Archives par étiquette : Hogard

Génocide au Rwanda : Le Monde refuse un droit de réponse au colonel Hogard

Les 15, 16 et 17 mars dernier, à l’approche du 24ème anniversaire du génocide rwandais, Le Monde a publié six articles sur le sujet sous la plume d’un journaliste, David Servenay, connu depuis des années pour son parti pris en faveur de la thèse d’une culpabilité de la France dans le génocide rwandais. Cette campagne avait pour objectif d’accompagner le lancement d’un livre d’un ancien officier de l’opération Turquoise, Guillaume Ancel.

Dans L'Incorrect, le colonel Hogard, ancien commandant du Groupement Sud de l’Opération Turquoise, démonte cette thèse, qui veut que la France soit responsable du génocide de 1994 :

Images"Guillaume Ancel est un ancien officier, saint-cyrien de surcroît (Promotion Cadets de la France Libre, 1985-1988) et cela donne a priori à son « témoignage » davantage de crédit qu’un malheureux gendarme débauché sans succès quelques années auparavant. Certes, il n’était lors de l’opération Turquoise qu’un tout jeune officier subalterne inexpérimenté. Certes, il n’avait dans cette opération aucune responsabilité de commandement, étant détaché en tant que spécialiste OGT de son régiment, le 68ème régiment d’artillerie, auprès de la 1ère compagnie du 2ème REI désignée pour participer à Turquoise. Certes, il n’avait en tant que tel pas accès aux ordres émis ou reçus aux échelons supérieurs. Il n’était qu’un exécutant sans aucune vue d’ensemble mais la « grande presse », actionnée par les réseaux que je viens d’évoquer, en ont fait au mois de mars « le » seul témoin, le seul « expert » capable de donner un témoignage véridique et sincère !

Le

Lire la suite de l'article

Colonel Jacques Hogard : “A un moment, il faudra faire donner l’armée”

Le colonel Jacques Hogard est ancien officier de la Légion étrangère et commandant des forces spéciales au Kosovo en 1999. Sa décision de porter secours aux communautés monastiques en danger et de protéger les monastères orthodoxes victimes des pires exactions de la part des Albanais de l’UCK, lui a valu la plus haute distinction de l’Eglise serbe orthodoxe. Le militaire respecté et écouté est un des meilleurs spécialistes des Balkans. C’est à ce titre qu’il revient sur la condamnation décriée du général Ratko Mladic, ancien chef militaire des Serbes de Bosnie. Pour TV Libertés, le colonel Hogard revient sur la révision de l’opération Sentinelle et sur l’action et la personnalité de l’ancien chef d’Etat major, le général de Villiers. Un entretien sans concession et avec un aveu de taille :”A un moment donné, il faudra, hélas, faire donner l’armée face au radicalisme sur le sol français".

Lire la suite de l'article

Jacques Hogard viendra parler au colloque international « l’Occident contre l’Europe »

Jacques Hogard est Colonel (ER), ex officier parachutiste de la Légion Etrangère et des forces spéciales. Il a commandé au Kosovo en 1999 le groupement interarmées des forces spéciales françaises agissant sous commandement de l’OTAN. Il dirige aujourd’hui un groupe de sociétés de conseil à l’international. Officier de la Légion d’honneur, croix de guerre et croix de la valeur militaire, il est titulaire de l’ordre de Saint Sava et de l’ordre de Milos Obilic. Il interviendra au colloque sur le thème « L'OTAN, une organisation obsolète et dangereuse » et nous explique la raison de sa présence :

0"Dans ma jeunesse, l’Occident était une référence, un repère, porteur d’espérance, formidable synonyme de liberté, de valeurs spirituelles et morales.

Il s’opposait alors à un totalitarisme qui n’avait rien à envier à son prédécesseur, un totalitarisme ainsi stigmatisé par un grand défenseur de l’Occident, le maréchal de Lattre de Tassigny : « le communisme, cette forme moderne des grandes invasions barbares » !

Or, en moins d’une génération ou deux, l’Occident, du moins celui que nous aimions, celui qui avait du sens s’est effondré, miné de l’intérieur par le consumérisme, l’ hédonisme, le narcissisme, le matérialisme, les atteintes au respect de la vie sous toutes ses formes, la déchristianisation, tandis qu’à l’Est de l’Europe au contraire, les peuples jusque là soumis au joug communiste, s’en libéraient hardiment et retrouvaient les racines de leur identité et de leur Foi chrétienne, créant ainsi les conditions d’une formidable Espérance.

En cette époque de grands bouleversements, il est essentiel de prendre le temps

Lire la suite de l'article

Réédition du livre du colonel Jacques Hogard sur le Rwanda

Jacques hogardCette réédition, complétée et augmentée, tombe à pic, au moment où l'enquête sur les origines du conflit et des massacres est relancée, mettant de nouveau en cause la France. Paris-Match en fait une recension. Voici un extrait de la présentation qui en est faite par le site de l'institut de veille et d'étude des relations internationales et stratégiques.

Les larmes de l’honneur n’est pas un livre de justification sur le bien-fondé de l’opération Turquoise et la réhabilitation de l’armée française dans l’affaire rwandaise. C’est l’ouvrage d’un homme révolté contre la propagande médiatique, la désinformation et les contre-vérités, en cela aussi l’essai est d’actualité. Il dénonce les groupes de pressions anglo-saxons, belges et français qui accusent la France d’avoir des responsabilités dans le génocide et les exhorte à se poser les bonnes questions.  Quelles sont les raisons qui ont poussé l’ONU de se dépouiller de tous ses effectifs quinze jours après le début des massacres ? « Il faudra bien qu’un jour toute la vérité soit faite sur cette période charnière dramatique. »

En revanche, sur la genèse du génocide, Jacques Hogard ne s’interroge pas : « Malgré l’évidence, malgré les témoignages de certains de ses compagnons d’armes, l’actuel Président rwandais Paul Kagamé, niera jusqu’à nos jours avoir été l’instigateur de cet assassinat déclencheur du génocide du siècle. On sait aujourd’hui que c’est une équipe de quatre hommes du FPR (parti de Paul Kagamé), le "network commando" agissant sur les instructions directes du colonel James Kabarebe, un des adjoints de

Lire la suite de l'article