Archives par étiquette : énergies

Rémy Prud’homme : Le Mythe des énergies renouvelables

Alors que le ministre de l’écologie Nicolas Hulot revient sur de plus en plus de promesses, le poids du politiquement correct sur les questions écologiques pèsent toujours lourd sur les mentalités.

Ancien directeur adjoint de l’environnement à l’OCDE, Rémy Prud’homme publie “Le mythe des énergies renouvelables”. Un ouvrage documenté et sans concession qui a le mérite de faire entendre un souffle nouveau sur les modes de productions énergétiques alternatifs.

Lire la suite de l'article

Le diocèse de Lyon déplore un acharnement qui se trompe de cible et disperse les énergies inutilement

Le diocèse de Lyon répond à l'acharnement à l'encontre du cardinal Barbarin :

"Le diocèse de Lyon prend acte que plusieurs des victimes du P. Bernard Preynat intentent une nouvelle action judiciaire contre le cardinal Philippe Barbarin et plusieurs de ses collaborateurs pour « non dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs » et pour « non-assistance à personnes en péril ».

L’enquête préliminaire ouverte pour les mêmes raisons avait pourtant été classée sans suite au 1er août 2016, après plusieurs mois d’investigations, de perquisitions et plusieurs dizaines d’heures d’auditions.

Le diocèse de Lyon regrette qu’une nouvelle action de justice ait été préférée à un dialogue, pourtant plusieurs fois proposé par les autorités diocésaines à la Parole Libérée. Comment comprendre ce recours judiciaire alors même qu’il ne semble justifié par aucun élément nouveau ? Le Procureur de la République de Lyon avait, dans un avis, particulièrement motivé, jugé qu’aucune infraction n’avait été commise par le cardinal.

La question de la prescription évoquée par la Parole libérée, ce 23 mai 2017, n’était pas la justification du classement sans suite rendu par les magistrats du Parquet le 1er août 2016. Ils avaient en effet estimé que le cardinal Barbarin n’avait nullement entravé les démarches de la justice. Le parquet avait noté par ailleurs que les personnes concernées étaient majeures lorsqu’elles ont pris contact avec le diocèse et qu’elles « ne présentaient pas un état actuel de vulnérabilité ou de faiblesse de nature à les empêcher de révéler personnellement à la justice les faits subis par elles-mêmes ou

Lire la suite de l'article

Libérer les énergies économiques est bel et bien une nécessité

Dans La Nef, Christophe Geffroy revient sur l'élection de François Fillon et écrit :

Images-7"[…] il faudrait quand même un jour délaisser les réflexes pavloviens qui font de toute volonté de réformer la bureaucratie française tentaculaire une dérive « ultralibérale » à proscrire absolument. Notre pays a atteint un tel niveau de complexité administrative et de prélèvements obligatoires, qu’il n’est pas illégitime de vouloir s’attaquer à ces forteresses. Libérer les énergies économiques est bel et bien une nécessité, F. Fillon a là-dessus raison, le problème est qu’il l’envisage à sens unique (c’est en cela qu’il est libéral) sans prendre suffisamment en compte le besoin de sécurité et de protection qui est celui du peuple dans une conjoncture aussi exposée que la nôtre.

Le FN l’attaque en priorité sur ce terrain tout en étant persuadé que le positionnement « libéral-conservateur » de F. Fillon est une baudruche qui se dégonflera très vite. Je ne m’aventurerai pas à supputer les convictions profondes de l’homme qui a été cinq ans le premier ministre du président Sarkozy avec les résultats que l’on connaît. Mais je pense en revanche avec Marcel Gauchet que le très large succès qu’il a remporté à la primaire n’est pas le fait du hasard et correspond à un mouvement de fond.

En effet, Marcel Gauchet explique qu’il existe trois grandes familles idéologiques qui correspondent aux besoins fondamentaux de toute communauté politique moderne : la famille conservatrice, la libérale et la socialiste. Notre système politique a ramené ces trois familles dans une opposition binaire droite/gauche,

Lire la suite de l'article

“Désinvestir les énergies fossiles” ?

Tel est  l'appel lancé par un groupe de leaders chrétiens. Ils appellent à  "désinvestir les énergies fossiles (sic)" et à convertir les portefeuilles d'actions dans des entreprises plus "durables". Stanislas de LARMINAT décrypte l'information.

"L’initiative n’est que la copie d’une campagne internationale lancée par un américain, Bill McKibben.…., un méthodiste malthusien notoire …, auteur d'un livre « May be one - Personal and Environmental Argument for Single Child Families »… Il souhaite une « réforme de l'immigration – pour le climat », les États-Unis ayant besoin des immigrés pour concevoir plus facilement les politiques  nécessaires à lutter contre le changement climatique."

L'auteur dénonce trois méprises:

– La méprise scientifique

Le postulat scientifique de la cause humaine des variations climatiques est loin d’être partagé… Pourquoi cette concomitance entre l'encyclique et l'appel au désinvestissement carbonique ? …C'est oublier l’appel du Pape à continuer le dialogue scientifique : « L’Église n’a pas la prétention de juger des questions scientifiques ni de se substituer à la politique, mais j’invite à un débat honnête et transparent, pour que les besoins particuliers ou les idéologies n’affectent pas le bien commun » (Laudato si § 188)

– La méprise économique

Le concept de durabilité ne se résume pas à un désinvestissement du secteur des énergies fossiles. Jouer la « croissance verte » n’est pas un but en soi. Que deviendront les milliards investis dans des fonds financiers verts, s’il advenait que le réchauffement climatique s’est inversé ? Depuis 15 ans, le Giec lui-même a reconnu ce plateau dans l’évolution des températures.

Lire la suite de l'article

“Désinvestir les énergies fossiles” ?

Tel est  l'appel lancé par un groupe de leaders chrétiens. Ils appellent à  "désinvestir les énergies fossiles (sic)" et à convertir les portefeuilles d'actions dans des entreprises plus "durables". Stanislas de LARMINAT décrypte l'information.

"L’initiative n’est que la copie d’une campagne internationale lancée par un américain, Bill McKibben.…., un méthodiste malthusien notoire …, auteur d'un livre « May be one - Personal and Environmental Argument for Single Child Families »… Il souhaite une « réforme de l'immigration – pour le climat », les États-Unis ayant besoin des immigrés pour concevoir plus facilement les politiques  nécessaires à lutter contre le changement climatique."

L'auteur dénonce trois méprises:

– La méprise scientifique

Le postulat scientifique de la cause humaine des variations climatiques est loin d’être partagé… Pourquoi cette concomitance entre l'encyclique et l'appel au désinvestissement carbonique ? …C'est oublier l’appel du Pape à continuer le dialogue scientifique : « L’Église n’a pas la prétention de juger des questions scientifiques ni de se substituer à la politique, mais j’invite à un débat honnête et transparent, pour que les besoins particuliers ou les idéologies n’affectent pas le bien commun » (Laudato si § 188)

– La méprise économique

Le concept de durabilité ne se résume pas à un désinvestissement du secteur des énergies fossiles. Jouer la « croissance verte » n’est pas un but en soi. Que deviendront les milliards investis dans des fonds financiers verts, s’il advenait que le réchauffement climatique s’est inversé ? Depuis 15 ans, le Giec lui-même a reconnu ce plateau dans l’évolution des températures.

Lire la suite de l'article