévérer dans une attitude qui lui

Lire la suite de l'article

La loi de 1905 est hérétique par la doctrine de l’Etat qu’elle suppose, un Etat qui se veut à la fois Dieu et César

Extrait d'un texte de l'abbé Viot sur la laïcité :

Viot-b"[…] Citons à ce sujet deux extraits du magistral discours de Combes à Auxerre le 4 septembre 1904, parce que résumant admirablement l’état d’esprit de la rupture de 1905, ainsi que sa signification, état d’esprit toujours à l’œuvre au sein de la majorité de nos politiques, tous partis confondus – il n’y a que des français catholiques pour ne pas le voir ! : « En séparant la convention diplomatique des articles organiques qui avaient déterminé les Chambres françaises à l’accepter, le Pape de l’époque [Pie VII qui avait refusé effectivement les articles organiques de 1802, accolés au Concordat de 1801], et après lui ses successeurs lui ont ôté son efficacité [mensonge manifeste car tout avait finalement bien fonctionné de 1801 à 1902], par cela même qu’il a annulé les règlements de police destinés à l’appliquer ». Combes avait ainsi beau jeu d’accuser Rome de violer un concordat qu’elle n’avait jamais accepté, taisant à dessein que, jusqu’à lui (non inclus), on avait toujours su faire preuve de pragmatisme de chaque côté. Combes voulait en finir : « Il est évident que la seule voie restée libre aux deux pouvoirs en conflit, c’est la voie ouverte aux époux mal assortis, le divorce, et de préférence, le divorce par consentement mutuel. Je n’ajoute pas remarquez le bien par incompatibilité d’humeur. Car il ne saurait être question dans l’espèce d’accès d’irritation et de mauvaise humeur. Il s’agit d’une chose bien autrement sérieuse et grave. Il

Lire la suite de l'article

L’Etat néglige Notre-Dame de Paris

Lu dans L'Action française 2000 :

Cathédrale-Notre-Dame-de-Paris-Façace-|-630x405-|-©-Fotolia-miff32"Notre-Dame de Paris fait partie des quatre-vingt-dix cathédrales de France étant sous la propriété de l’État. Seul l’accès aux tours et à la galerie, gérées par le Centre des monuments nationaux (CMN), est payant pour les visiteurs. Chaque année, treize millions de personnes foulent le sol de Notre-Dame, dont seulement quatre cent quatre-vingt mille pour les tours et galeries. Notre-Dame met en lumière le problème posé par le statut double des monuments historiques et objets d’art : des œuvres qui doivent être accessibles au plus grand nombre et également préservées pour les générations futures. Or la majorité des dommages, altérations et dégâts d’usure sont provoqués par l’ humain : manipulations, usure des sols foulés, génération de chaleur et de vapeur d’eau, etc. Cela couplé, pour un monument comme Notre-Dame, à l’exposition aux intempéries et à une pollution très importante en plein centre de Paris.

Combien ça coûte ?

D’après André Finot, responsable de la communication pour la cathédrale, le coût de la rénovation est aujourd’hui estimé « au bas mot » à 120 millions d’euros sur vingt ans et 150 millions sur trente ans, soit 5 millions d’euros par an (Le Parisien). La dernière restauration qu’a connue la cathédrale, dans les années 1990, portait uniquement sur un nettoyage de sa façade occidentale. Par la suite, Notre-Dame a connu plusieurs chantiers qui furent toutefois moins axés sur sa restauration que sur des améliorations : pose de nouvelles serrures, optimisation du réseau électrique, restauration du grand

Lire la suite de l'article

L’Etat jacobin face au respect des particularités provinciales

Extrait de l'éditorial de Monde & Vie, à propos de la victoire des nationalistes en Corse :

M"[…] Que veut réellement Simeoni, aujourd’hui l’homme fort de l’île ? Désire-t-il vraiment doter la Corse d’un statut particulier au sein de la nation française ? Si tel est le cas, rien n’est plus légitime et d’autres provinces historiques pourraient à bon droit formuler la même requête : pourquoi les Lillois devraient-ils être soumis aux mêmes règlementations que les Ajacciens ? Le respect des particularités provinciales ne serait même pas une nouveauté, puisque c’est ainsi que la France s’est construite. Voilà plus de deux siècles qu’au contraire, la centralisation républicaine et le jacobinisme ligotent ses forces vives et asphyxient les énergies locales.

Reste à savoir si les libertés des provinces sont conciliables avec l’État républicain. Sous l’Ancien régime, le roi incarnait la France dans sa diversité et l’État était l’instrument de sa politique et de sa puissance. Après l’assassinat de Louis XVI, les révolutionnaires ont idéalisé la nation et pour sauvegarder l’unité de l’ensemble, l’État s’est fait roi, s’est superposé à la France, l’a investie et soumise. Cette évolution était inévitable : pour conserver la cohésion du corps dont on venait de couper la tête, il fallait que la colonne vertébrale – l’État – se solidifie, au prix d’une sclérose de la société française. C’est toute l’équivoque de la notion d’État-nation, alors que nos aïeux parlaient du royaume. De même parlaient-ils de la France, que nos politiciens résument à la République. Nous

Lire la suite de l'article

L’État républicain n’assume pas les conséquences de ses actes

Ce n'est certainement pas une surprise pour les lecteurs du Salon Beige, mais en cette occurrence, le bouchon est poussé très loin, comme le présente ce reportage.

Notez que ce reportage a été présenté lors du premier journal télévisé de RT France, en français, dont vous trouverez l'intégrale ici.

 

Lire la suite de l'article

L’Etat islamique avait récupéré du matériel de guerre livré aux groupes rebelles anti-Assad

Selon un rapport qui a nécessité 3 ans d’enquête de terrain entre Kobané, en Syrie, et Bagdad, en Irak… alors que les spécialistes avaient en vain mis en garde l'Occident sur l'aide apportée aux rebelles :

C1-n6HQWQAAZPha.jpg-large"40 000 pièces récupérées sur les lignes de front et soigneusement analysées, des dizaines de contrats d’achat et d’exportation passés au crible : le rapport sur les armes de l’organisation Etat islamique (EI), publié jeudi 14 décembre par l’ONG Conflict Armament Research (CAR), est l’étude la plus complète produite à ce jour sur ce sujet aussi explosif que complexe.

Il fait la lumière sur les filières d’approvisionnement souvent tortueuses mises en place par l’organisation djihadiste, via la Turquie en particulier, pour constituer et entretenir son arsenal. Il démontre qu’au-delà des saisies réalisées dans les stocks des armées syrienne et irakienne, l’EI est parvenu à récupérer beaucoup d’armes fournies aux groupes rebelles syriens par leurs parrains étrangers, notamment les Etats-Unis et l’Arabie saoudite. Il révèle enfin que ces livraisons ont été effectuées quasi systématiquement en violation des accords conclus avec les pays où ces armes ont été produites – principalement des Etats d’Europe de l’Est – qui incluaient une clause de non-réexportation.

[…] l’EI a su détourner à son profit une partie du flot d’armes introduit en Syrie par les soutiens de la rébellion syrienne. Grâce aux numéros de série relevés sur les pièces auxquelles ils ont eu accès, les experts de CAR sont parvenus à retracer une partie du circuit suivi par ces armes : de leur fabrication, dans une usine de

Lire la suite de l'article

La perversité de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat

4 thèses catholiques du Père Michel Viot, maître en théologie destinées à montrer la perversité de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat :

Inventaires1 Séparer l’Etat de l’Eglise est une thèse absolument fausse et une très pernicieuse erreur. Basée, en effet, sur ce principe que l’Etat ne doit reconnaître aucun culte religieux, elle est tout d’abord très gravement injurieuse pour Dieu, car le créateur de l’homme est aussi le fondateur des sociétés humaines et il les conserve dans l’existence comme il nous soutient. Nous lui devons donc non seulement un culte privé, mais un culte public et social pour l’honorer.

2 Si en se séparant de l’Eglise, un État chrétien, quel qu’il soit, commet un acte éminemment funeste et blâmable, combien n’est-il pas à déplorer que la France se soit engagée dans cette voie, alors que, moins encore que toutes les autres nations, elle n’eût dû y entrer, pays dont la fortune et la gloire ont toujours été intimement unies à la pratique des mœurs chrétiennes et au respect de la religion.

3 Si le gouvernement français assuma, dans le Concordat (de 1801) la charge d’assurer aux membres du clergé un traitement qui leur permit de pourvoir, d’une façon convenable, à leur entretien et à celui du culte religieux, il ne fit pas cela à titre de concessions gratuites, il s’y obligea à titre de dédommagement partiel, au moins vis à vis de l’Eglise, dont l’Etat s’était approprié les biens pendant la première révolution. Quand par

Lire la suite de l'article

Le jour anniversaire de la loi de 1905 portant séparation de l’Église et de l’État, 3 présidents à l’église

09fec95b-fbfb-4b5d-ae3e-7d5043d4a2bbC'est le miracle de Johnny : 3 Présidents de la République (Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron) étaient réunis aujourd'hui dans l'église de La Madeleine, écoutant le vicaire de l'archidiocèse de Paris, Mgr Benoist de Sinety.

Jean-Luc Mélenchon ne s'en est pas remis. Dans un post publié vendredi soir sur Facebook, il a fustigé la présence du chef de l'Etat à cette cérémonie religieuse à laquelle ont également participé François Hollande et Nicolas Sarkozy :

"Samedi, jour anniversaire de la loi de 1905 sur la laïcité de l'Etat, le président de la République, chanoine de Latran, participe à une messe dans l'église de la Madeleine, monument religieux contre-républicain, où la prostituée de l'évangile implore le pardon du Christ". "En face, l'Assemblée nationale. Les rues qui mènent à ce bâtiment portent les noms des avocats de Louis XVI et Marie-Antoinette". "On voit ici ce que vaut la laïcité républicaine de certains".

Lors de cette cérémonie, qui n'était pas une messe, un texte de sainte Mère Teresa a été lu :

La vie est une chance, saisis-la
La vie est une beauté, admire-la
La vie est béatitude, savoure-la
La vie est un rêve, fais-en une réalité
La vie est un défi, fais-lui face
La vie est un devoir, accomplis-le
La vie est un jeu, joue-le
La vie est précieuse, prends-en soin
La vie est une richesse, conserve-la
La vie est amour, jouis-en
La vie est un mystère, perce-le
La vie est tristesse, surmonte-la
La vie est un hymne, chante-le
La vie est tragédie,

Lire la suite de l'article

Le TOP 10 des associations les plus arrosées par l’État

F

L’État – via les différents ministères – a versé aux associations, au cours de l’année 2016 (dernières données publiées), 56 863 subventions, pour un montant total de 4,69 milliards d’euros. Entre 2015 et 2016, le montant officiel des subventions d’État aux associations a plus que doublé : + 2,63 milliards d’euros…

Plus de détails sur Contribuables associés.

Lire la suite de l'article

Les Décodeurs du Monde confondent l’ASL soutenu par l’Occident avec l’Etat Islamique

Les Décodeurs devraient s'informer auprès de l'Observatoire de l'islamisation :

Capture-d’écran-2017-11-30-à-11.59.39"Les « Décodeurs » du journal Le Monde tentent de rétablir la vérité des faits sur une vidéo partagée par Donald Trump, montrant un islamiste brisant une statue de la Sainte Vierge Marie en croyant savoir que le barbu ne peut être qu’un extrémiste de Daesh. Sauf que, Frédéric Pichon, spécialiste de la Syrie et auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet, informe que : « le briseur de statue d’une des vidéos n’est autre qu’Omar Gharba, un commandant de l’Armée Syrienne Libre…soutenue par Washington depuis 5 ans. »

Il ne s’agit donc en rien d’une action de propagande de l’Etat Islamique comme l’écrivent Les Décodeurs (voir capture d’écran).

Le Monde ayant tenté de faire croire ces cinq dernières années que l’ASL était composé de combattants de la démocratie, afin de faire passer la pilule de l’aide américano-française, ne peut se résoudre à voir sa « rébellion modérée » agir en djihadiste. En effet, dans un article d’août 2014 sur les livraisons d’armes par la France à l’ASL, celle-ci était présentée comme la « branche modérée de l’insurrection anti-Assad » (lire l’article). 

En juillet 2017, Le Monde présentait la fin du programme d’aide à l’ASL par la CIA de manière très orientée, en ne donnant la parole qu’aux représentants de cette organisation, avec un intertitre sur les « contradictions de Washington » instillant l’idée que la fin de ce support aux « modérés » allait freiner la destruction de l’Etat Islamique. Cette excellente décision fut prise à l’initiative

Lire la suite de l'article