Archives par étiquette : Jérusalem

La croyance selon laquelle Mahomet s’est envolé sur une jument ailé en passant par Jérusalem

Marion Duvauchel a fait paraître en mai un ouvrage intitulé Jérusalem, la Bouraq et le vol de Mahomet. C'est un ouvrage un peu savant mais accessible qui analyse avec soin la croyance selon laquelle Mahomet s'est envolé sur une jument ailé en passant par Jérusalem. Cette croyance, qui fonde la revendication de l'islam sur Jérusalem n'a jamais été examinée. Cette croyance est fondamentale mais l'islamologie l'a omise, pour des raisons exposées dans le livre. 

Capture d’écran 2018-07-17 à 18.37.49

Lire la suite de l'article

Jérusalem, la folle décision de Trump

Analyse d'Antoine de Lacoste pour les lecteurs du Salon Beige :

J"Trump n'en rate pas une pour embraser l'Orient. Il a d'abord remis en cause l'accord nucléaire avec l'Iran, accusant, contre tout bon sens, celui-ci de terrorisme. Il a ensuite donné blanc-seing à l'Arabie Saoudite pour ses initiatives calamiteuses au Yémen avec, à la clé, une guerre sans issue. Puis il laisse ses troupes occuper la Syrie en toute illégalité et sans savoir quoi en faire.

Il s'attaque maintenant au symbole des symboles : Jérusalem.

En annonçant que les Etats-Unis transféreront leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, Trump fait ce qu'aucun de ses prédécesseurs n'avaient osé, même George Bush junior, pourtant peu avare de ce genre de décisions catastrophiques.

Il conforte ainsi Israël dans sa politique qui viole constamment le droit international, en particulier par sa colonisation brutale de terres palestiniennes. Elle se traduit par des expropriations répétées, des vols en fait (lisez à ce sujet l'émouvant petit livre de Vera Baboun, le maire chrétien de Bethléem : « Ma ville emmurée »).

Mais Trump n'en a cure car il fait cela pour de strictes raisons de politique intérieure.

Il faut savoir que le Congrès américain a voté en 1995 le Jerusalem Embassy Act, qui prévoyait ce transfert. Mais une clause disposait que le Président des Etats-Unis pouvait repousser de six mois en six mois l'application de cette loi en fonction de la situation géopolitique locale.

Pendant sa campagne électorale, Trump, pour conforter son électorat de la droite évangélique protestante, s'était

Lire la suite de l'article

Donald Trump reconnaît Jérusalem comme la capitale d’Israël

Unknown-47Intéressant commentaire d'Yves Daoudal, au milieu de l'hystérie médiatique :

"A ce propos, les journalistes s’attendaient à une explosion de violence après la prière du vendredi, et il ne s’est presque rien passé (par rapport à ce qu'on attendait). Cela veut dire que les imams ont appelé à la modération et non au jihad et à l’intifada. Ce n’est évidemment pas étranger au fait que l’Arabie saoudite n’a condamné l’initiative de Trump que du bout des lèvres. Il est de notoriété publique que l’Arabie saoudite noue une alliance avec Israël contre l’expansionnisme iranien (Irak, Syrie, Liban), au point que le prince héritier a pu suggérer que la capitale de la Palestine soit Abu Dis et non Jérusalem sans que cela provoque un tollé. (Abu Dis est une petite ville qui jouxte Jérusalem… derrière le mur.)"

Lire la suite de l'article

Des vandales profanent pour la troisième fois une église à l’ouest de Jérusalem

Church-e1506077814967La police n’avait procédé à aucune arrestation après que le monastère de Beit Jamal a été la cible de crimes de haine en 2013 et 2016. Les photos des dégâts montrent que les vandales ont pris le soin de détruire les visages des icônes ainsi que ceux qui étaient peints sur les vitraux (voir les photos sur l'Observatoire de la christianophobie).

C’est la troisième fois que l’église catholique est vandalisée au cours de ces dernières années.

En 2013, des extrémistes juifs présumés avaient lancé des bombes incendiaires sur le bâtiment et peint au spray des slogans comme « prix à payer », « mort aux non-Juifs » et « Vengeance » dans les couloirs du monastère. Puis, au mois de janvier 2016, des douzaines de croix du cimetière de Beit Jamal avaient été renversées. Il n’y avait eu aucune arrestation suite à ces actes de profanation.

L’évêque Boulos Marcuzzo a condamné ce dernier incident, disant qu’il n’est

« pas seulement un acte de vandalisme mais une action contre le caractère sacré des lieux saints et la foi ». « La terre sainte est profonde en termes de foi et de culture. Nous devons vivre ensemble avec la diversité des confessions ».« Il est absolument nécessaire d’accepter les autres, de nous accepter les uns les autres dans notre diversité ».

Lire la suite de l'article

Violations des lieux saints de Jérusalem

Les Patriarches et chefs des Églises et communautés chrétiennes de Jérusalem ont publié une déclaration commune le 4 septembre pour alerter sur les «récentes violations du Statu Quo» des Lieux Saints de Jérusalem qu’ils qualifient de «tentative systématique visant à miner l’intégrité de la Ville Sainte» et à «affaiblir la présence chrétienne en Terre sainte».

Ils dénoncent aussi une proposition de loi signée par une quarantaine de membres du Parlement israélien qui «limiterait les droits des Églises sur nos propriétés».

Dans ce document conjoint, treize hauts représentants de l’ensemble des Églises et communautés chrétiennes présentes à Jérusalem expriment leur ferme opposition à «toute action» de la part de «toute autorité ou groupe» ayant pour effet de violer ou de miner «des lois, accords et règlements qui ont discipliné notre vie pendant des siècles».

L’inquiétude des chefs religieux quant au respect du Statu Quo qui «réglemente la coexistence des communautés religieuses dans la Vieille Ville de Jérusalem a été ravivée» par plusieurs décisions récentes de la Cour israélienne qui menacent les propriétés des différentes Églises chrétiennes.

«Les tentatives dénoncées ne touchent pas qu’une seule Église; elles nous touchent tous, et elles affectent les chrétiens et toutes les personnes de bonne volonté à travers le monde. Nous avons toujours été fidèles à notre mission de veiller à ce que Jérusalem et les Lieux Saints soient ouverts à tous, sans distinction ni discrimination».

Lire la suite de l'article

Une odeur suave lors de l’ouverture du tombeau de Jésus à Jérusalem

Lu ici :

Capture d’écran 2016-11-02 à 22.33.16"C'est un mystère qui laisse les scientifiques sans voix. L'histoire se déroule autour du tombeau de Jésus à Jérusalem. Pour la première fois depuis deux siècles, il vient d'être ouvert. Un événement historique et scientifique titre à la une Le Parisien-Aujourd'hui en France qui y consacre une double page. Il y a en ce moment des travaux de rénovation de la chapelle qui protège le tombeau, le Saint-Sépulcre pour les chrétiens. 

Des scientifiques en ont profité pour soulever la plaque de marbre qui recouvre le rocher considéré comme le lit funéraire du christ. Ils ont fait des prélèvements et vont étudier la surface d'origine de la pierre. C'est sans précédent.

Pour la première fois, grâce aux techniques modernes, la science va peut-être valider si c'est le bon endroit. Ou pas, explique Marie-Armelle Beaulieu, rédactrice en chef de Terre Sainte Magazine. Elle faisait partie des privilégiés qui ont pu voir le rocher lorsque la plaque s'est soulevée. "C'est bouleversant, dit-elle. On est dans le lieu le plus sacré du monde chrétien." Elle s'est senti comme un spationaute qui après 20 ans d'attente est enfin envoyé dans les étoiles.

Dans Le Figaro, la professeur de l'université d'Athènes qui dirige le projet raconte que lorsque la dalle de marbre a été retirée, les travaux des scientifiques ont été compliqués par des perturbations électromagnétiques d'une ampleur tout à fait inhabituelle. Certains des appareils ont même complètement cessé de fonctionner. Et puis le journal rapporte qu'une rumeur s'est rapidement propagée dans la

Lire la suite de l'article

Devant Manuel Valls, le patriarche de Jérusalem défend la famille

Unknown-15Extrait du discours du patriarche Fouad Twal, le 23 mai à Jérusalem :

"[…] Nous prions pour la France et les Français, touchés en plein cœur le 13 novembre, et qui traversent une période difficile. Nous venons d’un pays où le système tribal de la famille est le noyau dur de la société, et constitue une richesse indéfectible. Nous souhaitons que les hommes et les femmes de notre temps, retrouvent la joie et la grandeur authentique de la famille traditionnelle. Depuis cette terre, berceau de la foi chrétienne, notre espérance est aussi que la France, puisse être fidèle à ses racines, notamment à travers une meilleure collaboration avec la Conférence Episcopale Française, pour le bien du pays tout entier. […]"

Lire la suite de l'article

Menace contre les chrétiens à Jérusalem

À Jérusalem, un groupe se qualifiant « d’État islamique en Palestine » a distribué la semaine dernière des tracts exigeant des chrétiens de quitter le pays avant la fin du ramadan, sinon ils seront tués

Mgr William Shomali, évêque auxiliaire du Patriarcat latin de Jérusalem, appelle à la vigilance.

« D’une certaine manière, nous devons prendre ces menaces au sérieux. Il suffirait que trois jeunes fondamentalistes armés de couteaux attaquent une maison chrétienne. Cela sèmerait la panique dans la communauté chrétienne ».

Actuellement, environ 160 000 chrétiens vivent en Israël et à Jérusalem-Est, occupée depuis 1967. La majeure partie d’entre eux sont citoyens israéliens. Environ 2% de la population totale d’Israël est chrétienne.

Lire la suite de l'article

18 avril : Anne Brassié raconte… Sainte Anne de Jérusalem à Auray

La prochaine conférence de Terre et Famille sera présentée par Anne Brassié à l'occasion de la réédition de son livre : Sainte Anne, de Jérusalem à Auray.

BRIANT (71), salle communale, samedi 18 avril 2015 à 20h30

En Occident et au Moyen-Orient, d’innombrables petites filles, des églises, des chapelles, des villages, des hôtels, des hôpitaux et des bateaux portent le nom d’Anne. Son histoire est celle d’une jeune fille née en Palestine, mariée à Joachim et qui attendit vingt ans un enfant : ce fut Marie, qui à son tour engendra Jésus. Dès sa mort, le culte de sainte Anne se propagea très vite. On la prie aujourd’hui dans le monde entier grâce aux missionnaires catholiques. Pourquoi les marins en perdition, les mères stériles ou angoissées pour leurs enfants, les malades ou les désemparés s’en remettent-ils à elle ? Pour le comprendre, suivons les pèlerins…

Lire la suite de l'article