Archives par étiquette : d’une

Dévoilement d’une plaque à la mémoire d’Augustin Jordan, Commandeur de la Légion d’Honneur, Compagnon de la Libération

DefaultLe dévoilement de la plaque aura lieu demain jeudi 14 Juin au 3 place d’Iena à Paris.

Augustin Jordan est né à Paris, le 10 décembre 1910. Après des études secondaires au collège Stanislas, il est licencié ès-lettres et en droit, puis diplômé de l'Ecole libre des Sciences politiques ainsi qu'en droit public et en économie politique. Il fait son service militaire dans la cavalerie (1931-1932) au 4e Dragons Portés à Verdun puis devient le collaborateur de Louis Joxe au Centre d'Etudes de politique étrangère et de Pierre Brossolette à l'Europe Nouvelle de 1934 à 1937. En décembre 1937, il devient à Casablanca Secrétaire général du Comité central des Industriels.

En 1939, il est mobilisé à Marrakech comme maréchal des Logis au 2e Régiment de Spahis Marocains qui prend position dans les Ardennes de novembre 1939 à janvier 1940. Augustin Jordan suit un cours d'aspirant à Saumur et promu aspirant est envoyé à Marrakech. Le 18 juin 1940, il entend l'Appel du général de Gaulle au cercle des officiers et il obtient d'être rapidement démobilisé. Après l'obtention d'un visa espagnol, il rejoint, via Gibraltar, les Forces françaises libres à Londres le 19 septembre 1940, après un voyage de trois semaines.

Jusqu'en février 1941, il travaille d'abord aux services civils de Carlton Gardens (QG des FFL), où, avec Joseph Hackinet Pierre-Olivier Lapie notamment, il œuvre au développement des premiers comités de la France libre qui sont apparus un peu partout dans le monde, dès l'été 1940, en soutien à l'action du général de Gaulle.Il souhaite

Lire la suite de l'article

Il est permis d’accrocher le drapeau national frappé d’une croix de Lorraine

La sous-préfecture de Libourne a communiqué mardi, dans l'affaire opposant le maire socialiste de Sainte-Terre (Gironde) à l'habitant qui a accroché à son balcon le drapeau de la France Libre.

6a00d83451619c69e20224e03a9e6d200d-200wi« La sous-préfecture de Libourne a été saisie par le maire de Sainte-Terre sur la présence, au fronton d'un bâtiment privé, d'un drapeau national frappé d'une croix de Lorraine. Après examen, la préfecture confirme qu'il n' y a pas de règles opposables en la matière et qu'un particulier peut dresser sur un bâtiment lui appartenant l'emblème national, sous réserve de ne pas porter atteinte à la sécurité des personnes et du respect du drapeau national. »

Lire la suite de l'article

Nous sommes tombés dans le piège de François Mitterrand d’une diabolisation de l’extrême-droite

Ancien président des Jeunes avec Calmels, Erik Tegnér a quitté le mouvement de jeunesse soutenant la Bordelaise, star montante des Républicains pressentie pour prendre la tête de liste du parti de droite – plus que jamais en berne dans les sondages – aux prochaines élections européennes. Il répond à L'Incorrect :

Pourquoi avoir quitté le mouvement des Jeunes avec Calmels dont vous occupiez la fonction de président ?   

Unknown-17J’ai la plus grande estime et le plus grand respect pour Virginie Calmels qui m’a donné la chance de travailler à ses côtés durant plus de deux ans, en me laissant travailler auprès d’elle comme conseiller sur les idées et le fond tout comme sur son mouvement jeunes. Je l’ai rejointe car j’admirais chez elle la nouveauté, son expérience exceptionnelle dans le secteur privé et sa sincérité à vouloir porter une parole de droite. J’ai beaucoup de respect envers Virginie Calmels en tant que femme mais je ne me retrouvais plus dans sa ligne. Je suis pour une union des droites dans la logique de l’appel d’Angers de Thierry Mariani qui appelait toutes les personnalités revendiquées de droite à se rassembler autour d’un projet commun. Non pas une alliance entre partis sur la base de combines politiciennes, mais un rassemblement autour d’idées communes.

Il faut aujourd’hui parler à des personnalités comme Nicolas Dupont-Aignan, Emmanuelle Ménard, Gilbert Collard ou encore Marion Maréchal Le Pen si elle décidait de revenir dans l’arène politique. Discutons et nous verrons bien ! Et puis, cessons l’hypocrisie. Guillaume Peltier,

Lire la suite de l'article

Agression contre Robert ménard : le portrait d’une gauche agonisante dont le seul argument est la violence

De Jean-Jacques Edard, président du mouvement "Pour la France", qui avait invité Robert Ménard à St André :

"Quand il n'y a plus rien à prouver, qu'il n'y a plus d'intelligence, alors surgissent l'insulte, le mensonge, la violence et la brutalité, de véritables animaux sauvages en meute hurlante pour s'attaquer à un homme petit par sa taille mais grand par son parcours, son charisme et ses analyses.

A St André de Cubzac c'est avec une grande tristesse que j'ai vu des élus et non des moindres haranguer quelques excités venus d'on ne sait d'où… Elu local moi-même, je pensais que notre rôle était avant tout de rechercher l'apaisement , la conciliation, la qualité de vie dans cette mosaïque que composent nos villages, nos hameaux, notre territoire. Nous ne pensons pas tous pareil mais nous sommes voisins et vivons côte à côte.

Ce samedi 5 mai à 14h, quelle stupéfaction de voir un directeur de CFM (centre de formation multimétiers) participer physiquement à l'agression de Robert Ménard. Je pensais que cet homme chargé d'accompagner la formation de nombreux adolescents avait un devoir d'exemplarité… que nenni… il était parmi les plus virulents, les plus violents promoteurs de haine. Que doit-on penser de son rôle dans cet établissement ?

Un ancien député… contesté par ses anciens amis… était-il là par amertume de voir que son parti se déchire et perd pied… peut être pensait-il que cette violence referait l'union qu'il n'a pas su préserver… ? Des maires et des adjoints restés passifs

Lire la suite de l'article

Le viol d’une octogénaire par un immigré clandestin, est-ce plus grave que l’action de Defend Europe ?

Il faut croire que non car cette affaire ne semble scandaliser ni nos politiques ni nos médias :

"Dans la nuit du 22 avril dernier, une habitante du 9e arrondissement de Lyon a été violée à son domicile par un cambrioleur. Un acte ignoble qui avait duré près de deux heures pour la victime âgée de 87 ans, piégée dans son propre appartement de la rue Pierre Audry. Grâce à de l'ADN retrouvé sur place, la police a réussi à rapidement identifier un suspect. Il s'agissait d'un individu sans-papier arrivé à Lyon quelques mois auparavant et qui vivait dans la rue. Les forces de l'ordre le connaissaient déjà car il avait réalisé plusieurs cambriolages dans l'agglomération, parfois avec violences.

[…] Lors de sa garde à vue, l'individu originaire du Maghreb a tenté de s'en sortir en expliquant être seulement âgé de 16 ans. Puis il a expliqué aux enquêteurs que sa victime était consentante. Une version qu'il n'a pas pu tenir face à l'octogénaire lors de leur confrontation. Cette dernière a soutenu son regard, obtenant ainsi des aveux complets du violeur."

Lire la suite de l'article

De Mahomet à Jésus: récit d’une conversion

Issue d'une famille musulmane, l'ayant toujours rejetée et humiliée, Jeanne (son futur nom de baptême) témoigne de ses rencontres intimes avec le Christ. Récit d'une conversion et témoignage de foi lors du Forum Jésus le Messie du 20 et 21 avril à l'ICES – Institut Catholique de Vendée au micro de Thomas Cauchebrais de RCF Vendée.

Lire la suite de l'article

La Bavière exige la pose d’une croix dans tous les bâtiments publics

227730811Le gouvernement du Land de Bavière a décidé qu’à partir du 1er juin il devra y avoir une croix dans le hall d’entrée de tous les bâtiments publics.

« Une croix clairement perceptible dans les entrées de tout immeuble de bureaux de l’Etat libre, exprimant le caractère historique et culturel bavarois, représentera visiblement les valeurs de l’ordre juridique et social en Bavière et en Allemagne. »

La croix est le « symbole fondamental de l’identité culturelle chrétienne occidentale ».

Le ministre-président de Bavière, Markus Söder, a donné l’exemple en accrochant dans le hall de la chancellerie une croix que lui avait offerte l’ancien archevêque de Munich le cardinal Friedrich Wetter.

Commentaires (3)

"In hoc signo vinces"

PAR CE SIGNE, TU VAINCRAS

C'est en effet la SEULE Façon d'empêcher les migrants d'arriver chez nous! … Et d'assimiler ceux qui sont arrivés malgré nous sur nos terres du fait de la trahison de nos z'élites LGBT !

Rédigé par : jejomau | 25 avr 2018 14:34:27
____________________________________

C'est une blague ou quoi ?

Rédigé par : San Juan | 25 avr 2018 15:03:08
____________________________________

Si ca n'est pas une blague, bravo la Bavière catholique. Oui, il me semble que la Bavière est catholique. Quoi qu'il en soit je connais un entrepreneur qui autrefois, au moment où l'Italie enlevait les crucifix des écoles, avait accroché des crucifix partout dans son entreprise…rien que pour "les" faire c…

Rédigé par : San Juan | 25 avr 2018 15:09:07
____________________________________

Lire la suite de l'article

Ouverture d’une école musulmane proche des Frères Musulmans en Sarthe

Communiqué du FN de la Sarthe :

"L’association musulmane ASR, créée au Mans il y a un an, projetterait d’ouvrir prochainement une école musulmane hors-contrat au Mans ou à Allonnes. Elle chercherait des locaux à louer pour installer une école primaire, puisque selon elle, la disponibilité du cerveau est à son paroxysme entre 5 et 11 ans !

En France aujourd’hui, ce sont plus de 90 écoles musulmanes sous-contrat ou hors-contrat qui sont ouvertes. Elles n’étaient qu’une cinquantaine il y a seulement 3 ans. Ces écoles sont pour la plupart sous l’emprise idéologique, religieuse et financière de l’UOIF créée par Nicolas Sarkozy. L’UOIF n’est autre que le bras armé français des Frères Musulmans, c’est-à-dire du salafisme et du terrorisme islamique sunnite. De nombreux maires se retrouvent démunis car la loi ne leur permet pas de contrôler ce qui se passe à l’intérieur de l’établissement. Ces écoles sont souvent adossées à des mosquées d’obédience salafiste qui dispensent un apprentissage rigoriste du Coran.

L’association ASR qui présente l’islam comme la 1ère religion de France (sic) a lancé en début d’année une opération de collecte de fonds qui a récolté moins de 3.000 € sur les 250.000 € espérés. Il semble donc évident que ce financement participatif ne suffira pas à assurer les charges de l’école, et s’apparente à un leurre masquant d’autres sources de financement. Sur sa page Facebook, l’association passe des annonces réservées aux hommes ou aux femmes pour recruter des coiffeurs ou coiffeuses selon le sexe de ceux qui

Lire la suite de l'article