Archives par étiquette : législatives

Élections législatives tchèques : Babis, un milliardaire anti-migrants et eurosceptique, fait figure de favori

A_Babiš_2015_(1)La Chambre des députés se compose de 200 députés élus pour un mandat de quatre ans au scrutin proportionnel plurinominal à liste ouvertes dans 14 circonscriptions électorales. Les sièges sont répartis à la plus forte moyenne. 

Les Tchèques ont voté vendredi au premier jour des législatives de deux jours, dans lesquelles le mouvement d’Andrej Babis (Action des citoyens mécontents ANO), qualifié de « Trump tchèque », fait figure de favori. Il se présente comme le candidat anti-système mais a occupé le fauteuil de ministre des Finances du gouvernement sortant pendant plus de trois ans. Il a vu son  immunité parlementaire levée après des soupçons de détournement de subventions européennes mais il reste le grand favori des élections législatives de cette fin de semaine… L'homme d'affaires d'origine slovaque répète que « l'Etat doit être géré comme une entreprise » et plaide pour « la Tchéquie d'abord ! ». Il a érigé un empire économique autour de son groupe d'agro-industrie Agrofert et possède plusieurs médias dont la première radio privée tchèque. A la tête de la deuxième fortune du pays, il se joue des frontières entre pouvoir économique, politique et médiatique. 

ANO_Logo.svgSelon les sondages, son mouvement populiste ANO devrait sortir grand vainqueur du scrutin auquel quelque huit millions d’électeurs étaient invités, et obtenir entre 25% et 30% des voix, loin devant les sociaux-démocrates (CSSD) du Premier ministre sortant, Bohuslav Sobotka (13 %) et les communistes (10,5 %). 

Le scrutin pourrait aussi catapulter au parlement, voire au gouvernement, le parti SPD (« Liberté et démocratie directe ») du Tchéco-Japonais Tomio Okamura. Cette formation

Lire la suite de l'article

FN : Le score aux législatives de 2017 est le 4e plus mauvais score en 20 ans

Polémia a fait le compte :

Capture d’écran 2017-06-23 à 16.16.59

"En 20 ans, le FN perd 22% de ses voix, alors que le corps électoral dans son entier s’accroît lui-même de 21% ! La croissance du score FN ne suit même pas l’accroissement démographique électoral ; il manque plus d’1,6 million d’électeurs FN pour que ce dernier soit l’équivalent, en proportion des inscrits, du score de 1997. Personne ne peut décemment démontrer que la ligne Marine/Philippot fait gagner le FN. Il ne s’agit pas de conjecture politique ; mais de chiffres nets. […]

La répartition des 91 circonscriptions qui ont vu le FN progresser en voix depuis 2012 montre le quinté gagnant suivant :

  • Normandie avec 57% de ses circonscriptions en progression depuis 2012 ;
  • Hauts-de-France avec 46% ;
  • Nouvelle-Aquitaine avec 35% ;
  • Bretagne avec 22% ;
  • Pays-de-la-Loire avec 20%.

Cette disparité régionale très forte, qui voit en gros 20% des circonscriptions progresser, permet de s’interroger sur les motivations du vote. Si les motivations du nouveau vote FN étaient dues au discours social et souverainiste de la ligne Philippot, l’impact sur l’électorat serait naturellement général et globalement harmonieusement réparti d’un bout à l’autre du territoire. Or, ce n’est pas du tout le cas. Du coup il convient de s’interroger sur ce qui provoque les disparités. Et c’est ainsi que l’on constate que la carte du nouveau vote FN recoupe celle des territoires qui, plus récemment et notamment via la crise des « réfugiés », sont touchés par les affres de l’immigration et de l’insécurité et prennent conscience des nécessités de

Lire la suite de l'article

Abstention historique pour le 2nd tour des législatives

La vague LREM du premier tour se confirme avec environ 360 sièges, en baisse par rapport aux derniers sondages, qui créditaient LREM de 440 à 470 sièges. La droite arrive derrière avec 130 places à l'Assemblée nationale, La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon et le PCF remportent 28 sièges tandis que le PS en récolte 46. Le FN aurait 8 députés (dont 5 dans le Nord : Marine Le Pen, Bruno Bilde, José Evrard, Ludovic Pajot et Sébastien Chenu). Louis Aliot et Gilbert Collard sont élus dans le Sud. De son côté, il semble que Jacques Bompard soit réélu (à confirmer). Estimation IPSOS à 20h :

DCnz3MSXgAEQmCJ

Côté PS, Jean-Christophe Cambadélis démissionne.

Lire la suite de l'article

Jamais un président n’avait obtenu aussi peu de voix lors des élections législatives

De Gabrielle Cluzel :

"Même en ne comptant que les inscrits, avec une abstention historique de 51,29 %, En Marche ! n’engrange que 13,43 %. Moins de la moitié des électeurs participent : il est des assemblées, dans la vie civile, où l’on jugerait ce quorum trop faible pour prendre des décisions. C’est pourtant bien ce qui va se passer dans « l’Assemblée suprême ». Et, mode de scrutin oblige, Emmanuel Macron va, in fine, très probablement rafler 75 % des sièges… avec moins de 14 % des voix. Tout est normal. La France est un exemple démocratique.

En même temps – comme on dit maintenant -, les abstentionnistes sont majeurs et vaccinés, ils n’avaient qu’à se bouger.

S’ils se retrouvent pendant cinq ans en marche forcée sous le joug souriant d’un Emmanuel Macron auquel on aura laissé la bride sur le cou, ils n’auront qu’à s’en prendre à eux-mêmes et à leur passivité indolente (il faisait si beau, hier). Non plus la servitude volontaire, mais la servitude velléitaire.

Sauf que l’image d’Épinal du pêcheur à la ligne – qui n’a pu résister à l’irrésistible envie d’aller se mettre au vert, attendu que le lundi au soleil étant une chose que l’on ne verra jamais, on en profite le dimanche ! – est un peu réductrice.

À cette abstention, il y a une raison évidente : si l’électeur ne vote pas, c’est qu’il juge cet acte inutile.

Confusément, inconsciemment, à tort ou à raison, qu’il soit de gauche ou de droite, il pense que « le système » est si fort,

Lire la suite de l'article

Législatives : les candidats que Le Salon beige souhaite voir battus

Voici les résultats du 1er tour concernant les candidats que nous voulions voire battus :

PS et alliés:

  • Erwann Binet (38-08) : Erwann Binet est éliminé dès le premier tour avec 14.45% des voix en quatrième position derrière la candidate de la République en Marche, Caroline Abadie, 32.33%, le FN Thibault Monnier avec 19.15% et la candidate LR/UDI, Maryline Silvestre, 17.54% des voix. 
  • Pascale Boistard (80-01) : l'ancienne ministre de Hollande obtient à peine 7%. L'ancien socialiste et actuel maire d'Abbeville, Nicolas Dumont, LREM est en tête avec environ 35 % des votes. François Ruffin, investi par La France Insoumise, sera au second tour avec environ 23 %. En revanche, ce ne sera sans doute pas le cas du comédien Franck De Lapersonne, soutenu par le Front national (16%), troisième.
  • Michèle Delaunay (33-02) : résultats à suivre
  • Olivier Dussopt (07-02) : La République En Marche avec Laurette Gouyet-Pommaret l'emporte (13,67% des inscrits et 25,96% des exprimés) devant le socialiste sortant Olivier Dussopt (12,39% des inscrits et 23,54% des exprimés).
  • Catherine Lemorton (31-01) : résultats à suivre
  • Sylvie Pinel (82-02) : Sylvia Pinel est en ballottage favorable avec 26,9% et affrontera au second tour le candidat du Front National, Romain Lopez.
  • François de Rugy (44-01) : François de Rugy (LREM) réunit 48,73 % des suffrages. Julien Bainvel (LR) 20,41 %.
  • Marisol Touraine (37-03) : Marisol Touraine arrive en tête avec 28,32% des voix, devant l'UDI (19,63%), FI : 13,61% et DVD : 12,07%. 
  • Najat Vallaud-Belkacem (69-06) : Bruno Bonnell (LREM) obtient 36,3% contre 16,7% pour Najat Vallaud-Belkacem (PS) et 14,9%

Lire la suite de l'article

Législatives : les réponses des candidats à La Manif Pour Tous

Boomerang2017, le site de campagne de La Manif Pour Tous, a donné à tous les candidats l’occasion d’expliquer leurs positions sur les enjeux principaux de la famille et de la filiation en répondant à un questionnaire. Certains candidats n'ont pas pris la peine de répondre. Chaque électeur peut ainsi connaître les convictions des candidats de sa circonscription et savoir lesquels n'ont pas daigné s'exprimer.

Vous pouvez retrouver ici les réponses des candidats suivants : 

Nom Prenom Code circo Parti
ARDINAT Gilles 34005 FRONT NATIONAL
Poinsard Xavier 89003 PCD
de FROMONT BRUNO 75011 PCD
Margain Franck 75008 PCD
van Hemelryck David 45002 DLF; RCF
Demasse Jean 03002 Debout la France
Lassalle Isabelle 16002 Front national
Roullaud Brigitte 30004 Front national
ArribagÈ Laurence 31003 Les RÈpublicains
Dombes Marie 31007 Front national
Lareigne Pierre 33001 PCD
Rechagneux Julie 33002 Front national
Jamet France 34001 Front national
Canaud Nancy 34002 Les RÈpublicains
Aliotti Pierre 34002 Front national
DardÈ Catherine 34003 Les RÈpublicains
Comte Joëlle 34003 Debout la France
Troise Lauriane 34003 Front national
Phocas Gilles 34004 Debout la France
Gaubert FranÁois 34004 Front national
Aboud Elie 34006 Les RÈpublicains
Magne Laurence 34007 Les RÈpublicains
Roques Myriam 34007 Front national
Julien Arnaud 34008 Les RÈpublicains
Colas Michel 34008 Debout la France
Prato GÈrard 34008 Front national
Vouzellaud Guillaume 34009 Front national
Salmon Emeric 35001 Front national
Masson Julien 35002 Front national
de Blic Marie 35005 PCD
Nadler Anne 35008 PCD
Cinieri Dino 42004 Les RÈpublicains
Bainvel Julien 44001 Les RÈpublicains
NoÎl Doris 44007 Front

Lire la suite de l'article

Législatives – Martine Pincemin (SIEL) : “la droite est fautive de la désertion de son électorat”

Martine Pincemin, candidate du SIEL dans la 6ème circonscription des Hauts-de-Seine, a accepté de répondre à nos questions.

Pf_recto_hauts-de-seine-6_martine-pincemin[1]Vous avez annoncé votre candidature dans la 6ème circonscription des Hauts-de-Seine. Pourquoi avez-vous décidé de vous engager en politique ? 

La politique m’a toujours intéressée. Très accaparée par vie familiale et vie professionnelle, je ne m’y suis engagée que tardivement. Depuis l’adolescence, mes idées, orientées à droite (droite souverainiste, droite conservatrice), n’ont jamais variées. Consciente de ne pas laisser sombrer notre France dans le chaos qui se profile, en mars 2013, le SIEL, ce parti nouvellement fondé et aujourd’hui en plein essor, m’a ouvert la voie. J’ai pour maxime les paroles de Père Duval : « Aide-toi, le Ciel t’aidera », mais là je la fais mienne : aide-toi, le SIEL t’aidera.

Dans cette circonscription actuellement détenue par un LR, vous affrontez une candidate FN, un candidat DLF, deux candidats DVD, une candidate 577, sur un total de 17 candidats ! N'êtes-vous pas en train de diviser la droite, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde?

Diviser la droite actuelle ? Je vous retourne la question : ne s’est-elle pas divisée elle-même ? Je ne peux accepter qu’elle ait flirté avec le PS et aujourd’hui qu’elle se tourne vers le REM. Elle est fautive de la désertion de son électorat. En 2016, j’ai soutenu « Oz ta Droite ! », « La droite hors les murs ». Mon plus vif souhait qu’elles revivent. Un boulevard politique est offert, faisons vite. J’y adhère entièrement. Nous ne pouvons transmettre à

Lire la suite de l'article

Législatives : faire émerger une droite de conviction

François Billot de Lochner, candidat dans la 1ère des Yvelines, critique le programme LR :

"Dans l’actuelle campagne législative, les candidats de la droite de conviction sont accusés de diviser leur propre camp, que Les Républicains entendent représenter. Honnêtement, qui ose encore penser que ceux-ci sont une force politique unie, cohérente, de droite, s’opposant résolument aux candidats de La République en Marche Sur la plupart des grands sujets, Les Républicains ne représentent plus les aspirations de leur électorat, ne militent pas pour les mesures indispensables au redressement de la France. En outre, ils s’allient massivement aux macronistes.

L’analyse de leur projet, Majorité pour la France, illustre leur abandon des valeurs de droite, abandon rendu plus manifeste encore par le soutien d’Alain Juppé à la candidate d’Emmanuel Macron face à Jean-Frédéric Poisson. En voici trois exemples simples.

  • Alors que la France est submergée par l’immigration légale et illégale, il suffirait, selon Les Républicains, de « maintenir le contrôle de nos frontières tant que Schengen n’aura pas été réformé ». De qui se moque t-on ? Chacun sait que nos frontières sont des passoires, que personne ne contrôle plus rien, et que les actes de guerre islamistes n’y ont rien changé, malgré les innombrables effets de manche gouvernementaux. 
  • Dans le chapitre Une France plus souveraine, alors que la souveraineté nationale est confisquée par des institutions européennes fort peu démocratiques, Les Républicains préconisent, il faut le lire pour le croire, de « baisser de 100 Mds€ la dépense publique et supprimer

Lire la suite de l'article

Législatives – Jérémy Delapierre (SIEL) : “La recomposition de la droite doit être une priorité”

Jérémy Delapierre, candidat SIEL dans la 6ème circonscription du Gard, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature dans la 6ème circonscription du Gard. Pourquoi avez-vous décidé de vous engager en politique ?  

N38Y-l8cJe me suis engagé en politique dès mon plus jeune âge en devenant conseiller municipal jeune d'une ville de droite. Puis, les différents contextes m'ont conduit à me tourner vers le FN, parti avec lequel je partageais la plupart de ses idées. J'ai été candidat aux municipales à Nîmes, en 2014 ; aux départementales en 2015. J'ai réalisé de très bons scores et avoir aujourd'hui, une candidature FN est très prometteur pour un avenir politique personnel. Cependant, je me suis résolu à quitter ce FN, cette structure politique ; non pas tant pour un problème idéologique – bien que je ne partage plus toutes ses idées – mais par rapport à son fonctionnement, son organisation interne. Je ne supportais plus cela.

En parallèle, j'ai adhéré au SIEL de Karim Ouchikh et m'y suis trouvé parfaitement à ma place. C'était donc en toute logique, que j'ai accepté – après réflexions – d'être candidat DVD-UDP-SIEL pour porter dans mon département, au sein de cette élection, les valeurs et idées qui sont les notre via une méthode et organisation qui me convient parfaitement car résulte du processus de démocratie interne. 

N'êtes vous pas en train de diviser la droite ? 

Je ne pense pas la diviser. Au contraire, je pense que je participe à sa reconstruction.

Lire la suite de l'article

Législatives – Gaëtan Dirand (SIEL) : “Les candidats LR et FN ont sûrement des points communs avec mes idées mais je ne me reconnais pas dans leurs partis”

Gaëtan Dirand, candidat du SIEL dans la 1ère circonscription du Maine-et-Loire, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature dans la 1ère circonscription du Maine et Loire. Pourquoi avez-vous décidé de vous engager en politique? 

JGaROWFaMon engagement en politique ne date pas d'hier : Secrétaire Départemental du Front National de la Jeunesse à 20 ans, Secrétaire Départemental du Front National de Maine et Loire pendant 5 ans, j'ai été successivement candidat aux sénatoriales, aux législatives, aux municipales et aux départementales dans le Maine et Loire sous cette même étiquette.

Ancien parachutiste, cadre commercial, marié et père de quatre enfants, il me semblait normal, après avoir quitté ce parti pour des raisons de divergences avec la nouvelle ligne politique mise en place par Florian Philippot, de continuer à défendre les valeurs de patriotisme et les valeurs identitaires et catholiques qui sont les miennes.

Dans cette circonscription actuellement détenue par un PS, vous affrontez  15 candidats dont une candidate LR et une FN. N'êtes-vous pas en train de diviser la droite, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde?

Non, bien au contraire, j'ai toujours été pour l'Union des Droites. Les deux candidates LR et FN ont sûrement chacune de nombreux points communs avec mes idées mais je ne me reconnais pas dans les partis qu'elles représentent, d'où le sens de ma candidture. Ma candidature qui souhaite incarner une véritable droite de conviction est basée sur des principes : la famille, l'identité nationale, la reconnaissance des racines

Lire la suite de l'article

Législatives – Anne-Charlotte Jamin (PCD) : “Je suis favorable à ce que l’on puisse discuter avec tout le monde”

Anne-Charlotte Leclerc-Jamin, candidate PCD dans la 3e circonscription de Paris, a accepté de répondre à nos questions.

Agée de 28 ans, vous êtes candidate dans la 3ème circonscription de Paris. Quelles sont les raisons de cet engagement ?

75-03-Anne-Charlotte-Jamin-A-OKComme des millions de français, je me suis beaucoup mobilisée contre la loi dite du "Mariage Pour Tous". J’ai été cofondatrice et organisatrice de plusieurs mouvements dont le Camping Pour Tous (mouvement des jeunes qui campaient devant l’Assemblée Nationale) Hollande Dégage (L’avion qui a tracté « Hollande Démission » au dessus des plages). Issue d'une famille nombreuse, aujourd’hui mère de famille, la famille représente pour moi le socle sur lequel nous devons fonder notre société. Elle est donc le principe même de mon engagement en politique.

Tout au long de ces législatives, j'ai naturellement axé ma campagne dans cette perspective. Par ailleurs, j'habite dans ma circonscription depuis une dizaine d'années. Je connais bien les problématiques auxquelles nous devons faire face. Je considère qu'un engagement politique doit être enraciné dans un territoire et non être le fruit d'un parachutage. Le député a un rôle national puisqu'il discute et vote les lois, mais il a également un rôle local. Il assure le lien entre son territoire et l'échelon national. Cet aspect du travail est peu mis en avant mais il est fondamental. Je déplore à ce titre que de nombreux candidats n’habitent pas notre circonscription, en particulier celui d’En Marche, qui vient de Grenoble… On marche sur la tête!

Parmi vos adversaires on

Lire la suite de l'article