Archives par étiquette : gauche

C’est bien, d’être de gauche. On peut mettre ses neurones sur off

De Gabrielle Cluzel sur Boulevard Voltaire :

"Ça doit être sympa, d’être de gauche. D’être du côté des gentils, des bons, du bien, de ceux qui ont toujours raison.

Christine Boutin vient de se retirer de la politique. Beaucoup de remerciements, bien sûr, mais il faut lire, aussi, les injures que cette annonce suscite. Il faut voir les seaux d’immondices que des anonymes, bien planqués derrière les volets occultants des réseaux sociaux, lui déversent sur la tête. Comme à chacune de ses interventions, d’ailleurs. Et elle, stoïque, ne répond rien. Peu ou prou comme Ludovine de La Rochère, et avec le même flegme, elle subit quotidiennement les flèches hargneuses, graveleuses, misogynes, ordurières, insultantes… de ceux-là qui arborent, deux tweets plus bas, le plus sérieusement du monde, le hashtag #BalanceTonPorc. Si Christine Boutin devait balancer tous les porcs qu’elle a, malgré elle, côtoyés, il ne suffirait pas d’une journée.

C’est chouette, d’être de gauche. On peut être schizophrène, de la plus grossière mauvaise foi… et se sentir dans son bon droit.

On dénonce, donc, le harcèlement sexuel, avec des airs douloureux de rosière outragée, mais – on ironise – « faut-il que vous ayez le front bas et l’esprit puritain ! » – on s’indigne avec effroi – « Goebbels, va ! » – si vous suggérez qu’on pourrait commencer par balancer (à la poubelle ou, en tout cas, hors de l’espace public) ces « œuvres d’art » autoproclamées imposant au passant un regard aussi poétique sur la femme et la sexualité que le « vagin de la reine », le

Lire la suite de l'article

Les antifas sont-ils le bras armé des médias de gauche ?

Les trois agresseurs « antifas » du député FN Ludovic Pajot, 23 ans, viennent d’être jugés en comparution immédiate. Sursis, vice de procédure (provisoire) et remise en liberté « faute de preuves »… Le député répond à Caroline Parmentier dans Présent :

"J’ai été très choqué par la couverture médiatique de mon agression. D’abord : « Il aurait été agressé. » Puis : « Il a été agressé mais ce n’est pas politique. » Et enfin : « C’est politique mais ce ne sont pas des antifas. » C’est bien évidemment parce que je suis un député du Front national. Ils bénéficient d’une grande indulgence et d’une protection médiatique. J’ai reçu beaucoup de messages de soutien au sein du Front national mais très peu des autres élus. A l’exception de François de Rugy, leur silence a été assourdissant."

Finalement, les antifas pratiquent le lynchage physique comme la presse le lynchage médiatique : le désir de nuisance est le même.

Lire la suite de l'article

Le syndicat professionnel de l’enseignement libre catholique à la remorque de la gauche tarée

Le syndicat professionnel de l'enseignement libre catholique (Spelc) qui représente près du quart des personnels enseignants ou de droit privé a adopté, depuis 1 an, l'écriture inclusive (en particulier dans le mensuel "L'éducateur chrétien") :

Capture d’écran 2017-10-16 à 19.58.19

Lire la suite de l'article

La gauche tarée en roue libre : la PMA pour avorter

Les provocation de l'Inter-LGBT sont à vomir :

DMLOAuXX4AAcceD

Commentaires (2)

Dégénérés.

Rédigé par : René Clémenti | 15 oct 2017 20:24:15
____________________________________

On sait de quelle bouche sortent ces propos … de celle de l'Enfer, ni plus ni moins …

Rédigé par : mouette | 15 oct 2017 20:26:26
____________________________________

Lire la suite de l'article

Science-Po : la gauche LGBT ne veut pas de la présence de Sens Commun

Capture d’écran 2017-10-05 à 21.11.34Une branche étudiante du mouvement Sens Commun se présente aux «Initiatives étudiantes» de la grande école parisienne, qui permet aux associations étudiantes d’être reconnues. Mais plusieurs associations de l’école (Unef, Solidaires Étudiant-e-s, France Insoumise, l’Union des étudiants communistes, le collectif Garces) ont publié un communiqué commun très virulent contre la candidature de Sens Commun, en s'inventant une persécution imaginaire :

Capture d’écran 2017-10-05 à 21.12.56Sens Commun Sciences Po dénonce ce sectarisme :

Capture d’écran 2017-10-05 à 21.14.49

Lire la suite de l'article

Edmond Maire a œuvré au virage à gauche du syndicalisme

De Hervé Bry, président de la CFTC métallurgie des Yvelines, à propos du décès d'Edmond Maire, mort dimanche 1er octobre à 86 ans :

Capture d’écran 2017-10-01 à 19.43.52"Ce petit témoignage personnel, éditorial qui n'engage que son auteur : Edmond Maire restera associé pour moi à André Bergeron et à Georges Séguy, comme figures du syndicalisme français de mon enfance. André Bergeron m'apparaissait alors avoir discours intelligent et pragmatique, il avait chez nous les faveurs paternelles. Edmond Maire me paraissait très "à gauche" par rapport au référentiel social de ma famille qui était plutôt centre-droit (gaullisme social). Edmond Maire était toujours associé à Georges Séguy, de la CGT : ces noms étaient synonymes de "grève" , feu de palettes et de pneus. J'avais entre 5 et 15 ans : ces souvenirs sont à prendre avec recul, bien sûr.

Edmond Maire avait été, entend-on aujourd'hui, le réformateur de la CFDT. C'est tout à fait vrai. Mais il était aussi un ancien de la CFTC, un de ceux qui ont œuvré au virage à gauche toute des années 1960-1964 : abandon de la référence chrétienne, création de la CFDT, alliance avec la CGT dans les années 1965-1972, même si il n'a été le secrétaire général de la CFDT qu'à partir de 1971 et artisan de la prise de distance d'avec la CGT.

C'est l'homme qui, ayant renié l'anthropologie chrétienne pour une anthropologie marxiste, puis ayant infléchi la CFDT vers un matérialo-pragmatisme dans le sillage de la refondation mitterrandienne du socialisme à la française, est l'archétype de

Lire la suite de l'article