Archives par étiquette : François

Le général François Lecointre succède au général Pierre de Villiers

Commentaire d'un lecteur à la démission du CEMA ce matin :

Sic transit gloria mundi. Une illustration chimiquement pure de notre époque:

Etape 1: les décisions sont prises en cercle restreint, sans débat démocratique, par des experts du sujet, en l'occurrence le Ministère des finances avec l'accord du chef de l'Etat.

Etape 2 : une voix s'élève pour dénoncer les conséquences de cette décision, certes rationnelle financement mais irréaliste compte tenu des objectifs assignés aux armées, mais prise à huis clos alors qu'elle concerne la communauté nationale et aurait donc dû faire l'objet d'un examen contradictoire public

Etape 3: rappel à l'ordre, acte d'autorité, suivi de la démission du récalcitrant.

Fin de la pièce en 3 actes qui nous conduit tout droit au totalitarisme soft.

L'enseignement social de l'Eglise nous invite à valoriser le libre arbitre, à agir en conscience et à faire preuve de discernement et de mesure. Nous en sommes loin.

Epilogue: cette pièce connue de beaucoup de monde, génère résignation, frustration, individualisme, égoïsme, démotivation, irresponsabilité, découragement, repli sur soi, promotion des incompétents pourvu qu'ils n'aient aucune conviction et soient obéissants et heureux de l'être, tentation anarchiste, peur et autocensure, autant de ferments d'autodestruction du pacte social démocratique, dont l'abstention massive aux élections est un des symptômes pacifiques…avec la violence son pendant maléfique, celle de ceux qui n'ont plus rien à perdre. En ayant toujours, en ce qui nous concerne foi dans l'espérance et la recherche du Bien Commun.

O tempora, O mores.

LLe général

Lire la suite de l'article

Chez François Fillon, la démolition de la chapelle Saint-Martin a débuté

Sable-la-demolition-de-la-chapelle-saint-martin-debutePrévus depuis plus de trois ans, les travaux de démolition de la chapelle Saint-Martin à Sablé-sur-Sarthe ont débuté lundi 17 juillet. Le 21 juillet, ce bâtiment construit 130 ans auparavant, sans fondation, aura disparu. L’église a été desacralisée. Le diocèse a récupéré les reliques et statues.

Lire la suite de l'article

Macron recrute ceux qui ont trahi François Fillon

Comme ils l’avaient fait en nommant Gérald Darmanin au ministère de l’action et des comptes publics, Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont débauché deux jeunes espoirs de la droite pour composer leur deuxième gouvernement.

Sébastien Lecornu, 31 ans, partagera le secrétariat d’Etat auprès du ministre de la transition énergétique avec Brune Poirson (LRM).

Jean-Baptiste Lemoyne, 39 ans, est nommé secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères.

Ces deux élus avaient quitté la campagne de François Fillon.

M. Lecornu, très proche conseiller du ministre de l’économie, Bruno Le Maire, pendant des années, il est aussi l’un des meilleurs amis de M. Darmanin. Militant dès son adolescence à l’UMP, il devient en 2005 l’attaché parlementaire de Franck Gilard dans la 5e circonscription de l’Eure et rencontre M. Le Maire. Ce dernier l’intègre à ses différents cabinets ministériels sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. A partir de 2012, il accompagne l’ambition présidentielle de l’ancien ministre de l’agriculture. Directeur de sa campagne pour la présidence de l’UMP en 2014 puis lors de la primaire, M. Lecornu est un homme à tout faire : il anime l’équipe, assure la liaison avec les élus, réfléchit à la carte électorale et corrige une à une les mille pages du projet de M. Le Maire. Cette campagne s’achève par une débâcle mais il a entre-temps creusé son propre sillon en devenant maire de Vernon (Eure) puis président du conseil départemental en 2015. Il a alors moins de 30 ans.

Après la primaire, il devient directeur adjoint de la campagne

Lire la suite de l'article

“Amoris laetitia” : quatre cardinaux publient une lettre au pape François, faute d’avoir obtenu une audience

Les quatre cardinaux Brandmüller, Burke, Caffarra et Meisner, viennent de rendre publique la lettre qu’ils ont adressée au pape François le 25 avril pour lui demander –  en vain –  une audience privée en vue de parler de la « confusion et de la désorientation » au sein de l’Eglise après la publication, il y a un an, de l’exhortation Amoris laetitia. Dans cette lettre, ils rappellent les cinq questions posées publiquement l’an dernier, demandant si l'exhortation est conforme à l’enseignement pérenne de l’Eglise. La lettre porte la signature du cardinal Carlo Caffarra, s'exprimant en son propre nom et au nom des trois autres signataires des « Dubia ». Les cinq questions posées pouvaient recevoir une réponse simple par oui ou par non ; à ce jour,  le pape n’a pas voulu donner une telle réponse alors que les questions correspondent aux ambiguïtés relevées dans son exhortation et que plusieurs conférences épiscopales  ont publié des documents d'application de celle-ci  qui vont dans un sens évidemment hétérodoxe.

Voici, pour rappel, le résumé des cinq questions que l’on trouvera in extenso ici :

  1. Les personnes vivant dans un état d’adultère habituel peuvent-elles recevoir la sainte communion ?
  2. Existe-t-il des normes morales absolues qu'il faut respecter « sans exception » ?
  3. Est-il encore possible d’affirmer qu’une personne qui vit habituellement en contradiction avec un commandement de la loi de Dieu, comme par exemple celui qui interdit l’adultère (cf. Mt 19, 3-9), se trouve dans une situation objective de péché grave habituel ?
  4. Un

Lire la suite de l'article

Quand François Bayrou tente de faire pression sur la liberté d’expression de certains journalistes

Comme il est aussi garde des Sceaux, Philippe Edouard est obligé de le recadrer :

"Quelle ne fut pas la surprise du directeur de la cellule d'investigation de Radio France Jacques Monin mercredi 7 juin, lorsqu'il a reçu l'appel du ministre de la Justice François Bayrou. Le fondateur du MoDem était furieux d'une enquête en cours visant des membres de son parti, à la suite des soupçons d'emploi fictifs au Parlement européen, qui ont donné lieu à l'ouverture d'enquête préliminaire. François Bayrou a indiqué au passage étudier avec ses avocats la possibilité d'ouvrir une procédure pénale pour harcèlement, une forme très claire de pression envers les journalistes, selon Jacques Monin. Le locataire de la place Beauvau semble avoir trouvé la parade idéale: c'est le citoyen et non le ministre qui s'est emporté (…)

C'était sans compter la réaction d'Edouard Philippe, le chef du gouvernement, qui a rappelé en personne le ministre de la Justice aux impératifs de sa fonction. «Le truc est assez simple, quand on est ministre on ne peut réagir comme quand on est un simple citoyen», a tranché le premier ministre, invité sur France Info. «Je comprends parfaitement que l'homme Bayrou ait été agacé, peut-être par la manière dont les questions ont été posées, avec beaucoup de pression, et à des gens qui ne s'y attendaient pas. Je peux parfaitement comprendre ça, et je pense que l'ensemble des Français peuvent comprendre ça… Mais il se trouve que lorsqu'on est ministre on est

Lire la suite de l'article

Le collège Saints François et Jacinthe de Fatima (Lyon) recrute

Le collège Hors contrat Saints François et Jacinthe de Fatima situé à Lyon, recherche un professeur de français (lettres classiques ou modernes).

CDI à temps partiel à partir de septembre 2017.

Merci de fournir un CV et une lettre de motivation à l’adresse suivante directeur@coursfatima.com

Lire la suite de l'article

Législatives – François Billot de Lochner (DVD) : “la droite que j’incarne de façon militante doit être puissamment représentée sur Versailles”

François Billot de Lochner est candidat dans la 1ère circonscription des Yvelines. Il a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative dans la 1ère circonscription de Versailles. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

6a00d83451619c69e2019b028a3500970bSi je me présente pour la première fois à une élection législative, je suis actif dans le domaine politique et associatif depuis une vingtaine d’années. J’ai eu l’occasion d’exercer des fonctions de direction dans un grand parti politique, de conseiller le pouvoir exécutif et des élus, d’intervenir dans nombre de combats politiques. Or, je constate que les partis dits « de droite » ont mené la France à son stade actuel, c’est-à-dire au bord de la catastrophe. La Fondation de Service politique que je préside, ou le collectif France Audace que je dirige également, ont œuvré de toutes leurs forces pour tenter d’enrayer la chute de la Maison France, mais le résultat est là : cette chute est impressionnante, et nous avons, j’ai le devoir d’agir pour l’enrayer !

Si l'actuel député François de Mazières a appelé à voter pour Emmanuel Macron, il ne se représente pas, et son dauphin François-Xavier Bellamy, qui fut très actif durant les Manifs pour tous, a refusé de donner une consigne de vote. N'êtes-vous pas en train de diviser la droite, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde ?

Vous avez incontestablement raison : nous avons la droite la plus bête du monde. Je pense donc qu’il est plutôt intelligent, de ma

Lire la suite de l'article

François Baroin fait fuir les électeurs LR vers Macron

C'est l'avis de JS Ferjou, d'Atlantico :

Est-ce seulement de la stupidité ou est-ce voulu, là est la question.

Lire la suite de l'article