Archives par étiquette : l’avortement

Le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes veut constitutionnaliser l’avortement

Arton1322-74ff0Le Haut Conseil à l’Égalité a remis ce jour à François de Rugy, Président de l’Assemblée nationale, son Avis relatif à la révision constitutionnelle : « Pour une Constitution garante de l’égalité femmes-hommes » – sujet dont le Haut Conseil à l’Egalité s’est autosaisi, après l’annonce par le Président de la République devant le Congrès le 3 juillet 2017.

Si la Constitution en vigueur ne fait pas obstacle à l’égalité femmes-hommes, elle n’en est pas la garante absolue, ni la pierre fondatrice, et porte encore les traces de siècles [sic] d’exclusion des femmes de la citoyenneté. Aussi le Haut Conseil formule 9 recommandations visant à :

1. Rendre visible et explicite l’égalité femmes-hommes au cœur de la Constitution : en consacrant l’égalité de tou.te.s [sic] les citoyens et les citoyennes devant la loi « sans distinction de sexe », comme c’est le cas pour l’origine ou la religion ; en usant du féminin à égalité avec le masculin et notamment en remplaçant l’expression « Droits de l’homme » par « droits humains ».

2. Empêcher d’éventuels reculs et permettre de nouvelles avancées dans la réalité :

. Concernant le partage du pouvoir à égalité entre les femmes et les hommes :
> En garantissant (plutôt que favorisant) l’égal accès aux mandats électoraux et aux fonctions électives, ainsi qu’en précisant que toutes les nominations prévues par la Constitution le sont en nombre égal de femmes et d’hommes (telles que celles du Gouvernement, du Conseil Constitutionnel, des préfet.e.s ou des ambassadeurs et ambassadrices) ;
> En limitant le cumul des mandats à 2 mandats concomitants

Lire la suite de l'article

Les bobards des militants de l’avortement en Pologne

Lu dans Présent :

Capture d’écran 2018-04-11 à 20.41.26"L’actrice polonaise Maja Bohosiewicz soutenait les manifestations « noires » contre le projet de loi citoyen visant à interdire en Pologne les avortements eugéniques. Ce n’est plus le cas depuis qu’elle a lu ce projet de loi citoyen (en fait un simple amendement à la loi actuelle). L’actrice a alors écrit sur son profil Facebook : « J’ai lu la loi et je suis un peu choquée parce qu’il n’y a rien dans cette loi qui me choque. Je croyais qu’on ne pourrait plus faire d’examens prénataux, qu’un médecin qui voudrait me sauver la vie irait en prison si le fœtus meurt. Ce sont des bobards. »

Ben oui, forcément, les organisateurs et organisatrices de ces manifestations ne vont pas dire, même si c’est la vérité : « nous protestons contre le projet d’interdire l’assassinat dans le ventre de leur mère des enfants touchés par la trisomie 21. » Suite à la vague d’insultes sur son profil Facebook, les pro-avortements n’étant pas, en Pologne comme ailleurs, des adeptes de la liberté de pensée et d’expression, l’actrice a encore expliqué qu’elle n’irait plus à ces manifestations « noires » parce qu’on y voit et entend des paroles haineuses et que les revendications vont bien plus loin que la défense du statu quo actuel. On y demande en effet la légalisation de l’avortement à la demande. Du reste, ces manifestations ont attiré cette année nettement moins de monde que l’année dernière et les médias pro-avortement ont dû ressortir des images de 2016 pour faire croire à une

Lire la suite de l'article

Constitutionnalisation de l’avortement : établir la primauté absolue de la volonté individuelle sur la vie humaine

Grégor Puppinck, directeur du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), docteur en droit, expert auprès du Conseil de l’Europe, répond à l’Incorrect, au sujet du projet de constitutionnalisation de l’avortement formulé par le groupe communiste au Sénat le 3 avril dernier.

Mardi dernier, à l’assemblée, le groupe communiste au Sénat a souhaité débattre d’une éventuelle constitutionnalisation de l’avortement. Ce genre d’initiative risque-t-elle d’aboutir ?

Unknown-15Non, c’est de l’agit-prop et cela n’a heureusement aucune chance d’aboutir sur le terrain juridique ! C’est une initiative purement politique et symbolique.  Suivant la bonne vieille dialectique marxiste, ces députés inventent une menace imaginaire – selon laquelle l’accès à l’IVG serait menacé en France – pour faire élever l’avortement au rang symbolique de droit fondamental à valeur constitutionnelle. Cela s’est déjà produit l’an dernier, lorsque le gouvernement socialiste a fait adopter un « délit d’entrave numérique ». Ce délit n’a, pour l’instant, jamais trouvé à s’appliquer, – preuve que la menace était imaginaire – mais l’agit-prop qui a entouré l’adoption de cette mesure a permis de renforcer l’idée d’un droit fondamental à l’avortement ; un droit qui recevra une consécration républicaine par la Panthéonisation prochaine de Simone Veil. Nous demeurons sur le terrain symbolique si cher aux francs-maçons.

Quel est l’objectif poursuivi  ?

L’objectif des promoteurs du droit à l’avortement n’est pas féministe, mais proprement philosophique : il s’agit d’établir la primauté absolue de la volonté individuelle sur la vie humaine. Or, celle-ci est impliquée dans le fait de considérer l’avortement non plus comme une triste exception au droit

Lire la suite de l'article

40 Days for Life : 618 enfants à naître sauvés de l’avortement

40-days-for-life-facebook-2018La coordination internationale des 40 Days for Life informe qu'au 5 avril, selon les informations remontées à elle à ce jour, 618 enfants à naître ont été sauvés de l’avortement au cours de la campagne qui s’est déroulée pendant les quarante jours du Carême, du mercredi des Cendres 14 février au dimanche des Rameaux 25 mars…

Lire la suite de l'article

Limiter le remboursement de l’avortement, c’est possible !

Cela se passe dans un démocratie occidentale, aux Etats-Unis dans l'Etat du Wisconsin :

"Le Wisconsin vient d’adopter une loi interdisant tout remboursement de l’avortement par l’Assurance Maladie, excepté dans trois cas : le viol, l’inceste et le danger de mort de la mère.

Le régime d’assurance maladie de l’Etat ne rembourse déjà que les avortements « médicalement nécessaires », sans préciser ces cas. En signant la loi mardi dernier, le gouverneur du Wisconsin, Scott Walker, a voulu « lever toute ambiguïté »."

Lire la suite de l'article

Le Sénat a débattu sur la constitutionnalisation de l’avortement : unanimisme béat

Aucune voix ne s'est faite entendre pour défendre l'enfant à naître. Tous les groupes on présenté des orateurs qui ont salué la loi sur la pilule, l'acharnement de Simone Veil à faire voter la loi sur l'avortement, le massacre de 220 000 enfants par an, le remboursement de l'avortement, le passage de 10 à 12 semaines de la dépénalisation de l'avortement, agrémenté des mensonges récurrents du lobby pro-mort quant au nombre d'avortements avant sa légalisation. La seule différence entre les sénateurs a été sur l'opportunité d'inscrire ou non l'avortement dans la Constitution. L'intégralité des débats est làAgnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé a terminé la discussion en faisant la promotion de cette abomination :

Images-3"[…] l'interruption volontaire de grossesse est un droit de la femme, un droit humain. Ce droit, dorénavant inscrit dans notre patrimoine juridique, garantit la liberté, le respect et la dignité des femmes. Plus concrètement, il garantit l'accès à l'information, à des services de soins dédiés, mais aussi à des IVG sécurisées, qu'elles soient volontaires ou qu'il y aille de raisons médicales. Pourtant, malgré les progrès accomplis ces dernières années, je sais la nécessité, aujourd'hui plus que jamais, de continuer notre combat. […]

Loin de se reposer sur ces acquis importants, le Gouvernement devra approfondir ces droits pour répondre aux enjeux de notre siècle. S'il n'est pas nécessaire, à mes yeux, de constitutionnaliser le droit à l'interruption volontaire de grossesse, nous devons continuer à le défendre avec vigueur et à faciliter

Lire la suite de l'article

7 avril : SOS Tout-Petits priera contre le crime de l’avortement

Contre la culture de mort qui règne en maître dans les instances parlementaires (hier encore au Sénat), SOS Tout-Petits se rassemblera samedi 7 avril à partir de 14h30 devant Port-Royal à Paris pour prier contre l'abomination de l'avortement.

Lire la suite de l'article

Chypre vote l’avortement le vendredi saint

UnknownLe Parlement de Chypre a adopté vendredi, par 33 voix contre 8 et 5 abstentions, un projet de loi qui dépénalise l’avortement jusqu’à 12 semaines, et jusqu’à 19 semaines en cas de viol ou d’inceste. Jusqu’à présent l’avortement n’était possible que si deux médecins certifiaient que la grossesse posait des risques pour la santé physique ou psychologique de la femme.

C'était vendredi saint. Pour les orthodoxes vendredi saint ne sera que vendredi prochain. Toutefois c’est la veille du « samedi de l’acathiste », et c’est le soir de ce vendredi qu’on chante l’intégralité de l’acathiste, la plus extraordinaire hymne byzantine à la Mère de Dieu…

Lire la suite de l'article

40 Days for Life : 579 enfants sauvés de l’avortement

La coordination internationale des 40 Days for Life nous informe que, selon les informations remontées à ce jour, 579 enfants à naître ont été sauvés de l’avortement au cours de la campagne qui s’est déroulée pendant les quarante jours du Carême, du mercredi des Cendres 14 février au dimanche des Rameaux 25 mars…

579

Lire la suite de l'article

Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées : “l’avortement systématique n’est pas une solution”

A l'occasion de la journée mondiale de la trisomie 21, Famille chrétienne a interrogé Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées. Extrait :

Numero-2097-samedi-24-mars-2018-la-resurrection-des-enfants-de-manille_large"A la naissance de ma fille, comme beaucoup de parents, j’ai abandonné ma carrière personnelle pour me consacrer à la stimulation de ma fille, car l’éducation précoce est la clef du développement. J’ai très vite compris la nécessité de se battre pour le bien commun de tous, et surtout pour tous les types de handicap, c’est pourquoi je me suis lancée dans l’associatif. Après vingt-deux ans d’expérience dans le monde du handicap, en tant que présidente d’associations, on peut dire que je connais les problématiques, et ce qui marche. J’ai vécu au quotidien les obstacles à surmonter pour les personnes handicapées et leurs familles. J’ai conscience de la tâche immense qui repose sur mes épaules et surtout de l’attente des familles, dont je fais partie. C’est pour cela que l’écoute des personnes handicapées et des familles a toute son importance. L’expertise parentale est indéniable et doit être mieux prise en compte, à côté de celles des personnes elle mêmes. […]

Le 21 mars, vous serez présente à l’ouverture du café Joyeux qui intègre des serveurs handicapés. Que pensez-vous de cette initiative?

Cette initiative formidable contribue au changement de regard que je souhaite porter pour qu’on voie ces personnes partout. Quel beau vecteur que l’emploi pour y parvenir ! L’employeurs porte un regard de « présomption de compétences » sur ces serveurs porteurs de handicap, et sait les mettre en

Lire la suite de l'article

Des informations déséquilibrées sur l’avortement

Courrier d'un lecteur paru dans Ouest-France du mardi 13 mars :

Capture d’écran 2018-03-19 à 07.03.13« […] J’ai remarqué que sur le sujet des manifestations contre l’avortement, vous avez toujours pris une position en retrait par la mise en page ou par un entrefilet, sans photos et au minimum sur les raisons qui fait que les personnes défilent. Votre rédaction semble vouloir réduire cet événement au minimum, en donnant un nombre de manifestants réduit. […] Peut-on dire que la femme est si libre face à l’avortement. Essayer de persuader que l’avortement est un drame et qu’il est possible de changer d’avis, en France c’est devenu une infraction. […] »

Lire la suite de l'article