Archives par étiquette : été

En Marche en panne : Les 2 Législatives partielles ont été perdues par LREM

GzTlxIEr_400x400Après un scrutin particulièrement serré en juin dernier, la législative partielle dans le Territoire de Belfort a été remportée par le candidat Les Républicains Ian Boucard (photo) face au candidat LREM-MoDem Christophe Grudler, avec 58,93 % des suffrages, contre 41,07 % (participation à 28,89 %).

Dans le Val-d'Oise, le scrutin était plus serré, mais la candidate LREM Isabelle Muller-Quoy a reconnu sa défaite avec 47,18 % contre 52,82 % au candidat LR Antoine Savignat, qui avait été battu en juin dernier.

Lire la suite de l'article

La fille de Claude François : “C’est douloureux de ne pas avoir été élevée par ses vrais parents”

Capture d’écran 2018-02-02 à 14.33.34À la veille du 40e anniversaire de la mort du chanteur, décédé le 11 mars 1978 à l'âge de 39 ans, une femme de 40 ans se dévoile. Belge, Julie Bocquet est la fille cachée de Claude François. Dans le documentaire Claude François le dernier pharaon, qui sera diffusé le 2 mars prochain à 20h50 sur les chaînes Paris Première et RTBF, Julie Bocquet témoigne pour la première fois devant les caméras de télévision. Elle a été adoptée à la naissance et était âgée de 10 mois lorsque Claude François est mort. Sa mère biologique a entretenu une "relation suivie" de plusieurs mois avec Claude François, peu de temps avant la mort du chanteur.

"Le père de ma mère biologique ne lui a pas laissé le choix. Il m'a placée dans une famille d'adoption".

"À 17 ans, j'ai rencontré ma mère biologique (…) Ensuite, j'ai rencontré des gens proches de mon père, ceux qui ont travaillé avec lui par exemple, et ils m'en ont dit du bien. Au début, je rejetais tout de lui et éteignais la télé quand il apparaissait. Avec le temps, j'ai appris à mieux le connaître et à le faire entrer dans mon coeur".

"J'aurais préféré que ma mère biologique soit là pour témoigner elle-même de son histoire mais elle est discrète". "Être reconnue symboliquement. Je n'attends pas de grands changements. Ma vie est hantée par cette relation impossible, interdite, rompue brutalement. C'est douloureux de ne pas avoir été élevée par ses vrais

Lire la suite de l'article

Les Aztèques ont été victimes de l’immigration

Article intéressant de Pauline Mille sur RITV :

Images-5"La salmonellose qui fait l’actualité chez Lactalis frappait déjà au seizième siècle au Mexique : des millions d’Aztèques en sont morts, l’analyse ADN des squelettes l’établit. Voilà une nouvelle qui liquide la légende noire élaborée par les ennemis de l’Espagne et de l’Eglise, qui parlaient de génocide des Indiens, longtemps reprise par des historiens peu scrupuleux. […]

Une terrible épidémie serait survenue entre 1545 et 1550, soit vingt-cinq ans après que le conquérant espagnol Fernando Cortès eut touché la côte mexicaine en un endroit qu’il nomma Vera Cruz. Elle a frappé les témoins de l’époque. Il en subsiste quelques rares traces. Selon l’anthropologue française Danièle Dehouve, spécialiste du Mexique et directrice de recherche au CNRS, quelques textes d’époque « décrivent les symptômes du mal. Il existe aussi quelques images de la fin du XVIe siècle montrant des morts ayant des petits points sur le corps, ce qui correspond aux symptômes de la fièvre typhoïde. Nous avons aussi le codex Telleriano-Remensis, un manuscrit d’époque montrant des morts, ou des malades, avec des choses qui leur sortent de la bouche et du nez ». Mais ces indications ne suffisaient pas à porter un diagnostic. Aujourd’hui, l’affaire est tranchée, selon Danièle Dehouve, grâce à l’analyse ADN : « l’ADN est une preuve beaucoup plus sérieuse ».

La revue Nature Ecology and Evolution vient en effet de publier que la pandémie de 1545 -1550 serait une gigantesque salmonellose : une salmonelle aurait provoqué une fièvre typhoïde qui

Lire la suite de l'article

La loi de 1975 légalisant l’avortement a été érigée en veau d’or

Cécile Edel, mère de cinq enfants, psychologue, présidente de Choisir la Vie et vice-présidente de la Marche pour la Vie, est interrogée par Marie de L'Isle dans Présent. Extrait :

9024-p6-affiche"Depuis la première édition de la Marche pour la Vie, en 2005, quelles évolutions avez-vous pu observer sur la question de l’avortement en France ?

Contrairement à d’autres pays, en France l’avortement reste un sujet particulièrement sensible et surtout tabou. Nos gouvernements successifs ont persisté à enfermer ce sujet dans un débat idéologique qui date maintenant des années 60 et de la mouvance féministe de l’époque. La loi de 1975 légalisant l’avortement a été érigée en veau d’or et il est devenu impossible, dans notre pays, d’engager un débat apaisé et objectif sur cet acte. Acte qui devrait pourtant être considéré comme un problème de santé publique et faire l’objet d’un véritable programme de prévention, et non comme un acte hautement symbolique, et donc intouchable, de la libéralisation totale de la femme.

Nous avons de plus assisté, ces dernières années, à une véritable obsession du gouvernement et une radicalisation idéologique en faveur de l’avortement, qui n’est pas nouvelle mais qui s’amplifie, au fur et à mesure que la résistance des acteurs pro-vie s’organise. L’illustration la plus significative est bien la revendication et la reconnaissance d’un véritable droit fondamental à l’avortement qui vient transcender l’ensemble des autres droits, parmi lesquels le droit à la vie, pourtant bien présent dans notre législation et dans notre constitution.

On est passé de plus, récemment, d’un tabou

Lire la suite de l'article

Toutes les lois de bioéthique ont été des lois de transgression du respect de la vie

Jean-Marie le Méné évoque pour Gènéthique le sondage de la Croix :

Jean-marie-le-mene_article_large"Commencer un débat de bioéthique avec un sondage est pour le moins regrettable. Je ne crois pas qu’on fasse de vraie politique à coups de sondages, sauf peut-être pour des questions matérielles, savoir s’il faut construire un rond-point dans le village… Mais pas pour demander à la population si elle souhaite qu’on autorise la fabrication, moyennant finances, de bébés sans père. Ni pour demander à l’opinion publique si elle envisage qu’on supprime les vieux, les handicapés et les malades. Ces questions sont trop graves pour faire l’objet d’opinions. Les personnages politiques qui ont une certaine épaisseur se moquent des sondages. Robert Badinter a fait abolir la peine de mort indépendamment des sondages.

Pensez-vous que, sur ces questions, les enjeux soient bien posés et que les Français aient les informations suffisantes pour prendre une position argumentée ? Si non, quel est le risque de publier ces résultats ?

Le problème est que nous ne faisons plus de politique mais de la gestion. Les grands principes et le bien commun ne sont plus des priorités. Il faut être pragmatique et trouver une solution, la moins mauvaise possible. C’est « L’empire du moindre mal » décrit par le philosophe Jean-Claude Michéa dans son essai sur la philosophie libérale. Peu importe la vérité, le droit arrangera les choses. L’essentiel est de ne pas faire de vagues, de rester bienveillant et ouvert à la liberté de l’autre.

Dans ces conditions, il est utile de nourrir un

Lire la suite de l'article

Californie : les LGBT qui harcelaient une boulangère ont été déboutés

13e8518e-898e-4e58-80fb-ef56abc47cd1Un juge de l'Etat de Californie a porté un coup sévère à la persécution contre une boulangère chrétienne. Le gouvernement avait déposé une requête surprise contre Cathy Miller, une pâtissière et propriétaire de Tastries Bakery, pour l'obliger à créer des gâteaux de mariage pour les personnes de même sexe, même si cela viole ses croyances religieuses. Le Fonds de défense pour la liberté de conscience (FCDF) a comparu en son nom à l'audience. Charles LiMandri, président et avocat du FCDF, a déclaré:

"Le gouvernement a lancé cette motion inutile sur Cathy sans préavis, l'obligeant à se démener avec moins de 12 heures pour se préparer. Ce manque de professionnalisme est juste un autre exemple des activistes LGBT et de la croisade de leurs alliés du gouvernement pour écraser Cathy à cause de ses croyances chrétiennes."

En août dernier, deux activistes LGBT sont entrés dans Tastries prétendant vouloir un gâteau de mariage, même s'ils s'étaient mariés en décembre dernier. Miller a respectueusement indiqué que la conception d'un gâteau personnalisé pour célébrer un mariage homosexuel violait ses croyances religieuses sur le mariage. Elle a ensuite recommandé un boulanger local qui pourrait créer leur gâteau. Les femmes sont rapidement reparties sur les réseaux sociaux pour diffuser ce qui s'était passé, déclenchant des messages de haine et des menaces de mort contre Miller et ses employés. Deux mois plus tard, les femmes ont déposé une plainte.

Le juge a refusé de juger l'affaire en urgence pour 3 raisons :

  1. Il n'avait pas

Lire la suite de l'article

Rokhaya Diallo aura été membre 2 jours du Conseil national du numérique

Unknown-2Parmi les personnes nommées par le Premier ministre le 11 décembre au Conseil national du numérique, « au titre des personnalités impliquées dans le développement du numérique aux niveaux local, national ou européen, ou concernées par ses effets », on note :

  • Rokhaya Diallo, qui dénonce le « racisme d’Etat » et défend les « ateliers en non-mixité », entre autres racialiseries islamistophiles ;
  • Hicham Kochman, à savoir le rappeur Axiom, qui éructe notamment dans Lille ma médina : « Je m’appelle Hicham et pas Stéphane voilà ce qui dérange les porcs, mes potes partaient dans le haram »…

À peine nommée lundi, la militante Rokhaya Diallo a eu la surprise de voir le gouvernement réclamer son départ mercredi. Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat au numérique, a annoncé qu'il avait demandé à Marie Ekeland, présidente du CNNum, de revoir sa copie, quelques jours à peine après avoir dévoilé son équipe. La nouvelle composition du CNNum doit être dévoilée la semaine prochaine.

«Ce conseil a pour rôle d'orienter les politiques du gouvernement sur les aspects numériques et de penser les transformations du monde. (…) Nous avons souhaité, par souci de bonne gouvernance et afin que le débat démocratique puisse avoir lieu, que le Conseil puisse agir en indépendance, compte tenu de l'importance des sujets à traiter. Dans ce contexte, la présidente du Conseil a pu, ce qui est inédit, composer son équipe, en intégrant des points de vue dont certains peuvent être différents de ceux du gouvernement». «Cependant, et eu égard encore une fois à l'ampleur des enjeux qui sont les siens,

Lire la suite de l'article

La cathédrale grecque melkite catholique de Homs a été reconsacrée

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

3377338854"Reconvertie en caserne et profanée pendant trois ans par les milices islamiques en Syrie, et partiellement détruite, la cathédrale grecque melkite catholique de Homs a été reconsacrée le vendredi 1er décembre par le patriarche S.B Youssef Absi, en compagnie de l’archevêque de Homs, Hama et Yabroud Mgr Jean Abdou Arbach, et de nombreux dignitaires ecclésiastiques.

Les travaux de reconstruction ont été soutenus par l’Aide à l’Eglise en Détresse, l'Œuvre d'Orient et SOS chrétiens d'Orient. Car sur place on ne fait pas de discrimination entre ceux qui aident.

Le problème est qu’avant la guerre il y avait 270 familles grecques-melkites catholiques à Homs et qu’il n’y en a plus que 70 (selon ce que disait l’archevêque en septembre)."

Lire la suite de l'article

La stèle municipale d’Abel Chennouf, le soldat tué par Mohamed Merah, a été dégradée

Capture d’écran 2017-12-07 à 22.03.00Son fils a été assassiné par un terroriste musulman. Albert Chennouf-Meyer, catholique, est de nouveau dévasté : la stèle municipale de son fils, parachutiste de 25 ans tué par Mohamed Merah le 15 mars 2012, a été dégradée. La photo accrochée sur la stèle dans le parc de la République à Manduel a été brisée.

"On m’a déjà menacé mais toucher la stèle de mon fils, pourquoi ?"

La mairie de Manduel vient de porter plainte pour dégradation de biens publics.

Lire la suite de l'article

“Toute ma vie, j’ai été obsédé par l’absence de mon père, jusqu’à sa mort”

JPuisqu'il faut parler de la mort de Johnny Hallyday, décédé dans la nuit de mardi à mercredi, rappelons que son père l’a abandonné après sa naissance. Requiescat in pace.

Jean-Philippe Smet, le nom de Johnny, a été élevé par sa tante paternelle belge, qui vivait alors à Paris avec son mari et ses deux filles.

"Toute ma vie, j’ai été obsédé par l’absence de mon père, jusqu’à sa mort. Je ne l’ai pas connu, sinon dans des moments désagréables. Il était alcoolique, séducteur, ingérable et un grand artiste, comme me l’avait un jour confié Serge Reggiani, qui l’avait eu comme professeur de comédie à Bruxelles". "Ça ne m’a pas empêché de pleurer à ses funérailles". "Ce jour-là, j’étais le seul à avoir fait le déplacement. Pas une femme, pas un ami. La solitude absolue devant la mort. Je n’aimerais pas finir comme ça !".

Quand on pense que certains veulent fabriquer des enfants sans père.

Lire la suite de l'article