Archives par étiquette : droits

Donald Trump nommerait une pro-vie comme ambassadrice sur les droits des femmes

Le président américain s'apprête à nommer Penny Young Nance comme ambassadrice itinérante sur les questions des droits des femmes dans le monde. Présidente de l'organisation Concerned Women for America ("Femmes inquiètes pour l'Amérique"), une organisation pro-vie. Le site de cette organisation montre en grand un embryon à protéger :

Capture d’écran 2017-11-09 à 22.25.41

Unknown-43En 2013, Penny Nance écrivait dans le Christian Post :

"L'avortement est le combat des droits de l'homme fondamental de notre époque. Pour la génération de nos grands-parents, la Shoah était l'atrocité la plus terrible commise contre l'humanité. Près d'un million et demi d'enfants juifs ont été tués dans le génocide nazi. Ce qui est honteux, c'est que depuis longtemps, l'Amérique a surpassé ce nombre de petites vies perdues à cause d'un cruel génocide."

Dans une tribune publiée en 2015 sur le site de l'alt-right Breitbart News, elle affirmait que les militants LGBT

"travaillaient infatigablement pour infiltrer les écoles et influencer les enfants de tout le pays. La plupart des parents ne veulent l'entendre, mais c'est la réalité. Les activistes gays vous contournent pour avoir vos enfants, et les écoles sont complices."

La Maison Blanche n'a pas encore confirmé l'information selon laquelle Penny Nance sera bientôt ambassadrice pour les droits des femmes dans le monde.

Lire la suite de l'article

L’avortement en raison d’un handicap chez le fœtus est contraire à la Convention relative aux droits des personnes handicapées

Le Comité des droits des personnes handicapées des Nations unies a officiellement affirmé que l’avortement des enfants en raison d’un handicap chez le fœtus est contraire à la Convention relative aux droits des personnes handicapées. ECLJ se réjouit :

Capture d’écran 2017-10-23 à 07.05.05"Alors qu’une pression importante s’exerce pour imposer la légalisation de l’avortement eugénique, le Comité des droits des personnes handicapées des Nations unies vient de déclarer dans un document officiel que « Les lois qui autorisent explicitement l’avortement en raison d’un handicap violent la Convention des droits des personnes handicapées (Art. 4,5 et 8). » Ce Comité poursuit en expliquant que ce type d’avortement est souvent basé sur des diagnostics erronés, et que « Même s’ils ne sont pas faux, cette affirmation perpétue le préjugé selon lequel le handicap serait incompatible avec une vie heureuse. »

Par cette déclaration, le Comité des droits des personnes handicapées s’oppose frontalement au Comité des droits de l’homme qui a entrepris de réinterpréter le « droit à la vie » comme comprenant un droit à l’avortement « tout particulièrement lorsque (…) le fœtus présente des malformations mortelles ». Le Comité des droits des personnes handicapées demande le retrait de cette affirmation.

La déclaration du Comité des droits des personnes handicapées est d’une grande importance. Elle rappelle, une nouvelle fois, la nécessité de s’opposer fermement à la tentation eugéniste qui repose sur le mépris de la faiblesse. Déjà, en 1947, les rédacteurs de la Déclaration universelle des droits de l’homme durent s’opposer à la tentative visant à permettre la

Lire la suite de l'article

L’ECLJ a remis au Comité des droits de l’homme son Mémoire en défense du respect de la vie

Ce Comité révise actuellement la définition internationale du « droit à la vie » et envisage d’imposer à tous les États la légalisation de l’avortement, du suicide assisté et de l’euthanasie au nom même du droit à la vie ! Pour contrer cette tentative, l’ECLJ a donné l’alerte, rédigé un Mémoire détaillé (consultable ici) et l’a remis au Comité en son nom et au nom des 132.710 personnes qui ont signé la pétition.

Dans son Mémoire, l’ECLJ alerte sur le fait que sous les apparences d’un progrès de l’autonomie individuelle, l’affirmation de la « liberté de mourir » et du « droit de tuer » est une régression des droits de l’homme portée par une conception inégalitaire de l’homme qui admet, voire encourage le sacrifice des plus faibles. Ce sont les femmes pauvres et isolées, les personnes âgées, malades, handicapées et les enfants à naître qui vont en être les victimes, comme en témoignent déjà les statistiques de l’avortement et de l’euthanasie. Si une telle interprétation devait prévaloir, le respect de la vie humaine ne serait plus garanti qu’aux seuls êtres nés et en bonne santé, abandonnant la vie des plus fragiles au pouvoir des plus forts et ouvrant la voie à l’eugénisme et au transhumanisme. Cette conception de l’humanité est précisément celle qui a été condamnée en 1948. Ce n’est pas un hasard si l’avortement et l’euthanasie ont d’abord été légalisés en U.R.S.S. et dans l’Allemagne nazie.

Le dépôt de ce Mémoire est une étape importante, mais la « bataille » continue !

Le Comité des droits

Lire la suite de l'article

Le Comité des droits de l’homme veut imposer la légalisation universelle de l’avortement et de l’euthanasie

Le Comité des droits de l’homme de l’ONU révise actuellement la définition du « droit à la vie » en droit international. Il envisage d’imposer à tous les États la légalisation de l’avortement, du suicide assisté et de l’euthanasie au nom même du droit à la vie !

Les lobbys de la culture de mort sont en passe de remporter une victoire décisive, dans la plus grande discrétion. Le texte final sera adopté dans les prochains mois. Il est encore possible de stopper cette manœuvre. Soutenez l’action de l’ECLJ auprès du Comité en cosignant le mémoire qu’il va lui remettre et en partageant cette alerte.

Ce Comité, qui rassemble 18 experts, est chargé de rédiger une interprétation officielle des dispositions du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (1966). Cette interprétation, appelée « observations générales », a une grande autorité sur les législateurs et les juridictions nationales car ce Comité a aussi le pouvoir de « juger » les États quant à leur respect de ce traité. Le projet d’observations générales affirme que l’accès à l’avortement est un droit au titre de l’article 6 du Pacte, alors même que celui-ci stipule que « le droit à la vie est inhérent à la personne humaine. Ce droit doit être protégé par la loi. Nul ne peut être arbitrairement privé de la vie ».

Ce faisant, le projet d’observations générales dénie toute protection à la vie humaine avant la naissance et pousse les 168 États-parties au Pacte à légaliser l’avortement à la demande. Le texte ne pose aucune

Lire la suite de l'article

Le père Hamel a-t-il été assassiné pour les Droits de l’Homme ?

Témoignage d'un lecteur :

1"De retour de St Etienne du Rouvray, un sentiment ambiguë m'habite, alors que va être célébré le 1er anniversaire de la mort du père Jacques Hamel, sauvagement assassiné.

Celui d'un côté d'une admiration pour ce prêtre qui a vécu fidèlement son sacerdoce pendant toute sa vie : il nous renvoie à la fidélité de nos petits actes du quotidien, ceux qui ont fait couler tant de belles rivières pour notre Eglise universelle à travers le monde.

Celui d'une colère sourde de l'autre de voir ce lieu transformé en une année en temple du laïcisme mais aussi du relativisme à l' égard de la communauté musulmane.

Pour preuve, voici en PJ la stèle qui sera inaugurée mercredi prochain, lendemain de la St Jacques – martyre du 1er siècle, sur la place de l'église avec ces articles de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

D'autre part, une peinture (certes de qualité) trône quant à elle à l'intérieur de l'église avec le message suivant : Peint et offert par Moubine, croyant musulman à St Etienne du Rouvray le 28 juillet 2016. Nous ne demandons qu'à croire que tous les musulmans ne sont pas aussi violents, mais ce n'est pas le lieu pour en débattre.

Le message évangélique se suffit à lui même, nul besoin d'en rajouter. Son annonce a conduit de très nombreux témoins au témoignage ultime de l'Amour, celui du martyre  : Aimer,simplement Aimer toujours plus."

Lire la suite de l'article

“Quel avenir pour les droits de l’homme s’il n’y a plus de nature humaine ?”

Voici la vidéo d'un séminaire de Rémi Brague organisé par la Mission permanente du Saint-Siège auprès du Conseil de l'Europe et le Centre européen pour le droit et la justice le 17 juin 2017, avec pour thème : "Quel avenir pour les droits de l'homme s'il n'y a plus de nature humaine ?

Alors que la culture occidentale est en profonde transformation, il convient de se demander quel peut être l’avenir des droits de l’homme à l’époque du post-humanisme et du transhumanisme qui nient toute nature humaine et réduisent la dignité à la volonté individuelle.

Le Professeur Rémi Brague est un philosophe français, membre de l’institut de France et Professeur émérite des universités Paris I et Munich. Il s’est distingué par sa réflexion sur l’humanisme, la loi et la culture européenne. Il a notamment publié Europe, la voie romaine (1992), La Loi de Dieu : Histoire philosophique d'une alliance (2008) ; Le Propre de l'homme : Sur une légitimité menacée (2013) ; Le Règne de l'homme : Genèse et échec du projet moderne (2015). Il a reçu le Prix Ratzinger pour la théologie en 2012.

Lire la suite de l'article

« Droits de l’homme et ‘bricolage procréatif’ »: la CEDH saisie par les deux «mères» d’un même enfant

La Cour européenne des droits de l’homme a été saisie d’une affaire ayant trait à la filiation d’un enfant conçu artificiellement par deux femmes vivant en couple. L’une des deux ressortissantes allemandes unies par un partenariat civil a mis au monde un enfant en ayant recours à la PMA en Belgique, car l’Allemagne réserve cette technique aux couples hétérosexuels souffrant d’infertilité.

L’enfant a été conçu au moyen d’un ovocyte prélevé dans l’une des partenaires, fécondé in vitro par un homme anonyme, et implanté dans l’utérus de l’autre femme. Pauvre enfant.

Les deux femmes et l’enfant se plaignent devant la Cour du refus des juridictions allemandes d’enregistrer automatiquement la partenaire de la femme ayant accouché comme mère légale et second parent de l’enfant. 

Une condamnation de l’Allemagne dans cette affaire constituerait un pas supplémentaire vers l’admission de la gestation par autrui (GPA) : la pratique dont ont usé les requérantes adultes est précisément une forme de GPA puisqu’une femme porte un enfant qui a été implanté dans son utérus alors qu’elle lui est génétiquement étrangère, l’enfant ayant été conçu à partir d’un ovule fourni par une autre femme.

Lire la suite de l'article

Droits de l’homme et droits de tuer…

Image457333_49b22d1f5e7de5d89f9779b3a3ed16d5

L’organisateur de l’attentat du 3 avril qui a fait 14 morts à Saint Pétersbourg, aurait été arrêté à Moscou ; une vidéo circule depuis hier sur les réseaux sociaux. Les services russes de sécurité (FSB) ont arrêté à Odintsovo en banlieue de Moscou, Abror Azimov, un ressortissant d’Asie Centrale. Il est suspecté d'avoir entrainé le kamikaze Akbarjon Jalilov.

Ici le lien avec la video mise en ligne sur le site RusRéinfo

L'arrestation a été menée dans le calme. Notons aussi que les media sont restés très discrets sur l'enquête qui a mené à cette arrestation.

Il en va bien différemment en France, comme nous l'avons vu depuis plusieurs mois, chaque fois que nous avons un drame comparable sur notre territoire : les media sont avides et la chasse à l'homme est quasiment suivie en direct… Et finalement le/les suspects (prétendus) sont tués. (Mal)heureusement ainsi, on ne peut pas obtenir d'eux des informations utiles pour démonter les réseaux terroristes.

En Russie c’est l’inverse, on les attrape vivants et on souhaite qu’ils parlent….

Au final c’est toujours la Russie que l’on accuse de violer les droits de l’homme.

Je m’interroge!

Lire la suite de l'article

6 avril : L’affaire sur la famille allemande faisant l’école à la maison devant la Cour européenne des droits de l’Homme

En août 2013, un groupe de plus de 20 policiers et travailleurs sociaux a pris d'assaut la maison de la famille Wunderlich près de Darmstadt, en Allemagne. Les enfants venaient de s'asseoir chez eux pour commencer leur première leçon de l'année.

L'interdiction de l’école à la maison par l'Allemagne remonte à 1918. Depuis, le pays a signé un certain nombre d'accords internationaux relatifs aux droits de l'Homme qui protègent explicitement le droit des parents de diriger l'éducation de leurs enfants.

Robert Clarke, Directeur du plaidoyer européen pour ADF International, a déclaré :

« Les enfants doivent recevoir le soin attentionné et la protection de leurs parents. Il est grave pour un État d'interférer avec le lien parent-enfant. Il ne devrait le faire que s'il existe un risque réel de préjudice grave. Petra et Dirk Wunderlich ont simplement exercé leur droit parental à élever leurs enfants en fonction de leurs convictions philosophiques et religieuses, ce qu'ils pensaient pouvoir mieux faire dans l'environnement familial. En réponse, les autorités allemandes ont limité leurs droits parentaux pendant deux ans et, à l’extrême, se sont introduit chez eux et ont physiquement emmené leurs quatre enfants loin de leur maison ».

Bien que Dirk et Petra aient retrouvé leurs enfants, leur situation juridique demeure incertaine et l'Allemagne continue de maintenir des sanctions pénales pour les familles qui veulent faire l’école à la maison. Récemment, la Cour EDH a accepté d’étudier à nouveau cette affaire. La Cour a accepté d'examiner si les actions de l'Allemagne avaient

Lire la suite de l'article

Rejet de l’amendement pour protéger les droits des personnes handicapées à naître

Capture d’écran 2017-03-13 à 19.44.25Nous avions diffusé le plaidoyer pour la vie d’un Lord né handicapé, Lord Shinkwin, appelant la Chambre des Lords à soutenir son projet d’amendement de la loi sur l’avortement. Au Royaume-Uni, le délai légal pour avorter est de 24 semaines. Ce plafond est simplement levé dans le cas de la mise en évidence d’un handicap in utero. Un enfant à naître déclaré handicapé, peut donc être avorté à n’importe quel stade de la grossesse, y compris dans les derniers jours. Comme en France. Le projet d’amendement intitulé, “Prévoir l’égalité des personnes handicapées en matière d’avortement”, entendait protéger les droits des personnes handicapées à naître. 

Il a été rejeté. Lord Shinkwin a déclaré:

«Ce que je ne comprends pas, c'est que, après la naissance, je peux être assez bon pour que le premier ministre et la reine m'envoient à la Chambre des lords, mais avant la naissance, je fais partie d'un groupe de personnes souffrant de maladies congénitales qui sont systématiquement tuées."

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron s’engage pour les droits LGBT et critique les “leaders outranciers” de la Manif pour Tous

Au moins, c'est clair et net,  Macron est le candidat de la décadence :

"J'ai vécu de l'intérieur l'adoption de la loi sur le Mariage pour Tous, la ferveur et l’espoir magnifique qu’elle a soulevés, le combat passionné mené par Christiane Taubira (…) J'ai vu alors monter l'opposition, portée par la Manif pour Tous. J'ai entendu la vindicte et la haine de nombre de manifestants contre les homosexuels. J’en ai été profondément choqué. Ma seule envie alors était que l'humiliation de la communauté LGBT exposée à ces déferlements cesse le plus vite possible, que la loi soit adoptée rapidement. Cela a hélas duré. La violence s'est intensifiée. Je l’ai condamnée mais j’ai, dans le même temps, refusé de traiter par le mépris les témoignages reçus de personnes que ce mariage pour tous heurtait dans leurs croyances et leurs valeurs. Des gens sincères, pas des extrémistes, pas des fanatiques (…)

Ils ne se reconnaissaient pas dans les leaders outranciers de la Manif pour Tous (…)

Sur le fond, la communauté LGBT sait mon profond attachement au progrès de ses droits et trouvera toujours en moi un défenseur."

Emmanuel macron est le véritable héritier de François Hollande…

 

Lire la suite de l'article