Archives par étiquette : l’ADN

Si l’accueil de l’autre fait partie de l’ADN du catholique, la fidélité et l’amour préférentiel de son pays fait également partie de cet ADN

Laurent Dandrieu est interrogé par Réinformation.tv :

Laurent Dandrieu : "Eglise et immigration, le grand malaise" from Reinformation.tv on Vimeo.

Lire la suite de l'article

Le bébé conçu avec l’ADN de 3 parents repose le problème des bébés-éprouvettes

Pour empêcher la transmission de certaines maladies rares, l’Angleterre vient de se prononcer en faveur d’une technique qui permet la conception d’un bébé à partir de trois ADN différents. Pierre-Olivier Arduin, directeur de la commission bioéthique de l’Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon, explique à Famille chrétienne :

Images-2"Il existe des maladies génétiques humaines qui sont transmises via l’ADN inclus dans de petits organites présents dans toutes nos cellules, les mitochondries. Pour éviter la transmission de cet ADN mitochondrial de la mère à l’enfant, la FIV dite « à 3 parents » utilise l’ovule d’une donneuse qui a des mitochondries saines. L’ovule est préalablement débarrassé de son noyau dans lequel on intègre le patrimoine génétique d’un second ovule, prélevé chez la future mère, sans les mitochondries malades. On obtient donc un ovule avec de l’ADN issu de deux femmes : 99% de la future mère et 1% de l’ADN mitochondrial de la donneuse. La cellule qui en résulte est ensuite fécondée avec le spermatozoïde du père : il s’agit donc bien d’un embryon conçu avec l’ADN de trois parents.

[…] Mais, pour moi, il s’agit avant tout d’une étape dans la logique d’instrumentalisation et d’eugénisme déjà en germe dans la Fécondation in Vitro (FIV). La grande transgression date de la fin des années 70 avec la naissance de Louise Brown, en Angleterre justement, le premier bébé-éprouvette dans l’espèce humaine. Robert Edwards qui a mis au point la technique chez l’homme en 1978 l’avait annoncé sans le moindre état d’âme : « Nous avons le

Lire la suite de l'article