Archives par étiquette : élu

Mgr Joseph Naumann élu à la tête de la Commission pour les activités pro-vie des Etats-Unis

Joseph_NaumannLes évêques américains ont élu à la tête de leur Commission pour les activités pro-vie Mgr Joseph Naumann, archevêque de Kansas-City. Mgr Joseph Naumann est connu pour son engagement sans faille pour la vie et contre la culture de mort.

Le favori était Mgr Cupich, archevêque de Chicago, nommé et élevé à la pourpre cardinalice par François. Le Wall Street Journal résume :

« La conférence des évêques catholiques américains a choisi mardi un archevêque conservateur pour un poste clef, donnant un signe de résistance à la vision du pape François pour l’Eglise parmi la hiérarchie catholique aux Etats-Unis. Mgr Joseph Naumann, archevêque de Kansas-City, a été élu président de la Commission pour les activités pro-vie. Par un vote de 96 contre 82, il a battu le cardinal Blase Cupich, de Chicago, qui est vu comme un libéral dans l’Eglise et un proche du pape. »

La tradition veut ou voulait que les commissions importantes soient présidées par un cardinal, et celle-ci a toujours été présidée par un cardinal.

Les Prêtres pour la Vie ont aussitôt salué cette élection.

« Nous le connaissons depuis près de 25 ans, depuis qu’il était directeur de la commission diocésaine pour la vie de Saint-Louis. ll a toujours encouragé nos efforts. »

En mai dernier, Mgr Naumann avait demandait que l’archidiocèse de Kansas-City coupe les ponts avec les « Girl Scouts USA » en raison de leurs liens avec le Planning familial.

« Il est essentiel que nos programmes pour la jeunesse et nos paroisses affirment des vertus et des valeurs cohérentes avec notre

Lire la suite de l'article

Un chrétien élu à la tête du Parlement

En Syrie :

Unknown-11"Les députés syriens ont élu aujourd'hui un nouveau chef du Parlement, Hammoudé Sabbagh, qui devient le premier chrétien à obtenir ce poste depuis des décennies en Syrie. Sabbagh, 58 ans et chrétien syriaque originaire de la province de Hassaké (nord-est), a obtenu 193 voix sur 252, selon les médias officiels.

C'est le premier chrétien à obtenir ce poste depuis Fares el-Khoury qui avait été élu à deux reprises durant le mandat français (1920-1946) et une troisième fois après l'indépendance de la Syrie. Licencié en droit, Sabbagh est comme la majorité des parlementaires syriens membre du Baas, parti au pouvoir depuis un demi-siècle après l'avènement de Hafez al-Assad, père de l'actuel président Bachar al-Assad."

Lire la suite de l'article

Un élu FN rejoint le Parti de la France de Carl Lang

Alors que le FN est en séminaire de refondation afin d'examiner sa ligne politique, stratégie et sa communication, le PDF annonce que Rudy Fabre, 30 ans, conseiller municipal FN de Fleury d’Aude rejoint le Parti de la France. Rudy Fabre a évoqué ses désaccords concernant les orientations politiques de Marine Le Pen.

Lire la suite de l'article

Selon un élu FN, il ne faut plus “négliger l’électorat de droite”

Pierre Cheynet, conseiller municipal et communautaire d’Aurec-sur-Loire, membre élu du comité central du FN, SD de Haute-Loire de novembre 2000 à décembre 2014, fait 14 propositions sur sa page Facebook pour réformer le FN. Extrait :

  • Unknown-14Ne plus négliger l’électorat de droite, proche de nos idées et faiseur de roi dans le cadre de nombreux seconds tours. La liberté d’entreprendre, la défense de la famille ou la promotion du mérite sont des valeurs centrales au sein de notre famille politique. Il est contre-productif de les ringardiser ou de les reléguer au second plan.
  • Cesser de tenir un discours anxiogène sur l’Europe : nous sommes pour une Europe des nations, pas pour la mort de l’Europe. Les formules trop simplistes effrayent un grand nombre d’électeurs sensibles à la communauté de valeurs qui nous unit à nos voisins européens et que l’UE trahit par sa politique mondialiste et libre-échangiste.
  • Ne plus mépriser les identités régionales au nom d’un jacobinisme qui n’a plus lieu d’être aujourd’hui. Beaucoup de Français patriotes sont attachés à nos régions, à leurs particularismes et même à leur langue parfois. Il est absurde d’opposer cette légitime fierté au sentiment national. L’un et l’autre procèdent de la même logique d’enracinement.
  • Ne pas transformer le vote frontiste un vote de classe. C’est une fierté pour le FN d’être, depuis 1995, le premier parti ouvrier de France. Mais ce serait un problème pour lui de n’être que cela. Le Front se nourrit depuis toujours de la diversité du peuple français,

Lire la suite de l'article

Libéralisme et Progressisme contraires à sa foi : un dirigeant politique et élu anglais démissionne.

C’est une première. Un choc considérable pour la vieille Angleterre. Tim Farron, 47 ans, dirigeant du parti libéral-démocrate, troisième mouvement politique britannique après les conservateurs et les travaillistes, a présenté sa démission au nom de sa foi chrétienne.

« Je me suis trouvé déchiré, entre mon désir de vivre en chrétien fidèle et être dirigeant politique »

Cette démission achève deux ans de harcèlement médiatique. En 2015, Tim Farron est désigné par ses pairs comme chef du parti. Jeune et souriant, il incarne parfaitement la ligne centriste que veulent incarner les libéraux-démocrates : un libéralisme économique modéré entre les conservateurs et les travaillistes, une défense des services publics et un attachement affirmé à l’Europe.

Mais à peine Tim Farron est-il nommé, qu’il est aussitôt attaqué sur sa vision du mariage homosexuel. En effet, le chef des libéraux-démocrates est chrétien pratiquant, membre de l’aile « évangélique » de l’Église anglicane. Fidèle à l’enseignement de son Église, Tim Farron n’a pas milité pour le mariage homosexuel.  Il s’est même abstenu lors du vote de la loi au Parlement britannique en troisième lecture, après avoir voté pour les lectures précédentes, tout en appelant à la protection de l'objection de conscience pour ceux qui s'y opposent. Un crime pour certains journalistes, qui l’ont aussitôt pris pour cible. Dès le mois de mai 2015, le quotidien The Guardian de tendance libertaire, l’accusait à demi-mot d’homophobie, pour s’être abstenu de voter le mariage homosexuel.

Même harcèlement sur l’avortement, dont il disait dans un entretien accordé

Lire la suite de l'article

Enfin : un élu LR se présente contre NKM

On se souvient que François Fillon avait légué sa circonscription en or à NKM, qui marchandait son ralliement. Comme quoi en politique, le rapport de force à une importance.

Suite au ralliement de NKM à Emmanuel Macron, Jean-Pierre Lecoq, maire Les Républicains du 6e arrondissement de Paris, a annoncé sa candidature dans la 2e circonscription de Paris, où Nathalie Kosciusko-Morizet a été investie. Il compte se présenter "en tant que candidat divers droite". M. Lecoq était investi par LR dans la 11e circonscription de Paris, tenue par le socialiste Pascal Cherki.

En repoussant NKM vers la gauche, M. Lecoq oeuvre en faveur de la recomposition à droite.

Commentaires (2)

M.Lecocq est un chiraquien historique, qui s'était opposé dans les années 80 à Pierre Bas, ancien Maire du 6 eme, qui avait rallié Raymond Barre

Rédigé par : bébert | 16 mai 2017 19:11:57
____________________________________

Lu, je ne sais plus où, ces dernières minutes: compte tenu des péripéties à rebondissement des campagnes électorales, il n'est pas impossible que, d'ici le jour du vote, Jean-Pierre Lecoq soit officiellement le candidat LR!

Rédigé par : C.B. | 16 mai 2017 19:25:07
____________________________________

Lire la suite de l'article

Une élection qui pose question : un Président élu « par défaut », une incertitude forte sur le cap politique, un pays divisé

Communiqué de La Manif Pour Tous :

Capture d’écran 2017-05-10 à 18.06.29"Entre l'abstention record pour un 2ème tour d'élection présidentielle, le niveau des bulletins blancs et les motivations du vote en faveur d'Emmanuel Macron, le nouveau Président de la République a manifestement été élu « par défaut ». Il a davantage fédéré les opposants à Marine Le Pen que ses propres partisans : seuls 16% de ses électeurs du 2ème tour ont voté pour soutenir son programme et 8% pour sa personnalité. Conséquence directe : Emmanuel Macron va devoir rassembler les Français autour du plus petit dénominateur commun : lutter contre le fléau du chômage, source de tant de misère et de souffrance dans les familles, assurer la sécurité des Français en combattant le terrorisme et la délinquance et faire entendre la voix de la France au plan international.

Beaucoup de questions sans réponses

Quel est le projet d'Emmanuel Macron ? Quels sont ses véritables objectifs à court, moyen et long terme ? Quelle est sa vision pour la France ? Quelle sera sa méthode ? Quelle sera sa feuille de route d'action gouvernementale ? Avec quelle équipe entend-il gouverner ? Quelle sera la composition des cabinets ministériels ? Qui seront ses candidats aux législatives ? La République en marche sera-t-elle un parti politique comme les autres ? Si non, quelles seront ses spécificités ? Quelles relations entretiendra-t-il avec les autres partis politiques ? Comment compte-t-il garantir aux Français qu'il a entendu le message adressé au 1er puis au 2ème tour de l'élection présidentielle (votes extrêmes importants, votes blancs et nuls,

Lire la suite de l'article

Si Emmanuel Macron est élu, le général de Villiers pourrait démissionner

Unknown-8Selon Challenges :

"De récents échanges entre Emmanuel Macron et le chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers, en attestent : ce dernier pourrait démissionner dès l’entrée en fonction du nouveau président, en raison de divergences budgétaires. Le candidat d’En Marche, soucieux de ne pas dépendre du seul Jean-Yves Le Drian pour les sujets militaires, s’appuie déjà toutefois sur Pierre Mignot. Tout au long de ce quinquennat, ce général de division à la retraite, vieil ami de famille de Ségolène Royal, a été régulièrement reçu à l'Elysée par François Hollande qui le sondait sur l’état et le moral des troupes ou du haut commandement. C’est donc désormais auprès d’Emmanuel Macron qu’il dispense ses conseils."

Lire la suite de l'article

Un élu LR/Sens Commun de La Réunion rallie officiellement Marine Le Pen

Image2Et il n'est pas le seul :

"Le Front national est très fier de l’annoncer en ce 1er mai. Philippe Ghanty, délégué du parti Les Républicains pour la 6e circonscription, a officiellement rejoint le FN hier. Egalement connu comme référent du collectif « Sens commun » à La Réunion, M. Ghanty est suivi dans sa démarche par Jean-Claude Fénelon, référent LR à Saint-André, qui rallie officiellement le FN.[Source] (…) Philippe Ghanty annonce qu’environ 80 membres du parti Les Républicains ont rejoint le camp de Marine Le Pen."

"Philippe Ghanty a annoncé son ralliement à la candidate frontiste lors d'un rassemblement d'hommage à Jeanne d'Arc organisé à Saint-André ce lundi matin. Ce dernier a considéré, au micro de RTL Réunion, que la décision de la plate-forme de la droite locale de soutenir Emmanuel Macron était "un vote schizophrène qui renie [l]es valeurs patriotiques [de la droite]". Il avait également affirmé que "80% de la base des adhérents LR ne voteront jamais Emmanuel Macron" pour justifier son ralliement."

Une procédure d'exclusion a immédiatement été engagée part Les Républicains.

Lire la suite de l'article

Farid Smahi, ancien élu FN, interpelle Anne Hidalgo sur les Champs Elysées

Il faut traduire en justice tous les ministres de l'Intérieur :

Lire la suite de l'article

Un élu menacé avec une arme

Unknown-35Branle-bas de combat dans le gouvernement : le ministre de l'Intérieur appelle à sauver la démocratie, le président de la République publie un communiqué courroucé, les médias s'indignent de cette atteinte intolérable au système que le monde nous envie…

Ah non, le conseiller régional et municipal menacé par deux hommes qui ont braqué une arme dans sa direction hier soir alors qu'il collait des affiches dans les rues de la ville, n'a pas eu droit a autant d'égards. Est-ce parce qu'il est élu FN ?

Lire la suite de l'article

Carole Delga (PS) tente de retirer le micro à un élu FN du Conseil régional d’Occitanie

DScène incroyable : la présidente PS du Conseil Régional Carole Delga s’oppose physiquement aux propos tenus par un élu du Front National.

A ce moment, la présidente était sortie de la salle de réunion pour raisons personnelles. La séance était alors présidée par la première vice-présidente Sylvia Pinel. Les échanges sont alors houleux entre la gauche et la droite. A son retour dans la salle, la présidente Delga entend un élu FN, Emmanuel Crenne, dire que les socialistes qui « ont voté les pleins pouvoirs à Pétain en 1940 », n’ont pas de leçon de démocratie à donner aux élus FN. Elle passe près de lui, puis revient sur ses pas et tente de lui arracher son micro.

La séance a ensuite été suspendue et une réunion d’urgence organisée avec les présidents de groupe.

Lire la suite de l'article