Archives par étiquette : financement

Les dangers du financement public de la vie politique

Dans les 4 Vérités, Guillaume de Thieulloy revient sur l'injustice dont est victime le Rassemblement National, privé sans procès de ses subventions publiques :

Capture d’écran 2018-07-09 à 20.08.19

Commentaires (7)

Toute association qu'elle soit une fondation, une association au sens juridique du terme, un parti politique devrait ne fonctionner que par l'argent de ses adhérents et de ses "ventes de charité " pour les besoins de ses buts spécifiques.
Si Elle est vertueuse elle durera avec difficulté certes mais elle durera car elle sera rejointe par les hommes de bonne volonté qui y resteront tant que ses buts resteront vertueux.
Sinon elle ne durera pas sur le long terme par manque d'adhérents et donc de financement.

Rédigé par : Chantal de Thoury | 10 juil 2018 16:27:41
____________________________________

La question aurait été la même avec un financement privé. Le cautionnement qui est imposé dans le cadre d'un contrôle judiciaire ne concerne pas que l'argent public.

Rédigé par : Chaluire | 10 juil 2018 17:19:46
____________________________________

@Chantal,
on peut voir le problème dans l'autre sens : il s'agit de choisir où sert notre impôt.
Une petite concession faite au principe de subsidiarité en quelque sorte.
-> Pour contrebalancer le fait qu'une partie de mon impôt serve à financer des avortements, je suis bien heureux qu'une autre partie puisse être utilisé à financer des associations pro-vie !

Rédigé par : Benoît BERNARD | 10 juil 2018 17:21:06
____________________________________

En terme de financement public, il semblerait tout-à-fait suffisant de ne conserver que la "défiscalisation" actuelle des

Lire la suite de l'article

Financement du MRJC : le silence gêné de l’épiscopat

En février nous évoquons les subventions épiscopales en faveur du MRJC, qui avait fait la promotion de l'avortement et qui vient de s'abstenir au CESE sur la question de l'euthanasie. L'archevêque de Lille avait avoué donner 39000€ au mouvement. Mais beaucoup d'autres évêques refusent de répondre à leurs fidèles qui s'inquiètent légitimement sur la destination de leur denier. Un lecteur du diocèse d'Orléans nous envoie ainsi son courrier à Mgr James, resté sans réponse depuis le 15 février :

Monseigneur,

6a00d83451619c69e201b8d2d93987970c-800wiDepuis plusieurs semaines, la polémique autour de la scandaleuse prise de position du MRJC (Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne), relative à l’avortement, ne cesse d’empirer.

Monseigneur GINOUX, évêque de Montauban, a rapidement réagi au communiqué du MRJC du 19 janvier 2018, en écrivant au secrétaire général du MRJC et en mettant en copie tous les évêques de France ainsi que la Conférence des Evêques de France.

Bien que la Conférence des Evêques de France ait publié un communiqué de presse le 29 janvier 2018, en précisant << Si l’Eglise  entend la souffrance des personnes qui affrontent la perspective d’une naissance difficile, elle ne peut considérer l’avortement comme une réponse appropriée>>, dès le 30 janvier le CMR (Chrétiens dans le Monde Rural) a publié le communiqué suivant :

<< Nous CMR avons bien pris connaissance du message du MRJC à l’occasion de « La Marche pour la Vie » et nous désapprouvons fortement les réactions violentes qu’il a suscitées, ainsi que la condamnation globale de la part de certains responsables d’Eglise>>

Compte tenu de cela, j’aimerais

Lire la suite de l'article

Puisque le MRJC, la CEF et le CMR prônent “le dialogue”, commençons par dialoguer sur le financement du CMR et du MRJC

Suite au scandale du MRJC, de nombreux lecteurs du Salon beige ont déjà écrit à leur évêque. En voici un exemple :

Unknown-19"Monseigneur,

Depuis trois semaines, la polémique n'a cessé d'enfler à propos du communiqué (ci-joint) publié par le bureau national du Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne, daté du 19 janvier 2018, et condamnant la Marche pour la Vie qui a eu lieu le 21 janvier. Etant un fidèle participant à cette manifestation depuis 2005, je puis témoigner que je n'y ai jamais entendu " les messages de culpabilisation, d’intolérance et de haine " (sic) que dénonce le MRJC. De plus, il semble bien difficile de reconnaître la doctrine de l'Eglise dans cet extrait du Rapport d’Orientation du MRJC 2014-2021 : " Nous défendons le droit fondamental pour les femmes et les couples d’avoir recours à l’IVG".

L'évêque de Montauban, Monseigneur Ginoux, a rapidement réagit en écrivant au secrétaire général du MRJC, en mettant en copie tous les évêques de France et la Conférence des Evêques de France (cf. ci-joint). Pour les défenseurs de la vie, cadeau du Dieu vivant, cette mise au point sans détour constitue un encouragement de poids en tant que véritable signe de " l'Espérance qui ne déçoit jamais."

Certes, la Conférence des Evêques de France a pris le soin à son tour de publier un communiqué de presse, le 29 janvier, dans lequel est précisé : "si l'Église entend la souffrance des personnes qui affrontent la perspective d'une naissance difficile, elle ne peut considérer l'avortement

Lire la suite de l'article

Le gouvernement soutient le financement des terroristes

Sébastien Chenu, Député FN du Nord, Conseiller régional des Hauts-de-France, dénonce :

Unknown-15"Alors que 20% des djihadistes français touchaient des allocations envoyées par les familles dans le but de faire « acheminer de l’argent frais » aux djihadistes pour un montant global de 2 millions d’euros, selon un quotidien national, nous avons défendu un amendement visant à supprimer le versement des prestations familiales aux familles des personnes condamnées pour terrorisme.

Face à ces faits incontestables, la majorité En Marche et le gouvernement sont restés insensibles aux douleurs des victimes et aux conflits sanglants de Daesh considérant que la suppression du versement de ces prestations reviendrait à sanctionner les enfants des hommes partis faire le djihad selon le rapporteur de la loi.

Alors que les APL baissent, que la CSG et le forfait hospitalier augmentent, et que d’innombrables efforts sont demandés aux Français pour des raisons budgétaires, seuls les élus du Front National étaient présents pour défendre cette mesure d’économie de bon sens."

Lire la suite de l'article

Qu’en est-il du financement des Auxiliaires de Vie Scolaire dans les écoles qui acceptent les enfants handicapés ?

Témoignage : ses deux filles sont dans une école indépendante qui était la seule option à proximité de la maison. Résultat : l'AVS qui était financée dans le public ne l'est plus et ils doivent compter sur la famille et les amis pour les aider. Est-ce normal ?

Lire la suite de l'article

L’autre intérêt des élections législatives : le financement des partis pour 5 ans

Unknown-7Pourquoi autant de candidats par circonscription ? Car la manne financière est loin d'être négligeable.

Chaque voix rapporte 1,42 euro et chaque député procure une prime de 37.000 euros à son parti. Par an.

Pour les socialistes l'année dernière, cette rente s'est élevée à 25 millions d'euros, soit presque la moitié du budget annuel du parti. Mais à cette époque-là, le PS approchait les 300 députés. Un nombre qui devrait être divisé par dix. Dans cette perspective, le PS devra faire des réductions de dépenses. Au siège, les 130 salariés permanents craignent le plan social.

La situation financière n'est pas meilleure chez Les Républicains. L'organisation de la primaire a rapporté beaucoup plus d'argent que prévu, mais la dette des Républicains, est toujours supérieure à 50 millions d'euros. Alors le parti espère limiter la casse à l'Assemblée. Mais Daniel Fasquelle, le trésorier des Républicains, a déjà pris rendez-vous avec les banques au lendemain du deuxième tour pour renégocier les échéances.

Sachez le : quand vous voterez, vous financerez aussi un parti.

Lire la suite de l'article

Le Congrès abroge le financement public du Planning familial

Le Congrès américain a abrogé jeudi une directive d'Obama destinée à sanctuariser les financements publics du planning familial. Le Sénat a adopté la mesure de justesse, après un vote à 50-50 départagé par le vice-président Mike Pence. La Chambre des représentants avait approuvé le texte en février. Il ne reste plus qu'au président Donald Trump à le promulguer.

Une douzaine d'Etats gouvernés par les républicains avaient voté localement pour interdire le transfert d'argent public à toute clinique qui pratique des avortements. L'administration Obama avait signé en décembre dernier une directive interdisant ce type de mesures de rétorsion. L'élue républicaine Diane Black, du Tennessee, s'est félicitée :

«Les femmes vulnérables qui cherchent de véritables soins de santé généralistes méritent mieux que des établissements centrés sur l'avortement comme Planned Parenthood».

Dans le même temps, la campagne de Carême des 40 Days for Life annonce que 251 enfants à naître ont été sauvés de l’avortement au 28ème jour de la campagne (mardi 28 mars) !

Lire la suite de l'article

Interdiction du financement des ONG pro-avortement : le député FN Arnautu défend Trump

Marie-Christine Arnautu est intervenue en séance plénière du Parlement européen au sujet du rétablissement de la politique de Mexico adoptée par les présidents républicains depuis Reagan et interdisant le financement des ONG pro-avortement.

C’est une bonne nouvelle : les États-Unis ne chercheront plus à imposer plus au reste du monde, par le biais d’ONG comme le Planning familial international, des normes politiques héritées de la révolution culturelle de Mai 68. C’est le droit le plus strict des États-Unis de choisir leurs propres critères de financement des ONG.

Les instances européennes, de concert avec les médias et associations politisés, n’ont pas à instrumentaliser cette affaire pour nuire au président américain, démocratiquement élu. Elle dénonce aussi ceux qui sans cesse invoquent le droit international pour forcer les États à se soumettre aux dogmes libertaires et qui, ici, ignorent superbement à la fois la souveraineté des États et les engagements internationaux.

A l’heure où près de 50 millions d’avortement sont pratiqués chaque année à travers le monde, la réduction du recours à l’avortement devrait réellement devenir un objectif de santé publique comme le stipulent les engagements internationaux pris lors Conférence du Caire de 1994.

Lire la suite de l'article