Archives par étiquette : Droites

Une réconciliation des droites sur le sujet de l’immigration ?

Capture d’écran 2018-05-11 à 19.23.33Nicolas Dupont-Aignan a déclaré vendredi que Marine Le Pen avait signé sa proposition de référendum sur l'immigration, qui propose le rétablissement des frontières, le vote de quotas annuels par le Parlement et la limitation de l'immigration familiale :

« Marine Le Pen a signé ma proposition de référendum. J'ai repris cinq points précis qui ont été proposés par Les Républicains, qui ont l'accord du Front national et qui ont l'accord de Debout La France ». « Si la droite continue la guerre des ego, la petite guerre des chefs, la division, elle sera balayée de l'Histoire, et mon devoir c'est de proposer un chemin »

Le député de l'Essonne avait proposé dimanche dernier au président du parti Les Républicains Laurent Wauquiez et à Marine Le Pen une rencontre sur l'immigration, une « première brique pour la réconciliation des droites ». 

Virginie Calmels, vice-présidente déléguée des Républicains, s'est opposée à un accord avec Nicolas Dupont-Aignan. « Ni accord, ni rencontre », a renchéri Damien Abad, lui aussi vice-président LR.

Lire la suite de l'article

Le pasteur Andrew Brunson, prisonnier en Turquie, unit les droites françaises

5de161dc-fbcb-45d1-985e-a999ddc33f5f50 députés du Parlement européen issus de 8 groupes sur 9  et de 16 nationalités différentes, parmi lesquels les députés FN Nicolas Bay, Marie-Christine Arnautu, Joëlle Bergeron, Marie-Christine Boutonnet…, le non-inscrit Aymeric Chauprade, les Patriotes Florian Philippot et Sophie Montel, le LR Brice Hortefeux, le Modem Robert Rochefort, ont cosigné une lettre ouverte au Président Erdoğan dénonçant la détention arbitraire du pasteur Andrew Brunson et l’État de droit en Turquie. Ils protestent contre :

  • “le fait que le pasteur Brunson ait dû attendre près d'un an et demi avant d'être inculpé ;
  • l’[l’offre] de libérer le pasteur Brunson en échange de M. Fethullah Gülen, comme si le pasteur Brunson était une monnaie d'échange ;
  • « l’acte d'accusation », car les accusations non fondées contre le pasteur Brunson reposent sur des rumeurs de « témoins secrets » ;
  • le fait que l'acte d'accusation associe la « christianisation » au terrorisme, considérant la foi chrétienne comme une menace pour l'unité de la Turquie, alors que le christianisme a été présent pacifiquement sur cette terre bien avant la République de Turquie actuelle.”

La prochaine audience du procès de ce pasteur Andrew Brunson aura lieu lundi 7 mai 2018 à Izmir, en Turquie.

Avec plusieurs députés, l’ECLJ s’est impliqué dans la collecte des signatures pour cette initiative transpartisane et tient à sa disposition toutes les signatures manuscrites ou engagements formels par courriels des députés de cosigner la lettre ouverte. L’ECLJ a également publié un communiqué relatif à l’affaire disponible sur son site ici.

Lire la suite de l'article

Union des droites par la base… en vue des municipales ?

Le Figaro revient sur l'alliance d'élus locaux en Gironde :

"C'est justement parce qu'il a perdu le fil de son ancienne formation politique, Les Républicains, que le maire de Cavignac, désormais divers droite, a décidé de lancer avec la conseillère régionale et membre de la direction du FN, Edwige Diaz, leur propre association Pour la France – La France unie. Deux semaines après son lancement à Marcenais, en Gironde, le bureau du jeune «mouvement» qui revendique une centaine d'adhérents, s'est réuni ce lundi à Bordeaux pour faire le point. 

À l'étage d'une brasserie en centre-ville, neuf des membres fondateurs discutent du retentissement inattendu réservé au lancement de leur initiative. Une résonance due en grande partie au mélange de couleurs politiques qu'ils ont esquissé. Dans leurs rangs, figurent élus du Front national, de Debout la France et militants LR. Sans oublier quelques non encartés issus du monde associatif. Tous, sont issus de la 11e circonscription de Gironde, qui s'étend de Saint-Ciers-sur-Gironde à Coutras et où Marine Le Pen a enregistré 47,54 % des voix au second tour de la présidentielle.

Une alliance locale aux airs de laboratoire, quant au niveau national les partis de droites se déchirent sur l'opportunité d'un «rassemblement» pour les prochaines élections. Si le Front national y est favorable, Debout la France n'en veut un qu'à ses conditions, tandis que le parti de Laurent Wauquiez menace d'exclusion tout cadre qui s'y laisserait tenter. Des rivalités d'appareils qui, au niveau local, ont du mal à passer. «J'en

Lire la suite de l'article

Thierry Mariani : union des droites, plateforme commune de la droite ?

Intervention vidéo de Thierry Mariani dans le cadre de la table ronde réunie, à Angers, le 27 mars, à l'initiative du "Cercle Anjou Conférences". Faut-il faire l'union des droites ? Si oui, avec qui et quand ? Quelles mesures pour une plateforme commune de la droite ?

Lire la suite de l'article

Marine Le Pen : “je suis opposée à cette idée de l’union des droites”

Caroline Parmentier a longuement interrogé Marine Le Pen dans Présent. Extrait :

Capture d’écran 2018-03-23 à 16.26.37"Comme dans de nombreux pays européens, les droites seront appelées à s’unir en France. Vous êtes donc prête à des évolutions sur les projets et à des accords ?

Je ne crois pas à la droite et la gauche, vous le savez. Je crois que le Front national a contribué à mettre en place le clivage : mondialistes contre nationaux. Aujourd’hui il est en place et la dernière étape de l’installation de ce nouveau clivage qui traverse le monde et l’Europe va être les élections européennes. Il y a une recomposition de la vie politique, nous devons participer à cette recomposition et même en être les acteurs principaux. Emmanuel Macron rassemble sur le mondialisme, nous devons rassembler les nationaux. Dans ce rassemblement il y aura sûrement des gens qui viennent de la droite, de l’ancienne droite mais aussi des gens qui viennent de la gauche, de l’ancienne gauche. Continuer à s’inscrire dans ce clivage gauche-droite m’apparaît obsolète et restrictif. C’est la raison pour laquelle je suis opposée à cette idée de l’union des droites parce que l’union des droites restreint en réalité le grand rassemblement de tous ceux qui veulent défendre la nation et qui est de notre responsabilité. Nous sommes aujourd’hui la formation leader de la défense de la nation contre les mondialistes."

Néanmoins, un peu plus loin, à propos des électeurs Républicains, elle déclare :

"Leurs électeurs se sentent plus proches de nous que de

Lire la suite de l'article