Archives par étiquette : Lequel

Patrick Buisson : “La droite paie le mépris dans lequel elle a toujours tenu la bataille des idées et le combat culturel.”

Patrick Buisson a été interrogé dans Valeurs Actuelles. Extraits :

Unknown-2Pourquoi la droite et le Front national se montrent-ils aujourd’hui incapables de faire émerger une véritable opposition ?

Parce que l’un et l’autre se dérobent au bon diagnostic. L’élection de 2017 aura mis à bas leurs vieux schémas. La droite et le FN ont fait la démonstration, chacun à leur tour, de leur incapacité à reconquérir ou à conquérir le pouvoir sur la base de leurs seules forces. Faute d’avoir su opérer la nécessaire clarification idéologique, la droite ne peut plus se prévaloir du bénéfice automatique de l’alternance. Elle a perdu l’élection imperdable et à moins qu’elle ne sache se réinventer, on ne voit pas pourquoi elle ne perdrait pas les élections qui viennent. Le FN, de son côté, faute d’avoir su construire une offre politique crédible, est resté ce qu’il a toujours été : le meilleur allié du système, son assurance vie. Englués dans des logiques d’appareils, Les Républicains comme le FN sont aujourd’hui dans une triple impasse : idéologique, stratégique, sociologique. Mais, pour rien au monde, ils ne voudront l’admettre. Je crains que cela ne débouche sur des désillusions encore plus cruelles.

Les Républicains ont entamé un véritable chantier de refondation. Par quoi doivent-ils commencer ?

Par tordre le cou aux incantations rituelles autour du “rassemblement”, mot-valise qui la leste comme un impedimentum. Le rassemblement appartient à l’ordre des moyens, ce n’est pas une fin en soi. Or, voici des lustres que, pour la droite,

Lire la suite de l'article

Mai 68 est un des rares sujets sur lequel toutes les consistances de la droite semblent d’accord

Selon Gabrielle Cluzel :

M"[…] À l’instar de Laurent Wauquiez, si « les bras [lui] en tombent », [la droite] se frotte par avance les moignons : commémorer Mai 68 ? Chiche, on va lui faire sa fête. Et dans les grandes largeurs. Comme il le mérite. Bras dessus, bras dessous, car c’est un des rares sujets sur lequel toutes les consistances de la droite (de molle à dure) semblent à peu près d’accord. Qui sait ? La Manif pour tous fera peut-être figure de pique-nique paroissial à côté de la mobilisation contre cette guerre des boutons (d’acné) vieille d’un demi-siècle qui a tout engendré – ou presque.

Car le mariage gay, puisqu’on en parle, la PMA, la GPA et tutti quanti ne sont que l’application stricto sensu du décalogue Mai 68 : tu n’interdiras point.

Et le « Balance ton porc », aussi. La libération sexuelle, la fin du savoir-vivre, de la galanterie n’ont-elles pas ouvert l’auge à deux battants ? Il paraît que notre société corsetée était tellement hypocrite ! Mais posons la question aux femmes : que préfèrent-elles ? Un Weinstein qui rêve de leur sauter dessus mais se borne à leur faire, avec une déférence feinte, mille courbettes, ou un Weinstein qui rêve de leur sauter dessus… et le fait aussi sec, parce qu’au moins, il n’est pas faux cul, il faut lui reconnaître ce mérite ? […]

 

Alors, oui, qu’Emmanuel Macron fasse son cador et ouvre la boîte de Pandore, qu’on la retourne une bonne fois sur la table pour faire enfin l’inventaire. Avec le

Lire la suite de l'article

“La rhétorique creuse des valeurs est le linceul dans lequel a été enveloppé le cadavre de la gauche”

Selon Robert Redeker, interrogé dans Le Figarovox :

"Le mot «valeur» est partout en politique. On parle sans cesse des valeurs de la République. Qu'y a-t-il derrière l'omniprésence de ce mot?

Unknown-12Pas grand-chose de consistant. Les valeurs ne sont ni des idées, ni des concepts, ni des principes. L'invocation politique rituelle des valeurs est une mode très récente. Plongez-vous dans la littérature politique d'il y a une trentaine d'années seulement, écoutez les discours d'alors, vous constaterez l'absence de ce recours obsessionnel aux valeurs. Au lieu de révéler ce que l'on pense, le mot valeur le dissimule. Pourquoi? Parce qu'il est aussi vague qu'abstrait. Il peut aussi cacher que l'on ne pense rien du tout, que l'on n'a pas de conviction arrêtée, justifier tous les revirements. […]

De trop nombreux politiciens sombrent dans l'illusion suivante: les valeurs sont les buts de l'action politique. Pourquoi faire de la politique? Pour les valeurs! C'est-à-dire pour du vide! Funeste erreur! On fait de la politique pour la nation, pour la France, pour le peuple, pour le social, pour l'histoire, jamais pour des valeurs. Les valeurs ne constituent ni la réalité d'un peuple ni un projet de société, ces objets de la politique. Elles sont trop inconsistantes pour définir un projet de cette nature. Les valeurs ne sont que le cadre à l'intérieur duquel la politique peut se déployer. Elles ne sont pas un programme, elles sont des bornes. Les valeurs sont hors politique, elles sont extra-politiques. Loin d'avoir affaire aux valeurs, la politique

Lire la suite de l'article

Un téléfilm dans lequel un prêtre accusé de meurtre préfère risquer la prison que de trahir le secret de la confession

De Thomas Grimaux :

Capture d’écran 2016-10-10 à 18.37.48"Mais que se passe-t-il donc à la télé française ? Après des années où, habituellement, le prêtre était présenté comme un malade ou un pervers dans les meilleurs des cas, voici que France Télévision a le bon goût de diffuser La loi de Simon. En voici le résumé sur pluzz : « Simon Varlet est un brillant avocat, mais également une personne cynique, plus sensible au montant de ses honoraires qu’à la justice ou au ou respect de la déontologie. Excédé par ses débordements, son bâtonnier le commet d’office pour assurer la défense d’un jeune prêtre accusé d’avoir tué l’un de ses paroissiens. Peu concerné par l’affaire et allergique aux religions comme à toute forme d’idéal, Simon est persuadé que son client est coupable. Il accepte toutefois de plaider l’acquittement devant la Cour d’assises, en l’absence de preuve incontestable. Mais un événement inattendu amène l’avocat à revoir son point de vue sur cette histoire… »

Et voilà un jeune prêtre qui préfère risquer la prison plutôt que de trahir le secret de la confession ! Les temps changent, merci à France Télévision."

Lire la suite de l'article

15 000 : le chiffre sur lequel le FN devra méditer

PHO6e72c942-b5a1-11e2-b8fc-cfb0f73c04a0-805x453A quelques centaines près, c'est le nombre de voix qu'il aura manqué à Norbert Hofer pour être élu président en Autriche (15 514) puisque l'écart entre les deux candidats est de 31 026 voix (source). 15 514 voix représentent 0,24% des suffrages exprimés. Rapporté à l'élection présidentielle en France de 2012, cela représente environ 90 000 voix.

Le FN et Marine Le Pen devront donc méditer avec attention les deux conseils contradictoires qui leur sont prodigués aujourd'hui : celui de Jean-Yves Le Gallou qui affirme que "le cocktail électoral gagnant, c’est l’alliance du combat pour l’identité et du combat pour les valeurs" et celui de Jacques Sapir qui considère que "les sujets sociétaux n’entraineront jamais un vote d'adhésion". 

En 2013, la Manif pour Tous a rassemblé trois fois un million de manifestants dans les rues de Paris, sans compter les nombreuses mobilisations décentralisées en province constituant ainsi un évènement historique et pratiquement inédit. Beaucoup de Français n'ont pu se joindre à eux, notamment les personnes âgées et certaines familles n'ayant pas trouvé de solution pour leurs jeunes enfants. La motivation première de ces manifestants a été, au delà de leur opposition à la néfaste loi Taubira de dénaturation du mariage, de défendre les valeurs traditionnelles de la famille. Ces défenseurs de la famille attendent désormais plus que jamais que leurs aspirations profondes soient prises en compte sérieusement et avec sincérité en 2017, d'autant plus que beaucoup de jeunes, mineurs en 2013 et éveillés à la chose politique

Lire la suite de l'article

Lequel est le vrai, lequel est un canular ?

Commentaires (3)

Visiblement, chez les Français "de souche", on mange trop de moutons et de pigeons….

Rédigé par : Arwen | 21 déc 2015 22:07:05
____________________________________

Trop facile ! C'est le 1er le canular
Je gagne quoi ? Un saucisson ? Un jambon ?

Rédigé par : DUPORT | 21 déc 2015 22:42:24
____________________________________

lol, mdr, etc… 😉

Rédigé par : blh | 21 déc 2015 22:58:20
____________________________________

Lire la suite de l'article

“La franc-maçonnerie, un réseau sur lequel Proglio a pu compter tout au long de sa carrière”

Un article du Point montre comment Hollande veut se défaire d'Henri Proglio, ex PDG d'EDF, nommé brièvement chez Thalès. Extrait :

"Le ministre de l'Économie, lui, n'a pas d'états d'âme : il défend un seul patron, François Hollande, qui avait juré la perte du très sarkozyste Henri Proglio depuis la campagne présidentielle. Au passage, Macron défait le patient travail de diplomatie de Cédric Lewandowski, le puissant dircab de Jean-Yves Le Drian au ministère de la Défense, interlocuteur privilégié du groupe Dassault. Les détracteurs de Cédric Lewandowksi, statutaire chez EDF, pointent du doigt ses liens avec la franc-maçonnerie, un réseau sur lequel Proglio a pu compter tout au long de sa carrière. Toutefois, c'est faire peu de cas d'un fait irréfutable : Proglio est avant tout le choix de la famille Dassault.

Commentaires (3)

le reseau est une cinquieme colonne , ils sont PARTOUT

Rédigé par : jaques esculape | 13 mai 2015 09:35:32
____________________________________

Dernier épisode de la gué guerre franc macs de gauche contre francs macs de droite…

Rédigé par : Max | 13 mai 2015 13:04:46
____________________________________

La franc maçonnerie est le temple de Satan, tout ce qui est tordu, hideux vil et sale vient de leur pensée.

Rédigé par : poutin | 13 mai 2015 16:09:14
____________________________________

Lire la suite de l'article

Charlie Hebdo : manifestation d’un nihilisme contre lequel est venu frapper un autre nihilisme

Le Cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, est interrogé par la revue Traces (Communion et Libération) à propos des faits tragiques du 7 janvier à Paris. Extraits :

B[…] Êtes-vous interpellé, et comment devrions- nous être interpellés par la violence que nous voyons affluer dans tant de zones du monde?

C’est une vraie question, qui n’est pas exclusivement musulmane ou religieuse. Rappelons d’abord que les régimes athées du XXème siècle ont fait des millions de martyrs. Je pense aussi au génocide rwandais qui s’est développé entre populations chrétiennes. Quant à notre société si contente d’elle-même, si prompte à expliquer au monde les «valeurs universelles» ou la démocratie, elle a renoncé depuis bien longtemps au caractère sacré de la vie humaine. […]

J’ai été très vivement interpellé par une analyse de Jean-Pierre Denis, un journaliste français: il explique que l’islamisme est comme une tumeur qui se développe sur le corps de l’Islam et qu’il ne faut pas trop vite dire que les deux n’ont rien à voir, faute de quoi on ne pourrait jamais procéder à l’opération. De la même manière que la pédophilie est un abcès qu’il convient de crever, la question de la violence, du rapport à la raison ou de la liberté de conscience sont des questions légitimes, indispensables, urgentes, auxquelles les musulmans savent qu’ils doivent répondre par eux-mêmes.

[…]En fait, il s’agit de trouver un bon équilibre entre la foi et la raison : quand la raison se croit toute puissante, oublieuse de

Lire la suite de l'article

Nos évêques plaident pour le projet européen. Lequel ?

NefCoup de gueule de Loïc Merian, dans le numéro du mensuel La Nef qui vient de paraître, à propos de « la déclaration de la Commission des Épiscopats de la Communauté européenne (COMECE) relative aux prochaines élections européennes », publiée le 20 mars :

"Il arrive un moment où il faut dire stop ! Voilà un texte qui est certes pétri de bonnes intentions où l’on prône la solidarité, la subsidiarité, le respect de la dignité humaine, du dimanche, des migrants, de la couche d’ozone… Mais enfin à quoi ce genre de texte peut-il donc servir ? Qui peut-il influencer ? Qui est contre la solidarité ? « Nous, les évêques catholiques, plaidons pour que le projet européen ne soit pas mis en danger ni abandonné » ! Mais quel « projet européen » ? Celui qui impose la propagande gay et lesbienne aux politiques publiques à travers la directive Lunacek votée le 4 février ? Celui qui promeut l’avortement et interdit l’objection de conscience ? Celui qui dénonce les références chrétiennes de la constitution hongroise ? Celui qui encourage l’euthanasie pour tous ? Celui qui finance à millions l’idéologie du genre ?

Ce « projet européen », nous le voyons se déployer sous nos yeux depuis des années, c’est celui d’une « culture de mort », dénoncée à temps et à contre-temps par les papes, de Jean-Paul II à François, qui s’étend partout en Europe et dont l’UE est un vecteur. Cette culture de mort contre laquelle les laïcs

Lire la suite de l'article

Lequel de ces invités défend la famille ?

Emission ce soir sur France 2, animée par Yves Calvi, sur le thème "Famille, une fracture française".

Les invités :

  • Najat Vallaud-Belkacem Ministre des Droits des femmes, porte-parole du gouvernement
  • Nadine Morano Ancienne secrétaire d'Etat à la famille, déléguée générale de l'UMP aux élections
  • Olivier Besancenot Membre de la direction du Nouveau Parti Anticapitalise
  • Nicolas Dupont-Aignan président de Debout la République

Et en face, qui défendra la famille ?

Lire la suite de l'article