Archives par étiquette : évêques

Les évêques américains félicitent le gouvernement Trump

Lu dans Christianophobie hebdo :

Unknown-5"La décision prise ce jour [6 octobre] d’étendre le champ d’application de la dérogation au dé­cret du ministère de la Santé [HHS Mandate, janvier 2012], est « un retour au bon sens, à une pratique fédérale de longue date et à la co­existence pacifique entre l’Église et l’État », selon la Conférence des évêques catholiques des États­Unis [USCCB].

Le cardinal Daniel N. DiNardo, archevêque de Galveston­-Hou­ston et président de l’USCCB, et l’archevêque William M. Lori de Baltimore, président de la commis­sion ad hoc pour la liberté religieuse de l’USCCB, saluent l’annonce faite par le gouvernement Trump d’accorder une large dérogation religieuse et morale aux disposi­tions du décret qui exigent le rem­boursement de la stérilisation, de la contraception et des médicaments ou dispositifs susceptibles de pro­voquer des avortements, dans la couverture de l’assurance maladie. Le Cardinal DiNardo et l’archevêque Lori ont présenté, en réponse, la déclaration conjointe suivante :

«La décision du gouvernement d’accorder une large déroga­tion religieuse et morale au HHS Mandate, constitue la reconnais­sance que l’éventail complet des organisations confessionnelles et poursuivant une mission, et aussi les personnes qui les dirigent, ont des croyances religieuses et morales profondes que la loi doit respecter. Une telle dérogation n’est pas une nouveauté, mais elle est plutôt un retour au bon sens, à une pratique fédérale de longue date et à la coexistence pacifique entre l’Église et l’État. Elle corrige une défail­lance anormale de la réglementation fédérale qui n’aurait jamais dû se produire et qui ne

Lire la suite de l'article

75 évêques morts en Chine de 2004 à nos jours, tous décimés par des années de captivité ou de travaux forcés

Lu sur Diakonos :

Cina4"Au mois d’août dernier, la Librairie Editrice du Vatican a publié un dossier qui constitue une véritable douche glacée pour tous ceux qui continuer à croire qu’un accord entre le Saint-Siège et Pékin serait imminent. Ce dossier, rassemblé par Gianni Cardinale, un expert en géopolitique vaticane et prestigieux rédacteur dans les colonnes d’« Avvenire » et de « Limes », ne commente pas mais documente plutôt ce que, jusqu’auparavant, on ne savait qu’en partie.

Pour le première fois, il donne le nom des évêques de chacun des diocèses chinois, officiels et clandestins, légitimes et illicites. Mais surtout, il aligne les biographies compilées par la Secrétairerie d’Etat des 75 évêques morts en Chine de 2004 à nos jours, tous décimés par des années voire des décennies de captivité, de travaux forcés, de camps de rééducation, de détention à domicile et flanqués en permanence de policiers. Si tel est le traitement que le régime communiste réserve aux évêques chinois sur le terrain, il est clair que tout cela doit cesser avant que le Vatican n’accepte de signer avec les autorités de Pékin un accord sur la nomination des futurs évêques.

Le calvaire des évêques chinois ne remonte pas seulement à l’époque lointaine de Mao Tsé-Toung et à la Révolution Culturelle, quand l’objectif déclaré du régime était d’anéantir l’Eglise catholique et de créer un simulacre coupé de Rome qui lui soit entièrement soumis. Il s’est poursuivi même après la sortie de prison des évêques ou futurs évêques, contraints pour survivre à travailler dans

Lire la suite de l'article

Avortement : le président de la Conférence des évêques du Canada écrit au ministre des Affaires étrangères

Bishop_Crosby_Plénière_2015Mgr Douglas Crosby, évêque de Hamilton et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), a écrit à Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères, concernant son discours du 6 juin 2017 sur la politique étrangère canadienne. Dans son discours à la Chambre des communes, elle avait associé les droits des femmes au droit à l'avortement et aux « droits en matière de sexualité et de santé reproductive » en déclarant que « ces droits sont au cœur de notre politique étrangère ».

Dans sa lettre, Mgr Crosby exprime sa profonde inquiétude et son désaccord affirmant que cette déclaration est « erronée, troublante et malavisée ». Il rappelle que

"Premièrement, d’affirmer que l’avortement, entre autres, est « au cœur » de la politique étrangère du Canada est inexacte. Dans les faits, il n’existe aucun précédent pour appuyer une telle affirmation."

« plusieurs enjeux féminins qui auraient dû être soulevés parce qu'ils justifient un engagement international… ont été passés sous silence. Mentionnons entre autres les ententes économiques du Canada avec des pays où les fillettes sont tuées à la naissance parce qu'elles ne sont pas des garçons; où les femmes gagnent moins que les hommes pour le même travail ou ne peuvent bénéficier des mêmes privilèges de la loi, y compris le droit à l'éducation ou à la protection contre le viol, la violence physique, ou autre forme d'abus. »

"Deuxièmement, présenter l’avortement, entre autres, comme une valeur canadienne est également une erreur de principe."

Mgr Crosby fait ressortir

Lire la suite de l'article

Lettre circulaire aux Evêques sur le pain et le vin pour l’Eucharistie

La Congrégation pour le culte divin demande aux évêques de veiller au respect absolu des normes pour la production du pain et du vin eucharistiques. La lettre circulaire ignée du cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin, et de son secrétaire Mgr Arthur Roche, suggère également une autorité de contrôle dans chaque pays :

1. La Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, à la demande du Saint Père François, s’adresse aux Evêques diocésains (et à ceux qui leur sont équiparés en droit) pour leur rappeler qu’il leur appartient, en premier lieu, de pourvoir dignement à ce qui est nécessaire pour la célébration de la Cène du Seigneur (cf. Lc 22,8.13). C’est à l’Evêque, premier dispensateur des mystères de Dieu, modérateur, promoteur et gardien de la vie liturgique dans l’Eglise qui lui est confiée (cf. CIC can. 835 §1), que revient de veiller sur la qualité du pain et du vin destinés à l’Eucharistie et, donc, sur ceux qui les préparent. On rappelle ici, dans le but d’être utile, les dispositions en vigueur, et on suggère quelques indications pratiques.

2. Alors que jusqu’à maintenant, d’une manière générale, quelques communautés religieuses ont pris soin de confectionner le pain et le vin pour la célébration de l’Eucharistie, aujourd’hui on les trouve en vente aussi dans les supermarchés, dans d’autres magasins et sur le réseau Internet. Afin d’éviter tout doute sur la validité de la matière eucharistique, ce Dicastère suggère aux Ordinaires de donner des

Lire la suite de l'article

La Conférence des Evêques de France va-t-elle se déshonorer comme en 1975 ?

Message reçu d'un collectif suite au tweet de la Conférence des évêques de France :

"C'est avec une immense tristesse qu'un collectif de délégués à la pastorale familiale des diocèses de France réagit au tweet de Vincent Neymon, communicant de la CEF à propos de la mort de Simone Veil. 

Certes, Madame Veil ne peut porter l'entière responsabilité du massacre des enfants à naître, mais ce signal "consensuel" envoyé à la société française est entaché d'infamie :

Quel mépris pour les millions d'enfants avortés! Ne sont-ils pas nos frères de sang ?

Quel mépris pour les millions de femmes, de parents, de frères et soeurs à jamais meurtris par le drame de l'avortement !

La Conférence des Evêques de France, instrumentalisée par des tâcherons sans convictions claires, va-t-elle se déshonorer comme en 1975 ?

Il est impossible, dans un tel contexte d'apostasie silencieuse, jusque dans les rangs de l'institution ecclésiale, que l'Eglise qui est en France connaisse le renouveau tant attendu. Faudra-t-il pour autant que nous continuions de boire le calice jusqu'à la lie ? Notre Divin Sauveur l'a vécu. Pourquoi pas nous…

En attendant, nous avons choisi de joindre nos larmes à celles de ceux qui sont morts dans le sein de leur mère, à celles de ceux qui pleurent d'avoir contribué à leur disparition.

A la suite de

Lire la suite de l'article

Incompatibilité avec la franc-maçonnerie : les évêques feront lire un texte à la messe du 28 mai

Les évêques de Côte d'Ivoire :

"Au terme de la 107è assemblée plénière des Evêques catholiques de Côte-d’Ivoire qui a eu lieu à Bonoua, les Evêques ivoiriens ont donné la position claire et sans équivoque de l’Eglise catholique de Côte d’Ivoire sur la possible conciliation entre la foi catholique et la franc maçonnerie."

Dans un message officiel, lu par Monseigneur Antoine Koné, Evêque d’Odienné et qui fera l’objet d’une

« large diffusion et lecture dans toutes les églises le dimanche 28 mai », les évêques catholiques ont clairement dit que la foi chrétienne catholique est incompatible avec les fondements et les pratiques de cette société ésotérique et bien d’autres qui ont, en ce moment, pignon sur rue dans le pays. Que ce soit dans ses aspirations, ses pratiques et surtout ses fondements, les positions de la franc maçonnerie sont inconciliables avec les doctrines de l’Eglise catholique ».

Se fondant sur un certain nombre « d’incompatibilités profondes entre la franc maçonnerie et la foi chrétienne », les Evêques ont tranché. Ils ont donc dit qu’il n’est point permis aux chrétiens catholiques d’adhérer à cette société secrète. Parce que « cela est un péché grave ». Pour ceux qui s’y seraient déjà engagés, les Evêques, par la voix de Monseigneur Antoine Koné, demandent un retour à la maison, à l’image de l’enfant prodigue. Ceux qui persisteraient dans ce choix sont indignes de la communion et des honneurs funéraires dus à tout chrétien catholique et de tout autre acte de la foi

Lire la suite de l'article

Des ecclésiastiques, dont des évêques, voteront Marine Le Pen

Le collectif Antioche réunit des prêtres et des religieux de tous âges, ruraux et urbains, à différents niveaux de la hiérarchie ecclésiastique, qui ont souhaité prendre leurs distances par rapport à l'hystérie électorale ambiante – qui n'a, hélas, pas épargné certains bureaux de la Conférence épiscopale. Il nous a demandé de publier le communiqué suivant:

La Conférence des évêques de France (CEF), tout en affirmant ne pas le faire, donne des consignes de vote aux catholiques français. C’est un fait puisqu’elle a dénoncé ouvertement un parti politique, et un seul. Son porte-parole l’a déclaré en 2015 : « la position de l'Église en France sur le Front national n’a pas varié ». Selon lui : « le rejet de l’étranger, le refus de l’accueil de l’autre, une conception et une vision de la société renfermées sur la peur, posent problème » et un « certain nombre de points développés par le Front national ne sont pas conformes à la vision que l’Évangile nous invite à défendre ». Il s’est fendu d’une déclaration bien orientée, dès le soir du 1er tour à 22h.

Nous ne discutons pas ce droit de dénonciation. Une question se pose, pour s’en tenir à l’enjeu du 2e tour de 2017. Qu’en est-il du programme de M. Emmanuel Macron, ultra-libéral oligarchique, mondialiste, transhumaniste, technocratique, anti-famille, européiste, euthanasique, abortif et eugéniste assumé ? Bon nombre de points ne sont pas plus conformes à l’Évangile ou aux principes non négociables de l’Église que chez son adversaire, en particulier si

Lire la suite de l'article

Eviction du Pr. Mercier : les évêques belges soutiennent l’Université !

Suite à la réaction de nombreux catholiques à l'éviction du Pr Mercier de l'Université catholique de Louvain, les évêques de Belgique ont tenu à préciser :

 

"Chère Madame, cher Monsieur,

Vous avez envoyé aux évêques francophones de Belgique une pétition lancée par la Fédération Pro Europa Christiana à propos de M. Stéphane Mercier, chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain (UCL). Vous nous écrivez que S. Mercier « ne fait qu’exprimer la position officielle de l’Église catholique en ce qui concerne l’avortement ». Or, M. Mercier précise dans ses notes de cours : « Ce qui est proposé ici est un argument philosophique, pas un argument théologique » (La philosophie pour la vie. Contre un prétendu ‘droit de choisir’ l’avortement, § 2). M. Mercier se situe au point de vue philosophique. 

Le point de vue de l’Église implique, par contre, une approche théologique et pastorale. Ainsi le pape François écrit-il, dans sa lettre apostolique « Misericordia et misera » (2016), au § 12, qu’il accorde à tout prêtre la faculté d’absoudre du péché d’avortement ; il ajoute : « Je voudrais redire de toutes mes forces que l’avortement est un péché grave, parce qu’il met fin à une vie innocente. Cependant, je peux et je dois affirmer avec la même force qu’il n’existe aucun péché que la miséricorde de Dieu ne puisse rejoindre et détruire quand elle trouve un cœur contrit qui demande à être réconcilié avec le Père. »

Telle est la position de l’Église. M. Mercier ne la développe pas car son objectif

Lire la suite de l'article

Consécration au Coeur immaculé de Marie : supplique à nos Evêques

De l'abbé Hubert Lelièvre, Délégué épiscopal à la famille du diocèse d'Avignon :

Images-8"Nos Évêques seront réunis à Lourdes dans les prochains jours pour une session de travail. Depuis la Grotte de Lourdes, la Vierge Marie se penche aujourd'hui encore sur ce que chaque famille, chaque paroisse, chaque ville, notre pays souffre, vit et espère et construit. Cette semaine de travail précède de peu l'attendu pèlerinage du Saint-Père le Pape François à Fatima, à l'occasion du centenaire des apparitions, avec la présence annoncée  pour le moment de cinq chefs d’États. Et la probable canonisation de François et Jacinthe.

Dans les homélies de Saint Jean Paul II et de Benoit XVI à Fatima, se trouve clairement exprimé l'enjeu du combat spirituel que nous vivons  : la foi, la vie, la famille. Nous vivons des heures douloureuses et décisives pour notre pays. Le fait que nos Évêques se trouvent réunis à Lourdes est pour nous un appel que nous lançons avec confiance. Nous implorons que nos Évêques réunis comme dans un Cénacle au pied de la Grotte de Lourdes, consacrent au Cœur immaculé de Marie, notre pays, chaque famille, chaque paroisse, chaque diocèse. Cet acte de confiance est tellement attendu !

Comme un cri qui monte de nos âmes ; conscients que dans les heures décisives le peuple s’est toujours tourné vers Notre-Dame et a toujours obtenue son secours, sa protection et délivrance. La France est particulièrement honorée de tant de visitations de Notre-Dame. Nous nous engageons à être en profonde communion spirituelle le jour

Lire la suite de l'article

Le cardinal Müller rappelle à l’ordre les évêques qui sur-interprétent le magistère

Le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Gerhard-Ludwig Müller, s’est exprimé sur le contenu des dubia – sans les nommer – au sujet de l’exhortation Amoris laetitia. Dans un entretien à la revue Il Timone de février 2017, le prélat rappelle à l’ordre les évêques qui sur-interprétent le magistère (notamment à Malte). Extraits :

208x275Peut-il y avoir une contradiction entre la doctrine et la conscience personnelle?

Non, c'est impossible. Par exemple, on ne peut pas dire qu'il existe des circonstances selon lesquelles un acte d'adultère ne constitue pas un péché mortel. Pour la doctrine catholique, il est impossible que le péché mortel coexiste avec la grâce sanctifiante. Pour surmonter cette absurde contradiction, le Christ a institué pour les fidèles le sacrement de pénitence et de réconciliation avec Dieu et avec l'Église.

C'est une question qui est largement discutée au sujet du débat entourant l'exhortation post-synodale «Amoris Laetitia».

"Amoris Laetitia" doit être clairement interprété à la lumière de toute la doctrine de l'Église. […] Je n'aime pas, il n'est pas juste que tant d'évêques interprètent "Amoris Laetitia" selon leur façon de comprendre l'enseignement du pape. Cela ne respecte pas la ligne de la doctrine catholique. Le magistère du pape n'est interprété que par lui ou par la congrégation pour la doctrine de la foi. Le pape interprète les évêques, ce ne sont pas les évêques qui interprètent le pape, cela constituerait une inversion de la structure de l'Église catholique. A

Lire la suite de l'article

Malaise au sein du Conseil Famille et Société de la Conférence des évêques de France

Nous relayons ce communiqué d'un collectif de responsables de la pastorale familiales de France :

La rencontre de lundi prochain organisée par le Conseil Famille et Société en direction des responsables de la pastorale familiale au niveau diocésain atteint des sommets.

Capture d’écran 2017-01-28 à 15.39.07

Capture d’écran 2017-01-28 à 15.43.05 Capture d’écran 2017-01-28 à 15.43.26

Oranne de Mautort, organisatrice de cette journée, associe subtilement la référence au pape François, qui évoque le devoir de l'Eglise d'accompagner les brebis souffrantes, et un négationnisme doctrinal aux antipodes de l'Evangile. Au nom de l'accompagnement, la référence au péché n'existe plus. Il y a plus que des personnes blessées, de nouveaux modèles de familles à reconnaître pour ce qu'ils sont… etc. La question de l'accompagnement de la problématique de l'homosexualité comme celle des personnes divorcées engagées dans une nouvelle union sont le seul sujet digne d'intérêt. Et encore dans un sens souvent diamétralement opposé à celui du Catéchisme de l'Eglise Catholique et du Concile Vatican II. Exit aussi l'essentiel d'Amoris Laetitia qui consacre de magnifiques pages à la consolidation du modèle de la famille, celui de la Sainte Famille.

Car au fond, le Conseil Famille et Société et Oranne de Mautort, ne citent le pape que dans le sens de l'extrapolation.

Jamais aucune session sur l'encyclique Humanae Vitae pourtant fortement mise en avant par François… La question de l'avortement est incroyablement mise à l'écart.

Pour conclure, le conseil Famille et Société exerce un véritable travail de lobbying en maquillant son action derrière des messages où l'essentiel n'est jamais évoqué: le Christ mort et ressuscité qui nous sauve du péché et nous appelle à nous convertir en

Lire la suite de l'article