Archives par étiquette : Islamique

Soft power islamique : en contraste du terrorisme islamique, la multiplication des voiles et du halal semblent anodine

Frédéric Saint Clair, analyste en stratégie et en communication politique, ancien chargé de mission auorès du Premier Ministre Dominique de Villepin, est interrogé dans le Figarovox à l'occasion de la sortie de son ouvrage La Droite face à l'islam (Salvator, 2018). Extraits :

Unknown"[…] Le rôle de la République n'est pas de distinguer le bon islam du mauvais islam, ou de faciliter l'émergence d'un «islam des Lumières». C'est aux musulmans de le faire, s'ils le souhaitent. La République doit définir le cadre politique et culturel de la nation française.

Il faut selon vous «considérer le djihad comme un leurre, destiné à faire diversion»?

La formule peut paraître provocante. Elle n'est pas destinée à minimiser le phénomène terroriste, mais plutôt à renverser la grille de lecture que nous opérons à la fois du djihad et de l'islam politique, grille de lecture qui est la cause de notre impuissance, car elle omet la dimension culturelle de la résurgence islamique. Nos responsables politiques doivent comprendre que la vraie guerre qui confronte l'Occident est une «soft war», une guerre culturelle, menée au moyen d'un soft power islamique.

Gramsci explique que pour conquérir le pouvoir, il faut à la fois exercer une domination politique et une hégémonie culturelle sur une population. La France résiste militairement et politiquement face au terrorisme islamiste ; en revanche, nos consciences sont bousculées, notre psychologie est affaiblie, notre mental est usé, ce qui est le but du terrorisme. Dès lors, en contraste de cette violence qui prend la vie d'enfants,

Lire la suite de l'article

“L’État islamique complote pour déclencher une vague de migration massive en Europe”

220px-GovernorBeasleyPendant que certains appellent à l'aide pour s'occuper des immigrés toujours plus nombreux, le responsable du Programme Alimentaire mondial (WFP, ou PAM) des Nations unies, David Beasley, affirme que les anciens chefs de l'État islamique qui sont parvenus à fuir la Syrie conspirent pour déclencher une nouvelle vague de migration à destination de l'Europe.

Selon Beasley, ces anciens gradés de l'État islamique cherchent à s'associer avec d'autres groupes comme Boko Haram et Al Qaïda pour s'infiltrer dans les territoires des pays du Sahel et y déclencher une nouvelle vague de migration en exploitant le manque de nourriture.

"Mon commentaire à l'attention des Européens, c’est que si vous croyiez que vous aviez un problème avec une nation de 20 millions d'habitants comme la Syrie en raison de la déstabilisation et des conflits liés à la migration, attendez de voir ce qui se passera quand la région du Grand Sahel, avec ses 500 millions d'habitants, sera encore plus déstabilisée. C'est maintenant que la communauté européenne et la communauté internationale doivent se réveiller".

Commentaires (3)

"C'est maintenant que la communauté européenne et la communauté internationale doivent se réveiller" : c'est trop tard !
Depuis 50 ans déjà, Enoch Powell, Jean-Marie Le Pen, Jean Raspail et tant d'autres ont lancé des cris d'alarme et ont été voués à la haine et au mépris public !

Rédigé par : mld | 27 avr 2018 18:37:17
____________________________________

"L'État islamique complote" ou bien les Etats-Unis ?

Rédigé par : az | 27 avr 2018 18:49:49
____________________________________

Lire la suite de l'article

L’organisation islamique qui valait 3 milliards

Unknown-9Le groupe Etat islamique possèderait 3 milliards d'euros, selon les dernières estimations des services de renseignement. Une somme qui fait de cette organisation terroriste la plus riche que l'on ait jamais connue.

Daech aurait fait sa fortune en confisquant des biens, des amendes distribuées par les tribunaux islamiques et en réinvestissements. L'EI aurait amassé cet argent en trois ans alors que le Califat a exploité le nord de l'Irak et de la Syrie où le pétrole est très présent. L'organisation aurait alors empoché près d'une centaine de millions de dollars par an. Une somme à laquelle il faut ajouter le grenier agricole : 40% de la production céréalière de l’Irak et 80% du coton syrien. Après avoir confisqué les terres agricoles, les terroristes ont récolté pour plus d'un milliard et demi d'euros. Les logements et les voitures également confisqués ont été redistribués aux djihadistes étrangers. Cet argent a été largement réinvesti dans des affaires parfaitement légales avec notamment l’achat de fermes piscicoles qui élèvent des carpes en Irak. L'EI a également investi au Proche Orient et en Turquie.

70 pays sont réunis en ce moment à Paris pour assécher les ressources de Daech et d'al-Qaida. «No money for terror» (pas d'argent pour le terrorisme) est le titre de la réunion, qui a commencé mercredi et se poursuivra ce jeudi dans les locaux de l'Organisation de coopération et de développement économique à Paris.

Il reste à connaître le rôle exact joué par le Qatar et l'Arabie saoudite dans ce financement.

Lire la suite de l'article

«Et puis ça va être tout à fait naturel de finalement aboutir à un état islamique. En Belgique»

Bientôt chez nous :

Lire la suite de l'article

Un ancien otage compare les méthodes de l’Etat islamique à celles de la révolution française

Dans un article cherchant à justifier le silence des médias et du gouvernement sur la cause réelle du décès d'Arnaud Beltrame (voir ici), l'Obs interroge le journaliste ancien otage d'islamistes en Syrie, Nicolas Hénin. Extraits :

Les djihadistes de l'EI ont fait du meurtre par égorgement ou décapitation une sinistre marque de fabrique. S'appuient-ils sur un prétexte religieux ou idéologique ou est-ce une pure stratégie de communication ?

C'est avant tout un acte spectaculaire, mais c'est aussi une atteinte à l'intégrité physique du corps du supplicié. Ça n'a d'ailleurs rien d'original. Ce n'est pas pour rien que la Révolution française, dans l'un de ses épisodes qu'on a nommé la Terreur, a inventé la guillotine. On retrouve ce genre de profanation du corps de l'ennemi tué dans énormément de cultures, de guerres et de guérillas. Dans tout conflit, quand on tue ou blesse un ennemi, il y a bien sûr l'aspect comptable d'avoir éliminé un combattant, mais il y a une recherche au moins aussi importante de l'effet psychologique.

La suite de sa réponse montre néanmoins une méconnaissance de l'histoire du terrorisme lors de la guerre d'Algérie qui, s'il n'était pas islamiste au sens actuel du terme, n'en était pas moins mené par des musulmans :

"Sur le mode opératoire pur, lorsqu'on étudie l'historique lointain du terrorisme islamique, on ne constate pas une tradition particulière d'égorgements et de décapitations. C'est relativement propre à l'Etat islamique."

Ces derniers propos sont complètement faux et dénotent de l'obstination des

Lire la suite de l'article

Proche-Orient : La persécution des chrétiens ne date pas de l’Etat islamique mais de 1400 ans

Si les chrétiens du Moyen-Orient veulent un dialogue « honnête » avec leurs partenaires musulmans, les musulmans devront reconnaître que la persécution des chrétiens dans la région n’a pas commencé avec l’arrivée de l’État Islamique, a déclaré, à Washington, Mgr Bashar Warda, archevêque d’Erbil en Irak. Christianophobie Hebdo a retranscrit son discours :

Unknown-5"Nous avons fait l’ex­périence [de cette persécution], pas seulement au cours des quatre der­nières années, mais depuis 1400 ans », a déclaré l’archevêque War­da lors d’un discours prononcé le 15 février à la Georgetown University de Washington [D.C.], et parrainé par le Religious Freedom Research Project du Center for Religion, Peace & World Affairs de l’Université de Berkeley.

Les chrétiens sont aussi en partie à blâmer dans ce dialogue, selon l’archevêque Warda. « Nous n’avons pas lutté contre ces périodes récurrentes de ter­rorisme qui ont infligé une cruel­le souffrance à nos ancêtres », a­-t-dit. […]

Il a déclaré que la réponse typique musulmane aux atrocités de l’État Islamique – consi­dérées comme un génocide par le département d’État [des États­ Unis] – s’en tient à la ligne que « l’EIIL [État Islamique en Irak et au Levant] ne représente pas l’islam », et elle ne va que rare­ment plus loin, sans admettre en aucune manière les mauvais traitements du passé ni exprimer le moindre remords sur eux.

« Dans l’après EIIL, et bien que l’EIIL ait bouleversé les con­ sciences dans le monde et boule­versé la conscience de la ma­jorité des musulmans dans le monde

Lire la suite de l'article

Une église dédiée aux 21 martyrs coptes assassinés par l’Etat islamique

CaptureLe 15 février, une église en l’honneur des 21 chrétiens exécutés en Libye en janvier 2015 par Daech a été inaugurée en Moyenne-Égypte, dans la province de Minya. L’église dédiée aux 21 martyrs coptes « de la foi et de la Patrie » décapités en Libye en 2015 par les djihadistes affiliés au prétendu « État islamique » a été inaugurée le 15 février, jour fixé pour leur mémoire liturgique. Le lieu de culte, construit à al Our, le village proche de la ville de Samalut, en province de Minya, d’où provenaient 13 des 21 martyrs, a été achevée ces mois derniers.

Une semaine après le massacre, le Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II, décida d’inscrire les 21 martyrs égorgés au Synaxarium, le livre des martyrs de l’Église copte orthodoxe, fixant leur mémoire liturgique au 15 février. 

Lire la suite de l'article

Lina Murr Nehmé : Y aura-t-il un nouvel Etat Islamique en Syrie ?

Al-Nosra est la fille de Daech et ambitionne de remplacer Daech. Mais est-ce possible ? En 2016, Lina Murr Nehme faisait à ce sujet à Michel Kik des réponses qui demeurent actuelles et qui poussent à réfléchir.

Lire la suite de l'article

Le président de la République islamique d’Iran entre partisans d’une ouverture à l’Occident et Gardiens de la Révolution

Thomas Flichy de la Neuville, enseignant et chef du département des études sur la guerre à l'école spéciale de Saint-Cyr, est interrogé sur RT France :

Lire la suite de l'article

L’Etat islamique avait récupéré du matériel de guerre livré aux groupes rebelles anti-Assad

Selon un rapport qui a nécessité 3 ans d’enquête de terrain entre Kobané, en Syrie, et Bagdad, en Irak… alors que les spécialistes avaient en vain mis en garde l'Occident sur l'aide apportée aux rebelles :

C1-n6HQWQAAZPha.jpg-large"40 000 pièces récupérées sur les lignes de front et soigneusement analysées, des dizaines de contrats d’achat et d’exportation passés au crible : le rapport sur les armes de l’organisation Etat islamique (EI), publié jeudi 14 décembre par l’ONG Conflict Armament Research (CAR), est l’étude la plus complète produite à ce jour sur ce sujet aussi explosif que complexe.

Il fait la lumière sur les filières d’approvisionnement souvent tortueuses mises en place par l’organisation djihadiste, via la Turquie en particulier, pour constituer et entretenir son arsenal. Il démontre qu’au-delà des saisies réalisées dans les stocks des armées syrienne et irakienne, l’EI est parvenu à récupérer beaucoup d’armes fournies aux groupes rebelles syriens par leurs parrains étrangers, notamment les Etats-Unis et l’Arabie saoudite. Il révèle enfin que ces livraisons ont été effectuées quasi systématiquement en violation des accords conclus avec les pays où ces armes ont été produites – principalement des Etats d’Europe de l’Est – qui incluaient une clause de non-réexportation.

[…] l’EI a su détourner à son profit une partie du flot d’armes introduit en Syrie par les soutiens de la rébellion syrienne. Grâce aux numéros de série relevés sur les pièces auxquelles ils ont eu accès, les experts de CAR sont parvenus à retracer une partie du circuit suivi par ces armes : de leur fabrication, dans une usine de

Lire la suite de l'article

Les Décodeurs du Monde confondent l’ASL soutenu par l’Occident avec l’Etat Islamique

Les Décodeurs devraient s'informer auprès de l'Observatoire de l'islamisation :

Capture-d’écran-2017-11-30-à-11.59.39"Les « Décodeurs » du journal Le Monde tentent de rétablir la vérité des faits sur une vidéo partagée par Donald Trump, montrant un islamiste brisant une statue de la Sainte Vierge Marie en croyant savoir que le barbu ne peut être qu’un extrémiste de Daesh. Sauf que, Frédéric Pichon, spécialiste de la Syrie et auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet, informe que : « le briseur de statue d’une des vidéos n’est autre qu’Omar Gharba, un commandant de l’Armée Syrienne Libre…soutenue par Washington depuis 5 ans. »

Il ne s’agit donc en rien d’une action de propagande de l’Etat Islamique comme l’écrivent Les Décodeurs (voir capture d’écran).

Le Monde ayant tenté de faire croire ces cinq dernières années que l’ASL était composé de combattants de la démocratie, afin de faire passer la pilule de l’aide américano-française, ne peut se résoudre à voir sa « rébellion modérée » agir en djihadiste. En effet, dans un article d’août 2014 sur les livraisons d’armes par la France à l’ASL, celle-ci était présentée comme la « branche modérée de l’insurrection anti-Assad » (lire l’article). 

En juillet 2017, Le Monde présentait la fin du programme d’aide à l’ASL par la CIA de manière très orientée, en ne donnant la parole qu’aux représentants de cette organisation, avec un intertitre sur les « contradictions de Washington » instillant l’idée que la fin de ce support aux « modérés » allait freiner la destruction de l’Etat Islamique. Cette excellente décision fut prise à l’initiative

Lire la suite de l'article