Archives par étiquette : faut

Pour Jacques Attali il faut plus d’immigration

Interrogé dans la presse suisse il y a quelques jours, Jacques Attali vante l'immigration :

A"L’immigration a tendance à diviser l’Europe. L’Europe doit-elle accueillir des migrants?

Malheureusement, tous les pays européens sont d’accord pour contenir l’immigration, et même la réduire. Mais regardons les chiffres: nous sommes 600 millions d’habitants en Europe et nous parlons d’accueillir 200 000 migrants par an. En trois ans, cela ferait 600 000, soit 1 pour mille de la population de l’Europe. Vous vous rendez compte? 1 pour mille! Ce n’est pas assez. Nous sommes capables d’en accueillir bien plus. Le Liban doit se débrouiller avec 25% de migrants syriens. L’Europe est aussi confrontée à un effondrement démographique. Et l’accueil des réfugiés fait partie de ses valeurs.

N’existe-t-il pas un décalage entre vos espoirs et les politiques des pays européens? Et puis l’Europe se met-elle en danger en voulant contenir l’immigration?

Non, elle se protège. Mais trop, à mon avis. Je sais que je suis très isolé face à ce consensus européen. Mais c’est honteux de ne pas accueillir tous ces gens dignes, magnifiques, souvent bien formés, jeunes, pleins de dynamisme."

Pleins de dynamisme… les policiers des cités ne disent pas le contraire…

Commentaires (3)

prendre le Liban comme exemple!
le bordel qu'il y a eu, et le bordel qu'il y a encore ne semble pas le géner, il faut dire que ses petits copains n'y sont pas étrangers
qu'en pensent les libanais "de souche"?

Rédigé par : incongru | 2 nov 2017 15:03:33
____________________________________

Lire la suite de l'article

Pour former une véritable alternative de droite, il faut d’abord gagner la plus élémentaire des batailles : celle des idées

Extrait d'une analyse d'Ambroise Savatier sur Polémia :

"[…] Le déclin de la domination culturelle de la gauche offre à la droite l’occasion de réinventer son substrat idéologique à partir d’une philosophie de l’enracinement. Beaucoup d’intellectuels, parfois issus de la gauche, ont développé certaines idées volontiers endossées par la droite : Alain Finkielkraut sur la crise identitaire, Régis Debray sur la problématique des frontières, Michel Onfray et sa critique de la modernité, etc. Pour autant, les appareils politiques se sont révélés inaptes à décliner ce travail intellectuel sur le plan électoral. Durant la campagne de 2017, « la droite et l’extrême droite n’ont pas réussi à produire d’idées nouvelles, se contentant de se reposer sur des acquis idéologiques engrangés dans le passé », analyse Gaël Brustier. Or, une majorité de Français (56% selon un sondage IFOP) s’affirment aujourd’hui de droite et s’accordent visiblement sur les thèmes essentiels : immigration, sécurité, TPE-PME, liberté éducative, etc. Ce peuple de droite, bien que sociologiquement divisé, a donc une réelle consistance. Comment lui donner une forme politique ?

Pour former une véritable alternative de droite, il faut d’abord gagner la plus élémentaire des batailles : celle des idées. Tant qu’elles ne seront pas dominantes et bien articulées dans les têtes, elles ne seront pas gagnantes dans les urnes. La droite doit penser une stratégie culturelle, un « gramscisme de droite », du nom de ce marxiste italien qui a théorisé la notion d’ « hégémonie culturelle », l’objectif étant de réunir la société politique et la société civile autour d’un projet cohérent. Dans Le Marxisme

Lire la suite de l'article

Sixte Henri de Bourbon Parme : il faut se préparer à défendre l’unité de l’Espagne, “des Espagnes”

Déclaration de S.A.R. Sixte Henri de Bourbon Parme sur la question de l’indépendance catalane :

S.A.R.-foto-oficial-721x1024-2"Aux carlistes et à tous les Espagnols de bonne volonté, L'unité de l'Espagne doit être maintenue à tout prix !

Deux jours après le référendum séparatiste, organisé en Catalogne par un gouvernement autonome séditieux et illégitime, nous ne savons toujours pas si le gouvernement de fait d'Espagne va remplir son devoir et empêcher cette célébration.

L'heure est grave.

La propagande séparatiste déclenchée à l'étranger n'a pas été contrecarrée par les moyens dont l'Etat dispose.

Le gouvernement de Mariano Rajoy semble poursuivre la politique suicidaire d'ignorance de l'authentique tradition catalane, et de concessions au nationalisme qui, depuis plusieurs décennies, préparent la situation explosive qui d'ores et déjà est en cours. La Catalogne est une partie fondamentale et inséparable de la Couronne d'Aragon, partie intégrante de la monarchie espagnole. C'est une région éminemment espagnole.

Tout argument en sens contraire ignore la réalité et contredit l'histoire.

Il est douloureux de voir comment la région qui, depuis le XVIIIeme siècle, s'est révélée la plus contre-révolutionnaire et la plus antijacobine d'Espagne est aujourd'hui largement contrôlée par les révolutionnaires les plus extrémistes et par les jacobins les plus radicaux. De fait le nationalisme catalan est aussi jacobin, sinon plus, que le centralisme libéral ou autoritaire, et pour cette raison même il est anti-catalan.

Mon grand-oncle, Carlos VII, a restauré en 1872 la plénitude des privilèges de la Couronne d'Aragon, et notamment ceux de la Principauté de Catalogne.

La conspiration libérale, soutenue

Lire la suite de l'article

Il faut venir à Montmartre qui est le mont des martyrs, ne serait-ce que par hommage aux martyrs de notre temps

Charlotte d'Ornella a interrogé dans Valeurs Actuelles Marc Fromager, le directeur de l’Aide à l’Eglise en Détresse. Extraits :

Affiche-LR"Sur initiative de votre association, la basilique de Montmartre sera illuminée jeudi soir en rouge… Pourquoi cette couleur et pourquoi cet évènement ?

Le rouge, c'est la couleur du sang. Dans de trop nombreux pays, la liberté religieuse est limitée voire absente. Cela se traduit par des discriminations, voire des persécutions qui font malheureusement des victimes. Certains perdent leur vie. Cette initiative se veut un mémorial en leur honneur et surtout un appel à plus de liberté religieuse. […]

Toutes les religions sont touchées par la persécution à divers endroits du globe… Y’a-t-il une communauté plus touchée que les autres ?

Les chrétiens demeurent les principales victimes de l'absence de liberté religieuse dans le monde et ce pour différentes raisons, à commencer par leur nombre: avec plus de deux milliards de chrétiens répartis dans l'ensemble des pays, la probabilité qu'ils soient concernés est supérieure. Religion non-violente, il est assez commode de s'en prendre aux chrétiens qui servent souvent de bouc-émissaires. Enfin, l'attraction qu'opère les christianisme dans le monde et la multiplication des conversions  qui en résulte finit parfois par créer des tensions, qui se traduisent par des restrictions en matière de liberté religieuse. Par exemple, on estime qu'en moyenne, 15.000 chinois se convertissent au christianisme chaque jour ! Dans ce contexte, on comprend mieux – sans l'excuser – l'inquiétude du Parti communiste chinois et la raison pour laquelle il conserve une

Lire la suite de l'article

Il faut vraiment interdire la vente d’armes en France

Deux faits divers viennent appuyer l'interdiction de la vente d'armes en France :

  • Un couple âgé d’une vingtaine d’années a été interpellé ce mardi à Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône) avec à bord de son véhicule un lance-roquettes armé d’une roquette et une Kalachnikov et des munitions. Le jeune homme, qui était notamment connu pour des violences envers sa compagne, a été arrêté en sa compagnie lors d’un banal contrôle routier.

  • Ce mardi 3 octobre, un homme a tiré à plusieurs reprises depuis son domicile, à proximité d'une école de Perpignan. Les coups de feu ont suscité l'affolement au sein de l'établissement. À leur arrivée, les forces de l'ordre ont été mises en joue par le tireur. Il est finalement sorti après des négociations et s'est rendu. Âgé de 35 ans, il souffre de troubles psychiatriques et était déjà connu des services de police.

Comment, la vente d'armes est déjà interdite en France ? Mais alors…

Lire la suite de l'article

Il faut travailler à la transversalité, à l’union des hommes de partis différents

Le Salon Beige a interrogé Barbara Mazières, présidente du Cercle Anjou Conférences :

UnknownVous qui avez été évincée du FN pour avoir osé rappeler, dans un entretien avec le Salon Beige, à Florian Philippot la ligne officielle du parti, dans l’affaire du bonzaï. Comment réagissez vous au départ de ce dernier? Allez-vous revenir au FN ? 

J’ai le sentiment d’un immense gâchis. Ce parti a raté une chance historique de conquérir le pouvoir. La stratégie de M. Philippot refusant toute alliance à droite et gauchisant le discours, notamment sur le volet économique, a été un repoussoir pour bon nombre d’électeur de droite qui auraient pu reporter sur Mme Le Pen ou sur les candidats qu'elle soutenait aux législatives. Cette politique a été un échec.

Toutefois, je me refuse à trainer M. Philippot dans la boue. Je combat ses idées, mais je respecte cet homme travailleur et intelligent. Quand je vois ceux qui lui doivent leur place (souvent imméritée, hélas) lui cracher dessus aujourd’hui ou ceux qui pendant toutes ces années n’ont jamais osé s’opposer à lui (sauf par derrière) par manque de courage et qui aujourd’hui hurlent comme des loups, je suis ulcérée.

Comment voyez-vous l'avenir du FN?

Tout d'abord, je dois dire que je ne crois pas que Marine Le Pen avait un désaccord idéologique avec M. Philippot. Seul un problème d’égo entre eux semble à l’origine de la crise. Or, la politique est, avant tout, un combat d’idée. Je ne me reconnais pas dans la ligne étatiste socialisante qui, pour

Lire la suite de l'article

David Rachline (FN) : “Il faut nous adresser aux électeurs des Républicains”

David Rachline, maire FN de Fréjus, a été interrogé dans Présent. Extrait :

8951-20170923"Nicolas Dupont-Aignan a appelé à une alliance « allant de Laurent Wauquiez à Marine Le Pen ». Que lui répondez-vous ?

Il ne faut pas se limiter à l’union des électeurs qui se réclament de la droite, il faut voir encore plus large et viser l’union de tous les électeurs patriotes. Pour autant, le Front doit vraiment mettre en œuvre une stratégie afin de s’adresser de manière extrêmement claire aux préoccupations des électeurs qui se réclament de la droite. Et cela passera par des discussions au moins avec Nicolas Dupont-Aignan. Je crois moins à la sincérité de Laurent Wauquiez. Il occupe selon moi ce créneau de manière commerciale et sans aucune sincérité de conviction ni d’idées. Quand les responsables politiques comme lui sont aux responsabilités ils font l’inverse de ce qu’ils ont annoncé. Laurent Wauquiez a fait partie de ces gouvernements qui ont trahi les Français et qui ont conduit aux échecs successifs de la droite. Il faut nous adresser aux électeurs des Républicains pour leur dire que les préoccupations qui sont les leurs sur l’économie, sur le soutien aux entreprises, sur la défense de la famille, sur toute une série de valeurs et de convictions, sont les nôtres. Et permettent de se rassembler au sein de notre mouvement. Ils y trouveront plus de sincérité et d’efficacité."

Lire la suite de l'article

Après le départ de Philippot, il faut que le FN change de ligne

Selon Robert Ménard :

"Marine Le Pen ne doit pas faire du Philippot sans Florian Philippot. C’est une bonne nouvelle à condition que cela se traduise par un changement de ligne politique, c’est-à-dire par la poursuite d’une ligne politique moins anti-européenne et moins mélenchoniste. […] Je souhaite que le Front national cesse de faire peur à un certain nombre de gens et puisse s’allier avec le reste de la droite. On ne peut pas gagner tout seul. La droite classique ne gagnera pas toute seule non plus maintenant. Or nos électorats partagent bien des points communs. Ecartons ce qui nous sépare. Je pense par exemple, à la sortie de l’Euro ou encore aux revendications sur les 35 heures et la retraite à 60 ans. Ensuite, voyons comment on peut construire à partir de la base un nouveau mouvement capable non seulement de faire un gros score aux élections, mais aussi de gagner une élection. Or aujourd’hui, ce qui vient de se passer c’était un préalable qu’il fallait remplir. Ce préalable est rempli. Monsieur Philippot n’est plus là. Il sera ailleurs. Maintenant, encore une fois, il faut changer de ligne politique, être plus réaliste, plus terre à terre, plus près des gens, et pleins de bons sens. Voilà la politique qu’il faudrait adopter et gagner les élections. […]"

Lire la suite de l'article

Pour établir des listes pan-européennes, il faut l’unanimité du Conseil européen

La commission des affaires constitutionnelles du Parlement européen a discuté hier de la création des listes transnationales aux élections européennes, idée promue par Emmanuel Macron. Jean-Claude Juncker a appuyé cette idée, également défendue par les gouvernements italien et grec, et au Parlement européen par les Verts et les libéraux.

Mais Danuta Hübner, qui prépare un rapport sur le sujet conjointement avec Pedro Silva Pereira, considère qu’il n’est pas possible de décider quoi que ce soit avant que le Royaume-Uni ait effectivement quitté l’UE.

Et puis, pour établir ces listes, il faut modifier la loi électorale, et cela ne peut se faire qu’à l’unanimité du Conseil européen. Or on ne voit pas vraiment la Pologne ou la Hongrie, ni d’ailleurs le Danemark, accepter l’obligation de listes qui nient ouvertement le fait national…

C'est compliqué la démocratie…

La Commission européenne a de nouveau envoyé au gouvernement polonais un « avis motivé » contre sa loi de réforme judiciaire. C’est la deuxième étape de la « procédure d’infraction ». Désormais, le gouvernement polonais a un mois pour « prendre les mesures qui s’imposent », faute de quoi la Commission… « pourrait décider de saisir la Cour de Justice de l’Union européenne ».

Lire la suite de l'article

PMA : il faut abroger la loi Taubira. Et la PMA.

Dans une tribune publiée dans «Le Monde », Valérie Boyer, porte-parole du parti Les Républicains, dénonce la marchandisation des corps. Extrait :

“[…] Il faut rappeler que la PMA est réservée aux couples hétérosexuels mariés ou en mesure d’apporter la preuve d’une vie commune d’au moins deux ans, et qu’elle ouvre droit à la prise en charge des frais par notre système de sécurité sociale. L’assurance-maladie prend ainsi en charge à 100 % la PMA dans la limite de 4 tentatives de fécondation in vitro (FIV) et 6 inséminations intra-utérines (IIU) pour les couples hétérosexuels confrontés à des difficultés liées à la stérilité, en particulier les problèmes tubaires et les anomalies des spermatozoïdes. Or, dans le cas des couples de femmes homosexuelles, l’incapacité à procréer ne relève pas d’un cas de stérilité.

En vertu du principe fondateur de la sécurité sociale qui circonscrit la prise en charge des actes médicaux aux cas de maladie, il est donc exclu de prévoir la prise en charge des frais de la PMA pour les couples de femmes homosexuelles, sauf à porter atteinte au principe de solidarité sur lequel est fondé le système de sécurité sociale français.

Une partie du CCNE s’y était néanmoins opposée du fait des « conséquences pour l’enfant, du risque de marchandisation accrue et des conditions de faisabilité ». Une fois encore, la boîte de Pandore est ouverte et nous risquons demain une légalisation de la gestation pour autrui. Au nom de l’égalité homme/femme, rien n’empêcherait alors un

Lire la suite de l'article