Archives par étiquette : filiation

La France en contradiction avec ses engagements internationaux, sur la filiation biologique

Grégor Puppinck a accordé un entretien au site Gènéthique pour présenter le nouveau rapport de l'ECLJ sur "La violation des droits des enfants issus d'AMP". Extraits. 

Quelles circonstances vous ont poussé à publier ce document ?

Photo Grégor PuppinckLe régime français de la procréation médicalement assistée (PMA) a prévu la possibilité d’un don de gamètes, dont la gratuité et l’anonymat devaient être des garanties « éthiques ». On a longtemps imaginé qu’il était possible et souhaitable de ne rien dire aux enfants de leurs origines, que c’était sans importance, et on a institué une sorte de secret, de mensonge autour de leur conception. Aujourd’hui, il y a toute une génération de personnes nées dans ces conditions qui peuvent parler pour elles-mêmes et qui remettent en cause la PMA telle qu'elle est pratiquée actuellement. Avec ce recul de l’expérience, on s’aperçoit que la conception avec tiers donneur anonyme a des conséquences négatives pour les enfants.

L’anonymat des donneurs est-il un principe immuable ?

Non, c'est un choix législatif de plus en plus remis en cause. C’est le cas du Royaume-Uni, de la Suède, de la Finlande, de la Norvège, des Pays-Bas… où l’anonymat des donneurs a été levé selon des modalités différentes. Pour d’autres pays, le changement est en cours. Du côté des institutions internationales, la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) semble se diriger en ce sens. Enfin, à l’ONU, le consensus en faveur du droit de connaître ses origines est encore plus fort.

Les pays comme la France se sont

Lire la suite de l'article

9e semaine de prière au saint Enfant-Jésus pour la promotion d’une filiation vraiment humaine en France

09ème semaine du dimanche 25 mars au Samedi Saint 31 mars

Thèmes de méditation de la 9ème semaine :

  • Vie cachée de Jésus : enseignements fondamentaux
  • De la vie cachée de Jésus à Nazareth à sa vie publique 

Pour aider à méditer sur les thèmes de cette 9ème semaine

La méditation des mystères de l'enfance et de la vie cachée du Christ nous a éclairés sur bien des aspects de notre foi durant cette Grande Neuvaine de 9 semaines de prière à Jésus Enfant !

Nous avons pu voir tout d'abord combien la force de Dieu opère dans la faiblesse (cf. 1 Co 1,27 s). Dieu a choisi ce qui est faible, un petit enfant, pour confondre la présomption des forts, notamment d'Hérode… Le Fils de Dieu voulait ainsi nous éduquer à l’enfance spirituelle dans l’humilité, la docilité et la spontanéité dans la confiance… "En vérité je vous le dis : si vous ne vous convertissez pas et ne devenez pas comme des enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux"… (Mt 18,3-4).

Et, face aux grands enjeux du moment, dans le cadre du débat sur la bioéthique, le fait majeur que le Fils éternel de Dieu se soit incarné et fait petit enfant protège et valorise à l'infini le respect et l’amour dus à chaque enfant, son droit à la vie, à une vie digne et belle telle que voulue par notre Père et Créateur. Non une vie entre les mains d'individus surpuissants

Lire la suite de l'article

Grande neuvaine de prière au saint Enfant-Jésus pour la promotion d’une filiation vraiment humaine en France

Sans titre8ème semaine du dimanche 18 mars au samedi 24 mars

Thème de méditation de la 8ème semaine : La vie cachée de Jésus à Nazareth

Pour aider à méditer sur le thème de cette 8ème semaine

La vie de la Sainte Famille à Nazareth est notre modèle de vie chrétienne. La Sainte Famille y avait une vie de prière – prière silencieuse et prière à l'aide des psaumes sans doute ; les psaumes qui si souvent peuvent exprimer notre prière… et il est bon de les dire en essayant de nous mettre dans la psychologie de Jésus notamment lorsqu'il les chantait à Nazareth, avec Marie et Joseph.

Nazareth !… Lieu béni où la Sainte Famille avait une vie de prière, une vie joyeuse de famille et de travail, une vie toute d'attention aux autres. Et c'est là que se déroula la vie cachée de Jésus durant 30 ans ! d'après les estimations les plus probables. Sa vie publique elle se déroulera sur 2 ans et demi seulement…

Jésus passa donc 30 ans à Nazareth qui n'était qu'une petite bourgade d'à peine quarante maisons à l'époque d'après les fouilles… Alors nous pourrions penser : "Qu'est-ce que Jésus attendait pour monter à Jérusalem, alors qu'il n'y avait plus de prophète depuis des siècles… et que le peuple attendait impatiemment le Messie ?" Eh bien Nazareth fut son ermitage… son petit havre de paix, où il voulut passer de nombreuses années avant de s'engager dans sa vie publique et dans

Lire la suite de l'article

Neuvaine au saint Enfant Jésus pour la promotion d’une filiation vraiment humaine en France

Sans titre7ème semaine du dimanche 11 mars au samedi 17 mars

Thème de méditation de la 7ème semaine : Les Mages, les saints Innocents et la fuite en Égypte 

Pour aider à méditer sur le thème de cette 7ème semaine

Les Mages, les saints Innocents et la fuite en Égypte

(Matthieu 2, 1-18)

Saint Matthieu, écrit son Évangile pour des chrétiens venus du judaïsme, qui sont troublés par le refus qu’Israël oppose au Messie, puisqu'en effet la grande majorité des Juifs ne l'a pas accueilli à l'heure de sa venue… un peu comme si les Écritures, qui pourtant l'annonçaient, étaient devenues opaques pour eux… Et Matthieu ajoute encore à leur désarroi quand, dans son récit sur les Mages venus d'Orient, il montre, qu'à l'inverse, des sages des nations païennes en quête de sens ont accédé jusqu’au seuil du mystère de la venue du Sauveur, venant des bouts du monde pour l'adorer en sa naissance…

L'attente messianique était de fait bien diffuse à l'époque de la naissance du Christ même dans les nations païennes où on peut la trouver présente y compris, peut-être, dans l’esprit de ce 4ème poème des Bucoliques de Virgile qui annonçait la venue d’un âge d’or mystérieux et d’un petit enfant souriant à sa mère… Et c'est bien cette attente devenue imminente pour bien des hommes à l'époque qui orienta les Mages vers Israël. Et, alors que jadis le devin Balaam, un païen, avait vu en songe un astre brillant se

Lire la suite de l'article

Neuvaine de prière au Saint Enfant-Jésus pour la promotion d’une filiation vraiment humaine en France

Sans titre6ème semaine du dimanche 4 mars au samedi 10 mars

Thème de méditation de la 6ème semaine : La Présentation de Jésus au Temple

Pour aider à méditer sur le thème de cette 6ème semaine

PRÉSENTATION DE JÉSUS AU TEMPLE (Luc 2, 22-35)

L’évangile de l’Enfance selon saint Luc est écrit pour des chrétiens venus du paganisme. Il a donc le souci, pour accréditer son récit dont les faits sont étrangers à la plupart de ses lecteurs, de le replacer dans le déroulement de l’histoire en donnant quelques points de repères majeurs : l’empereur Tibère, le gouverneur Ponce-Pilate, le tétrarque Hérode, les pontifes Anne et Caïphe (cf. Luc 3, 1-2). L’évangéliste montre ainsi le sérieux de son récit au plan historique rendant crédible son témoignage. Mais il veut aussi, pour ses lecteurs, rattacher Jésus bien sûr à la grande tradition juive : ce pourquoi, dans son évangile et dans les Actes, il revient incessamment à ce point de départ qu’est la communauté de Jérusalem. Il montre ainsi combien la mission aux nations païennes, ad gentes, s’enracine dans l’élection d’Israël, comme l’a bien montré le livre du cardinal Lustiger intitulé La Promesse. L’ouverture universelle de la Nouvelle Alliance à toutes les Nations ne se fait pas sans cet enracinement dans la Promesse faite aux Juifs dans la première Alliance, une Promesse sans repentance, avec "l’adoption filiale, la gloire, les alliances, la Loi, le culte, les promesses et aussi les patriarches". (Rm, 9,4)

C’est

Lire la suite de l'article

5ème semaine de la Neuvaine au Saint Enfant Jésus pour la promotion d’une filiation vraiment humaine en France

VDu dimanche 25 février au samedi 3 mars

Thème de méditation de la 5ème semaine : L'adoration des Mages

Pour aider à méditer sur le thème de cette 5ème semaine

L'Épiphanie

La fête de l'Épiphanie a été bien accaparée en Occident par des coutumes folkloriques : comme la galette et la fève qui désigne le roi… tout cela étant sans grand rapport avec l’Évangile… En soi, "épiphanie" signifie "manifestation" et, depuis les tous débuts de l'Église, on fête en ce jour la manifestation divine en notre chair du Verbe éternel qui s'est fait homme ! C'est le plus grand mystère du christianisme et l'Épiphanie fut historiquement la première fête de la Nativité. Traditionnellement, chez nos frères chrétiens d'Orient en particulier, on fête en ce jour de l'Épiphanie trois moments clé de la manifestation du Christ au monde : l'adoration des Mages qui souligne l'universalité de la mission de Jésus-Christ, le baptême de Jésus dans le Jourdain qui marque le début de la vie publique du Christ, et les noces de Cana qui marquent le début de sa mission de Salut du monde alors qu'il réalise là son premier miracle en transformant l'eau en vin des noces messianiques !… Et, même chez nous chrétiens d'Occident, une antienne de l'Épiphanie mêle ces trois événements : « Aujourd’hui, dans le Jourdain, l’Église s’est trouvée unie à son céleste Époux. Les Mages accourent à la fête avec des cadeaux, et les convives se réjouissent avec l’eau changée

Lire la suite de l'article

4ème semaine de la Neuvaine au Saint Enfant Jésus pour la promotion d’une filiation vraiment humaine en France

Du dimanche 18 février au samedi 24 février

Thème de méditation de la 4ème semaine : La Circoncision de l'Enfant Jésus

Pour aider à méditer sur le thème de cette 4ème semaine

La circoncision de Jésus symbole du baptême

Sans titreÀ Noël, la gloire du Ciel se manifeste dans la faiblesse d'un nouveau-né ! Dieu s'est fait petit enfant et c'est bouleversant… Quand on voit un enfant qui vient de naître et que l'on se dit : "Dieu s'est fait homme comme cela, dans ce dénuement… cela paraît presqu'inconcevable…" et beaucoup sont tentés de s'insurger : "non c'est impossible !…" Or à Dieu rien d'impossible, et il s'est abaissé jusqu'à nous, c'est la "kénose" – mot grec qu'emploie saint Paul (cf. Ph 2,7) et signifiant le "dépouillement de soi-même" – c'est l'abaissement de Dieu par amour jusqu'à nous.

Car la Trinité sainte a voulu que Dieu le Fils naisse parmi nous et naisse aussi en chacun et chacune d'entre nous pour que nous vivions de sa vie ! Ainsi, si l'immense et inouï mystère de l'Incarnation s'est produit une fois : à la première naissance de Jésus à Bethléem, il se reproduit sacramentellement chaque fois que Jésus renaît dans un être humain par le baptême ! Jésus par le sacrement du baptême et tous les sacrements naît en nous et nous fait naître à sa vie divine, ainsi, par les sacrements le fait historique de la naissance de Jésus qui s'est produit il y a près de 2020 années

Lire la suite de l'article

3ème semaine de la Neuvaine au Saint Enfant Jésus pour la promotion d’une filiation vraiment humaine en France

Sans titreThème de méditation de la 3ème semaine : La Naissance de Jésus

Pour aider à méditer sur le thème de cette 3ème semaine

La Naissance de Jésus ! Noël !

Comment évoquer Noël autrement qu’en se taisant pour adorer dans le silence ? C’est le plus grand de tous les mystères, Dieu se fait homme pour que l'homme soit divinisé ! Cette proximité de Dieu qui se fait l'un de nous est inouïe et n'existe nulle part ailleurs dans aucune autre religion. Mais à nous, qui baignons dans la culture chrétienne, cela pourrait nous paraître presque tout naturel que ce mystère pourtant ineffable de l'abaissement de Dieu jusqu'à se faire petit Enfant dans une crèche… Or, en fait, ce mystère de l'Incarnation de Dieu le Fils éternel a tellement surpris voire heurté la pensée humaine qu'il est de tout temps apparu à bien des hommes comme une inconvenance inadmissible ! Et cela y compris dans l’Église où la réflexion sur l'Incarnation a entraîné des débats passionnés durant les cinq premiers siècles et aussi bien des hérésies qui toutes d'une manière ou d'une autre n'admettaient par l'Incarnation, comme le docétisme, par exemple, pour lequel l'humanité de Jésus n'était qu'apparence, le Fils éternel n'ayant pas pu prendre une humanité véritable mais seulement apparente… selon les docètes.

Ainsi tout au long de l'histoire on retrouve, en maints courants de pensée, ce refus du mystère insondable de l'Incarnation, ce refus du mystère de Noël. Ainsi en fut-il notamment de la suspicion

Lire la suite de l'article

2ème semaine de la Grande Neuvaine de prière au Saint Enfant Jésus pour la promotion de la filiation

Capture d’écran 2018-02-02 à 17.57.55

2ème SEMAINE du dimanche 4 février au samedi 10 février

Thème de méditation de la 2ème semaine : La Visitation de Marie à Élisabeth

Pour aider à méditer sur le thème de cette 2ème semaine

La Visitation de la Vierge Marie à Élisabeth sa cousine

L’épisode de la Visitation nous montre Marie enceinte mais pourtant se hasardant sur les collines de Galilée pour aller aider sa cousine Elisabeth, enceinte elle aussi du futur Jean-Baptiste malgré son âge avancé. Plus que le voyage d'une généreuse cousine allant aider sa parente plus âgée c'est la première procession du Corpus Christi du Corps du Christ qui repose encore dans le sein de sa mère mais qui va déjà à la rencontre de son Précurseur et de tous ceux qui sont appelés à devenir membre de son corps mystique.

C'est aussi la procession de la nouvelle Arche d'Alliance : Marie ! En effet, alors que la première Arche contenait les Tables de la Loi – les 10 Commandements gravés sur des tables de pierre – Marie porte en elle le Fils éternel qui s'est fait homme en sa chair pour nous permettre de réaliser en plénitude la Loi d'amour de Dieu et du prochain. Dès lors un parallèle peut être fait entre la procession de Marie, nouvelle Arche d'Alliance, allant dans la joie à la rencontre de sa cousine Élisabeth et la procession de la première Arche quand le roi David la fit entrer dans Jérusalem dont il venait de

Lire la suite de l'article

Filiation : nouvelle lettre ouverte du Fr Jean-Marc Miele à La Croix

Capture d’écran 2018-01-12 à 16.32.49Suite à la lettre ouverte datée du 6 janvier du Frère  Jean-Marc Miele (religieux de saint Vincent de Paul) à Loup Besmond de Senneville (voir ici), Guillaume Goubert, Directeur de La Croix, a répondu.

Le dialogue étant désormais ouvert, le Frère Miele lui a renvoyé une nouvelle lettre, que vous pouvez lire en indiquant votre adresse ci-dessous :

Lire la suite de l'article