Archives par étiquette : Gilbert

Gilbert Collard va demander des comptes après le débat de Marine Le Pen, les dissensions causées par Florian Philippot et le départ de Marion

Gilbert Collard, réélu de justesse dans le Var ne compte pas en rester là :

Lire la suite de l'article

Gilbert Montagné : ” J’ai su après que mes parents avaient pensé à l’avortement”

Beau témoignage de Gilbert Montagné :

Gilbert-montagne" (…) Contrairement à ce que l’on pensait, Gilbert Montagné n’est pas né avec ce handicap. Le chanteur a raconté les conditions difficiles qui ont entouré sa naissance. En 1951, ses parents qui avaient déjà trois enfants, n’attendaient pas du tout ce bébé. "Ils vont avoir un quatrième, ça ne les arrange pas trop d'ailleurs et j'ai su après qu'ils avaient pensé à l'avortement, que maman avait essayé de trouver des solutions, mais je m'accrochais », se souvient le chanteur.

La rage de vaincre de Gilbert Montagné s’enracine dans l’enfance. Il naît un 28 décembre, à 5 mois et demi de grossesse et reste "plus de trois mois en couveuse, jusqu'à terme". A l’époque, les médecins, encore assez démunis face à ces bébés venus trop tôt au monde, commettent une erreur fatale. "Ce qu'il s'est passé, c'est qu'à l'époque ils ne savaient pas le dosage adéquat en oxygène, raconte Gilbert Monta­gné. Ils en ont trop mis dans la couveuse et ça a brûlé tous les tissus, les nerfs optiques." Le petit Gilbert perd à tout jamais la vue.

On pourrait s’attendre à ce que le chanteur garde une certaine rancune d’un tel drame. Pas du tout. "Quelle merveille ce qu'ils ont fait, parce que s'ils n'en avaient pas mis assez, je ne serai pas là à vous parler", se félicite-t-il. Cela s’appelle voir la vie avec les yeux du cœur."

Lire la suite de l'article

Mariage et bonsaï : Gilbert Collard remet Philippot à sa place

Interrogé par Le Figaro hier sur la petite phrase de Florian Philippot dénigrant la lutte contre la loi Taubira, le député Gilbert Collard déclare (vers 9mn15) :

Capture d’écran 2016-04-14 à 07.43.35"Le mariage gay, dans le respect des droits acquis, sera abrogé.

Ce n'est pas ce que dit Florian Philippot

Oui mais je ne sais pas dans quel congrès d'horticulteurs il a a pu dire ça. Je ne l'ai pas eu au téléphone, il ne me l'a pas confirmé… Ce qui m'intéresse c'est la position de Marine […] Au passage, je fais remarquer que le bonsaï, il ne grandit pas parce qu'on lui a coupé les racines. La famille c'est une racine."

Lire la suite de l'article

Gilbert Collard : “Le 19 mars est une date funèbre”

Communiqué du député Gilbert Collard :

PHO1068ad50-cbdc-11e4-8f16-be1e660e3888-805x453"Le 19 mars est une date funèbre ; c’est, sans doute, la raison mortifère pour laquelle François Hollande, contrairement à ses prédécesseurs, a décidé de commémorer le 19 mars, date du cessez-le feu, qui vit s’abattre sur les Pieds-noirs et les Harkis un abandon assassin. Cette date est une tristesse.

La guerre commence le 1er novembre 1954. Du haut de la tribune de l’Assemblée nationale, le 12 novembre 1954, Pierre Mendes France déclare : « Il n’y aura aucun aménagement contre la sédition », et François Mitterrand : « l’Algérie, c’est la France ! ».Que de mensonges ! Depuis la parole politique est en berne, en deuil des mots. Le 12 mars 1956, Guy Mollet, caché derrière ses grosses lunettes, obtient de la représentation nationale que l’armée détienne les pouvoirs de police avec une majorité de 455 voix, y compris, oui, celles de tous les…communistes ! Ils ont des trous de mémoire profonds comme des impacts de balle. C’est en ces temps que le recours à la torture commence… Les mêmes passeront leur vie à repasser les froissements de leur conscience en dénonçant des pratiques instaurées par eux ! La gauche morale gagne toujours la bataille des mots au culot ! Et puis, on a, d’un balcon, l ‘incompréhensible : « Je vous ai compris » !

Aux%20Maires%20qui%20ont%20l’intention%20de%20célébrer%20le%2019%20mars%201962%20-%20par%20Manuel%20GomezTombe alors sur la nuque, le 8 novembre 1961, le référendum sur l’autodétermination avec son poids de 75,2% de oui ! Les pieds-noirs deviennent les orphelins

Lire la suite de l'article

Gilbert Collard propose de changer le nom du FN en Front national républicain

Gilbert Collard propose d'accoler tout simplement le terme "républicain" au nom du Front National ce qui aurait l'avantage de préserver le nom historique du FN et de faire un joli pied de nez à la classe politique :

"On veut réfléchir au processus de diabolisation, travailler sur le programme économique pour le clarifier. On est pris au piège d'un travail de propagande. Peut-être que changer de nom serait un moyen. Si j'étais en décision totale, je m'appellerais le Front national républicain, comme ça leur front républicain ils l'auraient dans le front. C'est une idée très personnelle."

Img_41eaf5be7154dBien que revendiquée par Gilbert Collard comme "très personnelle", cette idée avait déjà été mise en œuvre par Bruno Mégret en 1999 lorsque, après avoir dû renoncé au nom Front National-Mouvement National suite à décision de justice, ce dernier avait voulu relancer son mouvement en lui accolant le terme républicain pour le transformer en MNR. Voici un extrait du discours qu'il prononça en octobre 1999 :

"Le comité national vient de prendre ce matin une décision majeure : nous nous constituons en Mouvement national républicain (…)

En clair, s'il y a des nationalistes qui rejettent la république et des républicains qui rejettent la nation, nous sommes, quant à nous, pour une troisième voie, modérée et réaliste, qui prenne en compte à la fois la nation et la république. D'autant qu'en réalité, les deux concepts sont liés.

Bien sûr, la nation peut exister sans la république et les siècles de monarchie qu'a connus

Lire la suite de l'article

Légion d’honneur : le père Guy Gilbert promu au grade d’officier

Comme Jean-Paul Delevoye, président du CESE. Quel point commun ? Aucun. Le premier récupère les paumés à la rue quand le second jette les pétitions de ceux qui battent le pavé.

Sœur Marie-Guyonne Hervé du Penhoat, religieuse du Sacré-Cœur, ancienne supérieure du couvent de la Trinité-des-Monts à Rome a également été élevée au grade d'officier. Ont été nommés chevaliers : Mgr Jean-Charles Descubes, archevêque émérite de Rouen ; sœur Nicole Magot, supérieure générale des Sœurs de la Miséricorde ; soeur Nicole Magot, supérieure générale des Sœurs de la Miséricorde, cofondatrice de structures d’accueil pour femmes en difficulté ; sœur Danièle Marisco, religieuse des Filles de la Croix en Côte d’Ivoire.

Lire la suite de l'article

La Neuvaine : méditation du père Guy Gilbert

Guy Gilbert, évangélisateur des rues et des quartiers les plus difficiles, accompagne depuis 50 ans cette année les adolescents livrés à eux-mêmes, les jeunes drogués et les récidivistes. Pour être proche de la population, il apprend l’arabe et l’argot des loubards. Cette vocation, il l’a reçue pleinement en accueillant un enfant de 12 ans qui s’était réfugié chez lui, incapable de parler pendant un an à la suite de maltraitance parentale. C’est une révélation : les gosses de la rue ont besoin de quelqu’un, c’est à eux qu’il ira. Pour tous ces jeunes qui ont perdu l’espérance, il prie chaque jour et leur fait don de tout son temps, de toute son âme, de toute sa foi. 

A 80 ans, il a répondu avec enthousiasme à l’appel de la Neuvaine : sa méditation envoyée oralement est poignante de toute la souffrance qu’il porte pour alléger ceux qu’il accompagne. En aidant l’homme à reprendre conscience de sa dignité dans un quotidien hostile, il a été la main tendue du Christ vers les plus pauvres tout au long de sa vie. 

Prier sans relâche pour redonner l’espérance

« Merci de faire ce que le Christ nous a demandé, de prier sans relâche. Prions pour la France.

Nous avons des gouvernants que nous avons voulus ou pas : l’important c’est que nous priions pour eux, notamment pour les libérer de ce putain de chômage qui est endémique actuellement. Toutes les familles qui sont sans travail, toutes les familles qui n’ont plus de travail, tous ceux qui

Lire la suite de l'article

Gilbert Collard a déposé le nom “Front national républicain”

… à l'INPI. Un pied de nez à la fois à l'UMP, aux socialistes qui enragent et au "front républicain", pour signifier que "la République est à tout le monde". Ne restera-t-il plus que la Marseillaise pour nous parler encore de la Patrie ?

Lire la suite de l'article