Archives par étiquette : face

Face à la Pologne, la Commission européenne s’excite comme un écureuil en cage

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Mercredi dernier, la Commission européenne avait donné une semaine à la Pologne pour répondre à son exigence de suspension des trois lois réformant la justice.

Compte tenu du veto présidentiel à deux de ces lois, mais aussi du fait que les deux autres vont néanmoins revenir devant le Parlement, la Commission envoie aujourd'hui à la Pologne une nouvelle « recommandation », lui donnant un mois pour répondre.

En outre, la Commission déclenchera une procédure d’infraction dès la publication officielle de la loi qui n’est pas visée par un veto présidentiel. Enfin, si des juges de la Cour suprême (nommés in extremis par le gouvernement précédent dans des circonstances pour le moins douteuses) sont mis à la retraite ou révoqués, « la Commission est prête à déclencher immédiatement la procédure de l’article 7 ». Celle que les médias appellent bêtement « l’arme nucléaire » alors qu’elle n’a aucune chance d’aboutir."

Lire la suite de l'article

Simone Veil est face à son Juge. Et à ses victimes…

Communiqué de Droit de naître :

"Mme Simone Veil est décédée ce vendredi 30 juin 2017 à l’âge de 89 ans. De sa longue carrière politique, l’histoire retiendra sans doute que ce fut elle qui porta la loi légalisant l’avortement en France. Elle ne fut pas la seule à mener ce combat mais elle accepta de bonne grâce d’en être l’icône, comme le disent, non sans perversion, les médias qui ont fait d’elle, au fil du temps, une sorte de sainte de la République.

Cette canonisation médiatique était déjà acquise de son vivant. A présent qu’elle vient de s’éteindre elle ne fait que s’amplifier comme c’est souvent le cas en de telles circonstances. Il y a pourtant des voix qui ne prononceront nul éloge, ni d’ailleurs nulle condamnation, ce sont celles des innombrables enfants à naître qui ont été supprimés en toute légalité depuis un soir de janvier 1975.

La victoire de Mme Veil signait ce jour-là leur arrêt de mort. Au moment du vote de la loi éponyme on estimait le nombre d’avortements en France à 60.000 par an, aujourd’hui il a largement dépassé les 200 000 annuels. Légalisé, banalisé et même promu l’avortement est devenu un droit sacré faisant l’objet d’un culte dont Mme Veil – au milieu des nuées d’encens qui l’accompagnaient – était la grande prêtresse. A présent loin, très loin des hommages de ce monde elle est face à son Juge et à ses victimes.

Droit de Naître forme le vœu que le sang de

Lire la suite de l'article

La République face à l’islam

Le 20 juin, le président Emmanuel Macron, répondant positivement à l’invitation du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), a participé au repas de rupture du jeûne du Ramadan (iftar). Le chef de l’Etat renouvelait ainsi le geste accompli tout juste dix ans auparavant par l’ancien président Nicolas Sarkozy.

Au début de la soirée, E. Macron a prononcé un discours substantiel dont l’essentiel portait sur les conditions nécessaires à une coexistence apaisée entre les Français de confession musulmane et leurs compatriotes non musulmans. Ce discours a été analysé par Annie Laurent dans un entretien qu’elle a accordé au FigaroVox paru dans l’édition du 22 juin. La Petite Feuille verte n° 51 aborde le sujet de la République et l'islam. Extraits :

Macron-ramadan"Dans le discours qu’il a prononcé le 20 juin 2017 lors du repas de rupture du jeûne du Ramadan (iftar) organisé par le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), le président Emmanuel Macron a mentionné trois combats qui, selon lui, doivent être menés conjointement par l’Etat et les représentants de l’islam en France. Nous en reprenons l’essentiel en les complétant de notre commentaire. 

Pour E. Macron, ces maux relèvent d’une « perversion du message de l’islam » et la solution ne peut se limiter à l’intervention des forces de l’ordre, elle passe aussi par une réponse civilisationnelle qui incombe aux musulmans eux-mêmes. 

Il vous appartient, vous acteurs du culte [islamique], de combattre pied à pied sur le terrain théologique et religieux, de démasquer chaque fois que

Lire la suite de l'article

Nos mains ne tueront pas : Médecins et soignants face à la sédation profonde

De Choisir la Vie :

"Près d'une année de pratique de la sédation profonde semble déjà confirmer le potentiel euthanasique de cette mesure, en l'absence de jugement éclairé. L'antenne d'écoute et d'accompagnement des professionnels de santé de l'association Choisir la Vie a organisé son premier WE de formation sur ce thème. Elle n'est applicable que depuis le 3 aout 2016, dans le cadre de la loi sur la fin de vie (Claeys-Léonetti), et déjà son usage pose de nombreuses interrogations et cas de conscience. La sédation profonde a alimenté formations et échanges, les 27 et 28 mai dernier, dans le cadre de la nouvelle cellule dédiée à l'écoute et à la formation des professionnels de santé : Médecins, infirmières, aides-soignants, pharmaciens mais aussi aumôniers… une quinzaine de participants au total, pour cette première session de l'antenne "Nos mains ne tueront pas", créée sous l'égide de l'association Choisir la Vie. Un nom évocateur alors que des hommes et femmes de terrain déplorent déjà une dérive euthanasique de la sédation.

"De nombreux témoignages concordent et font état d'une extension de cette pratique, en gériatrie, en cancérologie et parfois en soins palliatifs. Les sédations sont posées, sans mauvaise intention exprimée, mais en l'absence de questionnements profonds. Un abandon du discernement qui pousse ces professionnels à échanger, réfléchir et chercher des solutions concrètes", explique Odile Guinnepain, infirmière en soins palliatifs et responsable de l'antenne. La mort passive, comateuse et parfois accélérée des personnes en fin de vie peut-elle se généraliser ? Pas d'objection de

Lire la suite de l'article

Face au FN, LR prêt à faire élire le candidat d’En Marche

François Baroin, chef de file LR pour les législatives, marche dans les pas de François Fillon. Il a prôné lundi "le désistement" en cas de victoire possible du FN en marge d'un meeting en Loire-Atlantique.

"Cette question, elle est tranchée depuis très longtemps. Et naturellement, tout sera mis en oeuvre au niveau national pour éviter ce genre de choses". "Je souhaite d'ailleurs que la réciproque soit vraie du côté d'En Marche comme du Parti socialiste. Les désistements devront faire partie de l'entre-deux-tours des législatives".

Voilà qui répond à la demande du juppéiste Gilles Boyer, candidat dans les Hauts-de-Seine. Une stratégie suicidaire pour LR, mais qui permet, in fine, de rebattre les cartes. Il reste à savoir combien seront les courageux LR qui refuseront cette consigne absurde.

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron refuse de présenter un candidat face à Florian Philippot [Addendum]

[Unknown-45Le mouvement La République en Marche a renoncé à présenter des candidats dans 55 circonscriptions, là où il a jugé que des candidats du PS ou LR étaient compatibles avec la ligne politique d'Emmanuel Macron : Manuel Valls, Bruno Le Maire, Stéphane Le Foll, Myriam El Khomri, Thierry Solère, Franck Riester.

Dans la 6ème circonscription de Moselle, le député sortant Laurent Kalinowski (PS) ne se représente pas. Le PS y a placé Jean-Christophe Kinnel et LR Pierre Lang (ancien député éliminé en 2012 dès le 1er tour). Cette circonscription peut être gagnée par le FN avec la candidature de Florian Philippot, qui avait obtenu plus de 46% en 2012. Dans cette circonscription, Marine Le Pen est arrivée en tête au premier tour de la présidentielle et a frôlé la majorité des voix au second tour en réunissant 48,64% des voix.

Localement, les représentants d'En Marche! ne comprennent pas le choix des instances nationales du mouvement :

"Au vue du score de Philippot aux régionales, aux municipales et de Marine Le Pen à cette présidentielle dans la ville et la circonscription, c'est hallucinant. Au-delà du risque qui existe même s'il y avait un candidat, c'est un signe de faiblesse, c'est dire +c'est pas grave, on a pas de candidat de poids, donc les autres vont faire le boulot. Mais le PS n'existe quasiment plus ici et la droite est divisée ! Même si Philippot est pas très présent ici, il est connu, il est cadre au FN, il bénéficie d'une grande couverture médiatique et il

Lire la suite de l'article

Jean-Marie Le Pen renonce à présenter un candidat face à Marine Le Pen

Jean-Marie Le Pen, Carl Lang et Alain Escada, présidents respectifs des Comités Jeanne, du Parti de la France et de Civitas, comptent présenter ensemble 150 à 200 candidats pour les législatives. Une candidate devait se présenter pour cette alliance à Hénin-Beaumont. Suite à l'annonce de la candidature de Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen a fait retirer hier soir une candidature aux législatives dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais.

Invitée hier soir sur TF1, Marine Le Pen a reconnu la médiocrité de son intervention lors du débat de l'entre-deux tours :

Capture d’écran 2017-05-19 à 07.38.56«Oui, je serai candidate dans ma circonscription de Hénin-Beaumont. Je n'imaginais pas ne pas être à la tête de mes troupes dans une bataille que je considère comme fondamentale»

«Évidemment, j'ai bien conscience que le sujet de l'euro a inquiété considérablement les Français, et même, il faut bien le dire, de manière presque irrationnelle. Mais c'est un fait. Et nous allons devoir en tenir compte».

«Et puis, incontestablement, il y a eu ce débat, qui a été raté. Il faut le dire. Moi, je le dis très clairement. J'ai fait un choix. J'ai souhaité mettre en lumière les très grandes craintes que je nourrissais et que je nourris toujours à l'égard de la politique que va mener Emmanuel Macron.» «Je l'ai fait avec fougue, je l'ai fait avec passion. Peut-être trop de fougue, trop de passion. Je sais que certains n'attendaient pas cela. Dont acte».

Au Front national, les plus réalistes tablent désormais sur une quinzaine d'élus. Parmi

Lire la suite de l'article

Angoulême : Vincent You candidat dissident face à LR

Vincent You (ancien directeur de cabinet de Christine Boutin, auteur de la fameuse clause Molière) est candidat divers droite à l'élection législative d'Angoulême, dans la 1re circonscription de Charente, face à Elise Vouvet investie par LR. L'adjoint aux finances de la ville d’Angoulême, par ailleurs vice-président de l’agglomération du Grand-Angoulême, s'est mis en congé du parti, lequel a décidé d'engager une procédure contre lui :

18558808_10213285362152727_3588756328152727553_o

16603134_381430205555009_1555593316038052389_nOn attend de voir la même lettre destinée à Bruno Le Maire, Edouard Philippe ou Gérald Darmanin… Vincent You se demande en effet où est la cohérence chez LR :

  • "De quel droit certains osent ils bouter hors des @lesRepublicains des talents plus grands que les leurs?" (dixit Dominique Bussereau, 17/05/2017)
  • "C’est fini le temps (…) de ces partis dont la ligne officielle est dictée par des élus parisiens. Je suis fatigué de tout ça" (dixit Xavier Bonnefont, 17/05/2017)
  • "C'est bizarre à LR: ils ont parlé de la Clause Molière pendant toute la campagne mais ils virent celui qui a eu le courage de la mettre en place! Je parie que s'il gagne, ils voudront le réintégrer dès le 19 juin!?" (dixit un Anonyme de la France périphérique, 2017)

Cette circonscription est actuellement détenue par le député PS Martine Pinville, qui se représente.

Lire la suite de l'article

One of Us face à la Commission européenne : L’avenir de la démocratie en question

Communiqué de One of us :

0l0"L’audience de l’affaire Un de nous (One of us) contre la Commission européenne s’est tenue aujourd’hui devant une chambre de cinq juges de la Cour de justice de l’Union européenne.

L’initiative citoyenne européenne (ICE) Un de nous, qui avait rassemblé près de deux millions de signatures en Europe, demandait l’interdiction des financements européens pour les activités impliquant la destruction d’embryons humains, en particulier dans la recherche et la coopération internationale. Par une simple communication de quelques pages, la Commission européenne avait rejeté l’initiative en mai 2014 et décidé de ne faire aucune proposition.

L’audience de ce matin a permis à l’avocat britannique représentant l’initiative Un de nous, Paul Diamond, de centrer le débat sur la question démocratique. Ainsi que l’a noté Carlo Casini, l’initiateur de cette ICE : « la démocratie dans l’Union européenne et le mécanisme d’initiative citoyenne européenne devaient permettre de rapprocher le citoyen de l’Union européenne. Si la Commission dit non, c’est ce rapprochement qu’on refuse ».

Comment la Commission peut-elle ne pas donner suite à une initiative qui a respecté toutes les conditions et a rassemblé 1,9 millions de signatures (1,7 million validées) ? C’est que, contrairement à l’esprit du traité de Lisbonne et du mécanisme de l’initiative, la Commission européenne a tout simplement refusé de partager son pouvoir d’initiative législative. Elle a refusé de transmettre pour débat l’initiative citoyenne au Parlement européen.

Les représentants de l’initiative dénoncent également la justification de la décision de refus, entièrement politique et

Lire la suite de l'article

Le FN investit un candidat en Essonne face à Dupont-Aignan

C'est sans doute ce qu'on appelle la reconnaissance pour avoir eu le courage de braver l'interdit le plus robuste en politique depuis les années Mitterrand

Cela va donner envie à ceux qui seraient tentés de se rapprocher ou de s'allier avec le FN…

Lire la suite de l'article