Archives par étiquette : instrumentalise

Quand le ministère de l’Education Nationale instrumentalise les parlementaires centristes pour poursuivre la politique liberticide de Belkacem

À propos des attaques contre la liberté scolaire, un lecteur nous fait suivre cette capture d’écran. Thomas Lewin est chef de bureau au ministère de la prétendue « éducation nationale », chargé des établissements privés. Il dit travailler à cette limitation de la liberté scolaire « depuis des mois et des mois ». Il était en effet déjà aux manettes sous l’inénarrable Najat.

Cela signifie d’une part que, sous Blanquer (avec ou sans son soutien, il est encore trop tôt pour le savoir), les réseaux Belkacem restent actifs ; et, d’autre part, qu’une partie de la majorité sénatoriale (car la proposition de loi Gatel ne vient pas de la gauche… à la notable exception de Jean-Noël Guerini, le sulfureux ancien président socialiste du conseil général des Bouches du Rhône) est instrumentalisée par ces réseaux.

Espérons que Laurent Wauquiez, Bruno Retailleau et leurs amis ne tomberont pas dans le panneau !

Image

Commentaires (1)

Bien évidemment que les réseaux "de la ministre Franco-Marocaine " restent actifs ,il y avait fort à parier .
Et savez-vous pourquoi ,
Ce sont "les hauts fonctionnaires "les vrais patrons de la France .
pour la bonne et simple raison que les ministres ……….passent et eux ils restent aux commandes.
C'est aussi simple que cela .
Depuis la libération ,la "déculturation nationale " est vérolée par les communistes et leurs réseaux.
Quand les patriotes auront repris leur destin en mains -il faut l'espérer – il faudra s'occuper de faire le ménage dans ce bourbier .

http://www.persee.fr/doc/rfsp_0035-2950_1964_num_14_2_418403

Lire la suite de l'article

La PMA instrumentalise l’être humain au stade embryonnaire

Le sénateur Pierre Charon interroge le ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur la procréation médicalement assistée :

"M. Pierre Charon interroge Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur les récentes prises de positions du Défenseur des droits ainsi que du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, en faveur de l’ouverture de l’accès de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux célibataires sur le fondement de l’égalité des droits. De telles prises de position ne font que brouiller le débat sur la question. Elles accréditent l’idée que la PMA n’est plus là pour répondre à une infertilité de nature accidentelle, mais qu’elle aurait pour objet de satisfaire un désir d’enfant, conçu comme un droit inconditionnel. L’expression projet parental est, à cet égard, inquiétante car elle risque de banaliser une technique de procréation, dont la finalité est de remédier à une infertilité et non de satisfaire tel besoin individuel. La PMA est là pour répondre à des difficultés liées à la procréation : cette finalité doit être maintenue, faute de quoi tout progrès médical serait entraîné dans des dérives aux conséquences incalculables. Il lui demande donc ce qu’elle envisage pour couper court aux ambiguïtés et autres prises de position qui parasitent le débat."

En posant ainsi la question, le combat est perdu d'avance. C'est la PMA, par principe, qui doit être interdite, car elle porte atteinte à la dignité

Lire la suite de l'article