Archives par étiquette : futur

Le roi de l’enfumage : Morts, vivants, histoire, passé, futur, religion, tout est bon pour la com’ de Macron

Editorial d'Hilaire de Crémiers dans le Politique Magazine de juillet :

Couv171"Toute la France a vu les photos et les vidéos. Le 21 juin, fête de la musique, dans la cour de l’Élysée, sous la direction du DJ Kiddy Smile, des danseurs du même groupe, hommes et femmes, en tenues résillées et agressivement dénudées, ont développé leurs figures de danses appelées voguing sur les marches du palais présidentiel, succession sauvage de déhanchements délirants, d’exhibitions de fessiers et de poses ultra-provocantes, suggérant une sexualité totalement débridée… et quelle sexualité ! Ce voguing est pratiqué dans les communautés LGBT afro-américaines et s’est répandu partout dans les clubs de même genre et jusqu’à l’Élysée maintenant sous les yeux émerveillés et amusés d’Emmanuel et de Brigitte Macron. On imagine Coty et de Gaulle devant un tel spectacle !

Kiddy Smile revendiquait sa singularité en l’affichant en toutes lettres sur son T-shirt : fils d’immigrés noir et PD. Il venait, a-t-il déclaré ouvertement, manifester ce qu’il était et ce qu’il voulait. Apparemment donc en accord complet avec les services de communication de l’Élysée qui – on le sait maintenant – pensaient faire un bon coup, sortir de l’ordinaire comme d’habitude ; la presse pouvait titrer : cinq stars de l’électro ont mixé jeudi soir dans la cour du palais de l’Élysée. Peut-on faire plus moderne ?

Sur son compte facebook, Kiddy Smile expliquait tout uniment qu’il méprisait l’Élysée, symbole d’oppression, mais qu’il voulait profiter de la fête, de l’invitation et du lieu pour dénoncer la loi Asile et immigration, le tout dans

Lire la suite de l'article

Le futur cardinal malgache dénonce l’islamisation de son pays

Mgr Désiré Tsarahazana, archevêque de Toamasina et président la Conférence des évêques de Madagascar, sera créé cardinal par le pape François le 29 juin. Il a accordé un entretien à Ayuda à la Iglesia Necesitada (Aide à l’Église en détresse, Espagne), dont Christianophobie Hebdo a traduit des passages :

Unknown-26"L'augmentation de l’islamisme est pal­pable [à Madagas­car] ! C’est visible ! C’est une invasion ! Avec l’argent des pays du Golfe et du Pakistan on achète les gens : il y a des jeunes qui vont étudier en Arabie saoudite et quand ils re­ viennent à Madagascar, ils exer­cent les fonctions d’imam. Nous avons organisé une réunion avec les imams pour leur exposer nos préoccupations, et l’un de ces imams était un ancien sémina­riste. Bien sûr, il nous a dit que ce qui l’avait attiré, c’était l’argent, mais cela arrive du fait de la pauvreté qui règne chez nous.

Il existe vraiment une pression. Par exemple, dans le nord, ils donnent de l’argent aux femmes pour qu’elles portent le voile in­tégral, la burqa, dans les rues, afin de donner de la visibilité à l’expansion de l’islam dans le pays. Et quand la nuit est tom­bée, les femmes remettent leurs robes normales.

Dans mon diocèse, ils construi­sent des mosquées partout… bien qu’il n’y ait pas suffisamment de musulmans. Il existe un projet qui consiste à construire plus de 2600 mos­quées à Mada­gascar. Ils font venir aussi en masse des musulmans de Tur­quie, ce qui est un phénomène qui nous

Lire la suite de l'article

Daniel de Montplaisir : Louis XX, futur roi de France ?

TV Libertés poursuit son enquête sur les prétendants au trône de France et au sentiment monarchique. Après avoir reçu le comte de Paris puis son fils le prince Jean d'Orléans, la chaîne vous fait découvrir la personnalité : Louis Alphonse de Bourbon. Daniel de Montplaisir est le meilleur défenseur et avocat de Louis XX qui aime à répéter la phrase de ses pères :"Je ne prétends à rien, je suis".

Lire la suite de l'article

L’abrogation de la loi Taubira pourrait disparaître du programme du futur FN

C'est l'interprétation donnée par Europe 1 suite à la fuite (volontaire ?) des premiers résultats de la consultation interne réalisé par le FN en vue de sa refondation :

"À la lecture du questionnaire, certains vont avoir des surprises", a confié Marine Le Pen à Europe 1. En effet, les militantes frontistes sont moins conservateurs qu’il n’y parait. Sur l’euthanasie, par exemple, alors que Marine Le Pen est plutôt contre, les adhérents, eux, sont majoritairement pour.

L’union civile entre homosexuels ne leur pose pas non plus de problème. "Marine a eu raison de ne pas défiler avec la Manif pour tous", réagit l'un de ses amis. L’abrogation de la loi Taubira pourrait donc bientôt disparaître du programme. En revanche, PMA et GPA restent rejetés en bloc.

Autre marqueur historique du programme du parti fondé par Jean-Marie Le Pen : la peine de mort. Aujourd'hui, les frontistes n’en veulent plus et préfèrent, comme la fille de l'ancien leader, la mise en place d'une perpétuité réelle."

Lire la suite de l'article

Après avoir bradées les casernes à l’euro symbolique, 17 milliards d’euro pour l’infrastructure du futur service militaire

Une nouvelle facture salée pour une nouvelle fracture politique : un coup je vend tout, un coup, je rachète au prix fort. 

"Emmanuel Macron a des projets très coûteux pour la France. Le président de la République avait fait du service national universel (SNU) une promesse de campagne. Expérimenté en 2019, il devrait disposer d’un budget spécifique dans le projet de loi de finances. Selon un rapport sénatorial de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, le coût d’un tel dispositif promet d’être très élevé : 30 milliards d’euros sur cinq ans, indique Challenges ce vendredi.

Si le gouvernement a assuré que le financement de ce projet ne pèserait pas sur le budget de la Défense, il n’a pas évoqué son coût potentiel. “Le chef de l'État s'est engagé à ce qu'il y ait une ligne budgétaire bien identifiée. Il n'y a pas de somme qui a été mise en avant”, indique de son côté la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, lors d’un point presse. “Il n'y a pas de programmation bien précise, de structuration. Sur le budget 2018, il n'y a pas de somme. J'imagine […] qu'il y aura une ligne dans la loi de programmation des finances 2019”.

Le SNU, qui devrait, selon le vœu du chef de l’État, concerner entre 600.000 et 800.000 jeunes filles et garçons de 18 à 21 ans sur une période de un mois, demanderait selon le rapport “12 à 17 milliards d’investissement initial en infrastructures et acquisitions foncières, et

Lire la suite de l'article

Des riverains ont construit un mur pour condamner l’accès à un futur centre pour immigrés

La population s'organise :

Action-3185771"A Séméac dans les Hautes-Pyrénées, un collectif de riverains a construit un mur de 18 mètres de long et de 1,80 m de hauteur, dans la nuit du dimanche 23 au lundi 24 juillet, pour condamner l'accès à un futur centre d'accueil pour migrants. Objectif de cette opération coup de poing, menée par les membres du "collectif Séméac" : signifier leur mécontentement face à l'ouverture d'un centre qui doit accueillir, courant août, 85 migrants dans un ancien hôtel Formule 1 dans un quartier résidentiel dans la banlieue de Tarbes. Cet hôtel, appartenant au groupe AccorHotels, fait partie des 62 établissements premier prix de l'enseigne rachetés par la SNI (filiale de la Caisse des dépôts) pour devenir des structures d'hébergement et d'accueil, gérées par Adoma (ex-Sonacotra). Les membres du collectif dénoncent le choix de l'emplacement du centre, situé dans un quartier résidentiel, mais aussi le manque de concertation avec les collectivités locales pour la mise en place de la politique migratoire nationale.

Le collectif de riverains, tout comme la mairie, tiennent toutefois à préciser qu'ils ne sont pas opposés à l'accueil de migrants. "On est favorables à l'accueil de migrants sur notre commune, explique à franceinfo le premier adjoint au maire Philippe Baubay. Mais pas dans ces conditions." Il déplore que la mairie ait "été mise devant le fait accompli, sans aucune concertation". Il souligne que "la localisation est hors de toute structure, à plus d'un kilomètre du centre du bourg, sans aucun bus". Le député LREM Jean-Bernard Sempastous regrette aussi qu'il n'y ait aucune animation autour

Lire la suite de l'article

Trois qualités essentielles au futur Président

Extrait d'un entretien de Nouvelles de France avec Nicolas de Lorgeril, porte-parole de Économie, Prospective et Républiquethink tank qui place l’homme au cœur de ses réflexions pour un avenir plus durable :

"Pensez-vous que la campagne a permis aux Français de réfléchir correctement à l’avenir de notre pays, et aux candidats de montrer leur vision de l’avenir ?

La campagne n’a pas permis d’approfondir les programmes et de découvrir les qualités des hommes qu’en creux. Mais après une période décourageante où l’on pouvait craindre que les seules ‘affaires’ occulteraient toute campagne, on a pu découvrir progressivement les programmes plus ou moins concrets et surtout cohérents mais aussi les hommes par leur manière de réagir à cette très longue campagne.

Trois qualités semblent essentielles au futur Président :

  • Une expérience diversifiée des grands rouages de l’État, des Collectivités, de l’Union européenne et de l’économie 
  • La ténacité et la maîtrise de soi pour lutter contre tous les intérêts particuliers et lobbys et pour piloter le difficile redressement du pays, en faisant émerger de nouveaux dirigeants publics et européens. Saint Thomas d’Aquin nous rappelle : « Préférer à quelque saint homme, une personne qui est moindre en sainteté de vie mais qui est plus propre au maniement et au gouvernement du bien commun ».
  • Un souci réel de l’homme et de sa dignité. La place centrale donnée à l’homme doit conduire à réorienter les efforts de solidarité vers les plus fragiles et à agir pour que nos règles communes respectent au

Lire la suite de l'article

Sébastien Chenu, futur directeur de campagne de Marine le Pen pour 2017 ?

Comme Florian Philippot, Sébastien Chenu n'a jamais voté pour Jean-Marie Le Pen. le premier est numéro 2 du FN et principal conseiller de Marine Le pen, le deuxième a été nommé à la tête d'une des plus grandes fédérations du FN et pourrait devenir directeur de campagne ou porte-parole de Marine le Pen pour la campagne présidentielle de 2017. L'Express lui consacre un article intitulé "Front national: Sébastien Chenu, le gay pouvoir". Extraits :

Chenu"Le vendredi 18 mars, Marine Le Pen et Sébastien Chenu, son conseiller en pleine ascension, s'envolent pour cinq jours en outre-mer, avec un passage par le Québec. Si la présidente du FN a décidé, pour son premier déplacement de campagne hors de métropole de l'année, de s'adjoindre la compagnie de celui qu'elle a débauché de l'UMP il y a à peine plus d'un an, c'est parce que Sébastien Chenu s'impose comme un élément central du dispositif de la prochaine présidentielle: "Je pense à toi pour 2017", lui a-t-elle déjà susurré. Les plus audacieux lui prédisent un poste de directeur de campagne, les plus réalistes un rôle de porte-parole (…)

Il participe depuis le début de l'année aux très restreintes et informelles réunions hebdomadaires dont le but est d'établir la stratégie personnel de la présidente du Front National ; il sera candidat aux législatives dans le Nord (…)

Cet art consommé de la séduction sociale, Sébastien Chenu l'a appris avec son compagnon, Emmanuel, consultant dans la mode, en vingt-trois ans de vie commune.

Lire la suite de l'article

Beata Szydlo, futur premier ministre polonais

Après la victoire du parti polonais eurosceptique Droit et Justice (PiS), c'est sa vice-présidente Beata Szydlo qui devrait logiquement devenir premier ministre :

Szydlo_143602309857486"Fille de mineur, diplômée en ethnographie de l'université Jagellonne de Cracovie, elle s'était lancée dans la politique en se faisant élire maire de la petite ville de Brzeszcze, dans le sud de la Pologne. Elle est députée du PiS depuis 2005 et vice-présidente de son parti.

Au Parlement, Beata Szydlo a défendu les positions conservatrices du PiS, proches de celles de l'épiscopat, sur des questions telles que l'avortement, la fécondation in vitro et la Convention du Conseil de l'Europe sur la lutte contre la violence à l'égard des femmes (…)

Partageant les sentiments de la majorité des Polonais, opposés à l'accueil de réfugiés du Proche-Orient et d'Afrique du Nord, elle a critiqué l'approche de Bruxelles, dans un débat télévisé avec Ewa Kopacz. « La solution que nous a proposée l'Union européenne est mauvaise, et surtout, ce n'est pas une solution d'ensemble », a-t-elle martelé. « Aujourd'hui, les Polonais se soucient avant tout de leur sécurité », a-t-elle souligné, avant de prôner « une aide humanitaire et financière » aux pays où se trouvent les réfugiés potentiels (…)

Beata Szydlo est mariée à un enseignant dans un centre de formation professionnelle et mère de deux fils, dont l'aîné est étudiant en médecine et le cadet séminariste."

Lire la suite de l'article

Kadhafils, futur chef de l’Etat libyen ?

Comme en Syrie, la solution en Libye passe probablement par ceux que la France a voulu à tout prix éliminer. Lu sur le blog de Bernard Lugan :

"Le 14 septembre 2015, un coup de tonnerre a retenti dans le ciel serein des certitudes démocratiques européo centrées quand le Conseil suprême des tribus de Libye désigna Seif al-Islam Kadhafi comme son représentant légal. Désormais, voilà donc un fils du défunt colonel seul habilité à parler au nom des vraies forces vives de Libye…
Les abonnés à l'Afrique Réelle et les lecteurs de ce blog ne seront pas surpris par cette nouvelle puisque, depuis 2012, je ne cesse d'écrire :
 
1) Que la pacification de la Libye ne pourra se faire qu'à partir des réalités tribales.
2) Que le seul à pouvoir reconstituer l'alchimie tribale pulvérisée par l'intervention militaire de 2011, est Seif al-Islam que son père, le colonel Kadhafi, avait pressenti pour lui succéder, et qui est actuellement "détenu" par les milices de Zenten.
 
Mes analyses ne procédaient pas du fantasme, mais du seul réel qui est que :
 
1) En Libye, la grande constante historique est la faiblesse du pouvoir par rapport aux tribus. Au nombre de plusieurs dizaines, si toutefois nous ne comptons que les principales, mais de plusieurs centaines si nous  prenons en compte toutes leurs subdivisions, ces tribus sont groupées en çoff (alliances ou confédérations).
 
2) L'allégeance des tribus au pouvoir central n'est jamais acquise.
 
3) Les bases démographiques des groupes

Lire la suite de l'article