Archives par étiquette : laquelle

La croyance selon laquelle Mahomet s’est envolé sur une jument ailé en passant par Jérusalem

Marion Duvauchel a fait paraître en mai un ouvrage intitulé Jérusalem, la Bouraq et le vol de Mahomet. C'est un ouvrage un peu savant mais accessible qui analyse avec soin la croyance selon laquelle Mahomet s'est envolé sur une jument ailé en passant par Jérusalem. Cette croyance, qui fonde la revendication de l'islam sur Jérusalem n'a jamais été examinée. Cette croyance est fondamentale mais l'islamologie l'a omise, pour des raisons exposées dans le livre. 

Capture d’écran 2018-07-17 à 18.37.49

Lire la suite de l'article

L’armée française tombera-t-elle dans la cuvette fatale dans laquelle est tombée l’armée britannique ?

Unknown-3Le premier discours public du général François Lecointre, le chef d’état-major des armées (CEMA) était très attendu, après la démission du général Pierre de Villiers. Devoir jongler entre des opérations extérieures toujours conséquentes et le renouvellement des matériels qui traîne en longueur nécessite de faire des choix opérationnels. 

Lors du discours qu’il a prononcé lors de l’Université d’été de la Défense, qui se tient à Toulon, le général Lecointre a estimé qu’il

« faudra faire des choix entre la régénération nécessaire de nos armées qui sortent d’années très difficiles de contrainte budgétaire accompagnées par le surengagement » ainsi que des « choix de renouvellement et des choix de modulation de nos engagements. »

« La régénération (…) est indispensable afin que l’armée française reste la première armée d’Europe et ne tombe pas dans le piège, dans la cuvette fatale dans laquelle est tombée l’armée britannique », usée après avoir connue des engagements intenses en Afghanistan et en Irak.

« Qui sait où il faudra que nous soyons capables d’intervenir dans un an ou dans un an et demi. Je crois qu’il est impératif, urgent, important de se redonner de la marge. »

Lire la suite de l'article

Des paroles et des actes : François Fillon promet d’abroger une loi contre laquelle il n’a pas voté

On découvre dans Famille chrétienne que François Fillon promet d'abroger la loi portant sur le délit d’entrave numérique à l’avortement s’il est élu à la présidence de la République.

« Le texte ne me convient pas. Il existe déjà des lois pour réprimer les propos ou les actes contraires à la liberté ». « J’étais contre l’instauration du délit d’entrave numérique et je constate que la décision du Conseil constitutionnel conforte mon idée qu’il faut prendre garde à la liberté d’expression. Il est en effet paradoxal de brader une liberté au nom d’une autre liberté ».

On se demande bien pourquoi il n'était pas à l'assemblée lorsqu'il aurait fallu voter contre cette loi.

Lire la suite de l'article

Détection prénatale de la trisomie 21 : urgence, oui mais laquelle ?

Smg9k

De la Fondation Jérôme Lejeune :

"Le professeur Israël Nisand prend la parole ce matin dans Le Parisien pour demander l’insertion d’un nouveau test de détection prénatale de la trisomie 21 (à partir du sang de la mère) dans le dispositif de suivi de grossesse français. Le journal annonce aussi l’officialisation de cette même demande par un collectif de médecins réunis par la Société française de médecine prédictive et personnalisée depuis hier en congrès à Montpellier.

Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune a révélé récemment les intérêts financiers qui conduisent la promotion de ces tests, dans un livre « Les premières victimes du transhumanisme » (Février 2016 Editions Pierre-Guillaume de Roux). Il répond au Pr. Israël Nisand :

« En s’appuyant sur l’argument selon lequel le nouveau test va diminuer le nombre d’amniocentèses, le Professeur Nisand sert un argument marketing, de nature à faire vendre, mais stigmatisant pour les personnes atteintes de trisomie 21.

Il justifie sa demande en invoquant une baisse des amniocentèses qui provoquent l’élimination d’enfants sains. Il utilise un raisonnement eugéniste, qui tend à discriminer les « fœtus trisomiques » des « fœtus sains ». Comment un médecin ose-t-il valoriser la vie d’un enfant sain (épargné grâce au test non invasif) plus que la vie d’un enfant trisomique (inévitablement éliminé) ? A-t-il conscience de la violence du rejet que son message délivre aux 60 000 personnes atteintes de trisomie en France et à leur famille ?

Je dénonce ces propos chargés de discrimination qui

Lire la suite de l'article

Marion Maréchal-Le Pen ne défend aucune cause à laquelle elle n’adhère entièrement

Jacques de Guillebon dresse dans Causeur un long portrait doublé d'une analyse sur la révélation politique, Marion Maréchal-Le Pen, qui représente également le mieux aujourd'hui l'avenir de la droite des valeurs. Extraits :

Marion-marechal-le-pen-9_5479240"Ce qui frappe immédiatement dans cette «machine à fantasmes» qui s’appelle Marion Le Pen, c’est la marque du destin. Tragédie ou gloire, bien malin qui le sait : pourtant le cas semble unique dans l’époque d’un politique, femme de plus, qui naisse là où il le fallait. C’est-à-dire qui, privilégiée familialement par son éducation et prédestinée, assume son rang, et mieux encore que ce qu’on eût pu attendre (…)

Frappante ensuite son indépendance d’esprit, et remarquable à deux titres : d’abord pour son âge ; et surtout pour ce qu’elle aura pris ce qu’il y a de meilleur chez les Le Pen, cette capacité à penser contre ou autrement. Car si l’on veut bien être neutre deux minutes et oublier de se hérisser le poil à la seule évocation de cette famille diabolique, s’il y a un intérêt et une valeur à s’appeler Le Pen, ils se trouvent dans cette résistance au conformisme. On atteint ainsi ce paradoxe que Marion n’est vraiment une Le Pen qu’en refusant de penser entièrement comme sa tante qui elle-même refuse de penser comme son père (…)

Mais ce qui fascine et paraît mystérieux, cette ascension fulgurante dans la sphère publique, s’éclaire quelque peu si l’on veut considérer avec attention un autre mystère, qui est peut-être le seul de l’histoire

Lire la suite de l'article

Le mariage est une vocation à laquelle on répond face à Dieu, en disciple de Jésus

Dans le nouveau numéro de La Nef, Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes, évoque  l’encyclique du pape François sur l’écologie, le prochain synode sur la famille et Lourdes. Extraits :

FIC110749HAB33" Le mariage sacramentel est en passe de devenir, en Occident, un choix de vie conséquent, peut-être aussi fort que celui de la vie consacrée. Parce qu’il doit être l’objet d’un soin de chaque jour et qu’il exige de prendre les moyens de s’aimer en vérité, de se parler, de se pardonner, de construire et de reconstruire, de chercher le bien de son conjoint et de ses enfants, en s’appuyant sur la grâce. Le mariage n’est plus cette institution naturelle dans laquelle on entrait comme par automatisme mais une décision, une vocation, un appel auquel on répond face à Dieu, en disciple de Jésus.

Il me semble que, paradoxalement, face à ces remises en cause, le temps du mariage et de la famille est venu. Comme un témoignage, au milieu du monde, de l’Alliance irrévocable que Dieu a scellée avec l’humanité, comme un témoignage de l’amour inconditionnel de Dieu pour tous les hommes.

Désormais la famille chrétienne est en mission, petite église vivante dans nos quartiers et dans nos villages. Et le Christ appelle les époux à cette mission, pour témoigner d’un amour qui se nourrit de la grâce de l’Esprit Saint, qui bâtit la communion jour après jour dans les joies comme dans les épreuves, dans la force et dans les faiblesses. J’attends du synode qu’il

Lire la suite de l'article

La révolution islamiste par Ivan Blot: la seule alternative pour l’Occident, c’est la soumission à la mode Houellebecq ou la Conversion à laquelle l’appelle le Christ!

 

LA REVOLUTION ISLAMISTE

Par Ivan Blot

Le récent attentat de Paris contre l’hebdomadaire satirique gauchiste Charlie Hebdo remet la révolution islamiste mondiale au premier plan de l’actualité. Car le mouvement terroriste qui se veut d’inspiration religieuse est plutôt avant tout un mouvement révolutionnaire. Ce mouvement s’insurge contre les démocraties occidentales qu’il considère comme impies car matérialistes et décadentes sur le plan des mœurs. Il utilise pour cela la voie de la violence comme toute révolution. Les dirigeants sont des intellectuels, souvent formés en Occident, et les exécutants sont des déracinés. C’est un phénomène culturel qui n’a rien à voir avec la richesse ou la pauvreté.

L’islamisme est un mouvement révolutionnaire

L’Occident a beaucoup de mal à comprendre ce qui arrive car il muré dans ses propres certitudes. Le philosophe Heidegger baptisait cet autisme « l’oubli de l’être ». L’Occident lui-même a secrété plusieurs révolutions, dont la révolution française, la révolution bolchevique et la révolution nazie. Ces révolutions ont voulu purifier la société de leurs « ennemis » et créer un homme nouveau par la force. De ce point de vue, les terroristes islamistes ne sont pas différents dans leur essence des terroristes de la révolution française, Robespierre, Barrère, l’inspirateur du génocide de Vendée et deceux de la révolution bolchevique.

Leur psychologie fut disséquée de façon remarquable par Dostoïevski dans son livre « les Démons » ou parfois titré « les Possédés ». La religion est une caractéristique annexe : Robespierre était déiste, Lénine était athée et Ben Laden était

Lire la suite de l'article

Cardinal de Paolis : ‘l’Eglise est gardienne d’une vérité de laquelle elle ne peut pas disposer”

Le Cardinal commente les événements du synode pour Infocatholica :

"j’ai participé à différents synodes et le mécanisme ne fonctionne pas bien. De plus cette fois-ci il y avait trop de questions en suspens. On commença sans certitudes et on ne peut pas discuter sur tout. L’Eglise est gardienne d’une vérité dont elle ne peut disposer."

Il pense qu’il y a eu ‘une erreur d’approche’, et nota ‘l’influence excessive de la crainte de ne pas être suivi par les gens, entraînant une emphase trop grande sur la rhétorique de la nouveauté."

"Les thèmes portant sur la famille nécessitent temps et réflexion. Rien à la va vite. Tous veulent intervenir durant le synode mais le temps est limité, de même que l’espace concédé à la discussion dans les cercles mineurs. Paul VI fonda le synode il y a un demi siècle comme agile instrument de collaboration avec la gouvernement de l’Eglise. Mais la confrontation doit être menée sur des thèmes étudiés, analysés et sur lesquels chaque père du synode a un avis précis à proposer.

Ce synode souffrit d’une évidente originalité d’approche. La décision de discuter un peu de tout se révéla néfaste, c’est comme si nous devions refonder tout. L’Eglise écoute les gens, mais a des certitudes qui demeurent dans le temps. Le synode répéta le scénario du Concile : conjuguer nouveauté et continuité.

Furent prises en considération trop de questions, sur lesquelles ont été nourries des attentes infondées. Et au final cela pesa négativement sur le synode. Tout

Lire la suite de l'article

Le foot est une divinité à laquelle on peut bien sacrifier des centaines d’Indiens

Il en meurt 20 par mois environ sur les chantiers de la coupe du monde de football qui doit se dérouler au Qatar en 2022. Cela n'émeut pas les autorités du Qatar, ni les Occidentaux.

Lire la suite de l'article