Archives par étiquette : enfants

Christian Estrosi doit soustraire les enfants Niçois à la pornographie

Communiqué et lettre ouverte de Marie-Christine Arnautu, conseillère municipal de Nice, concernant la distribution du magazine Stylist, adressée au maire Christian Estrosi, suite à notre alerte sur le magazine Stylist :

Capture d’écran 2017-11-18 à 09.21.53Dans son édition du 9 novembre dernier (n° 197), le magazine féminin Stylist a cru bon de faire un dossier dont le caractère pornographique est évident. Les titres des trois articles qui le composent suffisent à se faire une idée de la teneur du dossier : «Chaud devant. Il n’y a pas qu’en poussant les radiateurs à fond que vous pouvez faire monter la température», «Hotel Californication, Cum as you are. Et si on s’inspirait des décors de films porno pour choisir notre prochaine destination de vacances?» et «Fauteuil interdit aux moins de 18 ans. La chaise de Le Corbusier s’incruste dans le porno». Le tout à grand renfort d’images particulièrement suggestives, vulgaires, voire scabreuses.

L’hebdomadaire gratuit Stylist est massivement diffusé dans plusieurs grandes villes de France dont Nice. Si ce magazine est destiné aux femmes adultes, il n’en demeure pas moins qu’il est mis à la portée de tous. Distribué dans des lieux publics fréquentés, un mineur peut se le procurer sans la moindre difficulté. Aucun parent, soucieux de l’éducation et du bien de ses enfants, ne peut l’accepter.

À la suite de l’association des Juristes pour l’Enfance, la seule jusqu’à présent à avoir eu le courage de dénoncer ce scandale, Marie-Christine Arnautu a adressé ce jour une lettre ouverte à Monsieur

Lire la suite de l'article

Le magazine Stylist met la pornographie à la portée de vos enfants

Capture d’écran 2017-11-13 à 07.26.42Le magazine STYLIST, hebdomadaire gratuit distribué dans les lieux publics met la pornographie à la portée de vos enfants !

Diffusé massivement dans les lieux très fréquentés de 10 villes de France (transports en commun, halls d'entreprise, centres commerciaux), le magazine féminin Stylist se veut, selon le PDG du groupe Marie Claire: « conçu pour que les femmes le ramènent chez elles », mais il est mis délibérément à la portée de tous y compris des enfants !

Sous couvert de rupture de codes, la rédaction prodigue dans un dossier de 5 pages intitulé « Chaud devant » ses recettes pour imiter à la maison des scènes de films pornographiques légalement interdites aux mineurs, photos à l’appui. Des conseils du type : « Hotel californication et si on s’inspirait des décors de films porno pour choisir notre prochaine destination de vacances ? » ou encore « Ayez l’esprit mal placé les designers n’ont jamais caché leur influence cul… patères en forme de seins…fauteuils foufounes et autres sextoys poignées pilules » sont largement dispensés au fil des pages.

A l’heure où les stars soutenues par les médias dénoncent les abus dont elles ont été victimes y compris dans leur enfance, il est temps de se mobiliser pour freiner la déferlante pornographique qui une fois de plus porte gravement atteinte aux droits les plus élémentaires des enfants et heurte leur pudeur.

L’association Juristes Pour l’Enfance propose à chacun d’entre vous une action bien concrète de protestation :

  • auprès du magazine Stylist,

Lire la suite de l'article

11 novembre : cérémonie à Paris contre la guerre aux enfants à naître

Les amis de Jean-Bernard Grenouilleau (1929-2011), fondateur de Laissez-Les-Vivre SOS Futures Mères et inventeur du nom vous invitent à commémorer la 31ème  cérémonie :

« Plus jamais la guerre aux enfants à naître »

Le samedi 11 novembre 2017 à 11 heures, place du Trocadéro, Paris (16e).

Lire la suite de l'article

Avoir élevé des enfants, futurs cotisants, constitue une contribution différée aux régimes de retraites

Intéressante réflexion parue sur le blog de la CFTC métallurgie des Yvelines :

"1) Plafonnement des majorations familiales des retraites complémentaires

Je ne comprends pas absolument  que la CFTC ait pu signer l’accord du 18 mars 2001 instaurant un plafonnement rétroactif à 1000 euros des majorations familiales des retraites AGIRC pour toutes les retraites liquidées à partir de 2002  quelque soit le nombre d’enfant, alors qu’antérieurement la majoration était de 8% pour trois enfants plus 4% pour chaque enfant du 4ème au 7ème. (Une famille ayant élevé 6 enfants peut voir sa retraite AGIRC (cadres) amputée de 4000 euros par an, sans que le cotisant puisse s’y opposer).

Ces majorations étaient à mon sens doublement justifiées :

– Du fait qu’avoir élevé des enfants, qui sont de futurs cotisants,  constitue une contribution différée aux régimes de retraites

– Du fait que les femmes ayant élevé une famille nombreuse ont des retraites beaucoup plus faibles que les hommes.

Le plafonnement rétroactif peut légitimement être ressenti comme une rupture unilatérale de contrat de la part de l’AGIRC. On peut toutefois admettre qu’il était moins justifiable que ces majorations soient proportionnelles aux salaires perçus au cours de la carrière, mais on aurait alors du les remplacer  par une majoration forfaitaire proportionnelle au nombre d’enfants élevés.

2) Modulation des allocations familiales.

Outre l’atteinte portée au principe d’universalité des allocations familiales et à la distinction entre politique familiale et politique sociale, la modulation telle qu’elle a été mise en œuvre, constitue une discrimination grave au

Lire la suite de l'article

23 octobre 1956. Souvenez-vous des enfants de Budapest

Le 23 octobre 1956, les habitants de Budapest manifestent contre le gouvernement communiste de Hongrie. La manifestation tourne rapidement à l'émeute. Cette effervescence puise son origine dans les espoirs soulevés par la mort de Staline.

Les dirigeants hongrois appellent demandent aux troupes soviétiques qui stationnent autour de la capitale de les aider à rétablir l'ordre. Dans un premier temps, les Soviétiques tentent mollement d'intervenir avant de se retirer le 27 octobre. Les Hongrois croient que l'heure de la victoire a sonné. Le pays s'enflamme. L'insurrection dégénère le 30 octobre avec, à Budapest, l'occupation du siège du parti communiste.

Le dimanche 4 novembre, l'Armée Rouge investit Budapest. Au total pas moins de 8 divisions et plusieurs centaines de chars. Les insurgés, étudiants aussi bien que salariés, résistent avec héroïsme mais n'en sont pas moins écrasés. La répression fait environ 200 000 morts tandis que 160 000 personnes se réfugient en Europe de l'Ouest.

Le 23 octobre est aujourd'hui fête nationale en Hongrie. Mais en France le mémoricide sur les crimes du communisme bat son plein.

Lire la suite de l'article

Qu’en est-il du financement des Auxiliaires de Vie Scolaire dans les écoles qui acceptent les enfants handicapés ?

Témoignage : ses deux filles sont dans une école indépendante qui était la seule option à proximité de la maison. Résultat : l'AVS qui était financée dans le public ne l'est plus et ils doivent compter sur la famille et les amis pour les aider. Est-ce normal ?

Lire la suite de l'article

“Migrations” : il ne faudrait pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages

De Jacques de Guillebon dans La Nef, à propos des derniers propos du pape sur l'immigration :

FIC135494HAB33"[…] On nous a beaucoup reproché de manquer de respect à la parole du pape actuel. Ce n’est pas du tout notre intention, et nous n’avons nulle volonté de créer du scandale. Mais il faut avouer que nous sommes nombreux à être troublés par son discours en cette matière, qui en plus de faire fi de la pensée traditionnelle de l’Église sur les nations, semble faire peu de cas des réalités actuelles. Et surtout pose, même si ce n’est certainement pas son but, à nouveau la grande question des rapports du spirituel et du temporel. Non point que nous croyions comme certains laïcards que l’Église n’ait son mot à dire dans les affaires humaines – et la DSE que nous venons de citer est là pour témoigner du contraire. Mais cette DSE pose elle-même ses propres limites :

« La doctrine sociale implique également des responsabilités relatives à la construction, à l'organisation et au fonctionnement de la société : obligations politiques, économiques, administratives, c'est-à-dire de nature séculière, qui appartiennent aux fidèles laïcs, et non pas aux prêtres ni aux religieux. Ces responsabilités reviennent aux laïcs d'une façon spécifique, en raison de la condition séculière de leur état de vie et du caractère séculier de leur vocation : à travers ces responsabilités, les laïcs mettent en pratique l'enseignement social et accomplissent la mission séculière de l’Église. »

LA RESPONSABILITÉ DES LAÏCS

Alors, en

Lire la suite de l'article

L’identité des enfants n’est pas un jeu : le bus CitizenGo arrive à Paris

Le bus circulera dans Paris et l'Ile de France du 3 au 8 octobre. Il vient dénoncer l'idéologie du genre, qui s'insinue partout et notamment à l'école.

Image

Une lettre ouverte au ministre de l'Education nationale est à signer ici. De plus en plus, l’Education nationale utilise des « études de genre » pour lutter contre les inégalités hommes-femmes. Et le résultat, c’est qu’au lieu de lutter contre ces inégalités, l’Education Nationale promeut l’indifférenciation sexuelle : il n’y a plus d’inégalité puisqu’il n’y a plus de différence ! S’il y a indifférenciation des sexes, si le genre n’est qu’une question de culture, alors on peut choisir son sexe. Pour les enfants scolarisés, on brouille donc les repères de base. Les enfants sont en train de bâtir leur personnalité. Ils sont fragiles et perméables aux enseignements qu’on leur donne.

Leur inculquer dès le plus jeune âge qu’être homme ou femme n’est que le résultat d’une culture et que l’on peut choisir, c’est mettre en danger leur construction. C’est un mensonge, mais c’est également un énorme danger pour les enfants. Nous croyons fermement que les enfants n’ont pas à subir des expérimentations d’idéologues pendant la période cruciale de construction de leur personnalité. Il y a un véritable risque de  déconstruction de leur personnalité. 

C’est pourquoi nous voulons, par cette pétition et par notre bus, faire savoir à tous les parents d’élèves que l’identité des enfants n’est pas un jeu. Et que leur genre n’est pas un choix. On ne devient pas femme : on nait femme. On ne

Lire la suite de l'article