Archives par étiquette : européens

Immigration : Les Européens sont d’accord avec Donald Trump

Après le décret Trump interdisant temporairement l’entrée aux Etats-Unis des ressortissants de sept pays musulmans, Chatham House, « l’Institut royal des affaires internationales », a voulu savoir ce qu’en pensaient les citoyens européens. C'est sans appel :

« Nous appuyant sur un nouveau sondage, et unique, de Chatham House auprès de plus de 10.000 personnes de 10 Etats européens, nous pouvons donner un éclairage nouveau sur ce que les gens pensent des migrations en provenance de pays musulmans. Nos résultats sont frappants et donnent à réfléchir. Ils indiquent que l'opposition à toute migration supplémentaire en provenance des Etats majoritairement musulmans n'est en aucun cas limitée à l'électorat de Trump aux États-Unis, mais est assez répandue. »

"Assez" voire "très" répandue. A la question "Etes-vous d’accord avec cette affirmation : « Toute nouvelle immigration de pays majoritairement musulmans doit être stoppée » ?" Les réponses sont en bleu : oui, en vert : sans opinion, en rouge : non.

4249808991

Lire la suite de l'article

Immigration : Le pape François appelle les États européens à la prudence

Dans l'avion le ramenant de Suède mardi, le pape a précisé sa pensée sur la question de l'accueil des réfugiés en Europe en conseillant aux gouvernements de ne pas accueillir au-delà de leur possibilité sous peine de payer « le prix politique » car les réfugiés non intégrés vont alors former des « ghettos » , ce qui est « très dangereux ». À savoir pouvoir offrir aux réfugiés, insiste-t-il, «un toit, un travail, une école, l'apprentissage de la langue» en vue de leur «intégration». 

Capture d’écran 2016-11-01 à 18.36.04«Qu'est-ce que je pense des pays qui ferment leurs frontières? En théorie, on ne peut pas fermer son cœur à un réfugié. Mais il y a aussi la prudence des gouvernants: Ils doivent être très ouverts pour recevoir mais ils doivent aussi faire le calcul de savoir comment les recevoir. Parce qu'on ne doit pas seulement recevoir un réfugié mais il faut aussi l'intégrer. Et si un pays à une capacité d'intégration, disons de 20, qu'il fasse cela. S'il peut davantage, qu'il fasse plus. Mais toujours avec le cœur ouvert, parce qu'il n'est pas humain de fermer le cœur, de fermer les portes. À la fin, cela se paie politiquement. Tout comme on peut aussi payer politiquement une imprudence dans les calculs en recevant plus que l'on peut intégrer.»

«Quel est le danger? Si le réfugié n'est pas intégré, permettez-moi ce néologisme, il se ‘ghettoïse', il devient un ghetto. Et sa culture ne se développe pas en relation avec l'autre culture. Ce qui

Lire la suite de l'article

Combien de de têtes décapitées pour que les gouvernements européens comprennent la situation ?

Voici les tweets du cardinal Sarah (actuellement en France) :

Lire la suite de l'article

Les chrétiens voient leurs droits limités dans les pays européens parfois sous prétexte de tolérance

À l’approche des cérémonies qui vont marquer le 135ème anniversaire de la fondation de la Société impériale orthodoxe de Palestine (SIOP), Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie (et lui-même membre de la SIOP…), déclare :

"Les chrétiens d’aujourd’hui sont exposés à une persécution très grave au Moyen-Orient et surtout en Syrie et en Irak. Leur nombre a considérablement diminué dans ces pays. L’exode des chrétiens de la région où le christianisme est né, serait, bien sûr, un énorme coup à toute l’Histoire d’un point de vue spirituel, non seulement pour la Terre Sainte, mais pour l’ensemble du Moyen-Orient. Par conséquent, avec la SIOP et nos organismes gouvernementaux, nous sollicitons activement les organisations internationales pour attirer l’attention sur ce problème aigu. Il y a dix-huit mois à Genève, avec des représentants du Vatican et nos collègues du Liban et de l’Arménie, nous avons tenu la première conférence sur la protection des chrétiens. Actuellement, nous préparons une deuxième conférence, qui sera plus importante. Il est prévu qu’elle se tienne à l’automne 2016 […] Il ne faut pas se limiter au Moyen-Orient […] Les intérêts des chrétiens dans d’autres parties du monde n’exigent pas moins d’attention, y compris dans les pays européens où parfois sous prétexte de tolérance, les chrétiens qui y sont majoritaires, voient leurs droits limités : on interdit aux chrétiens de célébrer publiquement leurs fêtes, de porter une croix. Cette tendance est très dangereuse."

Lire la suite de l'article

Les députés européens votent une résolution immigrationniste

Une résolution vient d’être adoptée par le Parlement européen, qui vise à un meilleur accueil des réfugiés au sein de l’Union européenne. Les Républicains, à deux exceptions près, ont voté en faveur de cette résolution. Explications de Nicolas Bay, secrétaire général du Front national et député français au Parlement européen :


Nicolas Bay : "Chez Les Républicains, le… par bvoltaire

Lire la suite de l'article

Brexit : comment les dirigeants européens ont-ils pu être surpris ?

Alexis Brézet rappelle :

"[…] Cela devient une habitude. Car, avant les Anglais, il y avait eu les Danois (en 1992 et 2000). Et les Irlandais (en 2001 et 2008). Et les Suédois (en 2003). Et les Français (en 2005). Et les Hollandais (en 2005 aussi). Et les Grecs (en 2015)… Au point qu'on se demande, après tant de rebuffades - il est vrai souvent, et en France même, superbement ignorées -, comment les dirigeants européens ont pu être surpris quand l'«impossible» est arrivé.

Mais les chefs d'État et de gouvernement en grand désarroi, qui ces jours-ci se pressent au chevet de l'Union, ont-ils vraiment pris la mesure du drame qui se joue?

L'Europe n'est pas malade du Brexit. Elle n'est pas malade non plus de l'égoïsme ou de la xénophobie. Elle se meurt du désamour de ses peuples. Elle crève de ne pas vouloir regarder la vérité en face. La vérité est que cette gigantesque machinerie que l'on dit en panne, et qui pourtant produit à la chaîne des directives, des résolutions, des jurisprudences, des normes et des sanctions, ne sait plus parler au cœur des Européens. La vérité est que la propension de l'Europe à se mêler de tout – la forme des concombres, la fabrication des fromages, la taille des plaques minéralogiques – irrite les citoyens. Et que le souverain mépris des institutions européennes pour leurs difficultés quotidiennes les exaspère plus encore.

La vérité est que les Européens seraient sans doute prêts à pardonner à l'Europe d'être envahissante sur

Lire la suite de l'article

Marine Le Pen : un référendum doit avoir lieu tout de suite dans tous les pays européens

Marine Le Pen déclare à Présent :

" C’est un grand jour pour la liberté en Europe. Je me suis engagée depuis déjà quatre ans à organiser un référendum en France sur ce sujet si je suis élue présidente de la République. Je pense maintenant que ce référendum doit avoir lieu tout de suite. Dans tous les pays européens. La seule décision raisonnable que doit prendre l’Union européenne aujourd’hui même, c’est d’annoncer qu’un référendum aura lieu dans chacun des pays de l’UE. Parce qu’on ne peut plus continuer à forcer des peuples, à les enfermer contre leur volonté. On s’est éloigné au fur et à mesure, gravement, du processus démocratique. Ça a été particulièrement vrai en France il faut le dire, à cause du référendum de 2005 où la parole des Français a été trahie. Maintenant, si l’Union européenne accepte de se regarder dans le miroir, il faut qu’il y ait un référendum dans chacun des pays de l’Union européenne et moi je réclame un référendum en France. […]"

Lire la suite de l'article

3 députés européens FN au rassemblement de Jean-Marie Le Pen

ChXNcPEWkAE7PUMCe matin, environ 2000 personnes ont assisté au rassemblement organisé par Jean-Marie Le Pen, en hommage à Sainte Jeanne d'Arc, parmi lesquelles les eurodéputés Bruno Gollnisch, Marie-Christine Arnautu et Mireille d'Ornano.

Les menaces ne se sont pas faites attendre. D'abord de la part de Nicolas Bay, secrétaire général du FN :

Puis Gilbert Collard, confirmant l'existence de la règle mentionnée avant-hier sur ce blog et remise en cause par certains du FN (alors qu'il s'agissait d'une consigne de Florian Philippot : "S'il y a des cadres qui iraient là-bas, ce serait un acte d'hostilité vis-à-vis du FN, et donc ils passeraient en commission de discipline"), qui sont visiblement dépassés par la ligne officielle de leur propre parti :

Jean-Marie Le Pen a constaté l'hostilité de Marine Le Pen et a prédit en conséquence :

"Puisque aucun signe n'a été mis dans le sens de la conciliation, la présidente du FN sera battue au deuxième tour et peut-être même au premier. On ne peut gagner que dans l'unité du Front national"

ChXOBZOXEAA1EF_

Commentaires (33)

Le prochain congrès devrait clarifier tout cela. Quand est-il programmé ?

Rédigé par : Nabulione | 1 mai 2016

Lire la suite de l'article

Les barreaux européens condamnent le projet de loi relatif à la lutte contre le terrorisme

Dans une « déclaration de Barcelone», les barreaux européens condamnent le projet de loi relatif à la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement pointant

« les atteintes disproportionnées aux libertés individuelles ».

Les Conseils et Ordres d'avocats signataires estiment que ce texte va entraîner

« la poursuite indéfinie des mesures d'exception adoptées après les attentats de Paris de novembre 2015 ». « Lesdites mesures exceptionnelles entrainent une restriction des garanties des citoyens devant la possibilité d'actions discrétionnaires des forces de sécurité, sans contrôle des institutions indépendantes. La simple dénonciation ou suspicion sera considérée comme suffisante pour réaliser des contrôle dans les lieux publics, des perquisitions ainsi que des auditions hors la présence d'un avocat pendant les 4 premières heures incluant les mineurs de plus de 13 ans ».

Dans un communiqué, le barreau de Paris souligne que

« pour la première fois dans l'histoire de la justice en Europe, l'ensemble des barreaux européens, (…) a pointé la dérive liberticide d'un État membre, la France en l'occurrence ».

Pour Dominique Attias, vice-bâtonnière de Paris à l'origine de la mobilisation,

« c'est un désaveu sans appel pour la politique de casse systématique des libertés publiques menée par le Gouvernement. Pour le pays des droits de l'homme, c'est un camouflet ; pour notre Gouvernement, un signal d'alarme ; pour les avocats français, un message d'espoir et d'appel à la lutte ».

Présenté lors du Conseil des ministres du 3 février dernier, le projet de loi doit être examiné devant

Lire la suite de l'article

L’affaiblissement des épiscopats européens dans le processus synodal

Lu sur le Metablog :

Unknown-31"[…] ce n’est plus le Rhin qui se jette dans le Tibre, et depuis 3 ans, son débit s’est continuellement affaibli. Malgré les offensives de l’épiscopat allemand, présidé par le cardinal Marx – dont on peut se demander s’il ne gère pas la plus grosse ONG du monde -, l’affaiblissement continu des épiscopats européens dans le processus synodal est flagrant. Les paragraphes 84, 85 et 86 pourraient être les ultimes vestiges de ces tentatives occidentales, comme le décret sur l’œcuménisme Unitatis redintegratio de 1964 faisait encore référence à l’encyclique Humani generis de 1950 en mentionnant le « faux irénisme » dans les relations avec les chrétiens séparés. La comparaison entre la relation finale du 24 octobre 2015 et l’instrumentum laboris de 2014 (je ne parle pas de l’Instrumentum laboris de juin de 2015, mais du premier Instrumentum sur lequel planait déjà des ambiguïtés avant même que le premier synode ait eu lieu…) est assez éloquente. À tire d’exemple, la disparition d’une quelconque appréciation positive des unions homosexuelles ou d’un « cheminement pénitentiel » pour l’accès des divorcés remariés à la communion sont suffisamment révélatrices. En revanche, il y a un net refus de la théorie du genre ou une affirmation, sans ambages, d’Humanae vitae. Le « cheminement pénitentiel » s’est, au mieux, transformé en « coaching », où le prêtre peut très bien dire au divorcé dit remarié sa situation réelle, en lui faisant comprendre que s’il souhaite communier, ce sera à

Lire la suite de l'article

Les Européens doivent avoir le courage d’être chrétiens, de retourner à l’église

Unknown-10C'est une déclaration de la chancelière allemande. Angela Merkel participait à une discussion publique à l’université de Berne en Suisse au début du mois. Confrontée à une question sur le risque d’une « islamisation » de l’Europe, elle a rappelé que la meilleure réponse était  d’avoir

« le courage d’être chrétiens, de savoir susciter le dialogue [avec les musulmans], de retourner à l’église, de se replonger dans la Bible ».

Puis elle a ajouté avec regret que

« si vous demandez à des  écoliers ce qu’est la Pentecôte, les réponses seront surement très décevantes ».

Une femme du public lui avait en effet demandé comment elle s’y prendrait pour « protéger l’Europe et notre culture de l’islamisation ». 

Commentaires (25)

être chrétien et parler de "dialogue" avec les musulmans est déjà une incohérence totale.

Rédigé par : A.F | 5 oct 2015 07:30:13
____________________________________

Tandis que les pouvoirs publics s' attachent à détruire les calvaires et interdit les crèches et que les merdias traitent les chrétiens de rances …..

Rédigé par : gipsy | 5 oct 2015 07:33:38
____________________________________

Pour prolonger la remarque de "A.F | 5 oct 2015 07:30:13", il est indispensable de se former sérieusement (non seulement lecture, mais surtout ANALYSE du coran, avant d'envisager de "dialoguer" avec des musulmans.
http://www.missionangelus.org/ peut y aider.

Rédigé par : C.B. | 5 oct 2015 07:55:48
____________________________________

Il faut se pincer pour ne pas rire à de pareils
propos, alors que l'europe de Bruxelles refuse
de s’appeler Chrétienne!

Rédigé par : jano |

Lire la suite de l'article

Les Européens doivent faire plus d’enfants pour éviter une catastrophe démographique

C'est le titre d'un article qu'il faut mettre en parallèle avec le post de ce matin sur le grand remplacement :

"Les taux de natalité se réduisent de plus en plus en Europe ce qui pourrait conduire à une tempête démographique, et par extension, compromettre la croissance économique du Vieux Continent. L’Espagne possède en effet l’un des taux de fertilité les plus faibles de l’Union européenne, avec une moyenne de 1,27 enfant par femme en âge de procréer, contre une moyenne européenne de 1,55 (…)

Image2
En parallèle, le nombre de migrants économiques et de demandeurs d’asile qui cherchent à pénétrer dans les pays de l’UE au péril de leur vie n’a jamais été aussi important, atteignant des niveaux records. Paradoxalement, les autorités tentent de les repousser, quand bien même une crise démographique sans précédent menace le continent. L’Europe a un besoin croissant de gens jeunes, dont le travail pourra financer les services de santé, les retraites, s’occuper des personnes âgées et peupler les zones rurales (…)

Seuls les pays scandinaves semblent résister à cette tempête démographique. C’est certes partiellement grâce aux congés parentaux généreux et à la stabilité économique qui caractérise ces pays. Mais pour la Suède et la Norvège, une forte immigration nette contribue à ces bons résultats (…)

L’immigration est aussi l’un des moyens qui permet de soutenir, voire de stimuler, le taux de fécondité en Grande-Bretagne et en France qui ont permis à ces populations de croître en termes absolus (…)."

La teneur générale

Lire la suite de l'article