Archives par étiquette : l’avortement

Le pape sur l’avortement : aujourd’hui nous faisons comme les nazis et en gants blancs

Lu ici : 

"J'ai entendu dire qu'il est à la mode, ou au moins habituel, de faire au cours des premiers mois de grossesse des examens pour voir si l'enfant ne va pas bien ou s'il naîtra avec quelque chose (un problème, ndlr), le premier choix étant de s'en débarrasser", a déclaré le pape en recevant au Vatican des représentants d'associations familiales.

"Au siècle dernier, tout le monde était scandalisé par ce que faisaient les nazis pour veiller à la pureté de la race. Aujourd'hui nous faisons la même chose en gants blancs", a déclaré le pontife argentin.

Le pape s'est aussi interrogé: "Pourquoi ne voit-on plus de nains dans les rues ? Parce que le protocole de nombreux médecins dit: il va naître avec une anomalie, on s'en débarrasse".

S'exprimant sur la question de la famille, le pape a observé qu'"aujourd'hui on parle de familles diversifiées, de divers types de familles. Oui c'est vrai: famille est un seul et même mot, on dit aussi la famille des étoiles, la famille des animaux". "Mais la famille, à l'image de Dieu, homme et femme, il n'y en a qu'une seule", a poursuivi Jorge Bergoglio.

"La famille est une belle aventure et aujourd'hui, c'est une souffrance que de le dire, on observe que souvent on pense à fonder une famille, à se marier, comme s'il s'agissait d'une loterie. Si ça va, ça va et si ça ne va pas, on efface tout et on recommence", a déploré le pape.

Lire la suite de l'article

La Chambre des Députés d’Argentine approuve la légalisation de l’avortement

Le texte doit maintenant être examiné au Sénat.

Au terme de 22 heures de discussions, les députés argentins ont voté en faveur de l’avortement, à 129 voix ‘pour’ et 125 voix ‘contre’. La gauche mise à part, favorable à l’avortement, tous les partis étaient divisés. 

Faire adopter le projet de loi au Sénat s’avèrera plus difficile.

Rappelons que l'Argentine est le  pays de l'actuel Souverain Pontife.

Lire la suite de l'article

De l’avortement à l’eugénisme quotidien

Docteur en pharmacie, directrice de la formation et de la recherche pour Alliance Vita, Blanche Streb vient de publier Bébés sur mesure. Le monde des meilleurs. Elle explique dans Présent :

9129-p6-streb-couv-194x300"L’émergence de techniques visant à modifier le génome a été un véritable électrochoc pour moi : j’ai tout de suite compris ce que cela impliquait. A l’époque peu de personnes s’intéressaient à ces sujets et cela n’a pas soulevé beaucoup de réactions malheureusement. Le deuxième électrochoc a été la naissance du premier bébé génétiquement modifié, issu d’une « FIV à 3 parents ». […] Nous nous laissons aveugler par la technique. Tout n’est pas issu de mauvaises intentions, loin de là, et c’est justement ce qui est pernicieux. Ceux qui se trouvent dans un délire scientiste ou transhumaniste ne sont finalement pas si nombreux que cela. Mais il s’opère une sorte d’aveuglement tranquille : des changements majeurs sont en train de s’opérer sans que l’on ne s’en rende vraiment compte. C’est une acclimatation progressive à l’eugénisme. Les parents n’ont pas forcément le désir d’avoir un enfant parfait mais ils sont quand même entraînés dans cette sélection lorsqu’ils engagent une procédure de PMA. Cela finit par avoir un impact et contribue à changer les mentalités. Et peu à peu le marché et la technique s’imposent. Et comme notre regard éthique et le regard que l’on pose sur l’homme ne sont plus ajustés, cette mentalité s’insinue tranquillement et doucement dans nos vies, ce qui est très préoccupant.

Pouvait-on prévoir toutes ces dérives dès

Lire la suite de l'article

Référendum sur l’avortement en Irlande : 3 contestations devant la Haute Cour

Lu sur RITV :

"Les résultats du référendum irlandais qui vit la victoire du « oui » à l’avortement à 66,5 %, se trouvent contestés devant la Haute Cour du pays. Trois demandes distinctes d’autorisation de contestation ont été déposées, pointant des irrégularités : radiations inexpliquées, doubles votes et surtout désinformation de la campagne médiatique et étatique… Selon l’une des signataires, Joanna Jordan, la différence entre les deux parties n’était que de 2,6 % dans les sondages le 24 mai, soit la veille du referendum : l’écart final mérite d’autres explications.

Le Ministre de la santé ne craint pas que cela remette en cause le calendrier de l’introduction de la législation sur l’avortement, en Irlande – on aimerait pourtant. D’autant que les promesses de modération du gouvernement sur la législation à venir semblent être progressivement mises au placard… [Lire la suite]"

Lire la suite de l'article

“L’avortement est la première cause de féminicide au monde”

FontanaLes déclarations du nouveau ministre italien de la famille donnent des sueurs froides à nos idéologues arc-en-ciel… Lorenzo Fontana, nommé ministre de la Famille, membre de la Ligue du Nord, a déclaré au quotidien Corriere della Sera :

"Les familles arc-en-ciel n'existent pas dans la loi italienne."

Adjoignant le geste à la parole, ce catholique, ardent adversaire de la dénaturation du mariage et de l'avortement est arrivé au palais du Quirinal avec sa petite fille dans les bras et sa femme à ses côtés. Tout en déclarant :

"Les familles sont celles qui sont naturelles, où un enfant doit avoir un père et une mère (…). La famille naturelle est attaquée. [Les homosexuels] veulent nous dominer et effacer notre peuple."

Il a enfoncé le clou estimant que

"l’avortement est la première cause de féminicide au monde".

C'est la vérité. Rien qu'en Inde, il manque "63 millions de femmes".

"Bien qu'il ne soit pas autorisé, en Inde, de révéler le sexe du futur bébé, il est courant qu'il soit annoncé lors de l'échographie, et qu'un avortement le suive, quand il s'agit d'une fille. "

Lire la suite de l'article

Vers l’abrogation de l’avortement aux Etats-Unis ?

De Vivien Hoch sur Dreuz :

33326895_1370737079692488_3120162168515854336_n"Le Président Donald J. Trump en personne a tenu ces propos, lors du grand gala d’une des plus grandes organisations pro-vie des USA, la Susan B. Anthony List :

«Pour la première fois depuis Roe v. Wade l’Amérique a un président pro-vie, un vice-président pro-vie, une Chambre des représentants pro-vie et des législatures républicaines pro-vie dans 25 Etats».

Auparavant, en 2017, il avait pris la parole à la March for life par un message enregistré. A celle de janvier 2018, il avait carrément organisé une prise de parole en direct depuis les jardins de la Maison-Blanche. C’est sans équivalent dans l’histoire des Etats-Unis. Les précédents présidents républicains – donc élus par les électeurs pro-vie – ne se sont que faiblement mobilisés sur ces sujets, terrorisés par la bien-pensance et les médias.

Roe vs. Wade est l’arrêt de la Cour suprême des États-Unis qui a autorisé les Etats à pratiquer l’avortement. Prononcé en 1973, ce célèbre jugement a été suivi par des lois analogues dans de très nombreux pays, dont la France en 1975. Roe vs Wade a été l’ouverture de la boîte de Pandore dans tout l’Occident : le leader du monde libre dépénalise la mise à mort de ses propres enfants, le reste du monde libre suit, comme il a suivi sur de nombreux sujets, les meilleurs et les plus mauvais.

Mais aujourd’hui la donne a changé. Une tempête civilisationnelle est en cours. Des décennies de mauvais conservatisme, de déconstruction et

Lire la suite de l'article

La Cour suprême des Etats-Unis rejette un recours du Planning familial sur l’avortement

Pendant que les Irlandais sombrent dans la culture de mort, les Etats-Unis se tournent vers la vie, ainsi que le montre Jeanne Smits sur RITV :

Unknown-17"Défaite pour la fédération du Planning familial, victoire pour les pro-vie ! Dans une décision laconique, la Cour suprême des Etats-Unis a refusé de donner suite à une demande de Planned Parenthood America en vue de faire bloquer une loi de l’Arkansas de 2015 qui impose aux médecins prescrivant des pilules abortives l’obligation de détenir des « privilèges d’admission » leur permettant de faire accéder leurs patientes aux hôpitaux les plus proches en cas de problème. La loi de limitation effective devrait pouvoir entrer en vigueur dès la mi-juillet, puisque cette décision renverse celle d’une cour d’appel donnant raison au Planning.

Il ne s’agit pas, on l’aura compris, d’une loi restreignant l’accès à l’avortement en tant que tel. Mais elle fait deux choses : elle attire l’attention sur le caractère potentiellement dangereux pour la femme des avortements médicamenteux en même temps qu’elle durcit les conditions de prescriptions des pilules abortives, avec des effets pratiques d’envergure. Dans le cadre de la lutte générale pour le respect de la vie, c’est un petit pas, mais qui a son importance, d’autant qu’on le doit à une décision de la Cour suprême qui souffle la pluie et le beau temps dans ce domaine.

En 2016, la Cour suprême avait ainsi annulé une loi semblable adoptée par le Texas.

L’affaire révèle également combien le Planning familial américain se soucie davantage

Lire la suite de l'article

Derrière l’avortement en Irlande, George Soros

D'Olivier Bault dans Présent :

Unknown-13"Un document de l’Open Society Foundations (OSF) de George Soros, qui a fuité dans les médias en 2016, exposait un plan pour libéraliser l’avortement dans le monde. En Europe, le plan de l’OSF prévoyait de s’attaquer d’abord à l’Irlande en finançant la campagne pour un référendum sur cette question. L’idée, c’est que si l’Irlande tombe, il sera plus facile ensuite de chercher à faire légaliser l’avortement en Pologne, désignée comme deuxième objectif. Une légalisation de l’avortement en Pologne est toutefois très improbable, même après la large victoire du oui en Irlande. […]"

Lire la suite de l'article

Les médecins catholiques doivent s’impliquer dans les débats publics sensibles, notamment la fin de vie et l’avortement

Papa-5-800x533Le 28 mai, le Souverain pontife s'exprimait devant une délégation de la Fédération Internationale des Associations Médicales Catholiques (FIAMC), reçue en audience dans la Salle des papes du Palais apostolique au Vatican. Les associations médicales catholiques doivent agir en “fidélité et cohérence” avec le magistère de l'Eglise, ce qui peut demander “beaucoup” de courage. Elles participent ainsi à la mission de l'Eglise de promouvoir la vie, de sa conception à sa fin naturelle (intégralité du discours en anglais).

“L'Eglise est pour la vie et sa préoccupation est que rien ne soit contre la vie”.

Les médecins catholiques doivent offrir un témoignage “d'une clarté indubitable” et s'impliquer dans les débats publics sensibles, notamment la fin de vie et l'avortement. Ainsi, face à “l'avancée du paradigme culturel technocratique, à l'adoration du pouvoir humain sans limite et au relativisme”, ils doivent toujours rappeler la “centralité” du malade et son droit inaliénable à la vie.

Suite au vote de légalisation de l'avortement en Irlande, le Saint-Siège a réitéré son opposition par la voix de son représentant aux Nations unies à Genève, Mgr Ivan Jurkovič :

“La vie humaine est sacrée”, et l'avortement “nie au bébé à naître le droit le plus basique”, ce que le Saint-Siège “ne peut accepter”.

Pour sa part, Mgr Vincenzo Paglia, président de l'Académie pontificale pour la vie, a asséné que la légalisation de l'avortement “facilite d'une manière ou d'une autre le sale boulot de la mort”.

Le Souverain pontife est aussi revenu sur le rôle du soignant. Ainsi, “il n'est pas acceptable” que le médecin soit réduit à “un simple exécutant” de la volonté du malade ou de normes législatives.

Lire la suite de l'article

Les femmes victimes de l’avortement

Capture d’écran 2018-05-16 à 18.24.25Le slogan de la nouvelle campagne pro-vie à Rome, diffusée à quelques jours de la Marche Nationale pour la Vie italienne, samedi prochain, est :

« L’avortement est la première cause de féminicide au monde ».

L'association CitizenGO, à l'origine de cette « campagne de publicité choc », veut signifier que l’avortement est « l'une des principales violences faites aux femmes ».

Cette campagne a commencé le 3 avril dernier par une affiche géante installée à proximité de la place Saint Pierre, que la municipalité a très rapidement fait enlever. Cette fois cependant,  « la mairie de Rome s'est déclarée incompétente, car il s'agit d'espaces publicitaires n'appartenant pas à la ville ».

60 000 avortements ont été réalisés en Italie en 2017, selon les chiffres du Ministère de la Santé. Un chiffre en baisse notamment à cause du fort taux d’objection de conscience, 40 % selon l'hebdomadaire l'Espresso. Virginia Coda Nunziante, Présidente de la Marche pour la Vie en Italie, a annoncé

« que la mère de Vincent Lambert qui se bat en France pour empêcher que son fils ne meure de faim et de soif sur décision des médecins, a accepté notre invitation : elle viendra  à Rome à la Marche pour la Vie du 19 mai prochain pour nous donner son courageux témoignage ».

Lire la suite de l'article

Chypre : l’Eglise orthodoxe s’oppose à la légalisation de l’avortement

Lu ici :

Ephreme-vatopedi"L’archimandrite Éphrem, higoumène du monastère athonite de Vatopédi, a envoyé une lettre au parlement chypriote, exhortant le gouvernement à ne pas légaliser l’avortement dans le pays. Actuellement, l’avortement est interdit à Chypre, mais il est maintenant question de changer la loi après que le Parlement européen a signifié aux représentants du gouvernement chypriote que proscrire l’avortement est considéré comme une violation des droits de la femme dans l’Union européenne.

En tout état de cause, l’Église orthodoxe ne soutient pas cette position, du fait que l’être humain est vivant, à l’image de Dieu, dès sa conception. Des représentants du clergé chypriote ont interpelé le gouvernement à ce sujet, soulignant que leurs intentions étaient pécheresses. « Priver un enfant à naître de son droit à la vie est l’un des crimes des plus odieux qu’une mère puisse commettre », écrit l’higoumène Éphrem. Celui-ci a également mentionné que la décision du Parlement chypriote pourrait provoquer des problèmes à caractère national et démographique, menant au déclin du peuple chypriote grec. L’higoumène athonite a invité le gouvernement chypriote à revoir le projet de loi. Malgré cela, une fin de non recevoir lui a été opposée.

En 2014 déjà, le père Éphrem s’était adressé au congrès du mouvement « pro-vie » à Moscou en 2014, disant qu’il « était inacceptable que des délits aussi terribles que les avortements soient commis dans les pays orthodoxes, qui plus est, dans une telle ampleur. Ce phénomène doit nous faire sérieusement réfléchir, je dirais que nous

Lire la suite de l'article

Marie-Madeleine Dienesch, résistante, député et secrétaire d’Etat, a milité contre l’avortement : doit-elle être oubliée ?

Capture d’écran 2018-05-11 à 15.48.00Marie-Madeleine Dienesch est née au Caire, en Egypte, le 3 avril 1914, et fut élue député des Côtes-du-Nord en 1945. Adhérente du mouvement de Résistance Libération-Nord, militant à la libération d’abord dans les rangs de la CFTC puis en mettant sur pied l’Union féminine civique et sociale des Côtes-du-Nord, elle a accédé aux premiers rôles au sein de la section départementale du MRP.

Député des Côtes-du-Nord de 1945 à 1981, d’abord sous l’étiquette du MRP puis au sein de l’écurie gaulliste, elle fut secrétaire d’Etat pendant six ans sous les gouvernements de Georges Pompidou, Maurice Couve de Murville, Jacques Chaban-Delmas et, enfin, Pierre Messmer. Après un bref – deux mois ! – passage au secrétariat d’Etat à l’Education nationale, elle est ensuite nommée à « l’Assistance sociale et à la réadaptation », maroquin qu’elle conserve de juillet 1968 à mai 1974.

Marie-Madeleine Dienesch est la seule femme à avoir siégé aussi longtemps à l’Assemblée nationale sous les IVe et Ve République. Une performance d’autant plus remarquable que cette carrière s’effectue bien avant la loi sur la parité. Elle expliquait :

"Ceux qui m’attaquaient le plus violemment n’étaient ni les communistes ni les socialistes, mais des anti-féministes viscéraux qui ne supportaient pas que des femmes aient de nouvelles responsabilités. Ils ne représentaient en fait qu’une faible partie, heureusement, du corps électoral. L’ensemble de la population avait accepté avec enthousiasme ce renouveau de la vie politique ».

Alain Cadec, patron LR du département des Côtes-d'Armor (le nom Côtes-du-Nord a été abandonné en 1990),

Lire la suite de l'article