Archives par étiquette : Grand

Le plus grand danger auquel nous devons faire face aujourd’hui, c’est l’indifférence d’une Europe qui nie ses racines chrétiennes

Du 11 au 13 octobre s’est tenue à Budapest une réunion internationale sur la persécution des chrétiens, organisée par le gouvernement hongrois. Chistianophobie Hebdo a traduit une partie du discours d’accueil du Premier Ministre Viktor Orbán. Extrait :

Unknown-8"[…] Aujourd’hui, je voudrais dire quelques mots sur cette forme de persécution des chrétiens.Nous nous sommes rassemblés ici, venant du monde entier, pour trouver des réponses à une crise qui n’a été que trop longtemps cachée. Nous sommes venus de différents pays et, pourtant, quelque chose nous relie : responsables d’Églises chrétiennes et hommes politiques chrétiens. […] Dans le Livre d’Ezéchiel nous lisons que, si le veilleur voit l’ennemi approcher mais qu’il ne sonne pas l’alarme, le Seigneur le tiendra pour responsable de la mort de ceux qui ont été tués à cause de son inaction.

Bien des fois au cours de notre histoire, nous les Hongrois nous avons dû nous battre pour rester chrétiens et Hongrois. Pendant des siècles, nous avons combattu sur les frontières méridionales de notre patrie pour défendre toute l’Europe chrétienne. […] Ici, dans cette salle, se trouvent des personnes plus âgées que moi qui ont fait l’expérience de première main de ce que c’est que d’avoir vécu en chrétien fidèle sous un régime despotique. Pour nous, toutefois, par une cruelle et absurde ironie de l’Histoire nous voici vivant comme des membres d’une communauté assiégée. Où que nous vivions dans le monde – que nous soyons catholiques, protestants, orthodoxes ou Coptes –, nous sommes membres d’un seul corps et

Lire la suite de l'article

“Le plus grand destructeur de la paix, aujourd’hui, est le crime commis contre l’innocent enfant à naître”

17 octobre 1979 : il y a 38 ans, Ste Mère Teresa reçut le prix Nobel de la paix :

MèreTérésaNobel« Et je ressens quelque chose que je voudrais partager avec vous. Le plus grand destructeur de la paix, aujourd’hui, est le crime commis contre l’innocent enfant à naître. Si une mère peut tuer son propre enfant, dans son propre sein, qu’est-ce qui nous empêche, à vous et à moi, de nous entretuer les uns les autres ?

L’Écriture déclare elle-même : « Même si une mère peut oublier son enfant, moi, je ne vous oublierai pas. Je vous ai gardés dans la paume de ma main. » Même si une mère pouvait oublier… Mais aujourd’hui on tue des millions d’enfants à naître. Et nous ne disons rien. On lit dans les journaux le nombre de ceux-ci ou de ceux-là qui sont tués, de tout ce qui est détruit, mais personne ne parle des millions de petits êtres qui ont été conçus avec la même vie que vous et moi, avec la vie de Dieu. Et nous ne disons rien. Nous l’admettons pour nous conformer aux vues des pays qui ont légalisé l’avortement. Ces nations sont les plus pauvres. Elles ont peur des petits, elles ont peur de l’enfant à naître et cet enfant doit mourir ; parce qu’elles ne veulent pas nourrir un enfant de plus, élever un enfant de plus, l’enfant doit mourir.

Et ici, je vous demande, au nom de ces petits… car ce fut un enfant à

Lire la suite de l'article

Les anges montrent le grand miracle de la messe

ImageDessin d’animation mexicain distribué par Saje, Le Grand Miracle veut ouvrir les yeux des enfants (et des adultes !) sur le mystère de la messe. Trois personnes se retrouvent mystérieusement conduites par de jeunes adolescents dans une église pour assister à une cérémonie. Pour la première fois, il leur est donné de voir ce qui se cache derrière les apparences de la liturgie qui leur est pourtant familière… Cette expérience va bouleverser leur vie.

Lire la suite de l'article

PMA-GPA : l’homme, ce grand oublié de l’écologisme

Ludovine de la Rochère est interrogé dans Valeurs Actuelles, suite aux accusations de Marlène Schiappa. Extraits :

"Force est de constater que Marlène Schiappa n’a pas pris en compte le fait qu’il est aussi écrit sur ce visuel : “No PMA sans Père” et “No GPA”. Autrement dit, il s’agit spécifiquement du détournement de techniques médicales dans le but de concevoir un enfant dont le père ou la mère, suivant les cas, sera effacé(e). Rien à voir, donc, avec la PMA, technique médicale destinée aux couples ayant une infertilité médicalement constatée, donc des couples homme-femme, ou avec les familles monoparentales. En ce qui les concerne, dans l’immense majorité des cas, l’enfant connaît son père et sa mère même s’il ne vit qu’avec l’un des deux. En outre, il n’y pas eu la volonté délibérée d’effacer le père et la mère dès la conception de l’enfant.

Le sens de ce visuel est donc celui de l’usage de la technique : il interroge sur le fait de savoir s’il faut user de la technique sans s’inquiéter des conséquences, s’il faut laisser faire et accepter toutes les dérives possibles. Il dit aussi que, à juste titre, le choix des techniques est questionné pour ce qui concerne notre environnement – c’est ce qu’on appelle l’écologie -, mais qu’il devrait peut-être l’être aussi pour l’être humain. Je dis “peut-être” parce que le message de ce visuel – et c’est important – est sous la forme d’une question. Il appelle, autrement dit, à

Lire la suite de l'article

Le bien commun, grand oublié des politiques immigrationnistes

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

"Comme beaucoup de lecteurs le savent, je suis un catholique pratiquant et je n’aime donc guère l’idée de critiquer un message pontifical.

Malheureusement, des raisons mo­rales graves m’obligent à m’opposer au message du Pape pour la 104e journée des migrants, publié le 15 août dernier. Je note d’abord que cette publication (fort peu urgente, puisque ladite journée sera la 14 janvier prochain) a eu lieu dans le contexte de la vague d’attentats qui a frappé l’Espagne et l’Europe. Beaucoup de lecteurs en ont déduit – à tort ou à raison, mais personne, à Rome, n’a fait le moindre effort pour nous convaincre que c’était à tort – que ce message était une réponse à ces attentats.

Or, le Pape déclare dans ce message : « Le principe de la centralité de la personne humaine, fermement affirmé par mon bien-aimé prédécesseur Benoît XVI, nous oblige à toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale. » La référence à Benoît XVI (Caritas in Veritate n° 47) ne dit pas ce que le Pape François y lit. Et c’est logique, car ce principe est tout bonnement monstrueux.

Évidemment, il est souhaitable que l’Église défende la dignité de la personne humaine. Mais prétendre que cette dignité « nous oblige à toujours faire passer la sécurité de la personne avant la sécurité nationale » est absurde. Si c’était vrai, il faudrait donc sacrifier des millions de personnes à une seule, puisque la sécurité

Lire la suite de l'article

Le grand remplacement

Bonne rentrée au petit Lucas :

DI6E-5XXYAUeXek

Pas la peine de se demander pourquoi les parents de gauche cherchent à éviter l'école du quartier pour leur enfant.

Commentaires (2)

S'il veut être tranquille, il va devoir se convertir à l'islam et s'intégrer à sa nouvelle culture.

Rédigé par : FR | 5 sep 2017 08:13:22
____________________________________

Ah, les jolis prénoms qui fleurent si bon nos terroirs ! Le plus chouette ? j'ai nommé le petit Mohamed-Islam !

Dans le genre provocation, je crois qu'on ne peut pas faire mieux… A la cantine, je pense que c'est hallal pour tous ? Et à quand le prêche enflammé de l'imam du coin pour parler du "vivre ensemble" ?

Quoi que dans le cas présent, il parlera plutôt de la prétendue supériorité de l'islamo-fascisme…

Je plains sincèrement la cinquantaine de gosses de cette école qui vont devoir se coltiner les 250 petites filles voilées et autres gamins en robe longue, avec pour quelques uns, j'en suis certain, le petit bonnet blanc du pélerinage à la Mecque !

Tout cela va mal finir… et il est grand que cela finisse !

Rédigé par : Irishman | 5 sep 2017 08:21:49
____________________________________

Lire la suite de l'article

FSSPX : Grand pèlerinage à Fatima

26_img_0496

Le week-end dernier, la Fraternité Saint-Pie X a commémoré avec faste le centenaire des apparitions de Fatima. Ses supérieurs et ses évêques étaient tous réunis avec un concours de 10 000 fidèles le 19 août à Os Valinhos sur les lieux où Notre Dame était apparue cent ans auparavant, jour pour jour.

Contrairement au pèlerinage qui avait été organisé treize ans plus tôt et qui avait été émaillé par quelques tiraillements avec les responsables diocésains, les autorités ont ouvert largement les portes des sanctuaires. Les messes des deux jours ont cependant eu lieu en plein air compte tenu du grand nombre d'assistants et de la durée des cérémonies. Elles furent célébrées par l'ancien supérieur général de la FSSPX et par l'actuel, l'abbé Franz Schmidberger et Mgr Bernard Fellay. Le premier a rappelé les propos de Benoît XVI qui avait souligné le fait que les messages de Notre Dame de Fatima étaient particulièrement actuels.

Si les grands pèlerinages organisés par la FSSPX le sont sur le sol de France et prouvent son implantation particulière dans notre pays, celui de Fatima a montré le poids toujours grandissant du traditionalisme sur les autres continents et dans les autres pays. Le clergé et les fidèles americains, suisses ou allemands étaient particulièrement présents, rappelant combien la raison d'être de l'oeuvre traditionnelle était loin d'être un phénomène national.

Toutes les photos 

Lire la suite de l'article