Archives par étiquette : l’Église”

Chartres-Paris : Mgr Bernard Fellay exhorte les pèlerins à toujours demeurer fidèles à l’Église

Pele_15Ce lundi de Pentecôte 21 mai 2018, le pèlerinage de Tradition organisé comme chaque année par la Fraternité Saint-Pie X s'est terminé place Vauban. Cinq mille personnes ont assisté à la messe de clôture à l’issue des trois jours de prière et de pénitence au cours desquels les marcheurs ont joint Chartres à Paris. L’an prochain ce sera la trentième fois que l’œuvre fondée par Mgr Marcel Lefebvre organisera la route de Pentecôte dans ce sens. Auparavant, tout le monde attaché à la messe traditionnelle était uni en direction de Chartres, mais les portes des cathédrales étaient alors fermées pour tous (sauf pour une année d’exceptionnelle miséricorde).

Dimanche, jour de la Pentecôte, Mgr Bernard Fellay, supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X, a exhorté à Villepreux (Yvelines) les pèlerins à toujours demeurer fidèles à l'Église, malgré une actualité parfois déconcertante : 

Pele_2_0« Il peut y avoir dans ce corps mystique qu’est l’Église des cellules qui meurent, qui sont en faiblesse. Mais ce corps qui est indissolublement uni à Notre Seigneur ne pourra jamais mourir, il ne pourra jamais être en défection. Et c’est pour cela que dans le Credo, l’Église nous oblige à dire que nous croyons en l’Église une, même si nous voyons des divisions. Nous devons maintenir que l’Église est une. Nous devons maintenir que l’Église est sainte, malgré les éléments défectueux. Il y a des membres de l’Église, même très haut placés, qui peuvent faillir. Cela n’enlève rien à la pureté et à la beauté de

Lire la suite de l'article

L’église Saint Etienne à Clémont est en pleine restauration

Clémont (Cher) est un charmant petit village, en plein cœur de la Sologne. L'église Saint Etienne, construite en partie au 15èmesiècle, est en cours de restauration. Les deux premières tranches de travaux ont déjà été réalisées et vous pouvez voir que l'église a maintenant fière allure :

Clémont Eglise restaurée 3

L’Association Sauvegarde du Patrimoine de Clémont fait appel à votre générosité pour aider à financer la troisième tranche de travaux :

"Nous avons pour objectif de recueillir un minimum de 6.500 € afin d'espérer recevoir une subvention de la Fondation du Patrimoine d’un montant équivalent au montant collecté. Chaque don vous permet de bénéficier d'une réduction d'impôt. Même les dons modestes sont les bienvenus !

Au 13 mai 2018, les fonds collectés sont déjà de 1.003 €

Vous pouvez obtenir plus d’informations ou faire un don en ligne très simplement en cliquant sur le lien suivant."

Lire la suite de l'article

La triste évolution de l’Église catholique post-conciliaire, une mise en garde aux prélats orthodoxes qui rêvent d’un concile

L'ouvrage de Guillaume Cuchet est examiné également dans le monde orthodoxe. Avec cette analyse :

Cuchet_FI-1068x777"[…] Le concile a engendré une perte de repères chez les fidèles. Le texte concilaire Dignitatis humanae, publié en 1965, sur la liberté religieuse, est apparu « comme une sorte d’autorisation officieuse à s’en remettre désormais à son propre jugement en matière de croyances, de comportements et de pratique, qui contrastait fortement avec le régime antérieur », ce qui suscitait chez le père Louis Bouyer cette remarque chagrine : « Chacun ne croit plus, ne pratique plus que ce qui lui chante. »

Dans le domaine de la piété, note Cruchet, des aspects de la réforme liturgique qui pouvaient paraître secondaires, mais qui ne l’étaient pas du tout sur le plan psychologique et anthropologique, comme l’abandon du latin, la communion dans la main, la relativisation des anciennes obligations, ont joué un rôle important. De même que les critiques de la communion solennelle qui se sont multipliées à partir de 1960 et surtout de 1965, ainsi que la nouvelle pastorale du baptême (à partir de 1966) et du mariage (en 1969-1970), qui avait tendance à hausser le niveau d’accès aux sacrements en exigeant des candidats davantage de préparation et d’investissement personnel.

Dans le domaine des croyances, c’est le fait même du changement de discours qui a compté. La variation de l’enseignement officiel rendait sceptiques les humbles, qui en déduisaient que, si l’institution s’était « trompée » hier en donnant pour immuable ce qui avait cessé de l’être,

Lire la suite de l'article

Terres de Mission – Charles Maurras : La foi, l’Eglise

Dimanche, dans "Terres de Mission", Jean-Pierre Maugendre recevait Hilaire de Crémiers, directeur de Politique Magazine et de la Nouvelle Revue Universelle. Il est certainement l'un des plus fins connaisseurs de l'œuvre et de la personnalité du maître de Martigues, Charles Maurras. Le ministre de la culture, Françoise Nyssen, vient d'envoyer au pilon le livre des Commémorations Nationales qui mentionnait le 150ème anniversaire de la naissance de l'auteur du Chemin de Paradis, entraînant la démission de dix des douze membres de ce comité commémoratif. C'est l'occasion de se pencher sur le grand mystère des relations de Maurras d'une part avec la foi et le Christ et d'autre part avec l'Eglise qui était pour lui bien plus que le simple "temple des définitions du devoir".

Lire la suite de l'article

Chypre : l’Eglise orthodoxe s’oppose à la légalisation de l’avortement

Lu ici :

Ephreme-vatopedi"L’archimandrite Éphrem, higoumène du monastère athonite de Vatopédi, a envoyé une lettre au parlement chypriote, exhortant le gouvernement à ne pas légaliser l’avortement dans le pays. Actuellement, l’avortement est interdit à Chypre, mais il est maintenant question de changer la loi après que le Parlement européen a signifié aux représentants du gouvernement chypriote que proscrire l’avortement est considéré comme une violation des droits de la femme dans l’Union européenne.

En tout état de cause, l’Église orthodoxe ne soutient pas cette position, du fait que l’être humain est vivant, à l’image de Dieu, dès sa conception. Des représentants du clergé chypriote ont interpelé le gouvernement à ce sujet, soulignant que leurs intentions étaient pécheresses. « Priver un enfant à naître de son droit à la vie est l’un des crimes des plus odieux qu’une mère puisse commettre », écrit l’higoumène Éphrem. Celui-ci a également mentionné que la décision du Parlement chypriote pourrait provoquer des problèmes à caractère national et démographique, menant au déclin du peuple chypriote grec. L’higoumène athonite a invité le gouvernement chypriote à revoir le projet de loi. Malgré cela, une fin de non recevoir lui a été opposée.

En 2014 déjà, le père Éphrem s’était adressé au congrès du mouvement « pro-vie » à Moscou en 2014, disant qu’il « était inacceptable que des délits aussi terribles que les avortements soient commis dans les pays orthodoxes, qui plus est, dans une telle ampleur. Ce phénomène doit nous faire sérieusement réfléchir, je dirais que nous

Lire la suite de l'article

L’épreuve finale de l’Eglise qui ébranlera la foi de nombreux croyants

Le cardinal Willem Jacobus Eijk, archevêque d’Utrecht aux Pays-Bas, a publié une tribune sur le blog d’Edward Pentin par The New Catholic Register, que Jeanne Smits a traduit sur RITV :

Unknown-10« Observant que les évêques, et surtout, le Successeur de Pierre, échouent à maintenir et à transmettre fidèlement et dans l’unité le dépôt de la foi contenu dans la Tradition sacrée et l’Ecriture sainte, je ne peux m’empêcher de penser à l’article 675 du Catéchisme de l’Eglise catholique : “Avant l’avènement du Christ, l’Eglise doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants. La persécution qui accompagne son pèlerinage sur la terre dévoilera le ‘mystère d’iniquité’ sous la forme d’une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la vérité.” »

Rappel des faits :

  • Fin février, les évêques d’Allemagne approuvaient l’accès à la communion des époux protestants dans les couples mixtes.
  • Début avril, sept évêques d’Allemagne ont saisi la Congrégation pour la Doctrine de la foi.
  • Vers la mi-avril, le pape François a opposé un net refus à cette « assistance pastorale » proposée aux couples mixtes en apposant sa signature à la réponse de la Congrégation pour la Doctrine de la foi. 
  • Dans les 48 heures de cette nouvelle, les évêques d’Allemagne ont publié un communiqué démentant que le pape et la Congrégation pour la Doctrine de la foi eurent rejeté la proposition de février. Le pape a rencontré le cardinal Marx à Rome jeudi dernier.
  • L’affaire s’est soldée

Lire la suite de l'article

Mgr Pontier : “Nous avons voulu rendre visible l’Église”

Dans un entretien publié sur le site de l'archidiocèse de Marseille, Mgr Pontier revient sur la rencontre avec le chef de l’État au Collège des Bernardin :

Images-3"Depuis quelques années, nous entendons dire que nous sommes trop discrets… Un premier objectif était de nous exprimer de manière originale. Pourquoi inviter le président Macron ?

Depuis son élection, après cette année électorale assez étonnante, il avait déjà pris la parole devant les juifs, les musulmans, les protestants. Nous avons eu l’idée de l’inviter pour qu’il puisse s’exprimer sur la place du catholicisme dans la société. Nous avons aussi voulu rendre visible l’Église telle qu’elle est, en conviant des représentants de la vie associative, des responsables d’entreprises, mais aussi des personnes en difficulté qui traversent des épreuves, et des volontaires, des jeunes notamment, qui s’engagent à leurs côtés. C’est d’ailleurs avec des témoignages que nous avons commencé : un jeune homme autiste, avec son frère qui travaille à l’Office chrétien des personnes handicapées, une personne accompagnée par la Société de Saint-Vincent-de-Paul, et une autre par l’Association pour l’amitié. J’ai vu le président très attentif, étonné dans le bon sens, admiratif. Ces personnes nous ont donné un hymne à la vie. Ça a été un beau moment d’expression de la fécondité des fragilités. […]"

Lire la suite de l'article

Une cloche pour l’église St Hilaire à Beaumes de Venise en Provence

DJI_0026Sept ans. Il aura fallu sept ans de travail opiniâtre à une poignée de chrétiens déterminés pour rebâtir l’église paléochrétienne de Beaumes de Venise. En mai l'association ira chercher une cloche en Pologne pour que l'Angélus puisse être désormais entendue.

La résurrection de cette église, miracle éclatant de ce début du 21èmesiècle, doit certainement beaucoup à l’exemple de St Bénézet. Né en 1165 à Hermillon près de St Jean de Maurienne en Savoie, cet enfant reçut au baptême le nom de Benoît, le peuple lui donna le surnom de Bénézet, petit Benoît. Ses parents, qui étaient d’honnêtes bergers, lui apprirent de bonne heure à connaître et à aimer Dieu. Il était encore en bas âge, lorsqu’il perdit son père et dès qu’il le put, il fit paître les quelques brebis qui composaient toute la fortune de sa mère. Il 13 septembre de l’année 1177 eut lieu une éclipse totale du soleil. Bénézet était aux champs. Jésus Christ lui parla et lui dit : « Laisse-là ton troupeau et va me bâtir un pont sur le Rhône. » « Seigneur, je ne sais où est le Rhône, je n’ose quitter ma mère et nos brebis et je ne suis point capable de construire un pont. » « Sois sans inquiétude, aie confiance en Moi : je pourvoirai à tout. »

Le jeune berger obéit, il part et, conduit par son ange sous la figure d’un pèlerin, il vient à Avignon, expose l’objet de sa mission à l’évêque et au viguier (le premier magistrat civil de la cité).

Lire la suite de l'article