Archives par étiquette : l’a

“La Croix”, pourquoi faire ? Retour sur le “vichysme mental”

Censuré sur La Croix, Thibaud Collin répond sur Valeurs Actuelles :

6a00d83451619c69e20223c8504f75200c-250wi"La Croix, dans son éditorial du 28 mai portant sur le référendum irlandais, déclare qu’il faut « respecter cette réponse » ouvrant la porte à la légalisation de l’avortement. Et le quotidien catholique d’ajouter pour justifier cette décision : « on sait que la vie n’est pas qu’un phénomène physique qui mettrait un signe strict d’égalité entre une vie déjà là, celle de la mère et une vie en devenir ». Il conclut en affirmant que « rendre possible l’IVG est une chose, faire en sorte qu’il en ait le moins possible en est une autre ». Une semaine après, je publie sur mon blog, créé sur le site de La Croix à sa demande, un texte intitulé « Avortement : non au vichysme mental ! » dans lequel je dénonce la contradiction entre une telle ligne éditoriale et l’identité catholique revendiquée par le quotidien. Le pape François a lui-même repris en 2014 les mots forts du concile Vatican II pour qualifier objectivement l’avortement de « crime abominable ». Et j’ajoute que l’argument consistant à justifier un tel acte en catégorisant les vies humaines, comme si l’une avait plus de dignité que l’autre, relève du vichysme mental que je détermine comme «l’ illusion de croire que l’on peut négocier ce qui n’est pas négociable ». En effet, la dignité de la vie humaine innocente ne peut être l’objet d’un respect quantifiable. La Croix ne daigne même pas nommer « l’enfant à naître », alors que même le Président de la République, lors de son discours

Lire la suite de l'article

Le thème du pèlerinage de Chrétienté 2019 sera “La paix du Christ par le règne du Christ”

Jean de Tauriers, Président de Notre Dame de Chrétienté, s'est adressé aux pèlerins de Chartres, d'abord essentiellement en français avant la messe dominicale, puis longuement en anglais avant la messe de clôture à Chartres. Voici son propos :

"Rendons grâce à Dieu pour ce moment !

Chaque année, vous êtes plus nombreux, pèlerins marcheurs et anges gardiens, à suivre « le sillage du Christ » pour reprendre la belle formule d’un écrivain français.

Votre enthousiasme, votre ferveur sont un grand encouragement pour l’association Notre Dame de Chrétienté qui organise ce pèlerinage. […]

__IMG_0178Comme je vous l’avais annoncé l’an passé, Notre Dame de Chrétienté a fait cette année un énorme travail pour accueillir davantage de pèlerins et dans de meilleures conditions. Des centaines de bénévoles ont travaillé toute l’année avec un seul objectif : permettre au plus grand nombre de devenir pèlerin ! Pensez aux centaines de bénévoles qui préparent le pèlerinage toute l’année. Ils ont planifié chaque minute, compté chaque m2 sur les bivouacs et les haltes, renouvelé et modernisé le stock des tentes, assuré la logistique, préparé le livret du pèlerinage, les inscriptions, organisé les récollections, formé les chefs de chapitre, réalisé des vidéos formations et tant d’autres activités qui rendent ce pèlerinage possible. Inscrivez-vous l’année prochaine dans l’organisation à la Direction des Soutiens ou à la Direction des Pèlerins dans l’encadrement des Chapitres. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Hier, nous avons pu vénérer dans la cathédrale de Paris, les reliques du Padre Pio. Ces reliques seront demain

Lire la suite de l'article

Bassam Tahhan : “La vérité sur le conflit syrien”

Le géopolitologue Bassam Tahhan revient sur l’actualité du conflit Syrien notamment sur la question de La Ghouta. Visionnaire, le géopolitologue franco-syrien avait prédit avant tout le monde l’évolution du conflit qu’il s’agisse de l’armement des terroristes par les Etats occidentaux ou du maintien de Bachar al-Assad à la tête du pays.

Lire la suite de l'article

Marion Maréchal Le Pen : «La droite a besoin d’union et de bienveillance»

Interrogée dans Valeurs Actuelles, Marion Maréchal Le Pen évoque son projet métapolitique et réfute toute ambition électorale. Partant du constat que «la droite enracinée et entrepreneuriale a encore du chemin à faire pour peser concrètement» elle affiche son objectif de renverser la «domination culturelle quasi hégémonique» de la gauche.

Images-2"J'ai décidé de m'associer à la création d'une académie de sciences politiques, à côté d'autres activités professionnelles. L’école que j’accompagne est libre et indépendante. Il ne s’agit pas d’un projet partisan "

"Nous donnerons des armes intellectuelles, culturelles, juridiques, techniques et médiatiques à nos jeunes afin qu'ils soient les plus performants possible dans l'entreprise comme dans l'arène politique"

Le projet de l'établissement sera bel et bien politique. Il s'agit d'organiser un «terreau dans lequel tous les courants de la droite pourront se retrouver et s'épanouir», en formant «les dirigeants de demain».

«La droite a besoin d'union et de bienveillance». 

"Il est temps de s’atteler à des œuvres moins visibles peut-être, plus humbles à certains égards, mais non pas moins efficaces et concrètes".

"La bataille des idées est gagnée à bien des égards, mais elle ne parvient pas à se transformer en victoire électorale. À chaque élection, les financements se font rares, les soutiens limités, les relais compliqués. C’est précisément sur ce rôle que la jeunesse conservatrice de France a une mission d’ampleur à mener. Je suis convaincue que notre famille de pensée doit investir davantage le champ de la métapolitique". 

 

Lire la suite de l'article

«La persécution des chrétiens aujourd’hui dans le monde» le 15 novembre

Le film La persécution des chrétiens aujourd’hui dans le monde sort au cinéma le Lucernaire à partir du 15 novembre.

53, rue Notre Dame des Champs 75006 Paris

Séances mercredi et jeudi à 20 h 30.

Vendredi, samedi et dimanche : 14 h 30 – 16 h 30 – 18 h 30 – 20 h 30

Lire la suite de l'article

Oui, comme l’a reconnu Benoît XVI, « la barque de Pierre prend l’eau de toute part »

Après la publication, le dimanche 24 septembre, de la Correctio filialis signée par 62 clercs et universitaires laïcs qui relèvent sept propositions hérétiques dans l’exhortation apostolique Amoris lætitia, FSSPX.Actualités a demandé à Mgr Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X, pour quelle raison il avait signé ce document. Extrait :

"[…] Il faut souhaiter qu’elle permette une prise de conscience plus nette de la gravité de la situation de l’Eglise de la part des clercs et des fidèles. Oui, comme l’a reconnu Benoît XVI, « la barque de Pierre prend l’eau de toute part ». Ce n’était pas une image poétique, c’est une réalité tragique. Dans la bataille présente, ce sont la foi et la morale qu’il faut défendre !

On peut également espérer que d’autres soutiens se manifestent de la part de ceux qui ont charge d’âmes. Les signataires de la Correctio filialis, en exposant ces propositions objectivement hétérodoxes, n’ont fait que dire tout haut ce que beaucoup savent au fond. N’est-il pas temps pour ces pasteurs de le dire haut et fort ? Mais, là aussi, c’est moins le nombre des signataires que la valeur objective des arguments qui importe. La Vérité révélée par le Christ n’est pas quantifiable, elle est avant tout immuable.

Il faut implorer Dieu pour que le Vicaire du Christ rétablisse une entière clarté en un domaine aussi essentiel : on ne peut modifier la loi divine du mariage sans provoquer de graves dissensions. Si rien n'est fait, la division qui se dessine dans

Lire la suite de l'article

« On ap­pelait ma fille “la céfran”… »

Le Monde consacre un article au rejet de la "mixité" scolaire : l'immigration est passée par là.

"Un quartier banal, dans une petite commune des Vosges. Autrefois – il n’y a pas si longtemps, jusqu’au début des années 2010 –, l’école du coin grouillait de toutes sortes d’enfants. Des enfants d’ouvriers et des enfants de ­cadres, des enfants de profs et des ­enfants de chômeurs, des enfants d’ici et d’ailleurs et des enfants plus tout à fait d’ailleurs mais qu’on appelle toujours les « enfants d’immigrés ». En somme, l’école rassemblait tout le monde. Mais, petit à petit, certains l’ont désertée pour les « bonnes » écoles du centre ou l’école privée du quartier, celles fréquentées par des « gens comme il faut ». L’école s’est mise à ressembler aux établissements ghettos, ceux dont on parle dans les journaux, et qu’il faut éviter à tout prix. Florence n’a pas compris. De ses voisins, elle a pensé qu’ils étaient snobs. Elle s’est dit qu’elle ne ferait jamais un truc pareil.

Pourtant, dans quelques jours, ­Baptiste et Maxence, ses deux fils, changeront eux aussi d’école. Fini la REP + ­ (réseau d’éducation prioritaire renforcé) à moins de 500 mètres de la maison. L’aîné entre en sixième dans le collège où ses parents enseignent. Le cadet intègre une « bonne » école.

Au début des années 2000, quand Florence et son compagnon (qui ont souhaité garder l’anonymat) s’installent dans leur nouveau quartier, ils n’ont pas d’enfants, mais la perspective de scolariser ceux qu’ils auront un jour dans un établis­sement près de chez eux

Lire la suite de l'article

La Cour constitutionnelle du Chili considère l’avortement compatible avec l’article 19 de la Constitution : « la loi protège la vie de ce qui est à naître »

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"La Cour constitutionnelle du Chili a rejeté hier les deux recours contre la loi sur l’avortement déposés par l’opposition. Elle considère donc que l’avortement est compatible avec l’article 19 de la Constitution qui stipule que « la loi protège la vie de ce qui est à naître »…

Dès que la présidente de la République Michelle Bachelet aura signé le texte, l’avortement sera donc légal au Chili en cas de viol, de non viabilité du fœtus ou de danger pour la vie de la mère."

Lire la suite de l'article

Afghanistan 2017, comment en est-on arrivé là ?

De William Kergroach :

Carte-afghanistanL'histoire politique de l'Afghanistan est violente, douze dirigeants ont été déposés, renversés ou assassinés depuis 1900. Dans la dernière période, le président Hafizullah Amin, qui souhaitait s'affranchir de la tutelle de Moscou, fut tué par des commandos soviétiques, avant que l'URSS n'envahisse militairement le pays en 1979. Puis, ce furent les talibans qui prirent Kaboul, en 1996, et assassinèrent l'ex-président Mohammed Nadjibullah, pourtant réfugié dans un bâtiment de l'ONU. Le 9 septembre 2001, Ahmed Shah Massoud dit « le Lion du Panchir », chef de l'alliance du nord, fut assassiné. On peut également évoquer l'assassinat, sans témoins, de Ben Laden et imaginer que la chute du pouvoir taliban, au cours de l'opération militaire internationale de 2001, ne fut probablement pas un grand moment de l'histoire de l'humanité.

La République démocratique d'Afghanistan a duré de 1978 à 1992. Le pays est alors dirigé par un gouvernement pro-soviétique, après une « révolution » suscitée par les services soviétiques. Face aux États-Unis qui soutiennent le Pakistan, l’URSS, en soutenant l'Afghanistan, et ses revendications sur les régions pachtounes du Pakistan, espère ainsi obtenir un accès à la mer d'Arabie. L’Iran de Khomeiny s'oppose aux manœuvres de l’Union soviétique en déclenchant des émeutes dans la ville d’Hérat, contre le régime communiste de Kaboul. Le 25 décembre 1979, l’Armée rouge entre en Afghanistan pour consolider son avantage.

Le gouvernement pro-communiste de Kaboul entreprend de faire évoluer la société afghane : les mariages forcés sont interdits, comme le mariage des fillettes. Les femmes sont invitées à abandonner le voile, à circuler librement et conduire. En 1988, les femmes représentaient 40 % des médecins et 60% des enseignants à l'Université de Kaboul. Le gouvernement s'est également efforcé de réduire l'analphabétisme, de redistribuer les terres aux paysans

Lire la suite de l'article

GPA : «La Décision de la Cour de Cassation sur la GPA incite à contourner la loi»

Lire la suite de l'article