Archives par étiquette : Fautil

Faut-il se réjouir ou se désespérer que la Croix demeure un signe de contradiction ?

Bonne question d'Eric Letty dans Monde & Vie :

M"Si l’on considère « l’affaire » de la croix de Ploërmel sous un angle simplement politique ou sociologique, on est conduit à déplorer une nouvelle agression contre le christianisme, à laquelle le Conseil d’État, plus haute juridiction administrative de la République laïque, a donné, si j’ose dire, sa bénédiction. Après onze années de conflit, la Fédération morbihannaise de la libre pensée a obtenu, non pas l’enlèvement de la statue du pape Jean-Paul II de la place qui porte son nom, mais l’arasement de la croix qui la surplombe et choque, paraît-il, les pudeurs laïcardes. Soulignons au passage l’effarante erreur commise par les conseillers d’État en dissociant ainsi la statue de la croix, alors que les éléments de l’œuvre ne peuvent être séparés sans l’accord de son auteur, le sculpteur Zurab Tsereteli, qui en garde la propriété intellectuelle. S’il n’y consent pas, il faudra conserver la croix ou retirer aussi la statue – à moins que le lieu où l’ensemble a été érigé ne soit entre-temps privatisé.

Rien de neuf, finalement, sous le soleil blafard de la Révolution. Même s’ils se croient déjà victorieux, les héritiers des Lumières et des « bouffeurs de curés » continuent la guerre déclarée depuis deux cents ans au catholicisme. La libre pensée, ainsi que la Ligue des droits de l’homme qui l’a soutenue dans son offensive contre l’« obscurantisme » ploërmelais, sont des antennes de la franc-maçonnerie toujours à l’ouvrage pour déraciner le christianisme du terreau

Lire la suite de l'article

Faut-il défendre la loi de 1905 que 3 papes ont condamnée ?

La réaction du vicaire général du diocèse de Vannes sur la décision du Conseil d'Etat relative à l'affaire de Ploërmel suscite bien des interrogations, incompréhensions, quand ce n'est pas de la colère. L'abbé Michel Viot écrit sur son blog :

Textes-legislatifs-iii-la-separation-des-eglises-et-de-l-etat-loi-du-9-decmebre-1905-e-dispositions-legislatives-qui-y-sont-versees-2e-edition-de-collectif-925600336_ml"[…] Car ne nous y trompons pas, le conseil d’Etat qui vient d’ordonner qu’on retire à Ploërmel la croix qui se trouve au-dessus de la statue de Jean Paul II ne fait qu’appliquer l’article 28 de la loi de 1905, que tant de catholiques continuent à trouver bonne, alors qu’ils ne l’ont pas lue ! Ils auront d’autres surprises, si certaines choses ne bougent pas. Car je vous garantis qu’on peut faire « encore mieux » dans ce type d’action. Et je ne donnerai pas d’exemples pour ne pas fournir des idées à nos adversaires.

Enfin, je rappelle que trois Papes ont condamné cette loi. Léon XIII d’une manière préventive en 1892 dans l’encyclique Au milieu des sollicitudes (qui n’organise pas de « ralliement » comme les ennemis de ce Pape se plaisent à le dire – il y en avait déjà en ce temps-là), Pie X en 1906 dans l’encyclique Vehementer nos et Pie XI, en 1924 qui dans l’encyclique Maximam gravissimamque maintenait les positions de Pie X, tout en acceptant la formation d’associations cultuelles diocésaines. Le Pape ne revenait donc pas sur la condamnation par son prédécesseur de la loi de 1905. Il ne faisait qu’accepter une disposition réglementaire permettant à l’Eglise catholique de disposer d’un cadre juridique, non satisfaisant, mais qui était

Lire la suite de l'article

Faut-il les lui couper pour qu’il en comprenne l’ignominie ?

Tariq Ramadan, proche des Frères musulmans, refuse de condamner les mutilations génitales :

"C'est controversé, mais il faut en discuter. Nous ne pouvons pas nier le fait que [l'excision] fait partie de nos traditions". "Il ne faut pas exposer un de nos leaders qui a servi la communauté pendant plus de trente ans. Il faut nous lever pour défendre nos opinions, et avant de réagir de manière précipitée sur quelconque sujet, nous devons avoir une discussion interne. (…) Il ne faut pas laisser les autres décider pour nous quelles sont nos priorités. Nous devons dire avec dignité et confiance : c'est à nous de décider, pas aux islamophobes ni aux racistes". 

Si vous êtes contre les mutilations des jeunes filles, vous devez être islamophobe ou raciste. CQFD.

Lire la suite de l'article

9 mars à Paris – progrès ou réaction : faut-il choisir ?

Progrès ou réaction (1)

L’idéologie progressiste est-elle morte ? Le paradigme "antimoderne" peut-il construire un avenir ? Peut-on "sauver" certaines idées modernes ? Entre progressisme et réaction, existe-t-il une troisième voie ?

Avec Bérénice Levet, docteur en philosophie et professeur au Centre Sèvres, auteur de l'essai "Le crépuscule des idoles progressistes" et Guillaume de Prémare, délégué général d'Ichtus. Débat – Questions du public – Pot amical et dédicaces

PAF : 3 euros

Jeudi 9 mars de 20h00 à 22h30 49, rue des Renaudes 75017 Paris Code 374A – Sonnette Permanences Ichtus – Rdc en face Accès : Charles de Gaulle Etoile / Ternes / Pereire

Lire la suite de l'article

Faut-il excuser Hergé d’avoir été antibolchevique ?

De Bernard Antony :

T"Dans le Figaro de samedi, une pleine page est consacrée à la « colorisation » de l’excellent Tintin au pays des Soviets, le premier des albums d’Hergé. On y interroge Michel Barreau, directeur artistique des éditions Moulinsart, et Philippe Goddin, « hergéologue ». La dernière question est la suivante : « Le contenu de l’album est tout de même clairement antibolchevique… ». Voilà la réponse de Goddin :

« Bien sûr, Hergé n’a que 21 ans. Il est encore sous la coupe de l’abbé Wallez, qui lui sert de mentor. Mais justement, la colorisation adoucit tout cela. Et l’on se rend compte que l’aventure est plus burlesque qu’ " engagée» (sic).

On reste pantois devant cette réponse. Imagine-t-on ce qui se passerait si, analogiquement, un coloriateur d’ancienne bande dessinée d’esprit antinazi voulait excuser l’antinazisme trop évident du créateur ? Ainsi faut-il maintenant excuser Hergé d’avoir été antibolchevique, mettre cela sur le compte d’une erreur de jeunesse et de la mauvaise influence d’un abbé peu enclin à la sympathie pour le régime communiste lénino-stalinien qui, déjà en 1929, devait avoir à son actif plusieurs millions de déportés dans les camps du Goulag et plusieurs centaines de milliers de massacrés, notamment prêtres et religieux, par les tueurs de la Tchéka et les bandes de la Terreur bolchevique.

Alors que l’on est entré dans l’année de commémoration d’un siècle de crimes communistes contre l’humanité, depuis la Révolution de 1917, il est abominable que les exploitants de Tinitin expriment une triste complaisance négationniste

Lire la suite de l'article

Que faut-il exactement entendre par populisme ?

Alain de Benoist, directeur de la revue Krisis, auteur d'une tribune ce mois-ci dans La Nef, publie le 26 janvier aux éditions Pierre-Guillaume de Roux Le Moment populiste – Droite/Gauche c’est fini !. Voici la présentation :

Adb po« L’extraordinaire défiance de couches de population toujours plus larges envers les “partis de gouvernement“ et la classe politique en général, au profit de mouvements d’un type nouveau, qu’on appelle “populistes“, est sans nul doute le fait le plus marquant des transformations du paysage politique intervenues depuis au moins deux décennies.

Le phénomène tend même à s’accélérer, comme l’a montré l’élection de Donald Trump, survenant quelques mois après le Brexit britannique. Partout se confirme l’ampleur du fossé séparant le peuple de la Nouvelle Classe dominante. Partout émergent de nouveaux clivages qui rendent obsolète le vieux clivage droite-gauche.

Mais que faut-il exactement entendre par populisme ? S’agit-il d’un simple symptôme d’une crise générale de la représentation ? D’une idéologie ? D’un style ? Ou bien le populisme traduit-il une demande fondamentalement démocratique face à des élites accusées de ne plus faire de politique et de vouloir gouverner sans le peuple ? C’est à ces questions que répond ce livre, qui part de l’actualité la plus immédiate pour situer les enjeux politiques, sociologiques et philosophiques du débat."

 

Lire la suite de l'article

Après les viols de femmes, faut-il interdire aux femmes de sortir dans la rue ?…

On se demande pourquoi Le Figaro n'a pas fait de sondage là-dessus après les viols commis contre des femmes en Allemagne la nuit du 31 décembre dernier… Parce que le journal a osé poser cette question suite à l'attentat en Allemagne :

Capture d’écran 2016-12-22 à 08.11.24

Lire la suite de l'article

Faut-il souligner que François Fillon a activement participé au quinquennat de Sarkozy sans convaincre ?

Suite au choix de Sens Commun de soutenir François Fillon, Jean-Frédéric Poisson déclare à Aleteia :

P"Nous avons une différence d’approche. Sens Commun a décidé de choisir un candidat pour sa capacité à gagner (ce que je ne pense pas soit dit en passant) en désignant le projet le moins incompatible avec leurs convictions. Leur décision répond à une considération de second tour, motivée par la prudence.

Faut-il souligner que F. Fillon a activement participé au quinquennat de Sarkozy sans convaincre, tout comme N. Kosciusko-Morizet, A. Juppé, J.-F. Copé, ou encore B. Lemaire ? François Fillon désigne l’avortement comme un droit fondamental, ce en quoi je suis en profond désaccord, cela va de soi. La baisse de l’avortement doit devenir un objectif de santé publique pour lequel il faut engager des mesures.

Je plaide également pour que la famille soit remise au cœur des politiques publiques tandis que M. Fillon s’arrête à la redistribution des richesses. Sur l’abrogation de la loi Taubira, ma position est connue, je suis opposé à toute union des personnes de même sexe. À partir du moment où vous l’encouragez, vous niez la fondation de la société basée sur la différence des sexes. Vous acceptez qu’un enfant ne connaisse pas son père ou sa mère, et admettez de facto l’adoption pour les homosexuels ou la GPA. La seule solution est d’abroger la loi. Point sur lequel nous sommes en désaccord avec François Fillon. Puisque Sens Commun estime que son projet et le mien sont identiques, et compte tenu des désaccords majeurs que j’ai avec M. Fillon,

Lire la suite de l'article